Qui finance le déficit extérieur américain ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Drapeau américain (Crédits sylvain.collet, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qui finance le déficit extérieur américain ?

Publié le 14 septembre 2019
- A +

Par Nicolas Perrin.

L’État fédéral américain a accumulé plus de 22 000 milliards de dollars de dette, comme nous l’avons vu hier. Le Trésor américain estime qu’en 2024, chaque dollar emprunté par le gouvernement servira à financer le paiement des intérêts sur la dette, laissant le pays à la merci de l’évolution des taux d’intérêt. Ensuite, le point de non-retour dans l’œuvre de gonflement de la bulle de la dette fédérale US sera franchi.

Cependant, comme nous allons le voir, des menaces plus imminentes planent sur la situation budgétaire américaine. Pour cela, je vous propose de nous pencher sur les banquiers du « banquier du monde » : les entités qui financent le déficit extérieur américain.

Qui détient la dette fédérale américaine ?

Il convient tout d’abord de rappeler qui détient la dette fédérale américaine.

Voici donc l’évolution des positions des différents détenteurs de dette américaine entre 1990 et juin 2018.

Voici maintenant un graphique qui résume la situation à février 2019 (attention, les catégories ne sont pas les mêmes).

Les États-Unis dépendent donc sensiblement du bon vouloir des investisseurs étrangers, puisque ces derniers détenaient 29 % des 22 000 milliards de dollars de dette publique américaine en début d’année, une part qui a énormément augmenté dans le temps.

Les États-Unis encore et toujours en proie aux « déficits jumeaux », mais avec une Fed beaucoup moins active qu’auparavant

Rappelons aussi que l’économie américaine est confrontée à deux difficultés chroniques. Les revenus publics étant inférieurs aux charges publiques, les États-Unis sont sujet à un déficit budgétaire. Et avec des flux monétaires entrants inférieurs aux flux sortants, les comptes courants sont dans le rouge.

Par conséquent, même si les investisseurs institutionnels et les particuliers américains accumulent d’énormes quantités de bons du Trésor, l’épargne américaine ne suffit pas à absorber les besoins de financement de l’économie.

À cela s’ajoute le fait que contrairement à l’ère Obama la Fed n’est plus là pour acheter des bons du Trésor ad libitum.

C’est bien sûr le statut de monnaie de réserve du dollar qui a permis aux États-Unis de financer leurs « déficits jumeaux » (twin deficits) en ayant toujours pu compter sur la demande en provenance des pays étrangers.

La dernière fois que je vous ai proposé un point sur ce sujet, j’indiquais que c’étaient les BLICS (Belgique, Luxembourg, Irlande, Îles Caïmans et Suisse) qui avaient maintenu la demande étrangère en vie depuis juillet 2011. Des États européens (et un territoire d’outre-mer du Royaume-Uni), donc.

Qu’en est-il, un an et demi plus tard ? 

« L’Europe sauve les États-Unis d’une crise grave »

Natixis s’est penchée sur la question dans une note publiée le 23 juillet.

Voici ce que constate la banque :

« Le déficit est aujourd’hui financé par l’Union européenne, qui a remplacé la Chine dans le rôle de créancière des États-Unis et d’acheteuse de titres du Trésor américain. La Russie, le Japon, la Chine sont vendeurs de Treasuries, les pays de l’OPEP faiblement acheteurs. »

« Si un conflit devait naître entre les États-Unis et l’Europe (conflit commercial, accusation de manipulation de l’euro), l’Europe pourrait, comme la Russie, le Japon et la Chine l’ont fait, arrêter d’acheter des dollars. Ceci déclencherait une crise très importante aux États-Unis qui devraient comprimer leur demande intérieure pour faire disparaître leur déficit extérieur. »

La banque précise par ailleurs que « l’excédent externe de la Zone euro […] sert […] en grande partie (70 %) à financer les États-Unis ».

Le « grand désajustement » : lorsque l’Allemagne a remplacé la Chine dans le financement des États-Unis

Et si vous vous demandez qui, au sein de l’Europe, aide le plus les États-Unis, Natixis vous donne la réponse en mille dans une autre note du 15 juillet.

Le massif excédent d’épargne allemand est essentiellement prêté au Trésor américain. Il s’agit d’une autre malédiction des pays mercantilistes, comme l’explique Natixis :

« Pour l’Allemagne aussi, cet équilibre est peu satisfaisant : le rendement des investissements en titres du Trésor américain est évidemment plus faible que celui des investissements que l’Allemagne pourrait financer en Europe. Mais si on veut que les États-Unis continuent à acheter des biens dans le reste du monde et à avoir un déficit extérieur, il faut bien que certains pays se sacrifient pour financer les États-Unis : dans le passé c’était la Chine, aujourd’hui c’est l’Allemagne. »

C’est ce que Natixis nomme le « grand désajustement ». L’Empire du Milieu a complètement changé de fonction au sein de l’économie mondiale.

Voici ce qu’écrit la banque à ce sujet :

« Jusqu’en 2013, la relation entre la Chine et les États-Unis était mutuellement avantageuse : la Chine finançait les achats de produits chinois par les États-Unis. Depuis 2014, la relation est beaucoup plus déséquilibrée : le déficit commercial des États-Unis vis-à-vis de la Chine continue à augmenter, mais la Chine (ni la banque centrale, ni les autres agents économiques en Chine) ne finance plus les États-Unis. […] On comprend la tension entre les États-Unis et la Chine. »

Notez au passage que si la Chine possède encore un gigantesque stock de bons du Trésor US, la Russie a quasiment bazardé l’intégralité du sien.

Voici la conclusion que tire Natixis sur le financement du déficit extérieur américain :

La situation de la balance courante américaine est donc véritablement alarmante. Pour le moment, Donald Trump ne semble pas avoir compris que l’excédent extérieur de l’Europe (« en réalité essentiellement de l’Allemagne », comme le précise Natixis) vis-à-vis des États-Unis est le prix à payer pour financer le déficit extérieur américain, comme c’était le cas auparavant avec la Chine.

Reste bien sûr à voir si nos dirigeants auraient le courage de profiter de cette situation si l’Oncle Sam en venait à menacer l’Union européenne plus avant (ce que la Chine ne s’est pas gênée de (re)faire depuis le mois de juin 2018)…

Nous poursuivrons prochainement notre feuilleton sur la dette fédérale américaine en nous posant la question suivante : pourrait-il vraiment y avoir une crise de la dette publique américaine.

Pour plus d’informations, c’est ici. 

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Merci pour ces précisions très éclairantes !
    Reste le problème du « L’Europe, combien de divisions ? » que Trump doit entendre répété à son oreille…

    • Pas certain qu’il y ai tant de divisions que cela sur ce point au moins. Le solde commercial est positif pour l’UE et pas seulement avec l’Allemagne, il y aussi la France, l’Italie, l’Irlande (commerce hors UE). La sortie de l’Uk va donner un avantage supplémentaire puisque le solde est négatif avec L’UE. Sans parler de l’effet soutien mutuel en cas de conflit avec l’extérieur.

    • Je crains en effet que la seule porte de sortie ne soit militaire.

      • Je parlais surtout de l’incapacité de l’Europe à montrer un front et une politique commerciale et économique unis, mais militairement je ne crois pas que ce soit mieux. Accessoirement, quand j’étais jeune, on parlait de l’avantage économique considérable de l’Allemagne de se voir interdite de réarmement. On en parle moins, mais l’état d’esprit qui préserve des rodomontades et des leçons données au monde persiste de manière très inégale suivant les pays de l’UE…

  • On comprend pourquoi Mme Merkel veut protéger les ventes de ses voitures de luxe en direction des USA.

  • Il n’y a pas que l’Allemagne: La France de Macron a racheté pour 51 milliards de dette américaine en un an…
    https://www.iveris.eu/list/notes_danalyse/383-pourquoi_la_france_achetetelle_de_la_dette_americaine_

  • Dans les échanges internationaux, les gagnants sont les privilégiés des pays dits « déficitaires » qui importent des biens et services réels et exportent des créances fictives qui ne seront jamais remboursées, les perdants sont les travailleurs des pays dits « excédentaires » qui travaillent en partie gratuitement pour les premiers. Les dirigeants des pays dits « excédentaires » poursuivent cette politique soit par bêtise (un trait qu’il ne faut jamais ignorer chez les hommes de l’État), soit parce qu’ils pensent qu’elle sert leurs intérêts stratégiques (dirigeants chinois jusqu’à une époque récente), soit parce qu’ils n’ont pas le choix suite à une défaite militaire (dirigeants allemands et japonais).

  • Les US se tirent une balle dans le pied en taxant certains produits européens ! ! !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles