Augmenter les impôts des riches ne fait pas augmenter les recettes

La Californie est en train de devenir une nouvelle France. On fait tout pour taxer et chasser les plus riches. Sauf que là-bas non plus, ça ne marche pas.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Malibu Coast by Chuck Abbe (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Augmenter les impôts des riches ne fait pas augmenter les recettes

Publié le 7 novembre 2019
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

La Californie est en train de devenir une nouvelle France. On préfère les pauvres aux riches, on fait tout pour taxer et chasser les plus fortunés. Sauf que là-bas non plus, ça ne marche pas. Cela provoque même l’effet contraire.

En 2012, après referendum et pour l’impôt local sur le revenu, une hausse (de 10,3 % à 13,3 %) du taux marginal supérieur des contribuables gagnant plus de un million de dollars a été décidée. Les taux appliqués aux personnes gagnant plus de 250 000 dollars par an ont aussi augmenté d’un à deux points de pourcentage.

Les démocrates ont approuvé. Les économistes de Stanford, Joshua Rauch et Ryan Shyu, ont analysé la réaction des intéressés (Prop. 30 de leur étude). Ils ont d’abord remarqué un nombre accru de départs chez ceux dont le revenu dépassait deux millions de dollars, phénomène encore plus notable au-delà de cinq millions : le pourcentage de départs passe alors de 1,5 à 2,125. Cela signifie essentiellement que la probabilité qu’un résident riche quitte la Californie augmente d’environ 40 % après une hausse d’impôts.

Ensuite, les économistes ont examiné l’évolution des revenus en comparant les déclarations fiscales avant et après la hausse de l’impôt. Ils ont constaté que

« les revenus les plus élevés en Californie rapportent en moyenne 522 000 dollars de moins en 2012, 357 000 dollars de moins en 2013 et 599 000 dollars de moins en 2014. »

Les économistes ne donnent aucune explication, mais il se peut que les hauts revenus aient réagi à la hausse des impôts en travaillant moins ou en différant les rémunérations.

En conclusion, selon l’étude, la migration et les réponses comportementales des contribuables ont effacé 45,2 % des gains attendus de la hausse de l’impôt sur les principaux revenus. Cela est d’autant plus intéressant que certains économistes, comme Thomas Piketty, soutiennent que les riches ne se soucient pas des taux d’imposition marginaux et que le relèvement du taux de revenu maximum à 70 % n’affectera pas les revenus ni les incitations à travailler.

Sur le web

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Encore une histoire de fous, comme si quelques dollars d’impots pouvaient avoir une influence sur le moral des multi millionnaires !
    Donc , faire payer les riches ne sert a rien , on peut egalement supposer que faire payer les pauvres donne le meme resultat…donc la californie a atteint et depassé le point laffer où plus rien ne rapporte ? Que dire de nous !

    • Ce n’est pas une question de moral, mais de Justice, on commence par un doigt, et on finit par le bras entier. Ce qui inquiètes les travailleurs qui ont réussi, c’est la mentalité et la tendance.
      Enfin, faire payer les riches ou les pauvres ne sert pas à rien, bien au contraire, c’est particulièrement néfaste !!! C’est enlever du capital à ceux qui savent l’allouer pour le donner à un acteur économique particulièrement inefficient en tout : l’état.

    • Proportionnellement, les riches énormément plus qu’un pauvre, quelque soit le taux d’imposition.
      Un riche ne voudra pas vivre comme un pauvre, c’est logique. Augmenter son imposition pour « paraître » gagner comme un pauvre n’y changera rien.

      • @maniaco : un riche ne voudra pas vivre comme un pauvre ? affirmation sans fondement : regardez le train de vie de Warren Buffet ou du fondateur d’Auchan, ou encore, pour aller dans la littérature, du père d’Eugénie Grandet …

    • « que dire de nous ? »
      Vous n’imaginez pas le nombre de jeunes ingénieurs français qui sont chez Google USA, ou ailleurs. Je cherchais à recruter un thèsard sur les sujets IA, au bout de 6 mois ils partent tous chez Facebook, et ils ont raison de ne pas laisser leurs talents à la merci des rapaces aux commande du pays. LA GREVE ! (Atlas Shrugded) CPEF.

      • Bah , un ingenieur est sensé etre intelligent , pourquoi végéter dans un pays a l’avenir compromis sans espoir de le changer ?

        • L’idéal est de pouvoir vivre dans son pays et de laisser son portefeuille loin des parasites.
          On trouve des informaticiens freelance qui ont leur société au UK, se déclarent salarié-unique d’une filiale étrangère et ne se versent en France que le salaire minimum pour une carte de Sécu. Ils louent un logement qui appartient à la boite, etc .. les vrais riches sont pauvres fiscalement 🙂

  • Ce qui me gêne dans cette article, c’est l’appréciation du référendum du genre « on fait tout pour »..
    Si le référendum ou le résultat est contre les impôts ou l’immigration, le peuple est lucide et il faut le respecter. Si la proposition ou le vote va contre ses idées là, on décrédibilise le référendum et le peuple. Ce n’est pas très sérieux et loyal. D’autant que d’autres référendums furent en faveur des riches à d’autres moments.
    Bref, ce ne sont pas toujours les mêmes qui gagnent, c’est ça le peuple et la démocratie. On ne peut pas non plus s’étonner alors qu’une partie du peuple veuille la peau des puissants.

  • Sigisbert de Motafiume
    7 novembre 2019 at 12 h 10 min

    C’est sur qu’il n’y a qu’un abruti comme Piketty pour penser qu’on peut supporter 70% de taxes sans broncher ! Même si la personne est très riche, elle n’a pas autant envie de se laisser dépouiller, surtout quand on voit ce que l’Etat fait de l’argent ensuite !!

  • Ce n’est pas suivant le principe Socialiste qu’en sherchant à appauvrir les Riches qu’on va enrichir les Pauvres

  • Pour quelle raison ont-ils augmenté les impôts de certains ? J’ai l’impression que le raisonnement est, comme en France, de vouloir prendre toujours plus, sans se poser la question du besoin.

  • Sagesse Libérale
    7 novembre 2019 at 23 h 45 min

    Je comprends mal l’intérêt de cet article. L’auteur ne semble pas comprendre que l’objectif de Piketty (qu’on le souhaite ou non) est une diminution des très hauts revenus au nom de la lutte contre les inégalités. Autrement dit, l’auteur confirme bien que taxer davantage réduira la distribution primaire des hauts revenus.
    2. Le titre est trompeur puisque il n’est pas dit dans l’article que les recettes n’augmentent pas mais pas autant qu’il était prévisible (puisque les hauts revenus ont diminué).
    Bref pas très convaincant

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Arnaud Pineau-Valencienne. Un article de l'IREF Europe.

En quatre décennies, le déficit public du pays devient vertigineux. Son origine remonte à la première alternance de la Ve République. La France subit par dogmatisme un chambardement en matière de gestion de ses finances publiques. Nos partenaires américains et anglais nous le ferons comprendre lors d’un somptueux dîner à Versailles par leur silence éloquent.

Les promesses démagogiques fleurissent, « flattent les mouvements d’option » et l’addition se paie immédiatement

Poursuivre la lecture

Ce dimanche, Elon Musk s’est entretenu avec Seth Dillon, président du site satyrique Babylon Bee, ainsi qu'avec Kyle Mann et Ethan Nicolle pour une interview approfondie sur les impôts, le Metaverse, le rôle de l’État, et comment la gauche tue la comédie.

Elon Musk est un entrepreneur. Il est le fondateur, président et ingénieur en chef de SpaceX, investisseur initial, président et architecte produit de Tesla, Inc., fondateur de The Boring Company, co-fondateur de Neuralink et de OpenAI.

Avec une valeur nette de ses acti... Poursuivre la lecture

Par Francis Richard.

Ce recueil de contributions n'a pas l'ambition d'être un manuel de la gestion parfaite d'une crise. Mais il souhaite apporter un éclairage nouveau sur les mois que nous venons de vivre et les temps à venir. Les analyses des prochaines pages ont pour trait commun de se fonder sur des faits et de faire confiance davantage aux individus qu'aux gouvernements au moment de gérer les conséquences de la crise. En espérant que cet ouvrage puisse contribuer à la discussion et faire du "monde d'après", un monde de libertés !<... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles