Vive les silos dans votre organisation !

« Silo », c’est le nom péjoratif que l’on donne à spécialisation. Vive les silos, mais pas toujours et pas partout !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Deux cerveaux by Bernard Lamailloux(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Vive les silos dans votre organisation !

Publié le 28 octobre 2019
- A +

Par Philippe Silberzahn.

Lorsque j’anime un séminaire de dirigeants consacré à la transformation, je commence toujours par demander aux participants leur diagnostic sur ce qui bloque l’innovation dans leur organisation. Invariablement ils me répondent : « les silos. Ah si seulement nous pouvions casser les silos de notre organisation, alors nous pourrions innover librement. » Ah si seulement. Et pourtant cela fait plus de quarante ans qu’on essaie de supprimer les silos. S’ils sont la cause du manque d’innovation depuis si longtemps, comment se fait-il qu’ils soient encore là ?

Dans notre ouvrage Stratégie modèle mental, Béatrice Rousset et moi soulignons que si une pratique persiste longtemps dans une organisation, c’est qu’elle a une utilité certaine, même si elle n’est pas évidente. C’est bien le cas des silos. Quelle est leur utilité ? Eh bien « silo », c’est le nom péjoratif que l’on donne à spécialisation. La spécialisation, c’est la grande invention de l’Homme. Au lieu que chacun fasse tout ce dont il a besoin pour vivre, il se spécialise dans une fonction, et échange avec les autres pour le reste. Ça a commencé il y a très longtemps quand certains, habiles de leurs mains, fabriquaient des armes pendant que d’autres, agiles et rapides, allaient chasser.

Il en va de même pour l’organisation moderne. Elle reflète deux modes fondamentaux :

  • d’une part la spécialisation, par laquelle les tâches à accomplir (fabriquer une voiture, faire la guerre, lever des impôts, etc.) sont découpées en tâches faisables par un être humain (c’est la division du travail)
  • d’autre part la coordination, qui permet que ces tâches soient accomplies en vue d’un but commun.

La spécialisation et la coordination sont l’essence même du management, et c’est la source de l’incroyable richesse de la civilisation industrielle moderne et surtout de sa capacité à fabriquer des produits disponibles pour le plus grand nombre.

Et donc les silos sont la traduction des besoins de spécialisation de votre organisation. Un silo permet de se spécialiser et de regrouper les spécialistes ensemble pour qu’ils puissent travailler efficacement. Un silo réduit les coûts de fonctionnement de votre organisation. Et ce faisant, le silo est la raison même de votre performance actuelle. Sans silo, votre produit ne sera jamais fabriqué, votre comptabilité jamais vérifiée pour la fin du mois, votre voiture jamais réparée, etc. Et tout le monde le sait, même si c’est souvent inconsciemment.

Immunité au changement

Alors que se passe-t-il lorsqu’un énième groupe de travail ou une énième mission de consultants décide de casser les silos ? Eh bien c’est très simple : la source du succès de votre organisation, les silos, étant attaquée, celle-ci va se défendre. Il va se déclencher ce qu’on appelle une réaction immunitaire.

Plus ou moins consciemment, les membres de l’organisation – y compris ceux qui se plaignent du manque d’innovation et de collaboration – vont vouloir protéger les silos, c’est-à-dire protéger leur travail et se protéger eux-mêmes. On nommera cela « résistance au changement » si on veut, mais ce faisant on commettra une grave erreur, celle de penser que la réaction est négative, alors qu’elle est profondément positive : elle résulte de la volonté des collaborateurs de protéger ce qui fait la réussite de l’organisation à ce jour.

À cause de ce mécanisme immunitaire puissant, aucune transformation ne se fera, sauf crise grave, en attaquant frontalement les modèles mentaux dominants de l’organisation. Au contraire, il faut toujours commencer par identifier et célébrer ce qui a fait jusque là la réussite de votre organisation, dans notre exemple les silos.

Une fois cela fait, on pourra montrer comment dans certains cas, les silos peuvent être un obstacle à l’innovation. Sans remettre en question le modèle mental dominant « Silo=efficacité », on pourra identifier un petit projet où on pourra essayer une autre approche, par exemple « Absence de silo=créativité, même si perte d’efficacité », et voir ce que cela donne.

Si ça marche, on aura fait bouger – un peu – le modèle dominant au sens où on aura fonctionné avec un autre modèle sans que l’organisation s’effondre. On pourra alors recommencer avec un autre petit projet, et ainsi de suite, ajustant ainsi progressivement le modèle mental dominant qui cesse peu à peu d’être une vérité universelle bloquante, pour devenir un modèle utile dans certains contextes, et inutile dans d’autres.

Alors, vive les silos, mais pas toujours et pas partout ! Mais surtout, vive les modèles mentaux qui permettent de mettre en lumière les blocages apparemment irrationnels mais en fait parfaitement explicables d’une organisation.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • En d’autres termes, il vaut mieux progresser pas à pas que de prétendre vouloir faire table rase.

  • Quand on voit le degré de bêtises que peuvent débiter tous les gens qui se disent écologistes, on se dit que le peuple revient à l’obscurantisme du Moyen Age ou se fait laver le cerveau par tous les vendeurs de produits dits écologiques. Greta Thunberg est le symptôme le plus flagrant de cette bêtise.

  • On retrouve ce fonctionnement dans tous les aspects de vie puisque c’est le résultat du fonctionnement du cerveau. Sortir des habitudes, du mode automatique, est très coûteux en effort. A l’inverse le mode routinier est très économe. La création de nouvelles routines ne peut donc se faire que par petites touches successives à moins de remplacer toutes les équipes, ou nos habitudes, ce qui est impossible. Ce qu’il fait retenir c’est plus les changements demandés sont important et plus la résistance sera forte (effort insupportable). Il faut de la patience et de l’habilité pour y parvenir (idem individuellement).

  • En tant que gestionnaire (donc avide de routines efficaces) d’une société de R&D (avide de créativité) je vis cette dualité au quotidien. Celle-ci est bien au coeur de toute activité économique depuis la nuit des temps.
    Merci de votre explication des plus claires.

  • Si les silos sont si bénéfiques , pourquoi on essaye de les casser depuis 40 ans ?

    Parcque les dommages qu’ils créent vont bien au delà d’une seule perte de créativité.

    Ils restent la parcque les organisations des entreprises restent sur un modèle Taylorien vertical ou l’argent,le pouvoir et l’information suivent les silos du haut vers le bas.

    La création de valeur est ,elle, de plus en plus horizontale, mais ceux qui ont le pouvoir de mettre en place un management transversal sont aussi ceux qui ont le plus, personnellement, a y perdre.

    Catch 22…

    • Oui, il me semble que l’on peut comprendre l’avantage apporté par des silos: « silo = efficacité (amenée par la spécialisation) », mais cela ce fait bien souvent au détriment de la coordination avec les autres silos fonctionnant en //…
      Exemple: un service maintenance va se focaliser sur des interventions programmées, plus efficaces en qualité/prix, mais va renâcler devant les interventions « d’urgence », qui sont vitales pour que l’entreprise continue à produire….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’incertitude est anxiogène à de nombreux égards et souvent à juste titre.

Définie comme l’absence d’information au sujet d’un phénomène donné, elle signifie souvent qu’on ne sait pas à quoi s’attendre, laissant la porte ouverte aux mauvaises surprises – perte d’emploi, maladie, accident, guerre, etc. et nous laissant désemparés. Car la crainte principale liée à l’incertitude est celle de la perte de contrôle où on ne peut plus rien prévoir ni planifier. Mais cette crainte repose sur une croyance qui est que seule la prédiction permet ... Poursuivre la lecture

Une énigme persistante de la vie des organisations est combien il est difficile pour elles de changer. Souvent ce n’est pas faute d’essayer. La difficulté vient plutôt de la façon même dont elles essaient de le faire, en concentrant leurs efforts au mauvais endroit, et surtout en ignorant la véritable cause du blocage.

Il y a un paradoxe dans la vie des organisations. En un sens, elles sont en changement permanent. Leur vie est un ouragan d’initiatives, de projets, de plans. Mais ce changement cache souvent une difficulté très grande à... Poursuivre la lecture

Et si la guerre en Ukraine illustrait, une fois de plus, la supériorité du libéralisme ?

Pas seulement sur le plan moral, puisque ce conflit oppose une démocratie à un régime autoritaire et enclin à menacer ou envahir ses voisins, mais en termes tout simplement d'efficacité.

Certes, les succès de Kiev s'appuient sur le courage de ses soldats et l'appui d'une population unie dans un patriotisme qui a surpris les Ukrainiens eux-mêmes, en sus de la qualité du renseignement satellite, ou aérien américain et de la fourniture d'armes ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles