La Tyrannie des algorithmes, de Miguel Benasayag

Si nous nous laissons submerger par l’informatique, nous cessons d’exister ; nous nous contentons de fonctionner.
Thierry Godefridi nous fait part de son analyse de « La tyrannie des algorithmes » de Miguel Benasayag.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
intelligence artificielle by Possessed Photography on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Tyrannie des algorithmes, de Miguel Benasayag

Publié le 15 octobre 2019
- A +

Par Thierry Godefridi.

Pour ou contre l’Intelligence Artificielle ?

Être pour ou contre l’Intelligence Artificielle n’est pas la question, dès lors que cette dernière fait déjà partie intégrante de notre quotidien. Que l’on songe, par exemple, au GPS, à l’intelligence embarquée à bord des véhicules, au profilage sur les boutiques en ligne, les réseaux sociaux, etc.

Mais contrairement à une idée très répandue même dans le monde scientifique, des neurosciences à la biologie, Miguel Benasayag, dans La Tyrannie des algorithmes, son essai paru aux Éditions Textuel sous forme de dialogue avec Régis Meyran, soutient que l’être vivant, s’il est hybridé par la technique qu’il a inventée, à savoir transformé par l’usage qu’il en fait, ne peut être pensé comme analogue à une machine.

La Tyrannie des algorithmes

L’être vivant n’est pas un simple assemblage d’organes. Il est une créature marquée par son unicité, laquelle participe de ce que l’auteur qualifie d’une « logique intégrative ».

Si nous nous laissons submerger par l’informatique, nous cessons d’exister ; nous nous contentons de fonctionner. Miguel Benasayag clame que

« L’intelligence vivante n’est pas une machine à calculer. C’est un processus qui articule l’affectivité, la corporéité, l’erreur, qui suppose la présence du désir et d’une conscience, chez l’être humain, de sa propre histoire sur le long terme. »

La différence entre l’intelligence vivante et l’intelligence artificielle n’est pas quantitative, elle est qualitative.

Pour ce philosophe et psychologue engagé, le danger réside dans ce que l’on puisse considérer que l’univers numérique se suffit, qu’il instaure une positivité complète de la réalité ; que l’on puisse de ce fait substituer la carte au territoire, alors que la négativité de nature dialectique réside au cœur de l’existence.

En d’autres termes, s’abandonner à la dictature du numérique reviendrait à renoncer à la rationalité, à lui substituer une forme de rationalisme d’ordre métaphysique, irrationnel.

En effet depuis un siècle l’on sait que l’on ne peut sérieusement faire l’impasse sur une certaine dimension aléatoire de notre réalité.

Que la prédictibilité de la réalité est limitée par sa complexité, Benasayag n’est pas le premier à le souligner : Nassim Nicholas Taleb et Daniel Kahneman, parmi d’autres, chacun dans le champ de ses propres investigations, l’avaient précédé. Le mérite de l’auteur de La Tyrannie des algorithmes est de relever que, sauf à réduire le mental au neuronal et à déléguer à la machine le contrôle et la maîtrise de l’humain – comme certains en ont conçu l’idée –, l’intelligence artificielle ne contient pas la promesse d’une rationalité totale et cohérente.

Les dangers des algorithmes

Déjà que certains préconisent de confisquer la démocratie en faveur de technocrates, en vertu de ce que des élus ayant une connaissance limitée des matières complexes dont ils ont à traiter ont été choisis par des électeurs en ayant une connaissance encore moindre, les algorithmes présentent un danger supplémentaire pour la société, à savoir celui de la délégation du politique à l’intelligence artificielle, comme dans le cas des écoutes téléphoniques ou des études comportementales analysées par l’IA, ou celui de l’application de cette dernière dans le domaine des soins de santé.

« Les algorithmes fonctionnent à partir de micro-informations collectées en masse dans le monde digital qui, mises ensemble et corrélées, déterminent des profils. »

Vers une colonisation du vivant par l’IA

L’intelligence artificielle induit une vision machinique de la société, elle réduit les individus à des « avatars virtuels ».

Or, une vie est bien plus aléatoire que les modèles dérivés à partir de routines répétitives et semblables dans des individus divers ne le laissent supposer.

La complexité et la densité de la vie d’aujourd’hui font que « nous avons basculé dans une nouvelle époque, dans laquelle notre façon habituelle d’agir ne fonctionne plus », avec un double danger :

  • sur le plan de la société, la tentation de discipliner les comportements au moyen des technologies digitales ;
  • sur le plan de l’individu, l’addiction pathologique aux multiples outils numériques mis à notre disposition par les technologies digitales, lesquelles nous enferment dans l’immédiat.

Or, n’est-ce pas précisément dans sa faculté de se projeter dans l’avenir que réside toute la puissance de l’intelligence humaine ?

Dans La Tyrannie des algorithmes, Miguel Benasayag pose et étaye le diagnostic d’une colonisation du vivant par l’Intelligence Artificielle.

Reste à imaginer les solutions singulières pour résister à cette nouvelle servitude, sur le plan social et sur le plan individuel. Cet essai d’un format sympathique et alerte de moins de 100 pages assurément vous y invite.

 

La Tyrannie des algorithmes, Miguel Benasayag, Editions Textuel, 96 pages, octobre 2019.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « substituer la carte au territoire » : belle formulation.

  • Enfin un peu de bon sens dans ce monde de brutes ! L’algorithme n’est pas prêt d’intégrer la liberté de l’être humain : pour cela il faudrait qu’il ait de l’humour et sache rire. « Le rire est le propre de l’Homme » parce qu’il casse le carcan physique qui l’enferme.

  • Oui mais en attendant on ne peut que constater que l’être humain qui refuse assez facilement de se laisser brider par des lois édictées par des humains s’en remet volontiers à toutes les technologies qui lui simplifient la vie ! Autrement dit : la paresse est souvent plus forte que la volonté. C’est le même processus que pour les drogues, certains essaient en se disant ce n’est qu’un essai et au bout du compte sont pris au piège !
    D’ailleurs nous qui lisons et commentons sur Contrepoint ne sommes-nous pas des intoxiqués d’Internet ?
    Réussirions-nous à nous passer de notre ordi ?
    Je suis donc très pessimiste sur l’avenir quant à notre résistance à l’IA !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Gaspard Koenig.
2
Sauvegarder cet article

Gaspard Koenig a publié un nouvel essai politique : Contr’un, pour en finir avec l’élection présidentielle en France.

Son ouvrage est un récit de campagne, un réquisitoire libéral contre l’élection présidentielle au suffrage universel direct, ainsi qu’un livre de propositions de réformes en faveur d’une conception parlementariste de la vie politique française.

 

La campagne présidentielle en France : exigence d’omniprésence, d’omniscience, d’omnipotence

Il fait d’abord le récit critique de la campagne présidentielle ... Poursuivre la lecture

Des personnes debout utilisant leur smartphone
1
Sauvegarder cet article

Dans le roman Control, de PW. Singer et August Cole, l’un des protagonistes commercialise des données très chères obtenues gratuitement, comme il le dit :

« Nous en savons plus sur les Américains que leur propre gouvernement. Des capteurs dans leurs Viz Glass (des lunettes connectées). Des capteurs dans leurs médicaments contre les brûlures d’estomac. Des implants dans leurs maisons. Des implants dans leurs reins. Des puces dans leurs chats. Des puces dans leurs puces. Le tout analysant ces données au sein d’un réseau en expansion cons... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

 

Frankenstein est l'une de ces histoires dont on entend parler durant l'enfance sans pouvoir se rappeler dans quelles circonstances. Quoi qu'il en soit, c'est mon cas.

Nous savons que le monstre est grand et vert, qu'il a une tête carrée et des cicatrices. Nous savons qu'il était mort et a été ramené à la vie par un médecin fou. Nous pressentons qu'il n'est pas exactement mauvais mais incompris. Du moins, c'est ce dont je me souviens.

Voyez-vous, je n'ai lu pour la première fois le roman ef... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles