Le Zimbabwe est de retour sur le chemin de la croissance !

Toutes les sanctions contre le Zimbabwe devraient être supprimées afin de libérer totalement l’administration actuelle et lui permettre de consolider ses progrès économiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Scan10383 By: damien_farrell - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Zimbabwe est de retour sur le chemin de la croissance !

Publié le 13 juillet 2019
- A +

Par Ayogu Emmanuel Nnamdi.
Un article de Libre Afrique

Après des décennies de stagnation économique et de pauvreté, l’économie zimbabwéenne retrouve à nouveau la croissance. Une croissance économique induite par les mesures déployées par le président Emmerson Mnangagwa, parmi lesquelles figure la Vision 2030 et le Programme de stabilisation transitoire. Bien que ces réformes rapportent déjà des dividendes, il est impératif que l’administration veille à ce que ces dividendes soient bâtis sur des fondements solides de libertés civiques, politiques et économiques garantissant leur durabilité.

Lors de son intervention devant le Parlement à Harare sur la situation de l’économie, le ministre des Finances et du Développement économique, le professeur Mthuli Ncube, a expliqué comment l’économie du Zimbabwe se développait au-delà des attentes. Selon lui, les recettes du gouvernement au premier trimestre de 2019 ont dépassé les objectifs initiaux de 8,2 %, ce qui a généré un excédent de 146 millions de dollars.

Et que les dépenses du gouvernement au cours de la même période ont également été contenues en dessous de l’objectif de 218,9 millions de dollars, entraînant un excédent budgétaire de 443,1 millions de dollars. Ce sont évidemment des progrès financiers impressionnants par rapport au Zimbabwe de la dernière décennie. Mais quels sont les changements spécifiques qui ont rendu ces améliorations possibles ?

Vision 2030 et le programme de stabilisation transitoire

La Vision 2030 est l’un des piliers de la réforme économique du Zimbabwe. Il s’agit d’une politique visant à moderniser l’économie et à redynamiser les industries à haute valeur ajoutée, ce qui s’inscrit dans un effort plus large visant à faire du Zimbabwe une économie à revenu intermédiaire d’ici 2030.

En 2017, l’administration Mugabe s’est engagée à respecter l’Agenda 2030 des Nations Unies pour les objectifs de développement durable (UNSDG). Ce programme a permis d’inspirer la vision 2030 de Mnangagwa. Toutefois, la mise en œuvre de cet agenda n’a démarré qu’à partir de 2018 en raison de la crise qui a suivi le changement de régime. Mais avec le programme des Nations Unies pour le développement, maintenant adopté de manière globale, l’économie s’ouvre aux investisseurs.

Les progrès enregistrés sont également liés à l’amélioration de l’environnement des affaires. Les problèmes liés à la protection des droits des investisseurs, à l’exécution des contrats, à l’accès au crédit et à la délivrance des permis de construire, font l’objet d’une attention soutenue.

Le programme de stabilisation transitoire a été lancé en 2018 dans le but de concrétiser la Vision 2030. Il décrit et incarne les politiques, stratégies, projets et réformes institutionnelles nécessaires pour guider les interventions en matière de développement social et économique du Zimbabwe. Il vise à contenir le déficit budgétaire en colmatant les fuites, modérant la masse salariale et en gérant judicieusement les dépenses de l’État.

Que doit faire le Zimbabwe pour entretenir cette croissance ?

La croissance économique et le développement sont inextricablement liés à la liberté politique et économique ; ils durent là où les droits de propriété et la liberté politique sont garantis. Le Zimbabwe doit désormais bannir les politiques interventionnistes qui ont miné l’économie du pays sous Robert Mugabe. L’une de ces politiques est la discrimination à l’égard des entreprises appartenant à des opposants au Front Union patriotique africaine (parti au pouvoir) au Zimbabwe.

Le pays a également connu des difficultés en raison de l’absence d’institutions libres et indépendantes qui auraient pu critiquer certaines des politiques insensées qui ont détruit le pays. Mugabe était célèbre pour son impitoyable opposition à de telles institutions, en particulier les opposants politiques et la presse indépendante. Mnangagwa doit éviter de répéter la même erreur, car les pratiques ont clairement démontré que la prospérité économique est aussi liée à la liberté d’expression des opposants politiques et des médias. Un tel environnement impacte favorablement les échanges commerciaux.

Bien que le Zimbabwe soit signataire de l’Accord de libre-échange continental africain (ZLECA), il doit se consolider en recherchant davantage d’accords commerciaux bilatéraux avec d’autres pays, notamment ceux avec lesquels Mugabe avait rompu ses relations. Le commerce bilatéral devrait être axé sur des industries pour lesquelles le pays dispose d’un avantage comparatif, comme le coton, le tabac, les ferro-alliages et les pierres précieuses. Ces accords commerciaux nourriront la croissance économique future.

Mnangagwa et son équipe doivent également s’attaquer au fléau de la corruption. Un système corrompu ne permettra jamais à l’économie de réaliser son plein potentiel. Et bien que Mnangagwa ait déjà fait de la lutte contre la corruption une priorité pour son administration, il faut qu’elle soit plus sincère et plus dure. La police et l’agence anti-corruption du pays doivent être véritablement compétentes et indépendantes.

Comment le monde peut aider le Zimbabwe

Au cours des dernières décennies, le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Union européenne ont imposé des sanctions financières, commerciales et des mesures de restriction de voyages au régime de Mugabe. Certaines de ces sanctions sont toujours en vigueur aujourd’hui. Bien que nombre d’entre elles visaient essentiellement les dirigeants du pays, dans les faits c’est bien le peuple qui paie les pots cassés. Ainsi, toutes les sanctions contre le Zimbabwe devraient être supprimées afin de libérer totalement l’administration actuelle et lui permettre de consolider ses progrès économiques.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • J’ESPÈRE QUE CET ARTICLE A UN FOND SOLIDE, CAR IL BRASSE SURTOUT DES GÉNÉRALITÉS ET DES VOEUX.
    PAR AILLEURS LA SITUATION ÉTAIT TELLEMENT MAUVAISE QU’IL EST NORMAL QU’ELLE LE SOIT UN PEU MOINS
    Bref attention aux articles de complaisance

  • Je serais tellement heureux si le Zimbabwe explosait tous les compteurs de liberté économique. Vous imaginez, un pays adoptant les règles de liberté de Hong Kong…

    Cela serait une belle victoire pour les dirigeants, un exemple flagrant que la liberté mène à la prospérité et un vrai soulagement pour la population.

    Croisons les doigts

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lama Fakih.

Comment un État «jeune» — il n'est indépendant que depuis 1971 - et dénué de tout attribut classique de la puissance est-il devenu en l’espace de quelques années un acteur international de premier plan, sur lequel les projecteurs du monde entier sont braqués au moment où il s'apprête à accueillir la Coupe du Monde de football ?

Pour comprendre la trajectoire spectaculaire du Qatar, il convient d'examiner les stratégies de politique étrangère qu'il a employées, principalement l’alliance avec les grandes puissance... Poursuivre la lecture

Depuis le début de « l’opération militaire spéciale » russe en Ukraine, les pays occidentaux ont soutenu l’effort militaire du pays envahi. Mais comme dans plusieurs efforts similaires, les États-Unis prennent la part du lion – et davantage est encore en chemin.

Avec les élections de mi-mandat qui approchent à grands pas, nombreux sont ceux qui questionnent cette aide. À un point tel que, s’ils obtiennent la majorité, plusieurs républicains promettent de repositionner leur pays et son financement. Le chef de la minorité républicaine (q... Poursuivre la lecture

Il y a quelque intérêt à ne pas effacer de la mémoire collective ce qu’ont pu être les grands débats qui ont infléchi notre histoire.

Les acteurs de ces débats ont en effet avancé des prédictions qui ont pesé sur la décision du peuple souverain lorsqu’il a été appelé à se prononcer, comme ce fut le cas pour le référendum sur le traité de Maastricht. On est en droit de juger de ces arguments et de ces prédictions à l’aune de ce que l’on a pu observer dans la durée.

 

Il y a juste 30 ans, le 20 septembre 1992, les Fran... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles