La République du Bisounoursland fête dignement 2020 (en cramant 2020 voitures ?)

Le 2 janvier, la moindre mention de voitures brûlées semblait déjà vieillotte. Pourtant, l'enfer continue pour les victimes et la République s'en fout.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La République du Bisounoursland fête dignement 2020 (en cramant 2020 voitures ?)

Publié le 6 janvier 2020
- A +

Par h16.

La République du Bisounoursland est un pays de lait, de miel et de traditions : alors même que la galette des Ni-Rois Ni-Reines En République est à peine digérée, il est plus que temps de reprendre le cours normal des activités de tous et de chacun en oubliant aussi vite que possible les fêtes de fin d’année dont les traditions ont, cette année encore, été parfaitement respectées. Notamment celle qui consiste à cramer toujours plus de voitures.

Eh oui : le passage de l’année 2019 à 2020 n’aura pas dérogé aux détestables habitudes d’un pays en décomposition de moins en moins lente. Apparemment, il est maintenant de tradition, après une ou deux coupes d’un champagne léger, d’aller brûler quelques véhicules pour se détendre durant la nuit de la St Sylvestre.

Et de façon toute aussi traditionnelle à présent, il semble que les autorités n’en ont plus rien à cirer : de même que les attaques de couteaux déséquilibrés sont maintenant entrées dans ce qu’on définit comme « norme », la mise à feu de voitures particulières le 31 décembre ne provoque plus qu’un vague haussement d’épaules de la part du gouvernement, des politiciens et des autorités en général qui ont, il faut bien le dire, d’autres festivités à mener.

voitures brûlées

Dans ce cadre, on ne pourra que regretter la joie un peu trop débordante des Strasbourgeois dont l’enthousiasme festif a malgré tout fait parler de lui : les tirs au mortier, les violences et le nombre de voitures cramées ont été trop importants pour bénéficier du même camouflage en règle opéré partout ailleurs.

Et quand j’écris « partout ailleurs », c’est réellement partout. Quand on regarde, même rapidement, la presse locale, on se rend compte que toutes les grandes villes et les villes moyennes de France ont participé à cette nouvelle tradition festive : Vénissieux, Limoges, Laon, Besançon, Vannes, Nantes, Annemasse, Mulhouse, Toulouse, Reims, Amiens, St Étienne, La Roche Sur Yon, Angers, pour ne citer que les premières entrées dans les nouvelles locales, autant de villes grandes et moyennes qui affichent ainsi un soutien sans faille à cet intéressant folklore naissant.

Devant cette avalanche de nouvelles, on devra s’étonner de l’absence quasi-totale de tout décompte global de voitures brûlées dans les grandes métropoles françaises, ou même d’un total général permettant d’apprécier l’ampleur de ce nouveau rite annuel. Si l’on s’en tient aux grands médias nationaux qui n’ont de cesse, l’œil vibrant et la lippe excitée, de dénoncer la moindre fake news, le phénomène des voitures brûlées n’existe pas, pour ainsi dire : épiphénomène extrêmement localisé, petits dérapages locaux-régionaux sans importance et sans réelle signification sociologique, économique ou politique, les grands quotidiens se sont parfaitement entendus pour ne pas traiter de l’information qui, d’ailleurs, n’existe pas.

Les riverains qui, par mégarde, auraient vu des voitures brûlées le lendemain du réveillon sont au mieux d’enquiquinants rabat-joie un peu trop focalisés sur des faits divers anecdotiques, au pire des complotistes de l’extrême droite nauséabonde, et puis c’est tout.

D’ailleurs, la République du Bisounoursland a bien compris comment régler le problème : on ne communique plus dessus, du tout, pour ne faire ni le jeu de la surenchère (on ne voudrait pas que s’instaure une petite compétition entre départements, cités ou régions, voyez-vous, la République veille), ni le jeu des zextrêmes, forcément à l’affût.

Une pierre, deux coups, c’est simple, facile, carré, et ce #PasDeVague républicain sur les voitures en rappelle un autre sur les violences à l’Éducation nationale (qui n’existent pas). Ce n’est absolument pas pour cacher l’étendue des dégâts, l’impuissance des forces de l’ordre, le jmenfoutisme des autorités et le désarroi des populations touchées. Pas du tout.

Dans ce cadre, on comprendra donc la rage qui a pu s’emparer des élus de Paris lorsque le président américain, Donald Trump, a eu l’impudence de noter que tous ces véhicules qui crament, ça fait mauvais effet et ça amoindrit les performances de la France en termes d’émissions de dioxyde de carbone.

https://twitter.com/realDonaldTrump/status/1212152711753453573

Pour le premier adjoint à la mairie de Paris, Emmanuel Grégoire, tout ceci est grotesque. Rendez-vous compte, « seules six voitures ont brûlé dans la capitale le soir du 31 décembre », (eh oui, seulement six et pas 148, hein, les amis) et puis c’était à cause d’un accident (voire d’une coïncidence, peut-être même), et puis d’abord mêlez-vous de vos affaires et puis à Paris le vivrensemble pulse autrement plus que chez vous d’abord et puis zut, na.

Rassurez-vous.

Nous sommes le 6 et ce nouveau rituel est déjà oublié dans les médias et dans les têtes des dirigeants. L’actualité a fort heureusement posé un voile pudique sur les troubles qui secouent la France de plus en plus violemment, sur l’incurie des dirigeants, sur l’incompétence crasse de l’État à assurer sa mission de base – la sécurité des biens et des personnes, sur la vacuité de la notion de justice sur ce territoire, sur le jmenfoutisme total des classes babillardes qui, largement pourvues en parkings fermés, n’a pas eu à subir le désagrément d’une voiture cramée en bas de chez soi. Joie, bonheur et décontraction : c’est même oublié de la part de l’engeance qui a provoqué ces dégâts.

C’est donc oublié pour tout le monde.

Ou presque : pour les riverains, pour les victimes de ces exactions, les activités festives (auprès des banques, des assurances, des administrations obtuses et pénibles) vont continuer de longues semaines. Pour une partie de ces Français, il va falloir se fader toute une panoplie réjouissante de démarches et de formalités, sans compter qu’en général, ce ne sont pas les voitures de riches qui partent ainsi en fumée, mais bien celles des classes laborieuses dont les déplacements dépendent ultimement de ces véhicules maintenant cramés.

Pour beaucoup, l’assurance ne couvrant pas ces dégâts, cela veut dire de nouvelles dettes, de nouvelles galères invraisemblables, le tout pendant qu’une petite caste de privilégiés fait absolument tout pour bloquer le pays. Cela signifie pour certains une perte d’activité, pour d’autres de devoir faire une croix sur un travail, une rémunération. Le mois de janvier s’annonce idyllique pour ceux-là.

Tous ces individus dont on vient de ruiner une partie de la vie, personne n’en parle plus, dès le 2 janvier. Les âneries d’Anne Hidalgo et de son équipe de clowns tragiques ont eu davantage de place dans les journaux que les problèmes des anonymes maintenant confrontés à une série de difficultés qu’aucun service de la République du Bisounoursland ne viendra amoindrir (au contraire même : les administrations françaises veilleront à maximiser l’emmerdement auprès de ces citoyens, n’ayant en réalité aucune autre raison d’exister).

Soyons lucide : cette République est mourante. Elle se fout ouvertement de ses citoyens, méprise le peuple et laisse les pires crapules et la plus basse des racailles proliférer.

Mais surtout #PasDeVague même si ce pays est foutu.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  • Pour la planète ne faut il m’a mieux brûler la voiture que de la laisser rouler ?
    Y a surement une étude scientifique et consensuelle sur le sujet pour m’apporter la réponse……
    La future voiture sera électrique et ignifugée , à l’épreuve des balles et feux d’artifices ,mémoire de forme pour les coups de battes de baseball….et sans chauffeur , ils boivent ou se piquent ou se maquillent en écrivant des textos.

    • Certains préconisent le cheval, mais comme disait Churchill, « le cheval c’est dangereux devant, dangereux derrière et inconfortable au milieu ». Toutefois, il présente malgré tout certains avantages: il brûle mal, répond aux coups de battes par des ruades, et retrouve tout seul le chemin de la maison quand le conducteur est bourré! Et contrairement à la voiture électrique, il n’a pas besoin de GPS pour se diriger!

      • ou l’on reverra les paysans labourer avec leurs percherons.. c’est écolo et vintage, ça rappelle les belles années soviétiques et ça demande de la main d’oeuvre sous qualifiée… pendant que les pays développés achèteront des tracteurs. lol

        • J’en suis resté a la Semeuse ,point de bourrin pour les sillons l’arraire à bras d’homme seulement et de nombreuses prières a ste Greta.

      • Ces gens là sont au mieux des post-romantiques indécrottables, s’ils se renseignaient un minimum ils sauraient que la voiture était justement une solution aux problèmes posés par les chevaux – lire ici : https://www.hellodemain.com/transport/pollution-il-y-a-100-ans-paris-croulait-sous-le-crottin-349.html
        Voir un cheval caracoler dans un pré ou courir sur un hippodrôme, c’est bucolique. Voir circuler 80000 chevaux dans une ville… c’est une autre échelle. D’un autre côté, ça présenterait un avantage : on verrait revenir toutes les boucheries chevalines qui ont dû fermer, la viande vendue étant remplacée par des tracteurs beaucoup moins digestes…

  • Et dire que le très bon H16, à qui je souhaite mes meilleurs voeux de bonheur pour cette nouvelle année, ne fait que décrire la réalité.

  • Je dirais même plus :

    CPPEV 😉

  • Racailles d’en haut et racailles d’en bas… Contre la classe moyenne qui peut de moins en moins se révolter, même en paroles, avec les lois liberticides sur la liberté d’expression.
    2020/va être un bon cru…

  • Record battu! Le dernier était de 1500 voitures cramées! Je suppose que le gouvernement est fier et sort les médailles de la Légion d’honneur pour les battants!

  • vous avez remarqué? pas un seul mot de tout çà dans les journaux télévisés.. dormez brave gens on vous protège

    • T’as raison… c’est mieux de baver sur Trump le va t en guerre..
      J’en rajoute sur le silence assourdissant concernant les feux en Australie: Là ou Bolsonaro était un incendiaire irresponsable, le gouvernement Australien socio démocrate est blanc comme neige

  • « le passage de l’année 2019 à 2020 n’aura pas dérogé aux détestables habitudes d’un pays en décomposition de moins en moins lente.  »
    Ne pas oublier la bonne nouvelle annoncée triomphalement par la presse: si vous êtes habile, vous pourrez en 2020 avec 26 jours de congé vous offrir 60 jours de vacances. Les Chinois doivent bien s’amuser en lisant çà.

  •  » Un incendie s’est déclaré dans les coulisses du théâtre.

    Pierrot est venu sur la rampe pour informer le public. J’ai cru que c’était une blague et j’ai applaudi.

    Il a répété son message; on a applaudi plus encore.

    Je pense que c’est ainsi qu’un jour le monde va finir.  »

    Søren Kierkegaard 1850

    • merci pour cette citation que j’ignorais et qui est, comme de nombreuses autres compte tenue des circonstance actuels,emprunt de bon sens.

  • « sans compter qu’en général, ce ne sont pas les voitures de riches qui partent ainsi en fumée, mais bien celles des classes laborieuses »
    Comme c’est beau, on dirait du Mélenchon.

  • réchauffement climatique> hiver plus doux> individus échauffés..>voitures qui brûlent

  • Dans ma rue, c’est au moins une voiture par semaine qui crame.
    Je ne comprends pas trop les gens qui s’évertuent à garer leur voiture dans cette rue qui semble avoir été choisie pour ce genre de festivités. Aussi, je me demande si cela ne cache pas plutôt une arnaque à l’assurance ou la volonté d’effacer les traces d’autres trafics. Les épavistes sont si efficaces que je me demande s’ils ne sont pas de connivence avec ce possible système de fonds.

  • le gouvernement s’en bat l’œil ; ce n’est pas lui qui paie la casse mais nous qui voyons notre assurance voiture augmenté tout les ans ; il y avait pourtant 100 000 policiers déployés sur tout le territoire mais c’était pour contrôler le taux d’alcoolémie des conducteurs ; je gage que pour 2021 il y aura un nouveau record de bagnoles brûlées puisque c’est une tradition …..

    • jusqu’au jour ou ce sont les banlieues qui vont brûler

      • Et le gvt avec et le plus vite possible.
        Ceci dit, je m’étonne que vous vous étonniez étant donné que nous avons la télé et les médias que le monde entier nous envie.
        druker 400 000 euros pour l’animation des restos du coeur, elkabech, d’arvor et sa nièce, hanouna, ch.barbier surtout pour aérer son écharpe ROUGE, comme si l’on ne discernait pas rien qu’en le regardant à quel point il est nok ainsi que toute la fratrie des duhamel qui sont eux toujours du bon coté du marteau.
        Mais c’est le nouveau monde dormez dormez braves gens, quand vous vous réveillerez se sera apocalyptique.
        Nous payons une fortune pour la télé, qui, ne diffuse que des programmes de M…..acheté aux U.S. et que personne ne regarde plus.

  • La référence aux 148 voitures brulées sur Paris est erronée : il s’agit en fait d’un article du 1er janvier 2019.

  • La majorité des libéraux sont plutôt pour l’ abolition des frontières……..Alors il ne faut s’ étonner non plus des domages collatéraux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Harry Browne

1. Je m’engage à promouvoir la liberté en faisant appel à l'intérêt personnel de chacun, plutôt qu’en essayant de convaincre d’adopter ma conception du bien et du mal.

2. Je m’engage à éviter d’entrer dans des polémiques. Mon but est d'inciter certains à désirer la liberté, pas de leur prouver qu'ils ont tort.

3. Je m’engage à écouter quand des personnes me parlent de leurs désirs et de leurs besoins. Ainsi, je peux les aider à comprendre comment une société libre peut les satisfaire.

4. Je m’engag... Poursuivre la lecture

Par Ludovic Delory.

À quels triomphes avons-nous assisté en 2018 ?

Les Français en quête de réformes — ceux qui espéraient voir fleurir un renouveau politique en savourant "leur" victoire au pied de la pyramide du Louvre — se sont heurtés, en 2018, au pire de la Ve République. La centralisation, le jacobinisme et l'étatisation forcenée de ce pays le conduisent tout doucement vers l'impasse. Nous y arriverons peut-être en 2019.

Quels sont les éléments qui permettent d'étayer cette analyse ?

La France semble naviguer... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le regard de René Le Hionzec.

Valls se confirme comme le digne successeur de Sarko-ministre, avec le festival annuel de la comptabilité des voitures incendiées par des jeunes en recherche d'emploi d'avenir qui fêtent l'événement avec leurs pauvres moyens (enfin ceux de leurs voisins). Tout fier qu'il est de prétendre péter un score moindre. Le problème est que l'on se souviendra du vieux gag de la distinction entre "départ de feu" qui peut ensuite entraîner d'autres "carbonisations", mais compté "un"... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles