Les battantes, de Simona Brunel-Ferrarelli

Un roman sur l’Italie d’autrefois.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les battantes, de Simona Brunel-Ferrarelli

Publié le 20 juillet 2019
- A +

Par Francis Richard.

Une route coupe en deux le village de Rocca Patrizia. Le bon côté de la vie, c’est celui de la Villa Aïda, maison des Coronesi, de noblesse romaine, l’autre, c’est celui des villageois.

Les villageois sont soudés entre eux par un pacte d’égalité, un serment de gémellité : s’il le faut, ils se marient entre cousins, sans doute pour, croient-ils, se souder davantage.

Leurs ennemis légendaires sont les vacanciers romains : Ils seront toujours mal vus, jalousés, bannis. On les tolère l’été parce qu’ils apportent un air nouveau, de l’argent, des voitures.

La Seconde Guerre mondiale va changer ça. En 1943, la nouvelle institutrice, Victoire Manfredi, va ouvrir les yeux des enfants qui lui sont confiés sur ces comportements inadmissibles.

Peut-être est-elle d’autant plus déterminée à le faire que, fille d’un dignitaire fasciste, l’homme qu’elle aimait, Emilio Mannari, un villageois parvenu, lui a préféré Rosina Coronesi.

Deux mondes différents

Les Mannari et les Coronesi, qui ne sont pas du même monde, considèrent le mariage d’Emilio et de Rosina comme une mésalliance et rejettent unanimement leur fils Diego.

Après guerre, Victoire ne peut empêcher non plus qu’Eva, juive devenue veuve, se voit rejetée parce que, belle femme, elle a donné naissance à Pablo, un bel enfant de père inconnu.

Quoi qu’il en soit, Lala, une petite Coronesi, ignorante de ces histoires déplaisantes, ne comprend pas qu’il lui soit défendu de fréquenter aussi bien la vieille Victoire que le beau Pablo :

Tu l’apercevais et c’était fini, intérieurement déjà tu lui cédais tout, tu n’y pouvais rien, ça s’écroulait de soi, à l’intérieur de soi, comme sous la poussée d’une terre soudainement remuée.

Les battantes, comme les pluies d’orgueil et de colère qui s’abattent sur Pablo, a donc pour toile de fond un microcosme où les antagonismes font des nœuds complexes entre les personnages.

Simona Brunel-Ferrarelli les dénoue un par un le long du récit. En défaisant le dernier, s’explique pourquoi, tout le monde, inconsciemment, veut contrarier les amours de Lala et Pablo.

Les battantes, Simona Brunel-Ferrarelli, 168 pages, Éditions Encre Fraîche.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En janvier 2022 j’attirais l’attention sur la posture pour le moins surprenante adoptée par quelques sénateurs français vis-à-vis des approches du gouvernement chinois durant la crise que nous avons traversée (traversons). Dans un rapport prospectif ils se montraient ostensiblement admiratifs du solutionnisme technologique chinois.

Dans ce même rapport, ils ne manquaient pas de vanter - sans ambages - tous les mérites des méthodes de l’empire du Milieu, sans omettre de valoriser certaines de ses approches les plus coercitives…

S... Poursuivre la lecture

Par Luca Tomini.

La « coalition de centre droit » dominée aujourd’hui par le parti d’extrême droite Frères d’Italie, associé à la Lega (de Matteo Salvini) et Forza Italia (de Silvio Berlusconi), a remporté les législatives qui viennent de se tenir en Italie. Giorgia Meloni, la leader des Frères, premier parti de cette coalition, deviendra vraisemblablement dans quelques semaines la première femme à la tête d’un gouvernement italien.

Les formations de gauche, qui se sont présentées aux élections divisées, ont été vaincues. Et mai... Poursuivre la lecture

Par Alessandro Mazzola. 

 

Giorgia Meloni, 45 ans, leader du parti d’extrême droite Fratelli d’Italia, se prépare à présider le 68e gouvernement italien depuis la Seconde Guerre mondiale, qui sera le gouvernement le plus à droite depuis Benito Mussolini.

La coalition dans laquelle sa formation tient le premier rôle a en effet obtenu près de 44 % des suffrages (plus de 26 % pour Fratelli d’Italia, 9 % pour la Lega de Matteo Salvini et 8 % pour Forza Italia de Silvio Berlusconi) aux législatives tenues ce 25 septembre.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles