Un monde meilleur : et si l’intelligence artificielle humanisait notre avenir ?

Rien ne sert de craindre l’intelligence artificielle. Nous devons au contraire l’anticiper pour mieux nous y intégrer, et défendre des valeurs humanistes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un monde meilleur : et si l’intelligence artificielle humanisait notre avenir ?

Publié le 30 octobre 2019
- A +

Par Farid Gueham.
Un article de Trop Libre

 

« La révolution digitale s’est invitée dans nos smartphones et nos ordinateurs à travers une multitude de nouveaux services. Notre quotidien s’en trouve grandement amélioré mais nous avons été obligés de fermer les yeux sur les risques du tout digital. Pourtant, il ne sert à rien de craindre le monde qui s’annonce. Nous devons au contraire l’anticiper pour mieux nous y intégrer, et défendre des valeurs humanistes ». 

Pour Hervé Cuilandre, data scientist, chargé de mission dans un grand groupe énergétique, l’intelligence artificielle, l’IA semble en première lecture menacer nos emplois et creuser les inégalités.

Toutefois, une multitude de nouveaux métiers voit le jour et un glissement de compétence s’avère inévitable.

L’auteur précise :

« La singularité, c’est-à-dire le moment où l’intelligence artificielle sera suffisamment forte pour prendre le contrôle de son destin, sera surtout une révolution de l’emploi, qui nous obligera à repenser la place de l’humain, devenu complémentaire à la machine. »

Les générations à venir doivent se préparer à évoluer dans un monde automatisé.

 

Intelligence artificielle : l’Homme augmenté ou l’Homme substitué ?

 

« L’intelligence artificielle est la capacité donnée à une machine d’aider l’Homme à résoudre des problèmes complexes. Elle apprend et s’améliore de manière autonome. Il s’agit du Machine Learning, qui trouve son illustration dans l’apprentissage de la conduite pour les voitures autonomes, qui implique de modéliser les routes et leurs signalétiques, mais aussi les comportements des bons ou mauvais conducteurs dont elle croisera la route en situation réelle ». 

Aujourd’hui, l’IA est partout, dans nos salons, nos smartphones, les assistants personnels, elle reconnaît notre voix, nous permet de réserver une table au restaurant sans même décrocher notre téléphone. Les Chatbots du site Aliexpress donnent l’impression de discuter avec de vrais humains.

Mais pour Hervé Cuilandre, ce n’est que le début.

« Des intelligences artificielles seront capables de nous influencer en quelques phrases à partir d’un jeu d’arguments imparables, quitte à insister sur des aspects particuliers du contexte, et à en occulter volontairement d’autres. »

L’intelligence artificielle en concurrence avec l’intelligence humaine

 

« Nous venons de le voir, la cause d’un phénomène n’est pas le sujet du big data qui permet juste d’obtenir une information cruciale, mais pas de l’expliquer, puisque son calcul est extrêmement compliqué et change sans cesse. Habitué à raisonner pour comprendre les évènements, afin de construire son avenir, l’Homme se voit désormais contraint d’accepter des diagnostics fiables sans en comprendre le pourquoi. »

On peut imaginer un avenir proche ou les missions de conseil de spécialistes onéreux pourraient ainsi être remplacées par un algorithme gratuit qui, par des effets de concurrence, mettrait en péril nos emplois.

La blockchain : un nouvel outil d’automatisation

 

«  Nous vivons la révolution numérique au quotidien, avec nos smartphones et Internet, et nous avons compris que le Big data et l’intelligence allaient révolutionner les organisations. Mais il existe d’autres technologies disruptives qui promettent de transformer en profondeur notre univers, et en conséquence le marché du travail. »

La technologie blockchain permet de décentraliser la donnée, née en réaction à la crise financière de 2008. L’enjeu était alors d’éviter l’effondrement centralisé du système en s’affranchissant des tiers de confiance traditionnels que sont les banques ou les États.

Les banques elles-mêmes essayent d’intégrer la blockchain afin d’éviter qu’elle ne les menace à terme.

En moins de 10 années d’existence, la blockchain est devenue la huitième monnaie mondiale d’échange, en raison de sa gratuité mais aussi de la sécurité des échanges qu’elle offre.

Les assureurs et les banques vont naturellement intégrer la technologie blockchain afin d’améliorer leur rentabilité, mais aussi dans le but de contrer la concurrence des solutions libres qui seront bientôt disponibles sur le marché.

Sécurité informatique et émergence de la cyberguerre

 

« Chaque jour, la recherche met à jour de nouvelles vulnérabilités dans les systèmes informatiques. Et chaque jour, des pirates s’en servent pour s’introduire dans les systèmes qui ne sont pas suffisamment protégés. Ils exploitent notamment des vulnérabilités appelées des zero-days parce que personne ne connaissait leur existence auparavant. »

En théorie, les entreprises les plus riches sont les mieux protégées, mais elles sont également les plus attaquées par les hackers.

Les petites entreprises doivent quant à elles isoler leurs données sensibles afin d’éviter le vol ou la demande de rançon.

Pour Hervé Cuilandre, nous sommes entrés dans une nouvelle ère, celle de la guerre de l’information. Il ajoute :

« Une cyberguerre fait rage, qui témoigne de l’importance de la donnée dans notre monde. »

Toutes les infrastructures les plus sensibles sont potentiellement vulnérables et doivent être défendues en permanence contre des menaces de plus en plus sophistiquées.

Quelles valeurs pour la société numérique de demain ?

 

« Notre société change sans que nous y prêtions tous forcément attention. La numérisation de notre quotidien et de nos environnements de travail, que nous avons acceptée, semble irréversible. Nous l’avons échangée contre nos libertés individuelles. Qui pourrait se passer de téléphone portable ou de consulter Internet pour toute sorte de recherche ? Même si nous savons qu’en échange tous nos faits et gestes sont enregistrés définitivement. »

Enfin, ces données que nous essaimons sur internet, qui peut nous garantir qu’elles resteront toujours entre de bonnes mains ?

L’entreprise et le particulier doivent intégrer ce nouveau facteur d’instabilité. Ils ont tous deux le devoir de prendre le train en marche afin de participer à la construction de cette nouvelle société pour en être les acteurs au lieu de la subir.

Des valeurs et des machines

 

Pour Hervé Cuilandre, nous sommes l’avenir de l’IA et la machine n’est pas notre ennemie. « Elle ne voudra jamais nous tuer, car nous lui sommes utiles ». Ce qui fait notre humanité, c’est-à-dire notre aptitude incroyable à l’erreur, est en réalité notre force. S’il se poursuit de façon anarchique, le développement technologique pourrait conduire à la construction d’une société inégalitaire, voire suicidaire. L’auteur conclut :

« Expérimenter la révolution humaine, c’est anticiper une logique de société. Il y a longtemps que le sens manquait. Sachons nous saisir de valeurs fortes en utilisant le digital pour ce qu’il est : un formidable outil de libération de l’homme. »

Pour aller plus loin :

–   L’Intelligence Artificielle peut-elle faire vaciller les cabinets de conseil ? », welcometothejungle.com

–  Achats, déplacements, enregistrements de voix… J’ai fouillé dans les données que Google conserve sur moi depuis treize ans (et rien ne lui échappe) », francetvinfo.fr

–  Vulnérabilité zero-day »wikipedia.org

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Sans doute que bientot on prefera parler a une IA qu’à un humain…petite aventure avec google home….j’ecoute la radio et je me plante pour l’arreter je dis , un tais toi energique ,elle me repond, ok , je ferme ma boite a camenbert et arrete la radio ….trop cool.

  • Peut-on aussi rêver que l’IA permette d’ubériser la bureaucratie et ainsi de s’affranchier de la corruption qui l’accompagne?
    Bien sûr la programmation du système doit être bien faite pour éviter le risque du big-brother ou du syndrome décrit dans le film Brazil…

  • c’est pas l’IA le souci, c’est ce que les gens vont en faire…et là ça pose déjà problème rien qu’avec les nouvelles technologies (ça sert à rien mais tout le monde en a )

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous sommes à l’aube d’une nouvelle rupture technologique qui pourrait, à terme, bouleverser le marché de l’emploi. Le développement des solutions d’intelligence artificielle sur des pans entiers du marché de l’emploi aura des externalités positives indéniables, encore trop mal perçues des travailleurs.

Des transformations structurelles sans destruction massive

Selon le rapport de référence « Automatisation, numérisation et emploi » du Conseil d’orientation pour l’emploi (janvier 2017), moins de 10 % des emplois existants seront menacé... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain[1. Docteur en Administration des Affaires, professeur associé (IT/DIGITAL) chez Grenoble École de Management,  chercheur associé à la Chaire DOS « Digital, Organization and Society » responsable de GEMinsights] et Pierre Dalzotto[2. est Professeur Assistant Coordinateur de la Chaire. « Digital, Organization and Society » de Grenoble École de Management, & doctorant au CERAG à l’Université Grenoble Alpes].

 

Poursuivant notre datazerisation collective à un rythme soutenu, le gouvernement a ouvert la... Poursuivre la lecture

Par Doug French. Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l'économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l'ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l'époque, selon les mots de Maltsev, "[Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l'année suivante serait prêt, avec l'aide des ordinateurs, dans 30 000 ans."

L'intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles