Histoire des idées économiques : Karl Marx, l’économiste improvisé (12)

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Histoire des idées économiques : Karl Marx, l’économiste improvisé (12)

Publié le 23 novembre 2019
- A +

Par Serge Schweitzer.

Qui était Karl Marx, d’où venait-il ? Comment ses idées ont-elles pu émerger ? Serge Schweiter tente de planter le décor pour mieux comprendre le célèbre économiste socialiste.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Le concept de lutte des classes et le racisme relèvent de la même conception de l’humanité, qui ne voit les humains que comme faisant partie de groupes, plutôt que comme des individus.

  • Le seul et vrai problème est que les experts en sciences humaines, dans leur immense majorité atteints de marxisme à droite comme à gauche, ignorent quand ils ne le nient pas, que les inégalités sociales n’ont pas d’autre histoire que celle de la relation économie-démographie. Or, ce faisant ils interdisent :
    — de les maîtriser
    — d’éradiquer la pauvreté profonde
    — la réconciliation de l’espèce humaine avec son environnement.

    Richesse et pauvreté en tout, existent l’une par l’autre et sont relatives, comme elles l’ont toujours été. Par ailleurs, où que ce soit et sous tous les régimes politiques, un pauvre ne peut enfanter que des pauvres, comme un riche ne peut donner naissance qu’à des riches ; quels que soient les aléas heureux ou malheureux de l’existence de chacun, tels que les déterminent ses talents, ses ambitions, sa volonté, ses efforts, sa chance … et les circonstances.

    Les hasards de sa naissance insèrent chacun dans la pyramide sociale selon ses antécédents génétiques, sociaux et culturels, situation que la lutte des classes n’a jamais ni nulle part changé d’un iota, avec ou sans suppression de la propriété et de l’héritage .de telles mesures ne faisant qu’accroître la richesse collective autrement que par les voies habituelles que sont la confiscation pure et simple ou l’impôt, sans modifier le caractère incontournablement pyramidal de la richesse comme de la société, qui refusent toute forme d’égalité.

    C’est dans ces conditions que richesse collective et population croissent sans cesse et que l’écart entre le sommet et la base de notre pyramide sociale s’accroissant sans cesse depuis que l’homme existe, les inégalités sociales se sont toujours creusées d’autant.

    Comment expliquer autrement que par leur ignorance, que dans leur grande compassion ces experts soient muets quant au fait que si l’enrichissement individuel comme collectif n’ont aucune limites autres que celles de l’ambition de ceux qui le convoitent et les ressources dont il est tiré, LA PAUVRETÉ A TOUJOURS EU LA SIENNE, QUI EST LE NIVEAU ZÉRO DE LA RICHESSE ?

    Pour toutes précisions, voir “Pyramidologie sociale”

  • D’abord, je n’ai pas le temps d’écouter une vidéo, et je regrette que Contrepoints ne nous en donne pas un résumé écrit.

    Je vais donc réagir non pas à la vidéo, mais au chapitre de Marx sur la plus-value que j’ai lu en allemand. D’abord c’est un texte peu compréhensible, même pour des germanistes de langue maternelle. On comprend vaguement qu’il dit : « j’appelle exploitation la différence entre le prix de vente et le salaire versé à l’ouvrier. Donc le capitalisme est exploiteur »

    On a aussi l’impression qu’il compare l’ouvrier à l’artisan qui faisait un produit analogue auparavant, et qui par définition touchait 100 % du prix de vente … Prix plus élevé que celui du capitaliste, sinon l’usine n’existerait pas, et qui bloquait le progrès économique.

    Et qu’il ne pense pas à un campagnard à productivité marginale nulle pour lequel devenir ouvrier signifie devenir moins pauvre

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Extrait de Philippe Nemo, Histoire des idées politiques aux Temps modernes et contemporains, PUF, 2002, p. 779-781.

Si l’on entend par socialisme une doctrine, ou une famille de doctrines, condamnant la propriété privée, prônant la mise en commun des biens, imposant des conduites normées qui restreignent la liberté individuelle, il est clair – et les premiers socialistes ont explicitement revendiqué cette parenté – que le socialisme peut et doit être rapproché des « communautés primitives » ayant précédé l’émergence de l’État et des so... Poursuivre la lecture

Par Jon Hersey. Un article de la Foundation of Economic Education.

Aside from a few writing manuals, the book assigned in more college classes today than any other is #KarlMarx’s #CommunistManifesto. This is a problem. pic.twitter.com/f0bpb36wq0

— Jon Hersey (@jon__hersey) September 1, 2021

L’étude du Manifeste du parti communiste et de ce qu’il a entraîné dans la pratique est d’une importance monumentale pour comprendre l’histoire du XXe siècle - non pas parce que le communisme a fonctionné, ... Poursuivre la lecture

Par Damien Theillier.

L’un des événements qui marqua à tout jamais Frédéric Bastiat, fut sa rencontre avec l'industriel et économiste anglais Richard Cobden (1804-1865), qui défendait le libre-échange et contribua à l'abolition des lois protectionnistes en Grande-Bretagne (1848-1851).

Par ailleurs, on ne le sait pas, mais Karl Marx fut un lecteur de Frédéric Bastiat. Il reprocha à Bastiat son manque de scientificité (postface de la deuxième édition du Capital). En réalité Bastiat refusait de penser l’économie sur le modè... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles