Quand les armes empêchent les crimes

Les armes empêchent des milliers de crimes quotidiennement, les études le démontrent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Shotgun by corrine klug (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les armes empêchent les crimes

Publié le 26 août 2019
- A +

Par Lawrence W. Reed.
Un article de The Foundation for Economic Education

Ça ne rate jamais. Une demi-seconde après une fusillade de masse, des beaux parleurs et des idéologues font des déclarations pour demander de nouveaux contrôles sur les armes —même si les lois déjà en vigueur se sont révélées inefficaces ou si celles qu’ils voudraient voir adoptées n’auraient fait aucune différence. Exemple concret : les événements tragiques de  Dayton, Ohio, et El Paso, Texas, au début du mois d’août 2019.

Le message est clair : les armes engendrent la violence. Il faut les taxer, les confisquer, les interdire, les réguler. Faire quelque chose, même n’importe quoi ! De telles réactions impulsives, émotionnelles sont dangereuses, écrit Charles W. Cooke dans National Review :

« car quand une nation installe un lien direct entre ses émotions et ses lois, elle ne conserve pas sa liberté très longtemps. »

Les armes ne tuent pas les gens, elles les sauvent

Il n’y a pas que la liberté que l’on risque de perdre, quand sont adoptées des lois sur les armes dans le but d’apaiser les émotions au détriment de la raison, de l’évidence, de la logique et des droits. Des vies seront presque à coup sûr perdues également.  Des tas.

Ce qui soulève un problème mis en lumière dans un autre contexte il y a presque deux siècles par Frédéric Bastiat dans son célèbre essai dont le titre résume tout,  « Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas. »

Combien de vies sont-elles réellement sauvées par la possession d’armes ? Cette question extrêmement importante est couramment —et commodément— laissée de côté par les beaux parleurs et les idéologues. Ce sujet m’est venu immédiatement à l’esprit quand j’ai eu connaissance d’un fait divers dans ma propre ville, à Newnan, Georgie, il y a quelques jours. Les gros titres du Newnan Times-Herald disaient, « Un homme hospitalisé après s’être fait tirer dessus devant un bar. »

Peu après 1 heure du matin, le samedi 17 août, la police est arrivée au bar Fat Boys Bar & Grill en raison d’une fusillade. Un client en avait menacé d’autres, obligeant le personnel de sécurité de l’établissement à l’expulser de force. Excédé d’avoir été viré, il a déclaré qu’il allait récupérer une arme et « flinguer tout le monde ».

Cet homme furieux (et probablement éméché) cassa ensuite une fenêtre de la voiture d’un ami sur le parking, se saisit d’un pistolet de calibre .40 qui s’y trouvait et commença à tirer en l’air. Entretemps, Ben McCoy, un homme qui avait assisté à tout cela depuis son propre véhicule, se trouvait avoir sa carabine avec lui. Avant de pouvoir l’utiliser, il a été atteint quatre fois par celui qui brandissait le .40 et qui s’est ensuite enfui dans les bois.

Fort heureusement, bien qu’il ait été blessé à la poitrine, à l’abdomen, au bras gauche et à la cuisse droite, McCoy s’est rétabli et l’agresseur a été rapidement appréhendé. Personne n’a été tué, mais tout aurait pu être tragiquement différent si Ben McCoy et son arme n’avaient pas perturbé le tireur.

Bien évidemment, dans ce cas précis, il est très regrettable qu’un innocent ait été blessé. Il ne faut pas perdre de vue que sa simple présence, avec une arme, a permis d’éviter peut-être un bain de sang, dans lequel il aurait pu perdre la vie également. Ce qui est encore plus courant, c’est le cas de possesseurs d’arme innocents qui en utilisent ou simplement en brandissent une et sauvent des vies sans qu’il y ait aucune blessure, sauf peut-être quelquefois pour l’agresseur. J’ai pris cet exemple parce que c’est arrivé près de chez moi et que je voulais exprimer de la gratitude à Mr McCoy.

L’efficacité des armes

J’ai un peu cherché sur le Net et j’ai trouvé des chiffres étonnants. GunFacts.info est un bon site web, avec des notes et des références vers des sources fiables. J’y ai appris ce qui suit :

  • On estime que les armes empêchent 2,5 millions de crimes par an, soit 6849 chaque jour. La plupart du temps, l’arme ne tire même pas, et il n’y a aucune effusion de sang (y compris celui du criminel).
  • Chaque année, 400 000 crimes violents potentiellement mortels sont évités grâce aux armes.
  • 60 % des criminels condamnés ont admis qu’ils évitaient de commettre leurs méfaits quand ils savaient que la victime était armée. 40 % des criminels condamnés ont admis la même chose quand ils pensaient qu’elle pouvait l’être.
  • Les criminels déclarent éviter d’entrer dans des maisons occupées par peur de se faire tirer dessus.
  • Moins de 1 % d’armes à feu sont utilisées pour commettre un crime.

Si vous mettez en doute l’objectivité de ce site, sachez que le Center for Disease Control, dans un rapport commandé par le Président Obama en 2012 après le massacre de Sandy Hook, a estimé que le nombre de crimes évités grâce aux armes pourrait être encore plus élevé —jusqu’à 3 millions par an, soit 8200 chaque jour.

La page Gun Control du site JustFacts.org est une autre excellente source d’informations sur ce thème (et sur beaucoup d’autres problèmes d’actualité). (Transparence totale : je fais partie des administrateurs de JustFacts simplement parce que je crois en l’objectivité, la précision et l’intégrité de l’organisme.)

L’usage défensif des armes

Dans « Defensive Gun Use is More Than Shooting Bad Guys » James Agresti, fondateur et président de JustFacts, a fourni des preuves irréfutables de diverses sources démontrant que l’usage défensif des armes est beaucoup plus courant et efficace que des fanatiques anti-armes tels que le The New York Times le suggèrent ou l’admettront jamais. D’après Agresti :

« Les gens qui utilisent une arme à feu pour se défendre blessent (a fortiori tuent) rarement les criminels. Simplement parce que ceux-ci battent souvent en retraite quand ils découvrent que leurs proies sont armées. »

John Lott, auteur du livre, More Guns, Less Crime est président du Crime Prevention Research Center, autre source d’informations remarquable sur ce thème. Il écrit :

De 66 à 32 % des économistes et criminologues disent que les gun-free zones sont « plus susceptibles d’attirer les criminels que de les en éloigner. » Entre 60 et 40 % estiment que la présence d’armes au domicile n’augmente pas les suicides. Et de 62 à 35 % disent les armes sont plus souvent utilisées pour se défendre que pour commettre un crime.

Cela peut expliquer pourquoi même le The New York Times n’a pas encore posé un panneau à l’entrée de ses bureaux proclamant, « Ceci est une Gun-Free Zone. Il n’y a aucune arme ici. »

On pourrait se demander : « Et si on se contentait de confisquer les 350 et quelques millions d’armes en circulation dans le pays, est-ce que ça n’en éliminerait pas l’utilisation offensive, ce qui ferait que nous n’aurions plus besoin de toutes ces utilisations défensives ? »

Bonne chance avec ça. Y a-t-il la moindre raison de croire qu’une telle guerre contre les armes aurait davantage de succès que celle que mène l’État contre la drogue ? Même un élève de CM2 saurait que ce seraient essentiellement les gens honnêtes qui seraient désarmés. Les criminels n’auraient aucun problème pour garder leurs armes ou en trouver d’autres sur un marché noir florissant.

Ce qui me remplit de gratitude pour tous les Ben McCoy du monde, les possesseurs d’armes respectueux des lois qui sont tout aussi importants que les flics —voire même plus— et qui essaient de garder les gens honnêtes sains et saufs.

Traduction pour Contrepoints par Joel Sagnes de Guns Prevent Thousands of Crimes Every Day, Research Shows

Voir les commentaires (122)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (122)
  • Moi j’ai des armes.. dans ls campagnes tout le monde a des armes..
    jamais un probleme .. ils le savent que le pécore est chatouilleux lui
    il ne va pas appeler les gendarmes , il va s’en servir

    • je vous envie ; je n’ai pas d’arme , mais j’ai l’intention d’apprendre à tirer , ça peut toujours servir ; c’est dire à quel point je me sens en sécurité dans mon pays …….

      • inscrivez vous dans un club de tir ou passez le permis de chasse

        • +1

          Et ça permettra, à défaut d’apprendre à se défendre avec l’objet, au moins d’être capable de le manipuler sans danger pour soi-même et autrui (en dehors de ceux auxquels le danger pourrait être spécifiquement destiné, bien évidemment)…

      • C’est très sympa. Vous verrez c’est très gratifiant comme hobby. C’est malheureusement un peu cher.

    • Quand j’étais petit on savait qu’aller même voler des pommes dans un arbre chez un paysan nous exposait à un tir de chevrotines, certes en blé, sel ou du petit plomb…mais quand même. Ça calme bien en préventif.

      Mes cousins allaient attraper les truites à la main dans les torrents. De rustiques montagnards…

      Une fois des gens de la ville sont venu semer le désordre dans le bal du village…ils ont été se réfugier en courant dans une cave dont ils ont été expulsés par enfumage, comme les renards. Après ils ont regretté d’être venus.

      Notre société a été émasculée, c’est la tendance « urbaine friquée » (bobo etc…). Ce n’est nullement un progrès car il n’y a rien à la place pour maintenir l’ordre et la cohésion.

      Il est certain qu’il est plus facile d’opprimer des gens non solidaires, désarmés et qui savent que s’ils se défendent la justice saura leur faire beaucoup regretter leur auto-défense.
      Il vaut mieux être cambrioleur que propriétaire…

      C’est la violence sans raison ou envers autrui pour lui nuire alors qu’il ne vous a rien fait qui est condamnable, pas « toute » violence…

      • Je crois qu’intimement le maître mot est « cohésion ».

        C’est le délitement de notre société avec la fin d’un socle important de valeurs communes (Non assimilation oblige) qui fait que nous ne sommes plus que des individus donc faibles.

        On voit ainsi que des personnes sont attaquées dans des espaces publics: Le plus souvent personne ne réagit, on comprend pourquoi, surtout si ce sont des attaques réalisées par des « bandes » de « jeun’s ». La terreur est du côté de l’agressé et de l’éventuel défenseur.

        Un signe : les militaires ont pour consigne de ne jamais sortir en uniforme pour ne pas « provoquer » !

        Ce légionnaire a eu bien du mal à s’en sortir sans condamnation: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/proces-de-l-ancien-legionnaire-qui-avait-tue-son-agresseur-gare-du-nord-20190618

        • @Balthazar
          Bonsoir,
           » Franchement, si elle ne s’applique pas ici, on ne sait pas quand elle pourrait s’appliquer. »
          Tirée de l’article, dite par l’avocat du légionnaire.
          C’est là le truc : elle ne doit jamais s’appliquer.
          Pour l’accusation, l’agression s’arrête au moment où le légionnaire a ôté le couteau de l’agresseur, lequel a continué l’agression. Le légionnaire équipé du couteau de l’agresseur était donc en disproportion d’après l’inquisition. Que l’acte initial, l’agression, soit du dealer, qu’il l’a continuée (l’agression) malgré tout, que tout ce qui lui arrive est de son seul fait, n’est pas envisagé, ni envisageable pour l’ajustice. (sans typo).

  • « Une société armée est une société polie. »
    R. Heinlein.

    • @Mitch
      Bonjour,
      +1
      “An armed society is a polite society. Manners are good when one may have to back up his acts with his life.” — Robert A. Heinlein

      • Merci, et j’en profite: J’ai un peu réagi de travers sur un de vos commentaires il y a quelques jours alors que je vous avais assez mal compris de surcroît: Mea Culpa. Je n’avais pas donné à votre prose le crédit ni l’attention qu’elle mérite.

        • @Mitch
          Bonsoir,
          Aucun souci. Il s’agissait de Suzanna Hupp. J’ai dû rafraîchir ma mémoire grâce à vous.

          « Je n’avais pas donné à votre prose le crédit ni l’attention qu’elle mérite. »
          Ma prose ressemble à un pavé. Quand je relis les blocs que j’ai écrits, je me dis que ça doit être indigeste.

          Mea culpa accepté.

          • Moi je l’aime bien votre prose. Vous allez dans l’argument. Vous allez au charbon. Vous creusez les sources. C’est rafraîchissant. Mes sarcasmes sont peut être plus digestes pour les lecteurs mais en terme d’argumentation vous faites bien mieux le boulot.

  • Le député Français Joachim Son Forget a déposé le 19 juin 2019 une proposition de loi (N°2044) visant à mieux définir le cadre de la légitime défense : http://www.assemblee-nationale.fr/15/propositions/pion2044.asp .
    Ce qui va être intéressant, c’est de voir le résultat du vote et le positionnement de chaque parti.

    • @CLOVIS2
      Bonjour,
      Le lien est très intéressant, je n’étais pas au courant.
      Les députés sont un peu frilleux mais la proposition a le mérité d’exister. La « disproportion » est toujours rapportée à la victime qui réagit, et non à l’agresseur qui initie l’agression.
      Cette phrase de Me Thibault de Montbrial, avocat au barreau de Paris, citée dans la proposition, montre qu’il y a effectivement du travail et ce qu’est le monde réel :
      « il est impossible de prédire les agissements d’un cambrioleur une fois introduit dans un domicile. S’il peut éviter la confrontation avec les habitants, il est tout autant possible qu’il l’accepte et aille jusqu’à des violences parfois extrêmes. »

      • D’une manière générale il faut tenir compte de la capacité de défense intrinsèque de la victime.

        La seule chance, faute d’avoir un arme et de pouvoir, et également savoir s’en servir, est la surprise. Or elle est en général au bénéfice de l’agresseur (i.d. cambrioleur) et il est impératif de ne pas laisser une seconde chance à l’agresseur.

        Seules les armes à feu, sous réserve d’être disponibles, peuvent permettre d’adapter la réponse du faible au fort.

        Exemples : je fais un bon quintal, j’ai été première ligne au rugby, fait beaucoup de judo…mais les années ont passées et je ne peux compter sur tout cela désormais. Si j’ai un homme équivalent à ma forme d’il y a 30-35 ans…mais jeune : je suis cuit.

        Si je tombe sur un vrai méchant (c’est à dire quelqu’un entrant dans mon domicile alors que je suis présent plus ou moins home jacking…), je ne peux que monter le niveau et prendre un moyen adapté à mon déficit physique donc frapper rapidement, d’une manière incisive, ôtant toute capacité de réponse à venir à l’agresseur.

        On va au delà de la réponse proportionnée, (voire de la panique) comme dans le projet de loi cité plus haut: D’une manière raisonnée il faut frapper très fort…

        • Tout à fait d’accord, l’effet de surprise crée une relation d’inégalité en faveur de l’agresseur qui ne peut être compensée que par des moyens supérieurs à ceux de l’agresseur.
          Mais compte tenu du niveau auquel on est tombé actuellement, il faut probablement progresser par palier et effectuer un jugement électoral des députés et sénateur à partir de leur positionnement sur ce texte et les en avertir.

        • @Bathazar
          Bonsoir,
          « Si je tombe sur un vrai méchant (c’est à dire quelqu’un entrant dans mon domicile alors que je suis présent plus ou moins home jacking…), je ne peux que monter le niveau et prendre un moyen adapté à mon déficit physique donc frapper rapidement, d’une manière incisive, ôtant toute capacité de réponse à venir à l’agresseur. »
          Voilà, parce que c’est l’agresseur qui impose la disproportion au départ. Il se crée tout plein d’avantages :
          – il choisit le moment ;
          – il choisit le nombre d’acoyltes ;
          – il choisit le matériel et les moyens :
          – il choisit la cible (domicile avec/ou sans habitants, victime dans la rue)
          – il ne prévient pas, il donc l’effet de surprise.
          Et nous, nous avons… des lois.
          ET vous chez vous, dans la rue, votre niveau de violence il est de ZERO, celui de l’agresseur/home jacker-intruder, est de 1 au minimum. Par quel rapport de proportionnalité passe-t-on de 0 à un ? (0 mulitplié par x = 1) La solution est 1/0. La réponse à ce calcil est une « erreur » d’après ma calculatrice. Pour avoir demandé la solution à un prof de maths : il n’y en a pas, il n’y a pas de solution. La proportionnalité est impossible.

    • merci pour cette référence, une proposition tout a fait justifier mais la gauche bobo macroniste ne sera surement pas pour… hélas…

  • Il est de toute manière historiquement établi que les régimes bannissant l’armement des citoyens se sont tous transformés en dictature, quel que soit le degré de liberté accordé par ailleurs.
    Prenez Singapour: Beaucoup de liberté économiques, mais peu de libertés civiles (151eme sur le liberté d’expression, on y avait interdit les chewing gum et ils sont toujours régulés, la pornographie est extrêmement régulée aussi. etc…). Les arems y sont interdites.
    Prenez la Suisse: beaucoup de libertés civiles, et il est facile d’y posseder une arme.
    Prenez les dictatures les plus dures: Coree du Nord Iran etc… Il est absolument intedit d’y posséder des armes a titre privé.

    Les despotes ont besoin de prohiber les armes privées pour que leur commerce soit florissant.

    Je sais bien que les tueries de masses sont des catastrophes, mais quand bien même elles seraient la règle en cas d’armes libéralisées, leurs tristes chiffres ne font pas le poids face aux résultats du polpotisme génocidaire qu’on risque lorsqu’on est désarmé, ou des horreurs du régime des Kim en Corée du Nord. Or le désarmement des populations est une condition sine qua non de l’existence de ces régimes.

    • Les tueries de masse ont majoritairement lieu dans les zones où le tireur sait qu’il sera le seul arme . Je ne sais pas si c’est les vacances mais je suis un peu frustré, pas de troll anti-arme ce matin .?

      • Je suis d’accord avec vous. Et je ne dis pas que les tueries de masse son t la conséquence de la libéralisation des armes. L’expression que j’ai utilisé c’est « Quand bien même » suivi d’un conditionnel. En clair, je n’admets pas l’hypothèse selon laquelle ces tueries sont dues à la proliférations des armes. Je dis que même si on admettait cette hypothèse, elle ne suffirait pas à démontrer le bienfondé du banissement légal des armes.

        Et vive le second amendement!

      • @pabizou
        Bonjour,
        « pas de troll anti-arme ce matin »
        Ama-et-quelques, A.K.A William Morris doit recalibrer sa logique.

      • Ben les trolls on peut s’en passer en fait…
        Un peu comme les gauchistes et leurs idées tordues, on pourrait s’en passer…

  • Ce WE, lors de la Ducasse d’Ath (évènement populaire se déroulant sur l’espace public), j’ai été témoin à quelques mètres de moi de deux débuts de bagarre.
    – Fait 1 : Un groupe de 7-8 motards avait menacé un petit jeune pour une raison inconnue quelques minutes auparavant. Petit jeune qui est le fils d’un membre d’une confrérie folklorique. Cette confrérie a cherché explication auprès des motards. J’ai pu voir et entendre à 3 mètres de moi une personne dire à une autre « tu me touches, je te tue ». 2x. La situation n’a heureusement pas dégénéré. 8 policiers sont arrivés 2 minutes après pour sécuriser, montrer aux motards qu’ils les avaient à l’oeil.
    – Fait 2 : une personne (avec ses amis) a bousculé/blessé un enfant par inadvertance semble-t-il. Le père (et ses amis) se sont empressés d’enlever leur t-shirt, les deux clans ont montré leurs muscles et 3-4 se sont bien frappés avant que une 12aine de policiers n’interviennent. A noter que cet incident a eu lieu au sein d’une foule de simples citoyens venus voir un cortège, avec de nombreux enfants (mon groupe d’amis comptaient 8 enfants de moins de 10 ans). Les chevaux du cortège ont été effrayés également.

    Si ces personnes avaient été armées, et que d’autres simples citoyens également, plusieurs scenarii :
    – les adversaires sortent leurs armes, d’autres citoyens aussi, la situation au bord de la fusillade, il y un mouvement de foule. Mais pas de tirs. Grande probabilité de plusieurs blessés, un enfant écrasé, etc..
    – les adversaires ont sorti leurs armes, d’autres citoyens également. Un coup de feu est tiré. Et hop fusillade dans une foule compacte, quelques balles perdues, 2-3 morts, des dizaines de gens piétinés, les chevaux s’emballent et blessent plusieurs spectateurs, le cortège est annulé.

    Peut-être que STF, qui aime bien utiliser des « si Mme X avait été armée… », pourra répondre à mes interrogations :
    – Est-ce que la présence d’arme aurait augmenté la sécurité ? Ou le sentiment de sécurité ?
    – Est-ce que la présence d’arme aurait permis d’éviter un drame ? Ou a contribuer à diminuer le risque d’un drame ?

    • Avez vous déjà entendu l’un de vos scenarios se réaliser aux US ? j’entends 2 groupes « folkloriques » au milieux de citoyens lambdas…

    • Vos scenarii sont de la daube en barre. Je reprends mon propos: Une société armée est une société polie.

      Quand on sait que tout le monde a un flingue, on garde son calme. Pour la même raison qu’en général on s’énerve moins face aux policiers armés, la crainte étant le commencement de la sagesse, quand on sait qu’on peut se prendre du parabellum entre les deux yeux, on a une une bien plus grande incitation à désescalader un conflit.
      En, cas de société armée votre situation de base ne se serait jamais produite. Et comme vous ne connaissez rien aux armes ça ne vous est pas venu à l’esprit. Mai je vais vous faire l’aumône intellectuel de me preêter à votre exercice.

      « – Est-ce que la présence d’arme aurait augmenté la sécurité ? Ou le sentiment de sécurité ? »
      S’il y a une fusillade je préfère faire partie de ceux qui ont des flingues plutôt que de la chair à canon. Oui clairement, dans une situation aussi ubuesque que celle que vous décrivez à travers vos mauvais scenarii, (vous bossez comme scénariste chez AB production pour pondre des trucs pareils?) je préfère avoir un flingue. Au pire je peux toujours ne pas le dégainer si je pense que son usage me mets en danger (faisant de moi une cible prioritaire pour les autres par exemple), pour ne garder cet atout qu’en cas désespéré.

      « – Est-ce que la présence d’arme aurait permis d’éviter un drame ? Ou a contribuer à diminuer le risque d’un drame ? »

      Bien entendu: Un homme qui bouscule un enfant et sait que ses parents sont armés préfèrera souvent dire un banal « Pardon petit je t’avais pas vu. » plutôt que de jouer les gros bras pour se rassurer la taille de son micro phallus. Il y a des gens qui aiment la bagarre. Il y en a même trop. En revanche personne, je dis bien personne n’aime les balles dans la tête. En tout cas la quasi totalité de ceux ont essayé n’ont pas souhaité exprimer leur goût pour la chose. Et ça, les bagarreurs le savent. Un coup de poing c’est une histoire à raconter. Une balle c’est une boite à remplir. Les brutes épaisses qui se prennent pour des courageux en provoquant tout le monde sont autant des poules mouillées que des vierges effarouchées devant du 9mm. S’il y avait un flingue dans votre histoire, vos deux balourds auraient « fermé leur claque merde ».

    • @Malin Madelon
      Bonjour,
      William Morris avec un nouveau logiciel ?
      « Un groupe de 7-8 motards avait menacé un petit jeune pour une raison inconnue quelques minutes auparavant. »
      Le petit jeune (on va dire jeune majeur), puisque menacé, aurait pu leur montrer à ces motards que leurs menaces pouvaient leur coûter cher. Il y aussi des bagarres aux States, même quand les gens sont armés. Ce que vous ne comprenez pas, en pensant que tous les gens armés sont des décérébrés, c’est qu’il y a une échelle. Une menace d’un groupe à une personne esseulée, vaut une réponse ferme, qui ne peut qu’être plus crédible si la personne esseulée est armée. Comme disait Harry Calahan : « Come on ! Make my day ! ». Ce
      que vous ne percutez pas non plus, c’est que les personnes armées sont, dans la majorité des cas, consciente de l’outil qu’elles portent ; elles en connaissent les effets.
      En se montrant ferme, appuyé par une arme à feu, le petit jeune n’avait même pas besoin que le groupe floklo s’en mêle.
      « Arpès tout, les troud… ont un fort instinct de conservation ! » Bravethworld, Youtubeuse.

      Pour répondre a l’ensemble de vos points, je vous rappellerais que de 1885 à 1939, le port d’arme était courant en France, puisque légal. En 1936, nous avons eu des grèves qui ont donné nos « acquis sociaux ». Avons nous eu une hécatombe,des règlements de compte, comme dans ce bon vieux Far-West ? Non. Par contre, juste après l’interdiction, nous avons été invahis, et vaincus.

      « Peut-être que STF, qui aime bien utiliser des « si Mme X avait été armée… », pourra répondre à mes interrogations : »
      J’aime aussi utilisé des « puisque M. X, Mme Y étaient armés, ils ont protégé leurs vies, et/ou celles d’autrui.
      Comme ici :
      « https://www.youtube.com/watch?v=thVhVjn59mg »
      ou celui-ci :
      « https://www.youtube.com/watch?v=4sbUDExEAbE »
      Mais vous, vous vous feriez du mouron pour les intrus. Vous leur prépareriez un café latte sans sucre plutôt.

      • ou celle-là, où personne n’est entrée vu le guet-apens tendu :
        « https://www.youtube.com/watch?v=6I7RDcTaaUs »

      • Et les manifs « progun », avec des carabines portées en pleine rue, des armes de poings dans des holsters de cuisse, génèrent moins de violences que les manifs des « non-violents » anti-fa. Blackblock, ou autres.

      • @Mitch : vous croyez que tout le monde était sobre ? Et des gens armés sont des gens polis ? En 2017, la police américaine a abattu 987 personnes, dont 68 non armées. Ces derniers étaient-ils impolis ? Ou peut-être que la police, sachant le risque que représente une personne armée, a préféré ne pas prendre de risque. Les rares fois où j’ai été contrôlé par la police, je n’ai pas craint de prendre une balle parce que je me grattais la tête.
        @STF : vous m’avez répondu :-). Mais vous ne m’avez toujours pas expliqué pourquoi/comment un pays sur-armés, avec des forces polices hyper équipées, nombreuses, n’ayant pas peur de faire usage de leurs armes (comme écrit juste avant), un pays avec une très forte influence libérale, etc… pourquoi/comment ce pays connait un tel nombre de meurtres, violences, assassinats, etc. ?
        Vous avez dit que la société n’est pas responsable de la criminalité (ce qui dingue, mais bon.. je vous laisse ce postulat) et que ce sont des gens qui décident de mener une carrière criminelle. Je redemande donc : pourquoi un tel nombre de tueries ?

        •  » vous croyez que tout le monde était sobre ? » Vous voulez interdire l’alcool en plus des armes?

          « Et des gens armés sont des gens polis ? » Non, « Une SOCIETE armée est une SOCIETE polie ». Vous mettez un groupe de gens ensemble, ce n’est pas forcément une société.

          Vous voyez le problème c’est que vous êtes une personne malhonnête. Vous changez les mots des gens pour mieux travestir leur propos et répondre à des choses qu’ils n’ont pas dites. C’est déloyal, petit, vil et méprisable (entre autre).
          J’en sais rien de ce que fait la police américaine, mais sur vos statistiques combien ont eu lieu dans des Etats où il est impossible d’avoir un port d’arme? J’en sais rien mais à la différence de vous quand je balance une statistitique ou un nombre je l’analyse avant. Je le contextualise. Je regarde si ça correspond bien à ce que je veux dire. Votre statistique correspond à un environnement disparates légalement (les lois sur les armes changent selon les Etats). Vous n’avez pas regardé la répartition selon les Etats et vous en tirez une conclusion générale sur les USA. C’est pas du boulot. Si ça c’est un argument, alors un croque monsieur Herta avarié et à moitié carbonisé est un repas raffiné chez Rebuchon…

          Et puis vos expériences subjectives, vos scenarii dignes de: https://www.youtube.com/watch?v=qznbecUX3Fc

          Sérieusement ça prouve quoi? Vos techniques argumentatives sont ridicules et puériles en plus de n’avoir aucune pertinence intellectuelle. Vous êtes amusant bien malgré vous mais le problème c’est que nous devons nous abaisser à vos affligeantes inepties pour répondre avec sérieux à des excréments intellectuels. C’est pas très épanouissant.

          Vous aurez donc le dernier sur moi dans les commentaires sur cet article. Devant votre indigence intellectuelle, c’est l’aumône que je vous jette aux pieds. Par pitié…

          • Qui a parlé d’interdire l’alcool ?
            Il me semble qu’une société est composée de personnes. Une société polie doit être composée de personnes polies, une société compétitive de gens compétiteurs, une société libérale de gens libéraux. Etc.. Il ressort de vos propos (depuis plusieurs messages) que vous n’êtes pas du tout poli, bien que vous possédiez une arme chez vous, dans votre voiture et sur vous en permanence. (j’espère en tout cas, ce serait étrange que vous renonciez à votre droit « naturel » au port d’arme, que vous acceptiez d’être une potentielle victime, etc).
            Vous n’avez toujours pas répondu à ma question cependant : est-ce que dans les deux exemples que j’ai donné, tirés de ma vie personnelle, la sécurité des citoyens auraient été plus grande en présence d’armes à feu ?
            (pour info, le « petit jeune » pris à partie a 14 ans. Vous l’armez aussi ? Quand 6 armoires à glace coince un type dans un coin, ce type a t’il le temps de sortir son arme sans se manger une mandale dans la face ?)
            Pour le reste, nous en resterons là.

            • « Quand 6 armoires à glace coince un type dans un coin, ce type a t’il le temps de sortir son arme sans se manger une mandale dans la face ?) »
              S’il est entraîné : oui.

              • Je note que tous les citoyens doivent être formés comme des paracommandos. On remplace l’histoire-géo par un stage en Guyane ? Faut commencer tôt à inculquer les bons réflexes.
                Et 6 armoires à glace entrainées coince un type dans un coin, on fait quoi ?

                • @Malin Madelon
                  Bonsoir,
                  « Faut commencer tôt à inculquer les bons réflexes. »
                  Aux States jusqu’aux années 80, les enfants avaient des cours de tirs. Oui ! des cours où ils apprenaient à tirer à la carabine, et à fabriquer des cibles et des « boîtes à cible ». Certains venaient avec leurs propres carabines, en prenant le bus jaune.
                  Chez nous, avant 1914, les enfants avaient aussi droit à des cours sur les armes à feu, de combat et d’instruction militaire ; la guerre de ’14 était attendue.
                  Il y a toujours dès le collège des cours de lutte gréco-romaine. Pourquoi ne pas les remplacer par des cours de self-défense, ou de boxe anglaise (le « Noble art »), savate, ou autre ? Les filles pourraient en avoir un gain important. Quand j’étais au lycée en Z.E.P, un prof de sport a fait un cylce « Boxe », avec gants et casques pour tous. Mon prof ne nous l’a pas fait.

                  « Et 6 armoires à glace entrainées coince un type dans un coin, on fait quoi ? »
                  Cela ne serait pas un peu contre nombre de règlements ? 6 armoires à glace ça se voit.

                  « Je note que tous les citoyens doivent être formés comme des paracommandos »
                  Les Poilus, les soldats de 1939/40 et les résistants ils sont été formés à quoi à votre avis ? Ils ont fait quoi en retournant à la vie civile ? Ils ont fait un poutch ?

        • @Malin Madelon
          Bonsoir,
          Vu que vous ne comprenez pas la différence entre un hooligan et un supporter, je ne vais pas détailler des concepts largement plus complexes.
          Et comme je vous l’ai écrit je ne débattrai plus avec vous sur ce sujet.
          Cependant, par curiosité, je vous laisse le soin de m’expliquer pourquoi le Brésil, avec des lois sur les armes à feu semblables aux nôtres, a un nombre d’homicides « par » armes à feu supérieur à celui des U.S.A dépassant les 40 000 depuis 2011. (Taux de 21,9 homicides « par » armes à feu pour 100 000 habtiants pour le Brésil VS 12,21 pour 100 000 pour les U.S.A, en 2019)

          « Vous avez dit que la société n’est pas responsable de la criminalité (ce qui est dingue, mais bon.. je vous laisse ce postulat) »
          Vu que ce que je vous demande précédemment sera très facile pour vous, je vous demande donc, de m’expliquer en quoi et de quoi, les victimes du Bataclan, des terrasses des cafés, de l’aéroport de Bruxelles, du métro de Madrid, de la promenade à Nice, étaient responsables pour subir une sentence de mort.

          • Concernant les taux d’homicides « par » armes feu pour 100 000 habitants, le Honduras arrive premier avec 60, et arrive deuxième le Vénézuela avec 49,22.

          • Précision pour la clarté de votre esprit :
            « [le Brésil] a un nombre d’homicides « par » armes à feu supérieur à celui des U.S.A, dépassant les 40 000 depuis 2011. »
            Il manque une virgule. Celui du Brésil dépasse les 40 000 depuis 2011, pas celui des U.S.A.

          • Une foule est plus bête que la somme des personnes qui la composent, et il arrive que des supporters un peu « chauds » se laissent entraîner à commettre des actes répréhensibles voire frapper un autre supporter. Pas des hooligans bien structurés, des ultras, etc. Bien commode encore une fois de séparer strictement gentil citoyen et méchant criminel.
            Je ne peux rien vous expliquer concernant le Brésil ou le Honduras sans en référer à la société. Si je me tiens uniquement à l’individu et à ses choix personnels de devenir criminel, aucune explication n’a de sens. Votre vision des choses est impossible.
            Cependant, si on réfléchit en terme de société, avec la pauvreté, inégalités, corruption, violence endémique, économie souterraine, etc, un tableau plus large, plus exhaustif permet de mieux comprendre la criminalité. Mais comme un grand esprit l’a dit « comprendre c’est déjà pardonner », il vaut mieux rester dans son bocal de pensées.
            Je ne comprends pas pourquoi vous parlez des victimes des différents attentats. Pour ceux de Bruxelles, c’était des bombes il me semble personne d’armé n’aurait pu faire quelque chose. Pour Nice, pareil.
            Pourquoi il y a-t-il si peu de crimes dans les pays économiquement, politiquement, socialement stables ? Où les inégalités sont plus faibles ?

            • @Malin Madelon
              « Pourquoi il y a-t-il si peu de crimes dans les pays économiquement, politiquement, socialement stables ? Où les inégalités sont plus faibles ? »
              Quels pays stables ? La Suède ? U.K ? L’Allemagne ? Le Canada ? L’Australie ? Ces pays voient leurs courbes de criminalités violentes grimper. Elles ont un tendance à stagner, mais elles ne descendent pas, les indicateurs ne sont pas bons.
              Sadik Khan ou T. Ramadan (je ne sais plus), maire de Londres, devant une commission passant au crible ses résultats, a soutenu que Londres était plus sûre qu’avant son arrivée, malgré des stats en hausse de plus de 3% quasiment partout.

              « Je ne comprends pas pourquoi vous parlez des victimes des différents attentats. »
              C’est ça le truc vous ne comprenez pas grand-chose, et je réitère que c’est parce que vous ne comprenez pas la différence entre un holligan et un supporter.

              « Pour ceux de Bruxelles, c’était des bombes il me semble personne d’armé n’aurait pu faire quelque chose. Pour Nice, pareil. »
              Pour Bruxelles soit. Vous ne comprenez toujours pas que porter une arme est une option, meilleure que de n’avoir aucune option, encore meilleure avec une formation pratique, et personne de censé pense que porter une arme résoud tous les problèmes de violence.
              Quant à Nice, comment a été arrêté le camion ? En abattant le chauffeur. Avant cela, un homme désarmé a essayé d’arrêter le chauffeur ; celui-ci lui a tiré dessus à travers la porte. D’ailleurs, en Israël, le même scénario a été effectué, et un homme seul, un citoyen armé, y a mis fin. De mémoire il y avait eu 17 morts… contre 86 pour Nice, avec ZERO citoyen armé.

              Dans votre opinion, « plus d’armes = plus d’homicides » et la Société est responsable des choix de vie criminels qu’en font ses victimes. Vous ne nous avez pas encore sorti le laïus « On ne fait pas justice soi-même ! » pour les pro-droit au port d’arme, mais vous insinuez que les soi-disant « victimes de la Société » se font bonne justice eux-mêmes, puisqu’elle est responsable hein ? Elle n’a qu’à se soumettre la Société, et à tendre l’autre joue et accepter son châtiment, n’est-ce pas ?

              Vous ne pouvez pas expliquer pourquoi le Brésil, avec des lois strictes et restrictives dépasse les U.S.A, et pourquoi la Suisse, avec des lois plus souples, n’est pas un cimetierre à ciel ouvert.

              • D’après le site Gunpolicy, le nombre d’homicides est stable voire régresse dans les pays que vous citez, depuis 1990.
                Pour holligan et supporter, vous faites une différence stricte, ce que je ne fais pas. (Je n’aime pas le simplisme binaire, je l’ai souvent répété). Un bon père de famille, gentil mari et employé modèle peut aussi être un tantinet bagarreur et ne pas hésiter à foutre son poing sur un supporter adverse pour une histoire de penalty non sifflé.
                La Société n’est pas responsable des choix criminels, mais que le choix se réduit, quand la Société souffre de maux typiques de société inégalitaire, d’impossibilité d’évoluer dans la société, que cette société ne reconnait pas la dignité de chacun, etc, cela explique EN PARTIE la facilité avec laquelle certains font le choix d’une « carrière criminelle ».
                J’ai un peu du mal à expliquer ce que je vais dire, mais j’essaye quand même :
                – vous vous dites « pas libre » à cause de la société, de l’Etat, etc. Donc ils vous empêchent de faire vos choix, de faire votre vie comme bon vous semble.
                – alors, vous devez être d’accord avec le fait qu’une autre personne « pas libre » choisisse la liberté d’être criminel.
                – Cette personne n’est pas née criminelle, n’a pas eu vocation de devenir criminelle. Mais devant le choix imposé par la société d’être « pas libre » ou « libre dans la criminalité », il a choisi la criminalité. S’il avait pu être libre dans la légalité, il ne serait pas devenu criminel.
                Le mot « libre » ici est pris pour que cela vous parle. Mais il peut remplacer « être respecté en tant qu’être humain, avoir de l’argent, etc.. »

                • @Malin Madelon
                  Vous avez mis la main entière dessus : « il a choisi la criminalité », je vous cite. Il a fait un choix entre une vie honnête et une vie malhonnête.
                  Dans votre assertion, celui qui, dans les mêmes conditions, choisit une vie honnête, devient un oppresseur ? Il doit donc subir la justice de la rue ?

                  « Le mot « libre » ici est pris pour que cela vous parle. Mais il peut remplacer « être respecté en tant qu’être humain, avoir de l’argent, etc.. » »
                  Dites ? Vous ne pensez pas qu’être un « bandit de grand-chemin » est un choix de vie respectable quand même ? Si ?
                  Je suis fauché et pauvre, et je ne me sens pas dévalué en tant qu’être humain. Les seuls qui me fassent ressentir cela sont ceux qui veulent faire disparaître nos libertés, qui attaquent sans cesse nos droits et nos portefeuilles, sans compter ceux qui expriment clairement le désir d’exterminer/éradiquer mes semblables ethniquement. « Save the planet ! Kill yourself ! » pour être soft. Pour d’autres, je suis un mécréant.

                  « vous vous dites « pas libre » à cause de la société, de l’Etat, etc. Donc ils vous empêchent de faire vos choix, de faire votre vie comme bon vous semble. »
                  Pas de la Société, à cause de l’Etat. C’et l’Etat qui rogne nos Droits, dont celui de la liberté, en nous ôtant la responsabilité, sauf quand ça l’arrange comme pour les « victimes de la Société » pour lesquelles vous vous faires un sang d’encre, ou « Tous concernés, tous responsables » de la Sécurité Routière. Désolé ! Je ne connais personne qui soit responsable des actes des criminels du Nord de la France, ni des accidents de la route en Corse.
                  Il est clair depuis plus de 3.000 ans qu’il n’y a rien de plus néfaste pour les êtres humains, les Peuples, que des gouvernements, qu’ils soient leurs ou étrangers. Leur propension a s’étendre et à régenter, contrôler la vie de leurs sujets, citoyens, est connue depuis ces temps-là.
                  Le siècle dernier a montré à quel point les gouvernements étaient néfastes quand ils ont des hommes armés par eux seuls.
                  Aucun gouvernement actuel ne peut garantir aux citoyens qu’il sert qu’il ne s’en prendra pas à eux, ni qu’il ne s’en prendra pas à un autre pays. Aucun. Aucun citoyen ne doit prendre ces « garanties » pour paroles d’Evangile.
                  L’O.N.U avait promis sa protection à Srebenica… sous condition de désarmer la population. La ville a fait sa part du marché, l’O.N.U n’a pas rempli sa part.

                  Vous avez raison : on ne naît pas criminel. On ne naît pas pompier ou policier non plus : on le devient. Tout comme pour un criminel qui fait le choix de devenir criminel, il y a des stades, et pour certains criminels (les gangs) des stages, des rites.
                  Nous avons des ministres, des députés, des pseudo gardes du corps, qui une fois pris la main dans le sac, on se rend compte qu’en fait, c’était courant, et que personne n’avait dit mot ; autrement dit aucune remontrance ni de sanction donc aucune raison de ne pas continuer à taper dedans. C’est pareil avec les terro-criminels, la majorité a un passé criminel, qui a débuté à l’adolescence, voire enfance, avec des délits, traités par dessus la jambe par les juges des mineurs ou Garde des Sceaux (« Il faut bien que jeunesse se passe ! » C. T.). Pas de tape sur les doigts, c’est donc « Open Bar ».

                  • Je ne défends pas les magouilleurs, les gens qui choisissent l’argent facile au détriment des autres, etc. Mais quand le choix devient tellement restreint entre vivre honnêtement mais pauvre et sans dignité et malhonnêtement et un peu mieux, je peux comprendre le choix qui est fait.
                    Vous faites une séparation stricte entre supporter et hooligan, faites-vous également une séparation stricte entre citoyen honnête et malhonnête ?
                    Un exemple très facile est la personne qui paye au noir un plombier pour faire sa salle de bain ? Criminel ? Il enfreint une loi. Mais il le fait car sinon il ne pourrait pas se permettre de payer un plombier. Il a fait un choix dicté par les circonstances.
                    Je ne vous ai pas encore dit, mais je suis assez d’accord avec vous sur le fait que nous devrions être plus autorisés à mettre hors d’état de nuire une personne entrant dans notre propriété. Je veux dire, si quelqu’un rentre dans ma maison, je ne devrais pas craindre la justice si je lui mets un coup de sabre. Cependant, tirer sur un quidam qui traverse mon bois, c’est pas pareil.

                    • @Malin Madelon
                      Ce n’est pas parce qu’on est pauvre qu’on est indigne : les mineurs avaient une forme de dignité, en plus d’être fiers de leur métier de mineurs.

                      Citoyen honnête / malhonnête.
                      Votre personne qui emploie au noir, ne devrait même pas être inquiétée par quoique ce soit, pas même la loi. Ce n’est pas à la loi de préciser ce que vaut le travail du plombier. Elle ne le fait que pour assurer un train de vie confortable à l’Etat (entre autre, dont ceux qui font les lois.) Elle ne devrait même pas forcer les clients d’un mauvais artisan à payer entièrement un travail bâclé par le mauvais artisan, pour ensuite porter plainte et demander réparations.
                      Votre exemple est parfait parce que le travail au noir se négocie entre l’employé et l’employeur, qui se mettent d’accord, sans intervention d’un tiers intéressé qui demandera une partie du salaire. C’est du libéralisme. Dans une société libérale, il y aurait un contrat signé par les deux parties, sans l’avis du tiers ni ses « frais ».

                      Votre bois est aussi votre propriété. Si elle est délimitée, matérialisée avec des panneaux, y entrer est aux risques et périls du quidam. Panneaux comme : « Propriété privée, Trespassers will be shot. » Le quidam, vous ne savez rien de lu, vous ne le connaissait pas (autrement vous auriez écrit « voisin » ou « connaissance »). Bien que plus distant, et alors que la distance entre votre maison et votre bois est une mesure de sécurité, le quidam reste une menace.

                      « Je ne défends pas les magouilleurs, les gens qui choisissent l’argent facile au détriment des autres, etc. Mais … »
                      Mais …
                      Les voleurs, magouilleurs de haut-vol, et ceux moins prestigieux n’en restent pas moins des magouilleurs, et leurs actes se font au détriments des autres. Mais vous comprenez le choix, le pardonnez-vous aussi ?

    • sur le principe , c’est une atteinte à la liberté individuelle et au droit à se défendre que d’enlever le droit de porter une arme à un citoyen … c’est similaire à la censure..
      On peut aussi interdire les voitures car il se produit des accidents..ou un couteau..ou tout objet contondant…

      vous ne pouvez pas vraiment donner d’argument qui ne soit pas arbitraire..

      vous dites il y aurait moins de morts donc il faut le faire..
      moi déjà je dirais de morts d’ innocents..
      mais je souhaite AUSSI vivre en sécurité et libre…

      vous ne supprimez d’ailleurs spas le port d’arme SURTOUT pour les gens qui se soucient peu de la loi…
      il n’y rien à discuter..c’est une question de position..de vécu personnel..de situation de culture etc..
      j’ai entendu beaucoup de gens qu’un retraité qui tue un jeune qui vient cambrioler sa maison est un monstre qui doit finir sa vie en prison…

      en m^me temps un homme qui siffle une femme est lui un agresseur sexuel..

      il faut aussi interdire aux gens à se servir de leur poings..

      enlever une liberté au prétexte que on pourrait en user mal..la démocratie est coutumière du fait …mais si o accepte rli »de aussi facilement, fin de tous les libertés individuelles possible..
      n’entendez vous pas qu’en même temps il faut interdire les discours de haine…

      • macron a des gardes du corps armés..pourquoi ne devrait il pas se fier comme le citoyen moyen au rôle préventif des forces de police?

        et comment avoir la même position si on vit à coté d’un commissariat ou au milieu de nulle part ?

        • @jacques lemiere
          Bonjour,
          Votre exemple sur la protection rapprochée de Marcon montre que quand on veut protéger quelque chose, le plus efficace est des personnes armées. L’Elysée, lieu sensible, est constamment gardé avec des hommes armés… beaucoup d’hommes armés.
          Depuis quelques années nous voyons des soldats en armes, patrouiller dans les gares, sécuriser des sites touristiques (Zoo de Beauval par exemple), ou des écoles particulières.
          C’est donc que la protection est plus efficace avec des personnes armées.

          « [la Loi] doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. » art.6 DDHC 1789.

  • Si nous étions beaucoup plus de tireurs, les choses pourraient changer, à condition d’être aussi bien organisé que la NRA pour agir auprès des élus.

    • Complétement d’accord avec vous Dror45-G… On s’y met?
      On est déjà au moins 40 sur cette page c’est déjà pas mal…
      François Mitterrand (qui n’est vraiment pas de mes amis) disait qu’il fallait 100 personnes déterminés pour changer un pays comme la France…

  • Notez aussi que les outils servant à la fabrication des cartouches en calibre 12, sont en vente libre. Et les plans permettant de fabriquer une arme de survivaliste, fiable mais uniquement en combat rapproché, sont visible sur YouTube. Bien entendu, il est interdit de faire cela 😉

  • On croit rêver ! Un site libéral accepte la propagande du lobby des armes à feu. Plus inquiétant : les commentateurs enfoncent le clou.
    Il nous faudrait maintenant un article sur la libéralisation du commerce des chars d’assaut, des avions de combat et des missiles. C’est urgent !

    • Sans être un défenseur des armes, les chiffres parlent d’eux-mêmes… Mais ces chiffres vont très certainement être considérés comme « trafiqués »…
      C’est une histoire d’éducation, de liberté et de responsabilité… notions que défendent les libéraux 😉

    • Ha!!! Bienvenu Arnolphe, j’ai bien failli m’ennuyer sans le troll de service qui espère me culpabiliser d’oser ne pas penser comme lui . Pour les chars, les avions et les missiles, t’inquiètes pas les états se réservent le gâteau .

    • Un char d’assaut ça donne quoi pour la vignette Crit’Air ?

    • Qu’on les libéralise les tanks, ca prendra de l’argent aux crétins et le monde n’en sera pas plus dangereux. Les quelques urlu berlus qui achèteront des tanks armés et les obus qui vont avec vont vite déchanter. Ils vont se ruiner en frais de maintenance. Ils n’auront le droit d’aller nulle part parce que les chenilles abîment les routes. ils seront visibles comme le nez au milieu du visage et videront 200 litre de fuel à l’heure. Autant dire que l’interdiction des chars d’assaut privés est une loi aussi stupide que l’interdiction du suicide sous peine de mort. De toute façon a part quelques collectionneurs, ça n’intéresse personne!

      Alors vous allez me dire: Oui et les lances roquettes alors?

      Et bien sachez que je suis pour leur autorisation. Quand le peupple aura des lance roquettes, je peux vous garantir qu’aucune dictature ne trouvera de soldats pour la servir. Et par ailleurs ça résout assez bien le problème des tanks que vous souleviez…

      Les avions de combat? Mais QUI PEUT EN ACHETER UN? Des gens qui peuvent acheter ces trucs en France à titre perso il y en a moins de 10! Arrêtez d’être stupide! Un rafale coûte 73 Million à l’achat, plus l’avionique, plus la formation du pilote plus le carburant, plus l’entretien plus l’assurance, plus l’assistance dépannage 24/24 en partenariat avec carglass, on en est à combien? Vous croyez qu’elle vous protège de QUOI cette interdiction de posséder des avions de combat? Vous croyez qu’il a que ça a cogner de ces journées Bernard Arnault que de faire du carpet bombing entre midi et deux ou de descendre deux avions de passagers pour passer ses nerfs?
      Et puis cette attitude de snow flake de nous parler du « lobby des armes à feu » des que quelqu’un est pro arme! On peut ne pas être d’accord avec vous sans être un lobby. On peut être votre opposition sans être un lobby. Par ailleurs le lobby anti arme existe et il a beaucoup la parole sur sur plein de médias de gauche. Pourquoi les libéraux devraient ils refuser à une opinion qui s’oppose à l’action de l’Etat de s’exprimer dans un de ses médias?
      Bref vous êtes à coté de la plaque.

      • @Mitch (et les autres) MERCI pour le fou rire.

      • Eh bien s’il y a un lobby des armes à feu qui ouvre en France (ce qui est loin d ‘être le cas, vu l’état des finances de nos pauvres armuriers qui n’ont plus le droit de vendre le moindre truc) je serai le premier à prendre ma carte! et à leur envoyer un chèque de soutien et à coller gratuitement des affiches pour eux!
        Bref vous m’avez compris…

    • @Arnolphe
      Bonjour
      « Un site libéral accepte la propagande du lobby des armes à feu. »
      Et les libertés/Droits, comment se protègent-ils ? Par la loi ? Ou par des citoyens armés ?

    • Pas besoin d’un lobby, il faut juste réfléchir par soi-même… mais nombreux sont ceux qui ne réfléchissent plus, préférant les idées toutes faites et les amalgames.

    • Merci de démontrer les propos de l’auteur: dénis des faits et argumentaire émotionnel moralisateur voulant avoir force de loi. 🙂
      Bravo!

    • question qu’i n’est pas si idiote que se passerait il en effet si les chars d’assaut étaient en vente libre.. ???

      • @jacques lemiere
        Bonjour,
        Outre le fait du prix d’achat non accessible au commun des mortels, peut-être en occasion, la vente libre d’un char développerait un petit regain économique.
        Déjà l’Etat prendrait une part subsantielle sur la vente, plus les frais d’immatriculation => carte grise, plus taxe carbone = prix indécent.
        Ensuite, l’Etat se sucrerait bien sur le carburant nécessaire à la mise en route du char 200l /heure (d’après Mitch).
        Pour continuer, il faudrait instaurer un permis de conduire spécifique. La France aime fractionner les libertés en les réduisant à des permis. Des écoles, des moniteurs seront nécessaires.
        Il faudra aussi des assurances, qui doivent déjà exister pour les collectionneurs.
        Des mécanos hors de prix vu la spécificité du char. Des pros du tunning, des contests, et… non je plaisante, J’ai du mal avec le concept de tunning, rares sont les voitures tunnées réussies. Une voiture incapable de passer un dos d’âne est une aberration.

  • J’ espère en tout cas que tous les ardents défenseurs du droit de porter une arme ont bien réfléchi à leur capacité de conserver tout leur sang froid en pointant sous la menace un flingue sous le nez de quelqu’ un.
    Cela reste un problème d’ éducation. J’ ai passé trois semaines chez un ancien béret vert américain lors d’ un séjour en Virginie, il ne sortait jamais sans un 8 mm pour promener son chien, et ça me mettait plus mal à l’ aise qu’ autre chose. Le Far West quoi. Ceci dit il était sympa, il aimait Dave Brubeck.

    • Allez vous promener dans les rues de Jérusalem … La jeune fille en tongs avec un TAR-21 en bandoulière en guise de sac à main … ça fait bizarre la première fois.

      • @Synge,
        Bonsoir,
        Certes, ça doit faire bizarre ! Un peu comme la première fois qu’on voit des soldats patrouiller en armes, alors que le pays est en paix.

      • Beaucoup de citoyens sont armés en Israel, et le service est obligatoire pour tous, hommes et femmes. Ce sont donc des gens formés et compétents qui sont susceptibles de les utiliser, contrairement à l’immense majorité de nos forces de l’ordre. Personnellement, je ne me suis jamais senti autant en sécurité qu’en Israel (Cisjordnaie non incluse) !

    • Les ardents défenseurs ont conscience qu’il faut s’entraîner à utiliser cette arme et que l’assurance induite par cette situation se ressentira ; ils n’auront probablement pas besoin de sortir l’arme.

    • @Stéphane
      Bonsoir,
       » les ardents défenseurs du droit de porter une arme ont bien réfléchi à leur capacité de conserver tout leur sang froid en pointant sous la menace un flingue sous le nez de quelqu’ un. »
      Les ardents défenseurs du port d’arme ne souhaitent pas avoir/réacquérir ce droit pour menacer quiconque avec la dite arme. Celui qui vous agresse, dans la rue ou chez vous, n’a nul droit à votre sang-froid : il récolte ce qu’il sème. Tout ce qui arrive, qui lui arrive est de son seul fait.

    • La question est légitime, et je pense que chaque personne armée devrait se la poser. Je me suis très longtemps promené avec un couteau. Depuis que je suis capable d’en tenir un en fait. La question est la même qu’avec un flingue. Je comprends que ce n’est pas forcément un truc que tout le monde a envie de faire mais je pense aussi que c’est important de laisser les individus avoir le droit de prendre les moyens de se défendre.

      • Au vu du niveau d’alerte terroriste, je serais bien plus tranquille si je pouvais me déplacer avec un Glock dans mon sac à dos. Il n’est aucunement dans mes intentions d’agresser autrui, juste pouvoir me défendre au cas où un représentant un peu trop enthousiaste d’une religion de paix et d’amour voulait payer son droit d’entrée au club de son ami imaginaire avec ma peau !

      • @Mitch
        Bonjour,
        Porter une pince multi-tool sur soi dans son étui est interdit. Si quelqu’un le voit, c’est un trouble à l’ordre public en bonus.

        @Cincinnatus
        Bonjour,
        Effectivement le niveau d’alerte est au top : Sentinelle, Vigipirate, Alerte terroriste, tous sont au top de leur niveau critique. Il paraît que nous sommes en guerre contre le terrorisme. Valls avait prévenu qu’il nous faudrait nous y faire, on peut comme Israël, mais Israël est un pays en guerre. Nous aussi donc, d’après ceux qui savent mieux que nous, mais nous sommes plus des pigeons parés pour du tir que des citoyens mobilisés.

        • Techniquement vous avez raison mais en général on ne punit pas trop les gens qui un tournevis sur eux. Les juges savent que dans la presse ça passe mal quand on sait qu’ils condamnent des gens innocents pour un tournevis alors qu’ils donnent une heure de colle aux racailles à casquettes. Les juges rouges commencent à avoir du mal avec ce genre de sentences.

          • @Mitch
            Les policiers et ou gendarmes se donnent la lattitude de laisser couler quand un couteau est porté. Certains font du zèle.

            « Les juges savent que dans la presse ça passe mal quand on sait qu’ils condamnent des gens innocents pour un tournevis alors qu’ils donnent une heure de colle aux racailles à casquettes. »
            Tout à fait, et malgré le quasi tabou sur ces affaires dans la presse, les gens s’en aperçoivent de plus en plus, et c’est bien. C’est parce que ça pase mal que la presse n’a pas fait de JT ou de Unes avec le cas d’un violeur d’enfant, malgré des actes sexuels avérés et le viol admis, n’a pas été condamné parce qu’il « n’avait pas les codes culturels ». Quand j’étais enfant, milieu des années 80, les adultes avaient déjà ce genre de sentiment incorfortable bien que plus légér. Aujourd’hui nous en avons des preuves évidentes.

          • Les juges rouges sont une plaie mortelle et béante, juge de père en fils ou en fille depuis trois à quatre générations, ils vivent déconnecté des réalités du monde….

        • Je vous rejoins, si nous sommes en guerre comme certaines des plus hautes autorités de l’état l’ont déclaré ces dernières années, il faut en prendre toute la mesure. Et commencer par autoriser le port d’arme caché à des civils entraînés et formés afin de limiter au maximum les dégâts des futurs terroristes. Cela n’évite jamais les actes eux-mêmes, mais à au moins comme mérite de drastiquement limiter la casse et de laisser le temps aux équipes d’intervention professionnelles d’arriver sur la zone, c’est déjà énorme ! Je me rappelle une anecdote en Israel, peu après l’attentat de Nice par un camion radicalisé et fou (puisque cela ne pouvait évidemment pas être le conducteur). Un type avait foncé en voiture dans un abribus, action enregistrée par une caméra de surveillance du trafic. Il y avait eu un mort et plusieurs blessés parmi ceux qui attendaient le bus, mais le conducteur s’est fait immédiatement abattre par un passant armé alors qu’il sortait de la voiture avec un fusil automatique. Combien de vies sauvées grâce à une telle action ?

          • Cincinnatus
            Bonjour,
            « Combien de vies sauvées grâce à une telle action ? »
            Voilà ! exacatement ! Au minimum une vie sauvée, puisqu’il était autour : la sienne. Comme il a pu protéger sa vie, il a pu protéger celles des autres alentour. C’est pour cela que les citoyens sont armés en Israël, et pour cela (mais pas seulement) que les américains le sont aussi.
            A contrario, en Norvège, Breivik, déguisé en policier, a eu une heure pour faire son massacre, puis s’est rendu sans résister. Bilan : 77 morts, dont 69 sur l’île d’Utoya, 151 blessés, pour une condamnation à… 21 ans de prison dont 10 sans possibilité de demande de liberté conditionnelle. S’il est considéré comme dangereux au bout des 21 ans, il reste enfermé pour une durée de 5 ans de plus, renouvelable indéfiniment. La période de 10 ans finit dans 3 ans.
            Citoyen armé sur l’île : aucun.
            Arrestation par la police : une heure après les premiers coups de feu.

            Et notre clique politique nous parle des primo-intervenants, en ne se référant qu’aux policiers sur place, qu’il faut équiper avec des fusils d’assaut allemands. Rien sur les citoyens, malgré quelques « conseils » de gens avisés tel le directeur d’Interpol qui disait que les citoyens armés devraient être armés. Un stagiaire de l’Ecole de Guerre, Rémi Noël, a aussi émis la même hypothèse résumée ainsi :
            «  »ce que démontre l’intervention du commissaire X et du brigadier Z au Bataclan, c’est là que l’effort doit être porté. C’est le délai de riposte armée qu’elle qu’elle soit qu’il faut réduire à quelques secondes et non le délai d’arrivée des forces d’intervention. Le délai d’arrivée de ces forces sera toujours raisonnable, elles seront toujours là à temps pour la phase de confrontation. La seule manière de multiplier les chances de stopper au plus tôt la courbe de létalité dans une tuerie de masse est de multiplier les personnes armées et aptes à riposter, de densifier encore par capillarité le schéma national d’intervention. »
            Les commissaires ne sont pas nommés ; ce sont ceux qui sont entrés seuls dans le Bataclan et qui ont abattu un des terro-criminels.

            • Concernant les primo intervenant, un cas dont j’ai déjà parlé est celui de Kirsty Boden, infirmière tuée lors de l’attaque du London Bridge en juin 2017. Alors qu’elle portait secours à des blessés à terre, les trois terro-criminels armés de couteaux de cuisine à moins de 10£ chacun, ont fait demi-tour en la voyant faire, et l’ont tuée. Il y avait des policiers londonniens, en civil, car hors service, donc sans arme ; ils figurent parmi les blessés. Je suis dégoûté qu’il n’y ait pas eu un hors-la-loi, voire un criminel patenté, avec une arme sur lui pour protéger cette infirmière morte à même pas 30 ans.

            • « le directeur d’Interpol qui disait que les citoyens devraient être armés »

  • Il faut sacrément être de mauvaise foi pour ne pas admettre que si tout le monde était armé il n’y aurait plus (ou presque) de problème de violence.
    C’est vraiment du bon sens.

    • Tout à fait BGJBL je partage totalement votre point de vue, c’est une évidence et il faut être une atroce mauvaise foi pour dire le contraire! +1

    • C’est sûr que quand on sait que si on fait paniquer l’autre il peut vous mettre une balle entre les deux yeux, le tact devient une tendance naturelle.

    • Cela aide en plus à tisser le lien social en basant les relations avec autrui sur la peur et non sur la confiance. Bref une société tout à fait désirable.
      On peut même difficilement imaginer des dérapages si tout le monde possède une arme de guerre.

      • @BGJBL
        Bonsoir,
        « On peut même difficilement imaginer des dérapages si tout le monde possède une arme de guerre »
        euh… en Suisse, vu que la pluapart des hommes sont des cityens-soldats, ils ont leur fusil d’assault règlementaire (donc une arme de guerre, hein ?) chez eux.

  • Connaissez vous la région du monde ou une jeune fille de plus de 16 ans a le moins de chance de se faire agresser sexuellement? (hors cas intrafamiliaux où le recensement est toujours très complexe)
    Cette information pas de risque que vous la trouviez dans les médias subventionnés… Il vous faudra regarder FOX news et être bilingue…
    C’est le Texas…
    Et oui, n’en déplaise aux gauchistes, une femme armée dés l’age de 16 ans peut se défendre contre un ou des individus qui veulent l’agresser, l’arme à feu c’est l’équilibre du rapport de force, le port d’arme c’est la liberté d’aller et venir sans crainte à 2h du matin…
    En outre, le viol au Texas peut vous conduire sur la chaise électrique… ce genre de sentence, ça aide les cons à réfléchir…
    Et n’en déplaise à notre Président, l’interdiction de la peine de mort, ne fait pas parti de notre ‘patrimoine culturel commun’ mais de ses élucubrations individuelles…

    • La peine de mort est totalement inutile, faut-il vous le rappeler ?
      Car un criminel part du principe qu’il ne sera pas attrapé.
      Si les criminels réfléchissaient réellement en terme de risque/opportunité, les prisons ne déborderaient pas… Et la loi des 3 crimes puis perpete en Californie ne serait jamais appliquée.
      Pour le viol, c’est possible. Bien qu’il ne faut pas être un génie du crime ou du viol pour surprendre une personne avec un coup derrière la nuque, ou pointer une arme menaçante empêchant l’autre de sortir son arme, une simplement un couteau sous la gorge. Mais ça, je demanderai à un ami qui a participé à la formation des para belges en tant qu’instructeur.

      • @Malin Madelon
        Ce qu’il y a derrière l’acte de viol vous dépasse : vous ne pouvez pas en saisir l’essence.
        Une jeune fille en Espagne, abusée sexuellement par 5 « mecs » dans la rue, dont 2 militaires et 3 « gentlemen » [mes mots], laissée là exténuée après leur « affaire », et au passage, soulagée de son téléphone portable, qui a porté plainte, lors du procès il lui a été demandé pourquoi elle n’avait pas (mieux) résisté. C’était un soir de fête, elle était un peu imbibée, elle était « consentante » (mots des gentlemen et des militaires), toutes caractéristiques pour être en défaut au procès… et ils étaient 5, elle était toute seule. En disant « No ! » appuyé par un flingue, ça aurait eu le mérite d’être clair et net. Coller une dragée, ou deux, dans un des gentlemen, qui ne comprend pas le mot « No » peut aussi un peu mieux l’aider à se faire comprendre, et à mieux résister.

      • Vous, vous voulez qu’on soit comme elle, qu’on subisse, qu’on ne se relève pas trop vite, qu’on serre les dents, qu’on rase les murs et surtout qu’on la boucle. Ces « mecs » étaient des « victimes de la Société » se rendant justice eux-mêmes, et cette jeune fille incarne la Société ? Méritait-elle ce qui lui est arrivé ?

        « Bien qu’il ne faut pas être un génie du crime ou du viol pour surprendre une personne avec un coup derrière la nuque, […]
        Donc puisqu’on peut être estourbi, arme et moyen de défense pour personne ! Non mais qu’est-ce qu’on se prend la tête pour rien. Laissons les criminels faire leurs affaires, de toute façon, nous sommes responsables et au final, la propriété n’existe pas. N’est-ce pas ?
        Ceux qui sont armés font attention à leur environnement. C’est le cas de certaines personnes qui ne sont pas armées. Prêter attention à son environnement est un acte basique. Pourtant, on voit des gens le nez collé à leurs portables, manquant de traverser un passage clouté quand ce n’est pas leur tour ; ce sont des cibles hautement potentielles car faciles.

        • A vous entendre, le sentiment d’insécurité est de 9 sur une échelle de 10. Vous êtes un lapin qui traverse une meute de loup et vous regardez chacun pour voir s’il a faim ou pas ?
          Quand je me promène, je ne jauge pas chaque individu croisé, j’évite certains groupes bien sûr. Ahh si j’avais une arme ? Ben j’éviterais certains groupes bien sûr. Si je peux leur coller une balle, ils peuvent me coller une balle. Et des gens plus « violents » (des racailles en gros) n’hésiteraient pas. A 1 contre 6, j’en tue 1 et je finis en passoire. Coool. Sans arme, je risque certes de me faire délester de choses matérielles, mais de repartir sur mes deux jambes.
          Vous allez me sortir le cas d’un homme qui n’avait rien demandé et qui s’est fait agressé et roué de coups et est mort ? Oui, ça arrive malheureusement. Et ça me fait froid dans le dos. C’est pour cela que je souhaite une société plus humaine, plus solidaire, mais également des lois sévères, adaptées, des forces de police efficaces, etc.

          • @Malin Madelon
            Le « sentiment d’insécurité »…
            Une belle formule qui se veut rassurante. Belle formule faite pour adoucir les chiffres de la délinquence et des crimes. Belle formule pour dire à ceux qui en sont victimes : « Pas de bol ! C’est tombé sur vous ! », et dans les pires cas nos politiciens se changent en croquemorts.
            Quand je me promène, je ne jauge pas chaque individu croisé, »
            Vous devriez. C’est la base de la self-défense ; tous les animaux le font. L’Homo Sapiens n’est rien d’autre qu’un animal, social, civilisé, mais animal. C’est comme en commerce : mon formateur en caisse dans un fast-food m’a dit :
            « Dis Bonjour, en souriant et regarde les clients. Tu éviteras 90% des problèmes. »

            « Si je peux leur coller une balle, ils peuvent me coller une balle »
            Oui, c’est ce qui est derrière la phrase de Robert Heinlein :
            « Une Société armée est une Société polie. On a de bonnes manières quand on sait que l’on doit soutenir ses actes avec sa vie. » Rappel : 90% des américains qui se défendent avec une arme ne font pas feu.
            « Et des gens plus « violents » (des racailles en gros) n’hésiteraient pas. »
            Non justement. Les gens violents préfèrent les cibles dociles, désarmées, et comme il est dit dans l’article, et comme je vous l’ai expliqué avec le cas de Kennesaw, les malfaiteurs préfèrent ne pas prendre de risque.
            Ils n’hésitent pas à tuer, pour un « regard de travers », pour une cigarette, parce qu’ils savent qu’ils ne risquent rien. A notre niveau, avec notre légitime défense, notre justice, et nos interdictions des moyens d’assurer la défense de nos vies, ils ne risquent rien. Pourquoi héisteraient-ils ?
            Et ces mêmes « racailles » quand elles sont face à vous dans la rue, ou chez vous, vous êtes un obstacle entre ce qu’elles désirent, projètent ; non armé, docile, conciliant, vous êtes un obstable négligeable dont la vie ne vaut pas un clou.

            « Sans arme, je risque certes de me faire délester de choses matérielles, mais de repartir sur mes deux jambes. »
            Sans arme, en « coopérant », vous avez 42% de chances de finir à l’hôpital (ou à la morgue.). C’est votre vie après tout, ce n’est que celle-là que vous devriez risquer, pas celles d’autrui.
            Un des exemples que je vous ai exposé, celui de l’étude de plus de 571.800 cas de viols sur 20 ans, quand la victime chosie par le violeur a une arme à feu, le viol a été effectué dans 0,09% des cas, et dans zéro cas elle a eu d’autres blessures. 48% des cas dans lesquels aucun moyen de défense n’est utilisé, finissent avec un viol accompli. Votre choix est fait, et il n’est pas du côté de ces victimes.

            « Vous allez me sortir le cas d’un homme qui n’avait rien demandé et qui s’est fait agressé et roué de coups et est mort ? »
            Je pourrais, des pires que ça. Pas besoin.
            « Oui, ça arrive malheureusement. »
            Sa vie ne vaut rien pour vous. Vous prétendez sauver des vies, comme le font tous les anti-armes dès qu’une tuerie est perpétrée, mais celles des victimes ordinaires, vous n’en avez cure en fait. Vous préoccupez plus du sort de ceux qui pourraient recevoir une volée de plombs en commettant des actes délictueux, en violant les droits de leurs victimes (on ne dit pas « viol » pour rien), en se moquant des lois, de la Loi, et de la Justice.
            40.000 homicides (dossier comprenant les sous-dossiers ; meurtres 8900 au total, suicides 60+%, accidents, homicides involontaires, tirs de légitime défense, etc…) pour l’année dernière aux States VS 400.000 (cité dans le présent article) qui défendent leurs vies grâce à une arme à feu. Donc je vous repose la question : ces 400.000, vous les mettez dans quelle catégorie de crimes ? Vous les rangez tous dans le dossier « homicides » ?

            « Vous êtes un lapin qui traverse une meute de loup et vous regardez chacun pour voir s’il a faim ou pas ? »
            Même un loup en pleine force de l’âge ne traverse pas une autre meute de loups.
            Ok je suis un lapin, et je ne traverse pas la meute de loups, je traverse la faune et la flore et je fais gaffe aux signaux qui m’alerteraient sur la présence de loups (ou de chats). Les lapins n’ont qu’une seule manière de survivre : la fuite. La nature et la sélection naturelle l’a doté de pattes, ainsi que d’un corps agile et vif. Heureusement pour eux comme le dit le dicton :
            « Le renard court pour manger ; le lièvre court pour sa vie. »
            Une arme à feu donne des griffes et des crocs au lapin.

            « C’est pour cela que je souhaite une société plus humaine, plus solidaire, mais également des lois sévères, adaptées, des forces de police efficaces, etc. »
            Ce que vous souhaitez, et qui transparaît dans nombre de vos commentaires, peu importe le sujet, c’est encore plus de socialisme, soit la pire forme de politique sociétale, juste avant les dictatures. Celles que nous avons eues au siècle dernier rien qu’en Europe en sont les produits, dont le plus long, le pire, a été l’U.R.S.S. En R.D.A, il a fallu construire un mur pour « protéger » le régime socialiste. C’était tellement génial, que les gardes sur les miradors étaient factices. Le mur est tombé tout seul, et seuls deux ou trois anticonformistes ont quitté le doux foyer socialiste. Ah non en fait !

            • Encore ce délire du socialisme, c’est une obsession chez vous; une paranoïa qui en recoupe d’autres ? Je pose la question, je ne me permettrais pas de poser un diagnostic.
              Enfin bref, restons en là. Il y a 40.000 homicides aux USA, vous prétendez que les armes évitent cela (et les agressions), mais il y a quand même 40.000 homicides par an aux USA. Société armée = société polie, ce sont des fadaises. Une société armée pour se défendre d’elle-même et de ses membres est une société qui a échoué.

              • @Malin Madelon
                Vous avez du mal à voir la réalité :
                40.000 homicides dont 60% de suicides (24.000 en gros)
                VS
                400.000 personnes qui restent en vie grâce à une arme à feu (dans la fourchette basse, la haute atteint 2,5 millions)

                « vous prétendez que les armes évitent cela (et les agressions), »
                Ce ne sont pas « les armes » mais les personnes armées qui évitent cela, à elles-mêmes ainsi qu’à autrui.

                Les « armes » à feu, blanches, de trait, contondantes, etc… ne sont que des ojets, techonologiques pour nombre d’entre eux. En tant qu’objets, elles n’ont aucune volonté propre, aucune intention, sont inertes, inanimées. Des objets pourvus de volonté, d’intention, dotées de facultés, de mouvement, (voire de parole) relève du conte. Vous êtes dans le conte. Même là, dans cette vision, alors que vous prêtez des intentions malsaines, malveillantes, néfastes à un objet, vous ne pouvez lui en octroyer des bénéfiques.
                C’est du même niveau que ceux qui disent : « T’as vu comment mes chaussures courent trop vite !? « Hyper viteeeeeeeeeesse !! » (oui, ça fait enfantins parce que ce sont les enfants qui dotent de prouesses leurs chausses.)

                • Donc il y aurait, sans armes à feu, entre 426.000 et 2.576.000 homicides par an aux USA ? A comparer avec les grosso modo 1000 homicides par an en France (qu’on peut déclarer gun free zone nationale). Donc 426 X plus aux USA, pays développé, en paix et économiquement stable.
                  Ya quelque chose dans l’air qui les rend meurtriers ? Ou qui influencent leur choix de commettre un crime ?

                  • 426.000 ; 2.576.000 homicides par armes à feu aux U.S.A
                    VS
                    1000 homicides en France, qui est une gunfree zone, où les armes sont hautement cadrées, (port, acquisition, et détention) où ce chiffre devrait être de 0 homicides par armes à feu.
                    Le meurtre est interdit aussi en France et aux States.

                    « Donc 426 X plus aux USA, pays développé, en paix et économiquement stable. »
                    Certains habitants des U.S.A disent que le pays a des relans de Tiers-monde, niveau infrastructure routière, état des routes, réseau électrique, réseau téléphonique, ghettos/bidonvilles par exemple.

                    « Ya quelque chose dans l’air qui les rend meurtriers ? Ou qui influencent leur choix de commettre un crime ? »
                    Encore une petite poignée d’ « inégalités sociales » dans le bouillon de « redistribution/répartition des richesses » versé à la louche dans les assiettes des « victimes de la Société » affamées forcément.
                    Le respect d’autrui, de ses biens et de sa personne s’apprend, se transmet par les parents d’abord, par les adultes gravitant autour. Cela est l’éducation. Quand on n’est pas éduqué, on ne pas être instruit. Quand on n’est pas instruit, on n’a pas de boulot (gratifiant et/ou super bien payé). L’Ecole américain a du mal à transmettre des savoir, c’est le cas aussi de la France. Ce qui se passe aux States, va nous arriver en pleine poire bientôt, ça a déjà commencé. Quand par-dessus, on valorise les criminels, on les protège, qu’on met à mal ceux qui bossent, qu’on les pointent du doigt « Exploiteur ! » on ne peut pas avoir de Société calme ou sereine. Il y a dans les pays les plus calmes, des criminels. Un pays n’est pas calme parce qu’il a une économie stable, performante, qu’il est développé, mais parce qu’il a des lois reposant sur des droits justes, une justice qui les appliquent et une police qui fait son boulot. Ce n’est pas le cas chez nous, ni vraiment aux States, où le socle de la Constitution U.S est attaqué sans relâche depuis des décennies. En France, la DDHC est à la poubelle depuis Robespierre. Les Droits et les lois qui en découlent sont instables et injustes (et trop nombreuses).

                    • « le pays a des relans de Tiers-monde, niveau infrastructure routière, état des routes, réseau électrique, réseau téléphonique, ghettos/bidonvilles par exemple » : vous nous vendez très bien le rêve libéral.
                      La suite de votre message est exactement ce que vous ne voulez pas admettre : la responsabilité de la société, son influence. Vous avez tellement essayé de contourner cette réalité que vous y êtes revenu par l’autre côté.
                      Ce qui se passe aux States (de quoi ? La société qui part en sucette ? Les liens, la confiance, et tout ? mais cela n’a aucune influence sur la criminalité, n’est-ce pas ?)
                      Bon, je ne me moque pas.
                      Pour l’histoire du bois privé, buter un promeneur égaré ou quelqu’un qui cherche son chien sur votre propriété, c’est mal. Votre société rêvée est une société de méfiance et de violence.

                    • @Malin Madelon
                      Le pays a des relans de Tiers-Monde parce que, comme chez nous, l’Etat tente de s’occuper de ces structures (et d’un peu tout le reste) que ce soit au niveau local de l’état ou fédéral, et comme chez nous (routes pourries, voies ferrées pourries) il n’assure en rien.
                      A San Francisco, le gouvernement de Californie, pour gérer et endiguer l’augmentation du nombre de sans-abri dans la ville, n’a rien trouver de mieux que de faire venir les sans-abri d’autres villes en bus. Des associations se créent pour les accueillier et leur venir en aide, grâce à l’argent des contribuables. Les sans-abris perçoivent €1000 par mois. Les migrants traversant le fleuve au Sud du pays, perçoivent près de €20.000 annuels d’aides publiques.
                      « https://www.youtube.com/watch?v=j9z0FNGKng4 » (9’46) pour S.F.

                      « La suite de votre message est exactement ce que vous ne voulez pas admettre : la responsabilité de la société, son influence. »
                      Où ? Dans quelle partie ? Parce que j’ai mentionné l’éducation, que certaines pauvres victimes n’ont pas reçue de leurs parents ?
                      La Société n’est responsable en rien. Elle ne fait que s’adapter aux circonstances politiques.

                      « Votre société rêvée est une société de méfiance et de violence. »
                      La vôtre est l’égalité dans la misère, sans liberté, ni droit, maintenue par la violence légitime (toujours) détenue par le seul Etat.

                      « La société qui part en sucette ? Les liens, la confiance, et tout ? mais cela n’a aucune influence sur la criminalité, n’est-ce pas ?) »
                      La Société part en sucette en réaction à ce qui se passe sur le plan politique depuis des lustres. Une partie du spectre politique a détruit le socle qui portait les américains : le Bill of Rights et la Constitution. Ces deux documents sont attaqués par le côté du « progrès » contre les « conservateurs ». Cela se fait en attaquant constamment les deux premiers amendements du Bill of Rights, et en tentant de diminuer, pour des raisons d’urgence (climatique, sécuritaire après un mass shooting), ou de sécurité nationale (Patriot Act), les libertés individuelles. Ces deux documents ont été qualifiés il y a quelques jours de « racistes ». Un documentaire va être fait par une chaîne de télé nationale pour réécrire l’Histoire américaine, sous l’angle « blanc exploiteur raciste esclavagiste » le documentaire se nomme « 1619 ».
                      Dans nombre de lycées, l’Histoire et Géographie sont des cours en option. Mark Dice interrogent les millénials sur leur propre « Education Civique » ou Histoire, et ils ne sont pas brillants. Jay Leno en avait fait une spéciale dans une de ses émissions. https://www.youtube.com/watch?v=fef9LU7HPiM&t=24s
                      J’avoue, que nos jeunes ne sont pas mieux.
                      C’est la politique qui délite la Société :
                      – en diluant ses Droits dans des permis, licence, ou autorisation ;
                      – en détruisant le socle ;
                      – en offrant l’argent de ceux qui bossent à ceux qui ne travaillent pas, donc en piétinant allègrement leur droit de propriété :
                      – et en pointant du doigt les bosseurs.
                      Alors la Société s’effrite, et la violence augmente par ceux qui font le choix de la violence.
                      Ou alors je me trompe, et seuls les criminels deviennent des criminels pour ne pas devoir trimer comme des Rednecks, des Steelers, des cowboys, pour vivre la vie fastueuse et trépidente de Tony Montana.

                      « Pour l’histoire du bois privé, buter un promeneur égaré ou quelqu’un qui cherche son chien sur votre propriété, c’est mal. »
                      Qui vous a dit de le buter ? J’ai dit qu’il était une menace même dans le bois, et que la distance vous donnait une marge de sécurité. Et puis; il peut venir sonner non, s’il est poli. S’il n’est pas une menace, il en montrera les signaux physiques.
                      C’est une sorte de graduation comme le fait la police. La police va directement au cran le plus grave suivant le cas, puis elle descend petit à petit jusqu’à coller au bon cran. Préparer le pire ; espérer le meilleur.

                    • « Votre société rêvée est une société de méfiance et de violence. »
                      C’est la vie cher Madelon. Faire confiance à n’importe qui est une énorme bêtise. Avant d’être escroqué, il faut avoir fait confiance. Comme le dit le dicton :
                      « Prudence est mère de sûreté. »
                      La vie est difficile, dure, pour tout le monde. Dire à des enfants que la vie est douce, qu’ils pourront être/devenir ce qu’ils veulent, faire, exercer le métier qu’ils veulent parce qu’ils sont uniques, mais égaux, sans leur dire qu’ils devront cravacher pour arriver à quelque chose, (et peut-être pas leur but initial) sans leur dire que leur rêve d’être docteur ou astronaute n’est pas impossible mais qu’il est très difficile d’accès, c’est leur mentir et les envoyer au carton. C’est les préparer au meilleur en espérant que le pire (scolairement, professionnellement) n’arrivera pas.

              • « Une société armée pour se défendre d’elle-même et de ses membres est une société qui a échoué. »
                Une Société ne s’arme pas pour se défendre d’elle-même ni de ses membres : elle le fait pour se protéger d’agresseurs qui, par nature de leurs actes agressifs, spoliateurs, s’extraient de la Société.
                Une Société, c’est un corps. Chaque citoyen en est une cellule. Quand des virus ou des bactéries pénètrent ce corps, les globules blancs attaquent ces microbes et défendent les cellules alentour, et le corps. Sans globules blancs, les cellules sont sans défense : elles n’ont aucun moyen de résistance. quand les microbes attaquent, c’est l’hécatombe.
                Parfois, des cellules du corps changent et attaquent d’autres cellules. Là c’est un cancer, et les globules blancs n’y peuvent rien. Le corps a alors besoin d’aide extérieure, d’autres moyens de défense, autrement il en meurt. Les cellules ne peuvent toujours pas se défendre toutes seules.
                Contrairement à des cellules, certains citoyens peuvent, s’ils le désirent (c’est la base d’un droit : on l’a tout le temps. On l’exerce si on veut ; quand on ne veut pas, on ne l’exerce pas.), se munir de moyen de défense, au lieu d’attendre que d’autres citoyens armés par une institution arrivent et de prier qu’ils le fassent vite.

          • « le sentiment d’insécurité est de 9 sur une échelle de 10 »
            La sécurité n’existe pas : L’insécurité est de 1 sur une échelle de 1.
            O sur 1 serait un état « sécurisé » où « sûr ». Or cela n’existe pas. C’est pour cela que nous avons des lois, des tribunaux, des juges, des jurés, des policiers, des prisons. On peut descendre en dessous de la barre de 1 en gardant l’échelle à 1. 0,9 sur 1 ; 0,5 sur 1, etc… sans jamais pouvoir atteindre le zéro. Pour descendre en dessous de 1, il faudrait des moyens matériels disponibles à la population pour assurer sa « sécurité », sa défense/protection personnelle, des lois qui permettent ces moyens, d’autres qui refondent la légitime défense sans pénaliser celui qui se défend, et d’autres trucs que je vois pas pour le moment. Là, on peut descendre et avoir plus de sécurité. Nous sommes en France tout près du 1 sur 1. à 0,999 et quelques.

        • il ya deux façons d’aborder le débat sur le port d’arme, le premier la liberté individuelle… où les statistiques ne servent à rien, le second le pragmatisme où les statistiques servent un peu mais pas beaucoup… quel nombre de viols ou meurtre est tolérable avant de laisser les citoyens libres de se défendre…?????
          grosso modo c’est similaire à la limitation de vitesse…
          on veut moins de morts sur la route, ce qui implique qu’on en tolère un certain nombre…

          et c’est le problème quand on tolère de supprimer des libertés..s’arrêter où et pourquoi…

          j’ai beaucoup de mal avec ceux qui disent que c’est mal de porter une arme ..et qui disent mépriser ceux qui le souhaite..des » brutes »… ils ne font que déléguer leur légitime défense à des agents de l’etat..on a le droit de penser que c’est insuffisant…surtout à des endroits donnés ou des moments donnés…et en outre il faut faire confiance par principe aux agents de l’etat donc l’etat..et être persuadé que, jamais ô jamais l’etat ne s’en prendra à vous…

          • @jacques lemiere
            Bonsoir
            « quel nombre de viols ou meurtres est tolérable avant de laisser les citoyens libres de se défendre…????? »
            S’il y avait un nombre tolérable, il n’y aurait pas de lois interdisant ces actes en les catégorisant comme crimes.
            La seule notion de « viol » est différente d’un pays à l’autre, et dans notre culture occidentale, certains pays en donnent une définition légale différente pour juger différemment. Sans parler de la loi sur le consentement des mineur(e)s.
            Pour certaines personnes, défendre sa vie en tuant celui qui veut nous l’enlever est un meurtre.
            Les meurtres et les viols sont intolérables, d’où les lois.
            Le problème est que l’Etat, le nôtre en particulier, mais pas seulement, a une frousse de tous les diables de citoyens armés : c’est sa hantise. Que nous soyons volés, agressés, violés, tués, à domicile ou dans la rue, l’Etat s’en moque : sa priorité est de nous laisser sans défense, sans croc ni griffe. L’O.N.U a une note qui stipule que TOUS les Etats du monde doivent désarmer, ou laisser désarmés, leurs citoyens. D’où la dernière loi en Suisse, les lois changeantes régulièrement dans l’U.E, et l’attaque constante sur le 2nd amendement américain.

            En lisant « nombre tolérable », j’ai pensé au film « The Purge » en V.O ou « American Nightmare » en français. La journée de la Purge a été votée quelques années avant dans le film. Les policiers n’interviennent pas, ni les secours. On apprend aussi, qu’une certaine catégorie de personnes ne doit pas être « purgée » : il est interdit de s’en prendre à elles. Ce sont les membres du gouvernement de classe 10 ou plus.

            Lorsqu’il n’y a pas de citoyens armés pour défendre leurs droits, libertés individuelles, elles sont vouées à être annihilées.
            C’est que dit en substance le 2nd amendement U.S :
            Pas de droit pour les citoyens d’être armés => pas de milice => pas de citoyens libres => pas d’état libre.

            « et être persuadé que, jamais ô jamais l’etat ne s’en prendra à vous… »
            Ce qui, quand on regarde l’Histoire du XXème siècle, ne peut que mener à la méfiance.

          • Ah ! Il y a aussi un film fort intéressant nommé un peu dans la lignée de The Purge, prévu pour octobre nommé « The Hunt » avec entre autre Hillary Swank. Sortie annulée. Je vous laisse découvrir pourquoi.

      • Malin Madelon, pour ma part et sans raconter ma vie j’ai survécu (c’est le mot) à un car jacking par deux individus armés d’un couteau qui ont voulu me poignarder pour s’emparer de ma voiture, ils ne m’ont pas menacé d’abord, il se sont jeté sur moi pour me poignarder sans aucun mot préalable et aucun menace préalable… je sortais de la dite voiture pour me rendre au casino, le casino est une arme free zone par excellence et donc un chemin idéal pour s’en prendre aux possesseurs d’un gros véhiculen qui selon votre rhétorique méritent ce qui leur arrive…
        J’ai survécu et échappé de peu à la mort car ils m’ont laissé pour mort croyant m’avoir assommé, mais ces deux glandus n’ont pas su passer les vitesse de ce modèle, j’y suis retourné et j’ai pu récupérer ma voiture en saisissant l’arme dans le vide poche de la portière que ces deux abrutis avaient laissé ouverte pour garder la lumière allumée dans l’habitacle, dont il ne comprenaient pas le fonctionnement…
        Honnêtement je vous souhaite un tel électrochoc, ça vous éviterez de dire autant de bêtises à longueur de poste…

        • @Maltus
          Bonsoir,
          C’est fort comme récit. Chapeau pour votre force vitale.
          Vous avez récupéré votre véhicule en confrontant les glandus avec l’arme ?
          (Vous n’êtes pas obligé de répondre.)

          Je n’ai pas eu « d’électrochoc », mais un déclic. La tuerie qu’a faite Mérah dans l’école, s’est passée à moins de 10 bornes de chez moi. L’assaut du Raid pareil. Cet événement, et mes interrogations, ont fait que j’ai atterri sur Contrepoints.

          • Oui, c’est ce qui c’est passé, physiquement j’étais plus imposant et l’effet de surprise a été pour moi, mais j’ai eu le nez cassé, et j’ai du faire un scanner cérébrale…
            Bref pas cool, qui sait un jour on se verra peut être à un séminaire des fan de contrepoint… je vous montrerez les photos… Et on fera un tour avec la voiture… : )

  • le vrai sujet reste la légitime défense..

  • Un petit vomi du Monde, avec plein de poncifs et des armes « étatsuniennes » qui sont responsables de toute la criminalité des contrées limitrophes :
    « https://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/la-circulation-des-armes-aux-%c3%a9tats-unis-provoque-aussi-des-tueries-dans-les-pays-voisins/ar-AAGptng?li=BBoJIji&ocid=mailsignout »

    Phrase du journaliste du Monde :
    « Le taux d’homicide par arme à feu au Mexique est passé de 16 % en 1997 à 66 % en 2017. »
    Il admet que les armes se retrouvent dans les pays limitrophes ou plus éloignés, à cause du trafic « Au Honduras, où la moitié des armes non enregistrées proviennent également des Etats-Unis, il est connu que des passeurs emballent les armes à feu dans du papier aluminium et les immergent dans de la peinture pour éviter toute détection par les appareils à rayons X, quand ils ne soudoient pas simplement des agents des douanes. » ; « Une fois au Mexique, les armes se retrouvent entre les mains de cartels de drogue ou sont expédiées à des gangs au Honduras, au Guatemala et au Salvador » mais elles sont la cause des maux des américains, de leur tueries de masse, et du crime (en Jamaïque, par exemple)
    Magnifique journalisme.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le précédent billet fut l’occasion de montrer que l’écologisme extrême que les politiciens s’obstinent à mettre en place en France va conduire à son suicide. Cependant, il serait naïf de croire que les effets très indésirables de ce suicide n’ont pas été pris en compte par la caste dirigeante.

Normalement, pour obtenir le pouvoir il vaut mieux promettre une goutte de miel plutôt qu’une pinte de fiel. Une fois ce pouvoir obtenu, il est toujours possible de distribuer la pinte de fiel en tentant de la faire passer pour du miel mais l’... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follett Un article de HumanProgress

Notre quatorzième Centre du progrès est Benin City, dont les murs étaient autrefois la plus grande structure artificielle de la planète. Le réseau de murs de Benin City était collectivement quatre fois plus long que la Grande Muraille de Chine et sa construction a nécessité environ cent fois plus de matériaux que celle de la Grande Pyramide de Gizeh en Égypte, selon certaines estimations. Benin City était la capitale de l'Empire du Bénin (1180-1897 après J.-C.), qui comptait parmi les Éta... Poursuivre la lecture

La sécurité est régulièrement classée dans les divers baromètres parmi les deux ou trois priorités des Français.

Le problème avec la sécurité, c’est que trop souvent on en parle au travers du prisme du fait divers et sans pouvoir éviter le sentimentalisme de rigueur. Un autre problème c’est qu’on pense généralement qu'elle est un monopole de l’État ou un pouvoir strictement régalien…

 

La sécurité, monopole d'État

Et si ce n’était plus le cas ?

Nous avons tous en tête les images de cette finale de Ligue des Ch... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles