Immobilier : les vieilles idées idiotes refont (encore !) surface

Les vieilles idées idiotes ne meurent jamais, surtout s'il s'agit d'idées de taxations, et si elles concernent l'immobilier.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Immobilier à Paris by Luc Mercelis(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Immobilier : les vieilles idées idiotes refont (encore !) surface

Publié le 20 novembre 2019
- A +

Par h16

En République du Bisounoursland, être propriétaire est à la fois une fierté pour les uns et une source de taxes pour les autres, un vecteur d’enrichissement pour certains et pour d’autres, la voie rêvée d’une redistribution vivifiante. C’est sans doute pour cela que le gouvernement, qui sait mieux que vous ce qui est bon pour vous, entend tondre toujours plus ras le propriétaire immobilier.

Depuis que la France existe, devenir propriétaire était une méthode simple pour se garantir sinon une retraite, au moins un toit pour ses vieux jours. Cependant, ces dernières années, il apparaît qu’un propriétaire, par sa nature même de possédant, est surtout quelqu’un sinon de riche au moins qui aspire à le devenir, une sorte de bourgeois en puissance. Dans le pays de l’égalitarisme, où la lutte des classes est devenue l’opium du peuple, accéder à la propriété est presque un affront jeté à la face des pauvres, des sans domiciles, des mal-logés et des locataires.

Comme c’est une faute, elle doit être expiée, par une jolie taxe généralement. C’est pratique puisqu’on peut l’enduire d’une bonne couche de moraline, et accessoirement, ça rapporte de l’argent dans les caisses toujours vides d’un État obèse.

On ne s’étonnera donc pas que l’idée d’un loyer fictif refasse surface.

Tout d’abord évoquée en 2013 par le Conseil d’Analyse Économique, énième sinécure improbable d’aigrefins et autres fromagers républicains, cette idée est réapparue à la fin de l’année 2016 via le travail en coulisses de l’un de ces misérables think-tanks socialistes, ceux qui s’emploient à trouver les idées les plus progressistes afin de remodeler la société (à coups de pelle dans la nuque s’il le faut) pour correspondre à leurs désirs humides de collectivisme total.

Comme souvent, cette idée de loyer fictif part d’un constat bancal : le propriétaire immobilier qui a fini de rembourser son prêt n’a plus aucun frais ; pour tenir un raisonnement abrutissant de bêtise : il s’enrichit donc mensuellement du loyer qu’il n’a pas à payer ; et pour enfin aboutir à une conclusion puissamment stupide : on doit donc pouvoir le taxer sur cette rente.

Au-delà même de l’aspect parfaitement inique qui consiste à surempiler des taxes et des ponctions sur des biens déjà largement taxés, et à tenter une nouvelle fois de piquer dans la poche des uns pour faire semblant de distribuer aux autres, dans un monde normal, ceux qui tiennent ce genre de raisonnements sont régulièrement moqués (grassement de préférence) et ceux qui insistent se font un peu taper dessus, jusqu’à comprendre que leurs « propositions » sont nauséabondes, nocives et méritent de solides coups de pied dans les parties génitales.

En République du Bisounoursland, il n’en est rien (bien sûr) et ceux qui reviennent à la charge, pour la troisième ou quatrième fois dans ce cas-ci, ont même le soutien quelque peu humide voire louche d’une presse quasiment acquise à leurs propositions toxiques. Ce qui permet par exemple à Gasgard Panzer, qui cherche actuellement à placer ses divisions sur Paris dans le cadre de sa campagne militaire électorale, de faire le beau sur différents plateaux et dans différents articles en proposant, une fois encore, cette idée méphitique.

Pour lui, c’est évident : on va enfin pouvoir contenir les loyers parisiens en imposant cette taxe aux biens immobiliers inoccupés. Et ce n’est pas grave si une taxe équivalente aussi stupide existe déjà (et de fait ne résout absolument rien).

Le journalisme français étant mort depuis bien longtemps, personne ne lui fera la remarque que c’est un raisonnement parfaitement crétin : d’une part, si une taxe savait résoudre les problèmes de loyers trop élevés, le reste de la planète l’aurait déjà adoptée partout ailleurs. D’autre part, le contrôle des loyers n’est pas, même de loin, dans les prérogatives de l’État et lorsqu’on regarde, dans l’Histoire, toutes les fois où ce dernier a agi dans le domaine, on constate une suite ininterrompue d’échecs systématiques et catastrophiques à tel point que plus aucun économiste, sauf quelques imbéciles francophones, n’ose faire une suggestion pareille.

Ceci dit, si Gasgard avait comme but de faire parler de lui, c’est réussi et se moquer de lui devient alors indispensable tant ces idées coûtent (et pas seulement de l’argent) à la population : derrière chaque nouvelle taxe se cachent des effets indésirables que ces mêmes abrutis tenteront de corriger avec la maestria qui les caractérise (lisez : nouvelle bordée de taxes, qui entraîneront de nouvelles catastrophes). Derrière chaque nouvelle taxe se cache un nouvel appauvrissement, de nouveaux choix de consommation biaisés et de nouvelles petites et grandes misères qui, sur le nombre, finissent par enfoncer le pays dans le marasme qu’il connaît à présent…

C’est probablement pour cela que ces idées refont ainsi surface, encore et encore, à l’instar de cette autre qui consiste à rendre l’État copropriétaire de certains ou de tous les biens fonciers…

Oui, vous avez bien lu : en 2017, on découvrait effaré cette brillante proposition qui consistait à rendre l’État copropriétaire des biens immobiliers, à hauteur d’un petit pourcentage, et à transformer ce petit pourcentage en rente pour l’État ou, si la taxe n’était pas payée par le propriétaire, à ce que la proportion confisquée par l’État grandisse progressivement, jusqu’à atteindre éventuellement 100 %.

L’idée, probablement jugée trop avant-gardiste par les politiciens, le gouvernement et l’administration derrière eux, n’avait alors pas abouti et l’État avait dû se contenter de l’habituelle pluie de petites taxes et autres brigandages habituels sur les routes et ailleurs pour boucler ses budgets.

Ceci n’est pas une raison pour ne pas pousser à nouveau cette idée dans les tuyaux et habituer encore un peu les esprits à ce qu’en France, tout, partout, tout le temps soit ainsi rançonné.

C’est ainsi qu’on découvre une nouvelle mouture de cette idée dans une proposition de loi qui sera déposée à la fin novembre par une brochette d’élus du MODEM (ce parti d’élus suffisamment courageux pour détruire la notion même de propriété privée en France mais gonadectomisés au point de n’avoir pas su rallier les godillots officiels de LREM) : au prétexte de vouloir résoudre le problème de la méchante spéculation foncière dans les « zones immobilières tendues », la députaillerie en question envisage de rendre l’État propriétaire des terrains à bâtir pour une durée infinie. Seule la propriété des murs resterait au bâtisseur.

Là encore, on se demande pourquoi on n’avait pas pensé à ça plutôt, ou plutôt pourquoi, à chaque fois que de similaires tentatives furent faites, partout ailleurs, cela s’est littéralement terminé en champs de ruines, le contrôle de l’immobilier par l’État étant réputé comme étant le second meilleur moyen pour détruire une ville après le bombardement en bonne et due forme…

Ce sont, dit-on, dans les vieilles casseroles qu’on fait les meilleures soupes. Apparemment, ce sont dans les vieilles casseroles politiciennes qu’on prépare les pires idées taxatoires.

Mais peu importe que le constat soit toujours le même. Peu importe que ces idées stupides aient déjà été tentées ailleurs, aient déjà foiré ailleurs, aient déjà provoqué misère et effets indésirables ailleurs : la France doit montrer le chemin, tenter elle aussi de se brûler avec le feu, se noyer avec l’eau, s’appauvrir avec le socialisme et se déchirer avec le collectivisme, le communautarisme et l’étatisme le plus débridé. Il n’y a pas de raison que ce soit réservé aux Vénézuéliens, aux Boliviens, aux Cubains : nous aussi, nous avons le Droit À Un Pays En Ruine !


—-
Sur le web

Voir les commentaires (61)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (61)
  • jusqu’à comprendre que leurs « propositions » sont nauséabondes, nocives et méritent de solides coups de pied dans les parties génitales.

    Le problème, c’est qu’il leur faut longtemps pour réaliser après le coup dans les burnes. Le coup ne devait pas être assez rude : mettez donc des chaussures de ski, la douceur du coup est garantie, limite éburnage, et la Castafiore va paraître amatrice en comparaison du nouveau gonadectomisé 😉

    #EnRuine, l’idée d’un nouveau parti politique pour se foutre de la gueule de ces crétins 🙂
    La devise : demain on rase gratis, mais pourquoi attendre si longtemps?

    Je ne donne pas cher du parc immobilier français si ces tarés ne se calment pas. Comment payer entretien et taxes en même temps ❓

    • La négation du droit de propriété.. je ne pense pas qu’ils pourront aller jusque là sans se prendre une bordée… mais agiter cet épouvantail pour faire paraître douces les multiples taxations plus modestes à venir.. c est une stratégie de manipulation possible. Ne vous plaignez pas! regardez vous avez échappé à bien pire!

      • je ne pense pas qu’ils pourront aller jusque là sans se prendre une bordée…
        Détrompez-vous, ils y vont progressivement, avancent une idée, puis reculent, recommencent, publient un sondage (bidon) disant que les Français sont d’accord, et les députés (socialistes de droite, de gauche et du centre) votent la loi.
        Rappelez-vous l’histoire de la grenouille…

    • Si je me trompe, nous ne vaudrons alors guère plus que des esclaves

    • Les coups dans les parties génitale seraient amplement mérités, mais encore faudrait-il qu’ils soient dotés de gonades pour que cela ait le moindre effet.

    • Pour racketter l’état a inventé la saisie immobilière pour les propriétaires : rien de tel pour mettre à genoux ceux qui à tord ou à raison doivent de l’argent à l’état qui bien sûr a tout intérêt à ce que les quidam possèdent leurs logements.

  • Le loyer fictif est deja en route ,la taxe foncière , represente deja ,pour moi, 40% du loyer que je pourrai obtenir en cas de location a la campagne..apres la disparition de l’autre taxe ,locale , on va surment avoir un p’tit supplement sur le foncier

    • Pourquoi seulement un p’tit supplément ? Ça va sûrement doubler au minimum !
      Il faut punir ceux qui ont économisé toute leur vie pour s’offrir un toit pour leur vieux jours…

    • … (suite) En fait acheter pour ses vieux jours Est-ce que se sera encore rentable (si tu ne fais pas partie des privilégiés) ?
      Comme en tant que ex-salarié du privé tu arrives à peine à survivre une vingtaine d’années… tu compares 20 ans de loyers et le montant de l’achat + 20 ans de taxes et travaux… Ça n’est rentable que pour les ex-EDF/RATP/SNCF et les fonctionnaires qui en plus ont des taux de crédit préférentiels.

  • En théorie, en Chine, l’Etat est encore propriétaire de l’ensemble du patrimoine foncier, les « achats » qui ont été faits ces dernières années ne sont que pour 99 ans.
    En pratique… il faudra beaucoup de courage au gouvernement d’alors pour faire jouer ce « droit de propriété » quand l’échéance arrivera !
    En France, on doit pouvoir faire beaucoup mieux que les chinois !

    • Oui, mais la création de ces baux emphytéotiques a permis l’essor de l’économie chinoise, donc l’idée doit être qu’ils auraient le même effet ailleurs, et que les conséquences dans 99 ans sont de peu d’importance.

    • Je pense que les taxes sur l’immobilier ne doivent pas être les mêmes qu’en France.
      En Angleterre aussi il me semble que l’état est propriétaire des terrains non ?

      • OK, Si l’État est propriétaire du terrain l’impôt foncier devrait être divisé par dix si tu est proprio dans un immeuble de 10 étages. Est-ce la cas ?

        • Bonne question en effet. Si on se base sur le cadastre à priori oui. Mais bon, on est en France, et il y a une notion de propriétaire en plus 🙂

  • L Idee du loyer fictif n est pas si stupide qu elle en a l air. Elle est d ailleurs appliquee en Suisse.
    Ca incite a moins investir dans l immobilier ce qui est plutot une bonne chose pour l economie (a moins d etre completement cretin, personne ne pense que l avenir de la France est plus dans le parpaing que dans ses entreprises).
    Effet secondaire, ca limite le chomage car la duree de chomage est superieur pour les proprietaires (https://immobilier.lefigaro.fr/article/plus-il-y-a-de-proprietaires-plus-il-y-a-de-chomeurs-selon-l-insee_008d13bc-43c0-11e8-ad7a-1b7da48f683b/)

    • Laisser chacun libre d’investir — ou pas — dans l’immobilier et ne lui faire payer que les services effectivement rendus par la puissance publique mériterait d’être essayé. Je suis sûr que ça relativiserait combien le découragement de l’investissement immobilier peut être une « bonne chose » !

    • Et les entreprises de parpaings ,elles font quoi , des briques ?

    • @ cdg :
      loyer fictif appliqué en suisse, source ?
      Ne pas investir dans l’immobilier : bonne chose pour l’économie ?
      Ah bon ? depuis quand ? raisonnement économique de cette affirmation stupide et renouvelée ? pourtant, quand ‘l’immobilier va, tout va dit un proverbe ? aucun rapport entre le fait d’être propriétaire et au chomage, c’est la faute de l’état qui rend l’achat vente d’immobilier très cher, d’où le peu de mobilité géographique des propriétaires.
      A moins que vous ne préfériez une société de pauvres sans toit …

      • loyer fictif en suisse: https://www.letemps.ch/suisse/fin-valeur-locative-un-espoir-fiscal-proprietaires
        vous pouvez essayer aussi ca
        https://www.capital.fr/immobilier/loyer-fictif-l-intox-de-la-supertaxe-des-proprietaires-continue-de-circuler-1230542
        ou vous lisez « Le concept du loyer fictif existe dans plusieurs pays (Suisse, Pays-Bas, Danemark, Suède). Il a même été en vigueur jusqu’en 1965… en France »

        « pourtant, quand ‘l’immobilier va, tout va dit un proverbe »
        Labourage et paturage sont les 2 mamelles de la France . On est plus au temps de Sully (ma citation) ni dans les annees 50 (votre proverbe)
        Ce dont a besoin la France en 2019 c est pas d entreprises qui construisent des parpaings ou des immeubles (souvent d ailleurs avec des bac -5 etrangers) que des google, Facebook ou Huawei

        « aucun rapport entre le fait d’être propriétaire et au chomage, c’est la faute de l’état qui rend l’achat vente d’immobilier très cher, d’où le peu de mobilité géographique des propriétaires. »
        Ben si, c est meme demontre statistiquement dans le lien que j ai donné. Tout simplement parce que si vous vous trouvez dans une zone economiquement sinistree, ca va etre dur de vendre votre maison et que les gens n ont pas envie de vendre a perte. donc ils preferent rester qui a vivre au chomage

        « A moins que vous ne préfériez une société de pauvres sans toit »
        C ets sur que la Suisse correspond tout a fait a cette definition. Moins de 50 % de proprietaires et des misereux a tout les coins de rue. Au contraire la roumanie a 96 % de proprietaires respire l opulence 😉

    • Le loyer fictif existe bien en Suisse. Il s’appelle valeur locative. Il faut aussi savoir qu’en contrepartie, nous pouvons déduire notre charge hypothécaire sur notre déclaration d’impôts.

      Cette valeur locative a un gros défaut, c’est qu’elle incite les propriétaires à maintenir une dette hypothécaire élevée (vu que vous pouvez en déduire les intérêts, autant que cela vaille la peine).

      Ce n’est donc pas parce que ça existe ici que c’est une bonne idée. D’ailleurs, il y a de plus en plus de voix qui demandent sa suppression.

    • En France aussi le loyer fictif existe déjà, il s’appelle taxe foncière.

    • Corrélation n’est pas raison. Vu le nombre de fois que cela a été rappelé sur ce site, vous devriez le savoir.

    • Rhoooo ! On a droit à un joli sophisme. :o)
      L’investissement immobilier est une accumulation de capital qui vous permet de 1) vous offrir un toit définitif, que (normalement) personne ne peut vous spolier et donc 2) vous permet de vous prémunir partiellement des accidents de la vie et 3) vous permet d’utiliser comme garantie si un jour vous souhaitez devenir entrepreneur.
      Donc, le taxer une énième fois, est effectivement une occasion de plus de réduire son rendement, et donc de fragiliser encore un peu plus la population.
      … et franchement la corrélation propriétaires / chômage, c’est blague bien rigolote.

    • C’est fou, on croirait que les gens deviennent proprio pour se prémunir des accidents de la vie et avoir à travailler moins avec l’âge.

      Papossib’!

    • « ca limite le chomage car la duree de chomage est superieur pour les proprietaires »
      Israël, 70% de propriétaires, chomage inférieur à 4%. Allez chercher ailleurs les excuses à votre économie moribonde.

    • Ayant vécu en Suisse , je peux vous dire que loyer fictif ou pas, il vous reste en fin de mois beaucoup plus pour vivre qu’en France ! les prélèvements sur salaire et taxes sont ridiculement bas et permettent de faire rentrer un peu d’argent pour entretenir les rues ; qui sont bien plus propres qu’en France ! conclusion : à choisir, je préfère de loin le système suisse.

    • Le système suisse a été instauré pour mettre à égalité celui qui laissait ses 100 000 chf en banque et payait un impôt sur le revenu de sa fortune , alors que celui qui avait investi dans l immobilier ne payait qu un ridicule impôt foncier.

  • L’idée du Modem (le parti prétendument libéral), qui d’ailleurs fait tressaillir d’allégresse les élus officiellement socialistes de Paris, a toute les chances d’être un succès foudroyant.

    Qui en effet sera assez stupide et suffisamment lobotomisé pour accepter de devenir un semi-propriétaire (un semi-homme ?) devant payer à vie un loyer à l’Etat (à la mairie) en plus du remboursement de ses annuités d’emprunt, pour acquérir un bien qui se révélera pratiquement invendable à terme puisque sa valeur de marché sera ridiculement faible, sinon nulle* ?

    Voilà une idée qui risque de ressembler à la voiture électrique, lourdement et scandaleusement subventionnée, impraticable dans la vraie vie, finalement inutile et même contre-productive. Une idée débile parmi tant d’autres qui ne démontre qu’une chose : nos politiciens sont d’abominables crétins.

    * Valeur de marché en semi-propriété : valeur du bâti au coût de la construction moins le montant prévisible du loyer sur le foncier calculé sur 3 décennies.

  • Merci Merci et merci, je me posais la question de savoir quoi faire des biens immobiliers que me transmettront mes parents, j’ai la reponse :—–> direction AILLEURS apres vente contre especes sonnantes et trebuchantes 🙂

    • Il y a aussi le camping car ou le mobile home , c’est pas mal aussi !
      Enfin , c’est l’option que j’envisage au lieu de la maison de retraite ou la prison ( trop ‘difficile pour se faire admettre , les places sont rares )..mais en tout cas , je ne serais jamais plus proprietaire même ailleurs

    • AILLEURS… C’est pas pour leur faire de la pub’, mais voyez le prix de l’immobilier au Monténégro… Pays tranquille, sain, au bon encadrement médical, et où l’euro a cours (c’est pratique) sans qu’ils fassent partie de l’Union Européenne (pas fous !).

  • Comme je l’ai déjà dit ailleurs,
    tous locataires sauf les aparatchiks
    tous au smic sauf les aparatchiks
    seulement voilà: les HLM monopolisées par l’immigration

    les aides sociales tirées vers le bas et distribuées en grande partie à l’immigration

    situation dite comme ressentie par une classe moyenne aux revenus sans cesse rabotés que l’on traite de racistes, comme c’est commode.

  • Juste pour une info.
    Dans l’Albanie stalinienne d’Enver Hoxha, chaque famille payait 5% de son revenu pour son logement.
    Pour les « locataires » (évidemment de l’Etat, puisque nul n’avait le droit de louer un logement à son profit), c’était pour leur loyer.
    Pour les propriétaires (car il y en avait, ceux qui avaient hérité de leurs parents / mais oui, c’était accepté !), c’était pour compenser la chance qu’ils avaient eue.
    NB1. Il n’y avait pas d’impôt sur le revenu
    NB2. L’écart théorique des salaires était de 1 à 3,5. En pratique du 1 à 6, lorsqu’il y avait plus de 2 salaires dans la même famille (enfants cohabitants).
    NB3. N’est-ce pas vers là que veulent nous faire aller nos Bobos (au pouvoir) anciens Maos (nostalgiques) ?
    NB4. Leur nostalgie ira-t-elle jusqu’à imiter le camarade Pol Pot ? Je commence à me le demander…

    • l’mitiation de Pol Pot a deja commencé : « tirer sur son propre peuple avec des armes de guerre » (Selon la definition du code penal, le LBD rentre dans la categorie des armes de guerre), a quand l’enterrement vivant des opposants au regime??

  • « … nous aussi, nous avons le Droit À Un Pays En Ruine ! » J’ai bien ri!!
    Oscar Wild : « Quand les dieux veulent nous punir, il exauce nos prières. »

  • La proposition de loi du Député Jean-Luc Lagleize du Modem pour (repenser comme ils disent) réduire la propriété sera présenté le 28 novembre 2019 à l’Assemblée Nationale.
    Elle reprend en fait les propositions de Thomas Picketty dans son dernier livre.
    Je suis curieux de voir qui seront les députés qui oseront pour une fois défendre la propriété privée.

  • Donc si je comprends bien, si je ne paye pas la taxe, on m’exproprie du pourcentage de mon bien correspondant. Il est bien évident que je choisirais cette solution (idéalement pour la taxe foncière aussi). Pourquoi?
    Car l’expropriation partielle n’empêche nullement la jouissance du bien, tant qu’elle n’est pas totale. Du coup je peux ajuster l’entretien pour que le bien soit une ruine à l’échéance de l’expropriation. Et ça me coute ainsi moins que de payer la taxe en monnaie (car je place l’argent de la taxe).
    Résultat des courses:
    -Pour moi, la propriété devient temporaire (comme un bail emphytéotal), donc tout investissement est supprimé.
    -Pour l’état, il récolte des ruines coutant une fortune à rénover.
    Bilan: CPEF

    • Ce qui peut devenir drôle c’est que une fois les 100% de votre propriété acquis par l’Etat, ils vont devoir expulser les occupants, anciens propriétaires devenus squatteurs, et alors là ils vont peut-être devoir déclarer le squatt illégal pour que cela les arrange.

      • Il ne faut pas rêver. Comme pour la répression des divers manifestants, le deux poids deux mesures s’appliquera là aussi. Il y aura les bons squatteurs, ceux que le pouvoir cagole et encourage, et les mauvais squatters (salauds de (ex)propriétaires) qui se feront virer manu militari en plein hiver.

  • Instaurer le loyer fictif revient à mettre dans le marché de la location les logements concernés. Donc accroitre l’offre, et provoquer une baisse des valeurs locatives de l’ensemble des logements. Donc provoquer, à plus ou moins long terme, une baisse des loyers.
    Si l’idée du loyer fictif suit son chemin, ses modalités de calcul seront à surveiller de près.

    • « Instaurer le loyer fictif revient à mettre dans le marché de la location les logements concernés. »
      Ah bon ? Le loyer fictif va de pair avec l’expulsion du propriétaire légitime du bien ?

    • @xc
      Bonjour,
      Le loyer fictif n’a rien à voir avec la mise sur le marché de logements vacants, non proposés à la location par leurs propriétaires. Il s’agit de faire payer aux propriétaires une énième taxe lorsque le logement est remboursé, donc que le propriétaire ne paie plus de crédit. Montant de la taxe qui sera très certainement évalué au doigt mouillé, avec un peu de prise en compte de la taxe foncière, du prix au mètre carré, du montant des échéances du crédit terminé, plus l’âge du capitaine.

      Pensez-vous qu’un salaire fictif mettrait sur le marché les chômeurs ?
      « salaire fictif » : taxe sur le salaire probable perçu par un chômeur si celui-ci trouvait un emploi dans la branche mentionnée à son inscription chez Pôle Emploi.
      Idem pour les retraités, qui, s’ils n’étaient pas à la retraite (ou si elle n’existait plus) percevraient un salaire, ou le même que celui quand ils étaient actifs.

    • C’est une taxe de crétins parfaits, qui se mord la queue, tellement ils sont cons.
      Cela va provoquer une baisse des valeurs par manque d’acheteurs et de dégradation des biens.
      Ces crétins infinis devront baisser la taxe, sinon, le marché va s’écrouler rapidement en moins de 10 ans.
      En effet qui voudra acheter un bien qu’il ne pourra rentabiliser ❓

      Sauf sans doute les membres de la Nomenklatura, qui pourront puiser dans la caisse avant que le pognon touche le fond, comme au bon vieux temps de l’URSS 🙁

  • Le socialo vit du discours et des sérénades qu’il adresse aux pauvres sous forme de promesses, et aux autres qualifiés de Nantis sous formes d’accusations sans fondements. Le pauvre est la matière première, le terreau du socialo, il s’en gave. Son instinct son but ultime est de produire du pauvre et de la misère. (Y compris intellectuelle.)

  • Si maintenant même les élus Modem se mettent à jouer les bolcheviks …on est pas sortis de l’auberge ( sibérienne )

  • Si loyer fictif il doit y avoir, la justice la plus élémentaire voudrait que son montant soit équivalent à celui que donnerait sa négociation sur le marché. Il est douteux que des fonctionnaires ou des élus, jugeant de loin sur des critères abstraits y parviennent. Alors que le propriétaire-bailleur, lui, dispose d’un critère objectif: le temps que met le logement à trouver preneur.

  • Le propriétaire-bailleur est tenu de fournir au locataire un logement en bon état d’habitabilité. Si, par exemple, le ballon d’eau chaude est en panne, son remplacement peut prendre quelques jours. Le propriétaire est tenu de défalquer du loyer le montant correspondant à cette période (le locataire peut l’exiger si le propriétaire « oublie » mais ne doit pas le faire-lui-même).
    Ne comptons pas sur l’État pour remplacer les ballons d’eau chaude en panne. Mais qu’en serait-il du loyer fictif en tel cas ?

  • Lorsqu’oon a acheté sa voiture on ne paye pas de location pour celle ci, on ne paye pas de transport en commun non plus. A part les menus frais d’essence (surtaxés) , d’assurance (taxée), de contrôle technique (obligatoire et taxé), d’entretien (taxé), de péages (sur des autoroutes payées trois fois avec vos impôts), de parking (taxé), et de contraventions à la moindre incartade, les propritaires de voitures ne payent rien! On peut donc dire que leur véhicule est une rente qu’il faut taxer sur l’assiette du montant de la location d’une voiture de même catégorie. Ce n’est que justice.

    On peut louer un smoking. Or mes propriétaiares de smoking etc…

    On peut louer quoi encore? Les services d’une prostituée? Donc les hommes mariés devraient payer une rente équivalente à l’amende des clients de prostituées non? C’est pas la même suite logique?

  • La France a une dette qui dépasse 2400Mds€ mi-novembre.
    Au spécialiste économique de CNews présent sur le plateau, Eric Zemmour lui a dit que la dette ne serait pas honorée et qu’en tant qu’expert économique le spécialiste devait le savoir. Ce à quoi le spécialiste a rétorqué que la France valait 16000Mds€ avec ses bâtiments publics. J’ai pensé à ce moment-là qu’il ne manquait plus qu’il nous dise que l’Etat n’avait qu’à devenir proprio des terrains déjà bâtis. Là, je lis que cette hypothèse de vol généralisé est ressortie du placard où elle avait été posée. Il n’a pas de cheminée à l’Elysée ?
    16000Mds d’euro, l’Etat a encore de la marge dans son délire dispendieux.

    • Lorsque l’Etat devra rembourser la dette, il fera une chose simple, rapide, et sans discussion : il saisira les assurances vie et les plans, livrets et autres bricolages bancaires. Ce sera net et sans bavures et personne ne mouftera. Ça couvrira amplement la dette. Ce sera déguisé en « emprunt national » ou autre carabistouille de cet acabit mais ça reviendra à ça. Pour deux raisons :
      – personne ne plaindra les « rentiers » et les « riches » qui ont des livrets, des assurances et de l’épargne et la situation est critique ma bonne dame et chacun doit faire sa part etc etc. Les médias et les gauchistes baveront de plaisir et assureront sans frémir le SAV de ce casse du millénaire.
      – l’alternative, le défaut, mettrait le pays dans une merde bien plus profonde.
      – à choisir entre la merde du défaut (qui enverra le peuple dans la rue) et les couinements des « rentiers/épargnants/riches/possédants », le gouvernement n’hésitera pas longtemps.

      • Il suffit de voire le courage que les différents gouvernements ont eu face aux rentiers de la SNCF, RATP, EDF… Nul, voire même négatif que cela dépasse l’imagination.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
inflation immobilier
3
Sauvegarder cet article

Une crise ne devait jamais se produire. Pas après la Grande Modération des 30 dernières années. Mais la plupart des actifs sont sur le point de chuter.

Depuis plus de 100 ans, l’immobilier a baissé lors des périodes comme celles-ci, où l’inflation surpasse les taux d’intérêts et les force à grimper.

Le graphique ci-dessous (source) donne l’indice des prix de l’immobilier en France, en fonction du revenu des ménages.

 

 

Vous pouvez observer trois périodes de chute des prix pour l’immobilier... Poursuivre la lecture

Dans cet article publié par Contrepoints au mois d'avril, j’expliquais pourquoi, à mon avis, il conviendrait de supprimer le salaire minimum qui est imposé à tous les producteurs et dont le montant est décidé par le pouvoir politique.

Or, dans un article publié très récemment, il est indiqué qu’il est souhaitable d’augmenter le montant du salaire minimum pour que les salariés en bénéficiant puissent acheter par crédits un bien immobilier. Certes le salaire minimum a été un peu augmenté au cours des années, mais dans une moindre proport... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF-Europe

Le manque de logements est accusé de favoriser l’augmentation des loyers, de réduire la mobilité des actifs et d’empêcher l’éradication des logements insalubres. À dire vrai, les besoins de nouveaux logements sont incertains. Un chiffre annuel de 500 000 est régulièrement évoqué, mais jamais atteint. Il est vrai que malgré la baisse de la natalité, le besoin de résidences principales continue d’augmenter du fait notamment de la séparation des ménages, de la mise en couple tardive, du vieillissement, de l’imm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles