Le chiraquisme en politique étrangère : posture ou pragmatisme ?

On s’est longtemps demandé si l’on pouvait faire du gaullisme sans de Gaulle, ou du mitterrandisme sans Mitterrand. Pourra-t-on, demain, faire du chiraquisme sans Chirac ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Chirac by Nicolas TEXERAUD(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le chiraquisme en politique étrangère : posture ou pragmatisme ?

Publié le 29 septembre 2019
- A +

Par Frédéric Charillon1
Un article de The Conversation

Il y a quarante ans au Palais des expositions de la porte de Versailles, le 5 décembre 1976, Jacques Chirac défiait Valéry Giscard d’Estaing en créant le RPR, quelques mois après avoir démissionné de ses fonctions de Premier ministre.

Face à la droite libérale – ou « orléaniste » dans la typologie de René Rémond – Jacques Chirac allait dès lors incarner la droite gaulliste, voire « bonapartiste ».

En matière de politique étrangère sous la Ve République, cela avait plusieurs implications. Le culte du volontarisme politique d’abord, de l’indépendance nationale voire du souverainisme ensuite (souverainisme parfois anti-européen, comme lors de son « appel de Cochin » de décembre 1978), et celui des amitiés et réseaux traditionnels hérités de l’histoire, coloniale ou pas.

Cela signifiait aussi le choix d’un grand pragmatisme : « l’homme de Cochin » ferait voter oui au référendum sur le traité de Maastricht en 1992.

Jacques Chirac, 1976.

 

Mais c’est essentiellement à la lumière de ses deux mandats présidentiels (1995-2002 et 2002-2007) que s’observe la relation au monde d’un homme dont la complexité a été maintes fois soulignée. Le chiraquisme de politique étrangère est resté apprécié dans le pays et au-delà. Il a séduit jusqu’aux observateurs peu suspects de complaisance à son égard. En matière d’action extérieure, Jacques Chirac président fut à la fois anachronique et précurseur dans son volontarisme politique. Sa posture générera-t-elle des vocations, ou seulement une nostalgie ?

La France éternelle dans un monde en changement ?

Anachronique, Jacques Chirac l’a sans doute été en voulant faire revivre une geste héritée de la période gaullo-pompidolienne mais difficile à appliquer dans un monde post-bipolaire.

L’invocation d’une « politique arabe » à l’Université du Caire en avril 1996 fut bien accueillie au sud de la Méditerranée, mais dans un monde arabe à l’unité désormais introuvable.

Le retour à 81 ans de Jacques Foccart, le monsieur Afrique du général de Gaulle, comme conseiller aux affaires africaines en 1995, intervenait dans un monde bien éloigné de celui qui avait vu naître les indépendances du continent noir.

Sa diplomatie affective, sa fidélité aux personnes, de Hassan II jusqu’à Yasser Arafat en passant bien sûr par le Libanais Rafic Hariri, pouvaient-elles encore constituer une ressource politique en ce brutal changement de siècle ? Oui, si l’on considère la popularité que la France chiraquienne en a retirée au Sud.

Et qui peut dire qu’il ne regrette pas le temps où son pays était aimé ? Les images du bain de foule algérien, en 2003, restent émouvantes.

Mais toute popularité en matière de politique étrangère est volatile : quelques mois après avoir célébré la France qui avait refusé la guerre américaine en Irak, la rue du Caire la conspuait en 2004 pour sa loi sur le voile à l’école.

Anachronique enfin, la volonté chiraquienne de passer en force au nom d’un grand pays, dans une Union européenne élargie : l’imposition du français Jean‑Claude Trichet pour succéder plus vite que prévu à Wim Duisenberg à la tête de la Banque centrale européenne en 2003, la leçon donnée aux pays d’Europe centrale et orientale qui avaient soutenu la position américaine en Irak, n’ont pas été appréciée dans cette Union faite désormais de réseaux et de coalitions.

Anachronismes donc… à moins qu’il ne s’agisse là de lois éternelles de la politique mondiale : se faire aimer et craindre à la fois.

De nouveaux horizons

Jacques Chirac fut aussi incontestablement précurseur. Après des prédécesseurs dont la culture politique restait très européenne, il ouvrit la politique étrangère aux priorités des mondes extra-occidentaux et à leurs cultures, juste avant que le rapport de force politique ne l’impose. Son amour de l’Orient lui fut reproché, sa fascination pour l’Asie fut moquée, mais les partenariats stratégiques entamés avec l’Inde (1998) ou la Chine, sa relation au Japon, ont laissé des traces dans les capitales concernées.

Sa mise sur agenda d’enjeux globaux autrefois exclus de la « grande politique », préparait également – hélas – les urgences à venir. Le célèbre « notre maison brûle et nous regardons ailleurs » à propos de l’environnement (à Johannesburg en 2002), le projet Unitaid de médicaments à bas prix pour les pays du Sud, financés par une taxe de solidarité sur les billets d’avion et lancé avec le brésilien Lula en 2006, la lutte contre le « choc des ignorances » (formule d’Edward Said) en réponse au « clash des civilisations » huntingtonien, la reconnaissance des arts premiers, témoignaient d’un sens de la formule, mais surtout prenaient acte d’un monde dont les besoins en termes de biens communs et les revendications post-matérialistes nouvelles devaient être entendus.

Des gesticulations qui suscitent admiration et irritation

La vraie question du bilan de politique étrangère de Jacques Chirac est peut-être, finalement, celle-ci : son volontarisme politique aura-t-il été, lui, anachronique ou précurseur ? Refusant le fait accompli dans les Balkans en 1995 (en autorisant la reprise du pont de Vrbanja aux Serbes qui humiliaient les Casques Bleus), annonçant la reprise (mondialement impopulaire) des essais nucléaires français dès son élection, bousculant la sécurité israélienne dans la Vieille Ville de Jérusalem (donnant lieu à une vidéo qui fit le tour du monde), amendant la liste des objectifs militaires américains pour l’OTAN dans la campagne du Kosovo en 1999, Jacques Chirac a suscité l’admiration des uns pour son courage politique, et l’irritation des autres vis-à-vis de ces « gesticulations ».

Le point d’orgue de ses deux mandats, on l’admettra, fut probablement son refus de la guerre américaine en Irak, qui l’amena jusqu’à envisager en 2003 d’utiliser le droit de veto français contre ses alliés américains et britanniques aux Nations unies. Vilipendée par la presse anglo-saxonne, la France chiraquienne fut célébrée ensuite pour sa sagesse et sa capacité à résister au rouleau compresseur néoconservateur, une fois reconnu le désastreux résultat de cette nouvelle guerre du Golfe.

« L’exception française » sur la sellette ?

Que restera-t-il de ces postures ? Seront-elles jugées d’un autre âge, dans une France qui voudra normaliser sa diplomatie et renoncer à la rhétorique de « l’exception française », ou bien étudiées comme modèles, pour maintenir un rang et une influence ? cherchera-t-on à tirer les leçons de la geste chiraquienne, en s’efforçant de dégager les moyens qui permettraient à la diplomatie française d’aller au-delà du discours ? Ou voudra-t-on rompre avec un « gaullo-mitterrandisme » honni de beaucoup aujourd’hui ?

La posture d’Emmanuel Macron à l’international suscite depuis quelques semaines plusieurs comparaisons avec celle de son prédécesseur des années 1995-2007, notamment sur les enjeux environnementaux ou de santé. Comme si la recherche d’une politique à nouveau lisible passait par la redécouverte du pragmatisme volontariste chiraquien, et son empathie avec le monde.

On s’est longtemps demandé si l’on pouvait faire du gaullisme sans de Gaulle, ou du mitterrandisme sans Mitterrand. Pourra-t-on, demain, faire du chiraquisme sans Chirac ? Aura-t-on les moyens d’invoquer et de mettre en œuvre, dans le monde qui vient, la nécessaire continuité dans la poursuite de nos intérêts, ou devra-t-on se contenter de dire : « c’était Jacques Chirac… » ?

Sur le web-Article publié sous licence Creative Commons

  1. Professeur de science politique, Université Clermont Auvergne.
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Chiraquisme? Maxiprofitisme des deniers publics.

  • Cet article est une réflexion sur l’emprise du « chiraquisme » sur l’échiquier international ou encore, quel pourrait être le devenir de l’influence française dans le contexte actuel que certains qualifient de « nouveau monde ».
    BOF! Peut être l’extrapolation des enseignements d’un certain La Fontaine nous ayant rapporté un verbiage futile entre un bœuf méprisant et désinvolte face à une grenouille adoptant une posture visant à créer une illusion d’optique…..

  • Chirac aura été un précurseur du « en même temps ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien avec Guillaume Kiefer, libéral au sein du parti Les Républicains.

Dans une récente tribune co-signée avec François-Xavier Bellamy et Julien Aubert, Bruno Retailleau inventorie le bilan des deux derniers présidents de droite : Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

 

Contrepoints : Cette tribune est-elle la démonstration que la droite est en train de se guérir de sa passion pour les hommes providentiels ?

Guillaume Kiefer : Tout d’abord, d’une certaine manière je pense que cet inventaire est salutaire ... Poursuivre la lecture

L’article 49, alinéa 3, de la Constitution française (dit 49-3) prévoit que lors du vote d’un projet ou d’une proposition de loi, le Premier ministre peut décider d’engager la responsabilité du gouvernement.

Dans ce cas, le projet de loi est alors adopté sauf si une motion de censure est déposée par au moins un dixième des députés. En cas de rejet de la motion, le projet est considéré comme adopté ; dans l’hypothèse inverse, le texte est rejeté et le gouvernement renversé.

 

La fin du régime des partis et la parlementar... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

Après avoir rassemblé près de 27 % des suffrages au premier tour, François Mitterrand (Jarnac, 26 octobre 1916 – Paris, 8 janvier 1996) l’emportait au second tour par 51,76 % des voix en ce 10 mai 1981. Ainsi, après deux tentatives malheureuses, avait-il enfin réussi à se faire élire président de la République.

Il pouvait désormais laisser sa trace dans l’histoire. Seul président à accomplir deux septennats (1981-1995), Mitterrand devait ainsi marquer, pour le meilleur et le pire, la France à la fin d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles