Nancy Pelosi lance une procédure de destitution contre Donald Trump

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a annoncé le lancement d’une procédure d’impeachment contre le président Donald Trump, suite à des accusations portées à son encontre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Congressman Nancy Pelosi By: Global Climate Action Summit 2018 - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nancy Pelosi lance une procédure de destitution contre Donald Trump

Publié le 3 novembre 2019
- A +

Par Billy Binion.
Un article de Reason.com

Nancy Pelosi annonce l’ouverture d’une procédure d’impeachment (destitution) à l’encontre de Trump suite au scandale ukrainien. Cette décision intervient au moment où des accusations sont portées contre le président Trump soupçonné d’avoir fait pression sur l’Ukraine pour qu’elle enquête de façon à nuire à Joe Biden.

Une grave violation de la Constitution

La présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a annoncé le lancement d’une procédure d’impeachment contre le président Donald Trump, suite à des accusations portées à son encontre. Il aurait fait pression sur le président Ukrainien Volodymyr Zelensky visant à compromettre l’ancien vice-président Joe Biden, candidat démocrate probable à l’élection présidentielle de 2020.

« Les mesures prises à ce jour par le président constituent une grave violation de la Constitution », a-t-elle déclaré.

Même si Peter Suderman de Reason avait souligné que certaines accusations ne paraissaient guère fondées, des éléments de plus en plus nombreux semblent incriminer le président. Rudy Giuliani, l’avocat personnel de Trump, a fait machine arrière à la télévision nationale. Après avoir nié dans un premier temps, il a ensuite avoué avoir exhorté Zelensky à enquêter sur Biden et sa famille.

De plus, Trump aurait réitéré cette demande à huit reprises lors d’un appel téléphonique au président ukrainien au mois de juillet. Quelques jours avant cette conversation, le chef d’état-major par intérim de la Maison-Blanche, Mick Mulvaney, avait suspendu 400 millions de dollars d’aide militaire de l’Ukraine à la demande de Trump.

Le président ne peut légalement empêcher le versement de fonds votés par le Congrès. Pourtant, il semble que Trump ait tenté de suspendre illégalement ce soutien à l’Ukraine, dans l’espoir d’inciter ce pays à nuire à un de ces opposants politiques.

Le revirement des démocrates

Trump a déclaré lundi qu’il avait mis en attente les fonds en raison de la « corruption » régnant dans le pays. Il s’est contredit mardi, disant aux Nations Unies qu’il retenait l’argent car déçu par le manque de soutien financier de la part des Européens.

Le revirement de Pelosi sur l’impeachment représente un changement majeur pour la représentante, qui affirmait jusqu’ici qu’une telle procédure serait politiquement désastreuse pour les démocrates. Mais elle n’est pas la seule à avoir changé d’avis. De nombreux représentants de gauche qui s’opposaient jusqu’à présent à cette idée ont fait volte-face à la lumière des dernières révélations. Leur nombre dépasse maintenant 150 sur 235. La présidente de la Chambre va proposer la création d’une commission spéciale pour enquêter sur le sujet.

Un président au-dessus des lois ?

Trump a lancé des accusations similaires contre Biden. Il prétend que l’ancien vice-président a refusé d’accorder des fonds à l’Ukraine afin d’aider son fils Hunter, mais  Trump n’a pas encore été en mesure de fournir la moindre preuve à l’appui de cette affirmation.

En 2016, Biden a menacé de suspendre un milliard de dollars d’aide américaine si un procureur – accusé de corruption par plusieurs agences internationales – n’était pas démis de ses fonctions. Certains membres de l’entourage de Trump prétendent que l’ancien vice-président l’a fait pour protéger son fils de toute investigation à propos de son rôle au sein du conseil d’administration d’une société de gaz ukrainienne, compromise dans un scandale.

Lors d’une conférence de presse tenue ce 24 septembre, Biden a critiqué le président et l’a accusé d’avoir abusé de ses fonctions pour son bénéfice personnel. « Nous avons un président qui croit qu’il n’y a pas de limite à son pouvoir », a déclaré Biden. « Nous avons un président qui croit qu’il peut tout se permettre et s’en sortir. Nous avons un président qui croit qu’il est au-dessus de la loi. »

Article initialement publié en septembre 2019

Traduction pour Contrepoints par Gérard-Michel Thermeau de « Nancy Pelosi Announces Trump Impeachment Inquiry Over Ukraine Scandal »

Voir les commentaires (79)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (79)
  • Et ça continue le Trump-bashing à l’emporte-pièce sur Contrepoints…
    Vous voulez du factuel ? Faites alors du journalisme, hein :
    https://thehill.com/opinion/campaign/462658-lets-get-real-democrats-were-first-to-enlist-ukraine-in-us-elections

    • Il est toujours intéressant de connaître les arguments de ceux qui ont des positions opposées aux vôtres. Contrepoints, et je l’apprécie pour cela, suppose que le lecteur est assez intelligent pour trier lui-même et établir son propre jugement. L’article ne trompe pas le lecteur, et ne porte pas de jugements de valeur subreptices comme ce qu’on peut avoir dans les journaux télévisés, il n’a pas changé mon opinion globalement favorable à Trump mais m’a éclairé, et je suis heureux de l’avoir trouvé sur Contrepoints.

      • « Trump n’a pas encore été en mesure de fournir la moindre preuve à l’appui de cette affirmation »
        Ah bon ? Vous êtes content d’avoir pu lire ça sur Contrepoints ? Pas moi.
        Ce n’est pas parce que c’est écrit dans l’article que c’est vrai. Le vrai journalisme consiste à recouper les preuves, à interroger les deux parties, à faire de l’investigation, quoi, pas de la propagande. Si j’ai besoin de propagande, il me suffit de lire les dépêches de l’AFP.

        • Bordel, le monde est simple: 2 + 2 = 4. Voilà un fait. L’AFP est une agence de propagande: voilà un fait. Le monde est carré et s’il n’est pas carré, on va le mettre au pli? « Ce n’est pas parce que c’est écrit dans l’article que c’est vrai. » Mais tout ce que j’écris est vrai parce que je le dis: c’est un fait, une preuve en soi !

        • Oui, c’est étrange « qu’il ne puisse pas fournir de preuves » alors qu’il y a des vidéos où on voit Biden se vanter d’avoir bloqué des fonds pour l’Ukraine avec succès (le limogeage du procureur enquêtant sur les faits qui le compromettaient). Mon bon, c’est une bonne chose de lire quelque part la façon dont les choses peuvent être présentées, même aux US, de façon biaisée et intéressée (Reason est un organe « never-trumpiste » avoué)

      • Les journalistes américains ne nous présentent que les faits contre Trump, mais curieusement évite de charger Biden, comme d’habitude. La corruption de Hillary Clinton étouffée, personne ne l’évoque!

        • Tout comme l’implication de Bill dans l’affaire Epstein, dont il fut un des fidèles bénéficiaires. Plus de 20 voyages dans le Lolita Express de Epstein.

      • « L’article ne trompe pas le lecteur »
        Alors que nulle part n’y ait rappelé les faits reprochés au fils Biden (et non à Biden lui même, contrairement à ce que laisse penser l’article de façon grossière : « visant à compromettre l’ancien vice-président Joe Biden »), et que nulle part n’ait rappelé le fait que Biden ait fait une pression monstre pour faire virer le procureur ukrainien enquêtant sur les faits de corruption impliquant le fils Biden, laissant 48h au président ukrainien de l’époque pour virer ledit procureur s’il voulait voir l’aide (en milliards) que son pays devait toucher des USA ne pas être annulé (là, une fois de plus, ce ne sont pas des suppositions, contrairement à ce qui est reproché à Trump, mais des faits) ? Rappelons que ce dernier point, Biden s’en ait vanté publiquement, ce qui a justement fait que Trump a demandé au président ukrainien de se renseigner à ce sujet, comme le montre la retransmission de la conversation.

        Vous n’êtes pas bien difficile…

      • @MichelO: C’est un article de SEPTEMBRE ! Vous repasserez pour le coté informatif.

    • John Solomon pense que c’est un pare feu que Pelosi est obligée de créer pour empêcher que le chantage de Biden sur l’Ukraine, visant à éviter que la corruption de son fils, soit révélé.

    • Une théorie postule que Trump attend avec impatience l’enquête PUBLIQUE lancée par la chambre des représentants car les débats seront publics et là les démocrates risquent quelques retours de bâton notamment dans la supposée collusion de Trump avec la Russie ou dans l’affaire de la vente de l’uranium canadien. Plus de détails ici :
      https://institutdeslibertes.org/11482-2/
      et là :
      https://institutdeslibertes.org/les-casseroles-de-madame-clinton-suite-mais-certainement-pas-fin/

  • qu est ce qui est le plus grave? trump qui demande une enquete meme si c est un opposant politique ou cet opposant mouillé jusqu au cou avec sa famille pour se remplir les poches de facon pas tres honnete dans un pays ou ce personnage alors vice president a ete foutre le bordel au nom de la democratie?

    • Accessoirement, le problème de la transcription qui est publiée partout est que :
      1/ il s’agit d’une transcription
      2/ la personne qui a rédigé ladite transcription a déjà été prise la main dans le sac à mentir sur lors des soit-disant révélations sur les liens entre la campagne de Donald Trump et la Russie…

      Le problème des démocrates et qu’ils n’ont rien compris ni à Chomsky ni à Trump…et essaient de faire passer Biden pour un gentil alors qu’on parle quand même d’un détournement de plus de 1,5 milliard de dollars…

    • Les démocrates ont oublié un détail essentiel de la vie politique…
      Quand le singe veut monter au cocotier, il faut qu’il ait les fesses propres !
      Trump ne sortira pas forcément grandi de ce déballage. Mais les démocrates encore moins. La procédure d’impeachment va faire pschitt. Et comme les élections sont un concours, et pas un examen, Trump n’a rien à craindre pour sa ré-élection.

    • @ kelevra
      Biden n’a pas foutu le bordel en Ukraine! C’est un pays indépendant depuis 30 ans, donc souverain. Mais les Russes, et Poutine en particulier, refusent de l’admettre et font tout pour influencer sa politique, en soutenant par tous les moyens, y compris la corruption, des hommes qui leur sont favorables. Il est logique que le peuple refuse cette main mise russe sur leur pays. Rappelons que des millions d’Ukrainiens ont été massacrés par les
      Russes depuis l’annexion du pays à la fin du XVIIIe siècle, la langue interdite, seul le russe était enseigné à l’école, afin d’éliminer l’identité ukrainienne. Ils comptaient russifier le pays, comme ils le font dans tous ceux qu’ils colonisent.
      Biden et son fils n’ont fait que du business dans ce pays. Ce sont les Russes qui, en considérant que ce pays fait parti de leur zone d’influence, y ont fichu le bordel comme vous dites!

  • Nancy Pelosi, la présidente Démocrate de la chambre des représentants, a annoncé avoir officiellement lancé une mesure d’impeachment — alors que la seule action légale qui permette de le mettre en mouvement est le vote de la Chambre, qu’elle n’a ni programmé, ni réclamé !

    • Exactement, mais les démocrates sont dans le mensonge permanent…

      Accessoirement, tout indique que Trump souhaite que les démocrate aillent plus loin…histoire qu’ils se grillent définitivement politiquement, ce qui en soi n’est pas une mauvaise chose, compte tenu du fait que l’extrême gauche anti-humaniste est de plus en plus vocale dans les rangs de ce parti morribond.

      • @Charles Voilà qui est intéressant. Qu’on l’apprécie ou pas, Trump est plus malin qu’on ne le pense. Il est possible que le piège se retourne contre les Démocrates. Et effectivement il est temps de carboniser ce parti corrompu jusqu’à la moelle, politiquement, financièrement, et surtout humainement. Même si les Républicains ne valent guère mieux.

  • Quelques détails supplémentaires sur dreuz.info, et qui eux ne proviennent pas de la presse de gauche américaine . C’est interessant d’avoir 2 sons de cloche

    • Reason, presse de gauche? Lol

      • de droite, mais « never-trumpist » avouée et prête à soutenir la gauche pour se débarrasser de ce trublion (qui, il faut l’avouer, emmerde au moins autant l’establishment politicien professionnel de droite que l’establishment politicien professionnel de gauche).

  • les démocrates n’ont jamais accepté leur défaite face à trump ; ils feront tout et n’importe quoi pour l’emmerder jusqu’à la gauche ;

    • Les démocrates n’ont manifestement pas lu l’art de la négociation selon Donald Trump…laisser son adversaire porter le premier coup, pour lui rendre au centuple par la suite afin de l’anéantir définitivement…

  • Ce sont des adultes par consequent ils savent se defendre ,que le meilleur ou le plus roublard gagne…..trump pas l’espece de monstre en jupon ,terrifiantes ces femmes américaines d’un certain age !

  • On peut se demander si la procédure lancée contre Trump, puisque Pelosi ne peut ignorer qu’une telle procédure n’a aucune chance d’aboutir avant les élections, n’est pas au fond une manœuvre visant à éliminer Biden, histoire de dégager la route à d’autres candidats démocrates. Désormais, tout ce qui va en sortir mettra Biden en accusation.

    • Le vrai souci pour eux, c’est que ça va embarrasser tout le parti, car ça va révéler la corruption généralisée de l’administration Obama, comme Giuliani le faisait remarquer.
      Mais ils sont trop imbus d’eux-mêmes, comme nos sachants à nous, pour s’en rendre compte.

      • Accessoirement, il est marrant de voir Pelosi indiquer que Trump aurait donné des informations relatives à la sécurité du pays à des puissances étrangères…alors même que Hillary Clinton utilisait une boite mail non déclarée, sur laquelle elle avait une copie de très nombreux documents « secret défense »…la boite en question ayant été piratée à de très nombreuse reprises par de nombreuses puissances étrangères…

        La lecture de Chomsky et de Lippmann est plus que jamais d’actualité…

      • Pelosi a sûrement des défauts mais elle n’est ni inexpérimentée ni stupide. Elle sait qu’il faudrait mobiliser le vote de 20 sénateurs républicains pour que la procédure d’impeachment aboutisse. Elle sait également que c’est une procédure longue, dont le calendrier va se télescoper avec la prochaine présidentielle. Jusqu’à présent, elle refusait la procédure. Pourquoi avoir cédé maintenant ?

        • Pour mobiliser et rallier l’extrême gauche de son parti à sa cause…quitte à se prendre un mur.

        • Bon article. Au delà du cas Biden, il fallait penser aux besoins financiers du parti et des médias en perte d’audience, une telle affaire pouvant effectivement leur redonner un peu de souffle. Par contre, l’hypothèse Pompeo, bien que possible, paraît moins crédible. Il est plus proche du Tea Party que du marécage. A la rigueur, on le verrait plus comme successeur désigné pour 2024.

  • Il faut replacer cette affaire dans la lutte de Trump contre l’Etat profond US (qui avait été évoqué, entre autres, par Charles Gave plusieurs fois. Ex:
    https://institutdeslibertes.org/trump-la-chasse-aux-rino-est-ouverte-aux-usa/).
    Trump a abattu une carte importante en faisant arrêter Epstein dont le carnet d’adresses révèle ramifications de ce pouvoir qui s’étend bien au-delà des Etats-Unis.

    • Les démocrates, mais aussi une partie des Républicains sont les valets de ce pouvoir abject (dans ses méthodes comme ses objectifs), ainsi que la plupart des gouvernants des « démocraties » occidentales, sans parler bien sûr, de ceux de l’UE.

  • On oublie une chose c’est qu’aux USA, c’est le Sénat où TRUMP est majoritaire qui fait les lois et qui décide si on peut promulguer L’Impeachment.

  • Ils ne savent vraiment plus quoi faire! Cet acharnement est une débilité, vu que les républicains ont la majorité au Sénat. Je ne vois pas en quoi il est anti-constitutionnel pour le Président des USA d’enquêter sur la corruption d’un politicien? C’est même son devoir. Il faudrait enfin s’occuper de Hillary Clinton, la femme la plus corrompue du pays, qui a vendu aux Russes 20% de l’uranium américain!

    • En déroulant l’affaire Epstein, il est possible que le clan Clinton soit sérieusement inquiété. Les démocrates cherchent probablement à l’éviter

  • « Les mesures prises à ce jour par le président constituent une grave violation de la Constitution », Nancy Pelosi… qui n’hésite pas à attaquer le Second Amendement pour retirer aux citoyens leur droit constitutionnel de posséder des armes.
    Elle a dit :
    – « Si j’avais pu, les armes de loisirs seraient régulées, et le reste serait confisqué. » (« If I had my way, sporting guns would be regulated, the rest would confiscated. »)
    – « Il nous faut passer cette loi pour que vous découvriez ce qu’elle contient. » (« We have to pass the bill so that you can find out what is in it. ») [En gros, voter une loi les yeux fermés, sans savoir ce qu’elle dit.]
    – « L’interdiction des pailles en plastique est importante pour le contrôle des armes à feu. Cela empêche les tirs de petits pois, les tirs de boulettes de papier qui sont des armes à feu de substitution. » (« The plastic straw ban is important for gun control. It stops pea shooting and spitballing which are gateaway guns. »)
    Elle est celle qui a publié sur le net les addresses de possesseurs d’armes à feu.

    Encore une menace d’empeachment par les démocrates.
    Combien pour Obama ?
    « https://www.youtube.com/watch?v=2REgX1Z4zek »

  • Les Démocrates ont franchi le Rubicon… et les Libertariens avec eux.

    Mépris de la démocratie, intrigue, corruption …

  • Si Nancy Pelosi a du temps à perdre qu’elle demande l’ouverture d’une enquête sur les Clintons, et sur les voyages de Bill avec Epstein, sur les très nombreux sénateurs démocrates qui participaient aux soirées du défunt Epstein.
    Sur les trois heures au cours desquels Epstein est resté seul dans sa cellule, sans le passage des gardiens, qui devaient passer toutes les 30 minutes, Et sur la longue liste de suicide qui semble accompagner les Clinton chaque fois qu’ils sont visés par une enquêtes… ces gens sont sans foi ni loi…

  • Je suis d’accord avec Durru. Ici, nous ne sommes pas dans une question de « positions opposées aux vôtres » mais dans une démarche politique de pur Trump-bashing.
    Entre Trump, dont la politique fait que l’économie US s’est rarement aussi bien portée, et les Démocrates, devenu un parti d’extrême-gauche, il n’y a pas photo quant aux valeurs que défend Contrepoints.

    • « l’économie US s’est rarement aussi bien portée »
      C’est comme l’élastique: plus on tire dessus, plus ça fera mal quand il cassera, mais jusqu’ici soyons zen, tout baigne.

      • Là où je vous rejoint c’est que la dette publique US a semble-t-il sévèrement augmenté sous Trump (essentiellement en raison des programmes de défense) . La prospérité US actuelle est donc en trompe l’œil.

  • Trump sera réélu n’en déplaise au microcosme bobos socialiste de France et des U.S. En tout état de cause B.O n’a rien fait d’intelligent sinon du prosélytisme socialo. G.CLEMENCEAU? que l’ont ne peut pas suspecter de misogyne, il s’est marié encore une fois à 72 ans, a solennellement demandé à ce qu’il n’y ai pas de femmes en politique.

  • Je ne vois pas en quoi un Président n’aurait pas le droit d’enquêter sur la corruption d’un de ses citoyens! C’est pourtant son devoir!

    • On vous répondra séparation des pouvoirs exécutif et judiciaire.

      • Avant de porter plainte il faut des preuves!

      • Les propos de Biden étaient publiques : ils peuvent donc être utilisés comme un exemple de cas de corruption. Et comment ne pas relier à Biden quand des enquêtes de corruption concernent une entreprise dont le fils du vice-président y est embauché et dans des conditions extrêmement troubles ? En tout cas, on ne peut nier les efforts des média habituels (NYT,… ) pour n’y voir aucun conflit d’intérêts pour les uns, alors qu’ils hurleraient pour les autres.

      • La sécurité nationale relève de l’exécutif. Dans le cas Biden, il y a atteinte à la sécurité nationale.

  • Nancy Pelosi avec ses 80 ans aux prochaines fraises.Vous parlez de jeunesse.?Un Sanders qui n »en est pas très loin et qui en plus est Socialiste et l’autre Chavez en Jupon qui n’est pas mieux. Je n’aime pas Trump parce qu’il nous fait perdre de l’argent sur les marchés boursiers mais ce n’est pas l’opposition qui le foutra dehors. N(oublions pas qu’il est majoritaire au Sénat qui lui fait les lois.

  • « visant à compromettre l’ancien vice-président Joe Biden »

    La phrase est mal tournée. L’ancien vice millionnaire s’est déjà compromis, tout seul comme un grand. En l’occurrence, Trump ne cherche pas à compromettre un innocent, juste à trouver des preuves supplémentaires.

    Biden est également soupçonné de prises d’intérêts en Chine, illégales puisqu’il était au pouvoir et en phase de négociation pour le compte des USA.

    Ce type qui a sacrifié son pays pour ses intérêts personnels est corrompu jusqu’à l’os.

    • Comme tous les politiciens professionnels! Il faut être naïfs et stupides pour croire que c’est par altruisme et pour le bien public au service des citoyens qu’ils se lancent dans cette carrière. Le pouvoir et ses avantages: argent, prestige!

      • « N’attendez pas de solutions des politiques, ils sont le problème » Alain Madelin, hélas atteint de démence sénile (il a soutenu Juppé lors de la funeste primaire présidentielle de la doite)

  • Par contre, rien sur le résultat de l’enquête ? Parce que bon, il serait intéressant de savoir si l’enquête demandée par Trump était justifiée ou non, si elle a finalement apportée des preuves, et ceci quelque soit la méthode 😉

    • Ben non, faudrait surtout pas qu’on parle de ce qui a été trouvé… Le but, comme avec l’affaire de la « collusion russe » c’est de faire penser qu’une enquête sérieuse à lieu (d’un coté) et d’enterrer l’enquête de l’autre coté ou de la faire passer pour « résultat d’un chantage » dans les médias, et sur les médias sociaux, affin de convaincre les « sous-informés » que « Trump est vilain et a fait des trucs méchants » (on ne détaillera pas quoi) et que ses adversaires sont des parangons de vertu et donc qu’il faut voter pour eux, qui qu’ils soient et quelles que soient les projets (délirants et liberticides) qu’ils défendent.

  • Madame Pelosi, et les Démocrates, en bons socialistes, font de l’agitation parce qu’ils savent qu’ils ont perdu les prochaines élections présidentielles.
    Il reste que Joe Biden, sous la Présidence d’Obama (prénom Hussein) a couvert d’énormes versements d’argent à son fils par la Chine et l’Ukraine. A l’époque, Joe était vice-président . Cela ne soulève -t- il pas de questions ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vibhu Vikramaditya.

L'annulation de l'arrêt Roe v. Wade est une décision historique qui confirme le principe le plus élevé d'une république. Une république naît de la liberté d'association, de la même manière que les individus se regroupent pour former une famille, que celles-ci se regroupent pour former une communauté et que les communautés se regroupent pour former une société.

Dans une situation idéale de gouvernance fondée sur la loi, ceux qui donnent la loi et ceux qui la respectent doivent être les mêmes, car ce n'est ... Poursuivre la lecture

Aux États-Unis comme ailleurs, la novlangue corrompt de plus en plus le langage. Sous l’impulsion de la mouvance woke, on s’efforce de complètement redéfinir des mots afin d’excuser leurs pires exactions.

On croyait le secteur de l’économie protégé de ces inepties. C’est grandement sous-estimer la stupidité des politiciens…

En effet, selon les définitions classiques, les États-Unis sont entrés en récession après un second trimestre de croissance négative du PIB. Ce fut le cas depuis des décennies, y compris sous la présidence de... Poursuivre la lecture

Par Julien Pomarède.

« Régénérée », « revitalisée », « ressuscitée » : les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le retour de premier plan de l’OTAN depuis le début de l’agression de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022.

L’idée d’une renaissance de l’OTAN tire sa crédibilité d’un constat simple. Après deux décennies d’errements dans le bourbier afghan, l’Alliance retrouve sa mission historique : dissuader une attaque conventionnelle d’un État tiers – qui plus est de l’ancien ennemi, la Russie – contre ses membres.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles