Loi Avia : l’assaut de Macron contre la liberté d’expression continue

Jamais les libertés publiques n’auront autant été attaquées que par ce gouvernement que l’on dit libéral.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron By: Jacques Paquier - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Loi Avia : l’assaut de Macron contre la liberté d’expression continue

Publié le 9 juillet 2019
- A +

Par Olivier Maurice.

Platon a écrit l’allégorie de la caverne il y a plus de 25 siècles. Et malgré le nombre impressionnant d’intelligences remarquables qui se sont penchées depuis sur le savoir, la sagesse, la connaissance, la morale… les gens continuent à croire que la vérité est une évidence et qu’une fois qu’elle a été décrétée, elle doit être admise par tout le monde, par la force ou par l’enseignement : que l’on peut et même que l’on doit transformer tous les idiots en savants à coup de bâton et en leur tendant des carottes, que l’éducation, le comportement et les opinions ne sont qu’une question de moyens et d’autorité.

On a même perverti un mot pour décrire ce dogme : l’altruisme, la profonde conviction qu’il faut aider les autres malgré eux. Cette mission sacrée a surtout l’avantage d’opposer et de neutraliser deux sentiments contradictoires : la culpabilité d’être supérieur aux autres et de savoir ce qui est vrai et bon alors que les autres ne le savent pas et la certitude d’être le seul au monde à posséder un pouvoir de décision sur les actions que l’on entreprend alors que tous les autres êtres humains en sont dépourvus.

La croisade contre la bêtise a en fait un but très clair : faire reconnaître à tous que l’on est supérieur aux autres.

Le phare du monde libre

Sous l’impulsion de Jean-Jacques Rousseau, la France a depuis deux cent ans décrété unilatéralement être le champion du monde de l’arrogance et du narcissisme appliqué en politique. Elle est d’ailleurs passée depuis sous l’impulsion de cette certitude, du rang de première puissance mondiale à celui où elle est actuellement.

Le gouvernement actuel entend donc bien démontrer une fois pour toutes son magistère moral en reprenant la tête du volontarisme progressiste que l’on croyait pour l’instant être l’apanage de l’élite Old Money de Cap Cod. Il faut dire que la place est à prendre depuis que Donald Trump a renvoyé dans leurs certitudes les maîtres à penser juste et bien d’outre-Atlantique.

Un nouvel épisode de cette guerre des sachants contre la boue se déroule en ce moment dans les travées de l’Assemblée nationale avec l’adoption de la loi anti-haine, lieu où les députés de la majorité luttent avec courage et abnégation contre une opposition totalement inexistante et secrètement envieuse d’une telle audace liberticide (voire même en étant très excités à l’idée de participer activement au concours d’interdictions, de sanctions et de brimades).

Censure, égalité, impôts

Laëtitia Avia, icône de la diversité de la nouvelle assemblée et « résultat d’un modèle de politique publique » a été propulsée pour l’occasion en orbite par Emmanuel Macron pour défendre un projet de loi qui s’inscrit dans la droite ligne des actions pour l’égalité des droits et des chances dont elle est une fervente partisane. Elle aura réussi en quelques discours à faire ce que tous les dictateurs en herbe avait toujours rêvé sans jamais avoir osé le faire : dynamiter la liberté d’expression, interdire officiellement la contradiction et par la même fracturer encore plus la société française en mettant hors-la-loi la différence d’opinion.

Il faut dire qu’il était temps d’agir. On n’était pas passé très loin de la catastrophe avec le mouvement des Gilets jaunes. Il fallait absolument réduire au silence cet abomination anti-démocratique (entendez par là, qui ne suit pas les règles de la démocratie officielle) que sont les réseaux sociaux. Car il est clair que la désapprobation populaire qui a agité le pays pendant six mois ne pouvait venir que d’une seule et unique cause : la haine.

Sentiments interdits

Car c’est la haine qui est à l’origine du ras-le-bol fiscal : si on est altruiste, on paie ses impôts avec joie et bonheur.

C’est la haine qui est à l’origine de la dénonciation de l’excuse taxe carbone : si on est altruiste, on retourne à l’Âge des cavernes pour éviter à la planète de griller par notre faute.

C’est la haine qui est à l’origine de la dénonciation de l’obésité étatique : si on est altruiste, on est pour un État qui fait tout pour les gens à leur place, ceux-ci étant incapables de s’en sortir par eux-mêmes.

C’est la haine qui fait que les provinciaux prennent leur voiture pour aller faire leurs courses au supermarché : quand on est altruiste, on roule en vélo, on mange local, bio, végan et équitable.

C’est la haine qui est à la source de l’extrême droite, de l’extrême gauche, de l’ancien monde, des traditions, des opinions, des habitudes, des valeurs, bref c’est la haine qui est à l’origine de notre société.

Éliminons la haine et nous éliminerons cet enfer : les autres.

Bêtise interdite

Au passage, profitons-en donc aussi pour pratiquer un peu de clientélisme pour pas cher, pour faire le tour de toutes les minorités opprimées et stigmatisées par des propos haineux.

Parce qu’en plus de la haine égoïste, il y a la haine raciste. Les seules personnes qui ont le droit d’insulter les membres d’une communauté sont les membres de cette communauté. Une personne de couleur a parfaitement le droit d’appeler une autre personne de couleur gros nez, c’est un sobriquet familier. Mais ce privilège est réservé à ceux de la même couleur… voire de la même nationalité, de la même ethnie, du même quartier, de la même famille… sinon c’est aussi de la haine !

La haine contre la haine est donc déclarée, à grand renfort de haine affichée contre les égoïstes diaboliques. Éliminons la bêtise et nous éliminerons cette plaie : la haine. Envoyons au goulag les têtes d’œufs (qui n’est absolument pas un mot raciste ou haineux, mais un sobriquet familier) et le monde sera sauvé.

La foire à tout

Dans le sillage de Laëtitia Avia et de ses torrents d’éloquence réglementaire, voyant la boîte de Pandore grande ouverte et voulant saisir l’opportunité de se faire remarquer, les députés se sont aussitôt pressés au perchoir pour défendre chacun son petit amendement et protéger ainsi sa minorité chérie contre cette haine raciste, espérant ainsi s’attirer les bonne grâce des 1 % ou 2 % de voix qui feront la différence aux prochaines élections.

Donc plus question de parler de crétin des Alpes (raciste envers les montagnards alpins), plus question de parler de cul-terreux (raciste envers les agriculteurs), plus question de ne plus être d’accord avec quelqu’un en surpoids, de petite taille, de grande taille, plus question de contredire une femme quand on est un homme, un homme quand on est une femme, plus question de ne pas être d’accord avec le sionisme si on n’est pas juif, etc.

Il faut bien reconnaître à Laëtitia Avia son avant-gardisme dans le domaine, la député ayant déposé le 18 octobre 2018 un projet de loi visant à réprimer la glottophobie (le racisme envers ceux qui parlent avec un accent), sujet hautement important un mois avant que la France des provinces (celle de ceux qui parlent avec un accent) ne vienne démontrer la justesse de ses propos en bloquant des ronds-points : parce que si les gens ont soudainement trouvé l’essence trop taxée, c’est évidemment à cause de la glottophobie ambiante.

L’assemblée nationale n’a jamais mieux que ces derniers jours mérité le qualificatif de « libérale » que les docteurs auto-déclarés du libéralisme qui savent mieux que les libéraux ce qu’est le libéralisme donnent à la République En Marche et à Emmanuel Macron. Dans leur fièvre collectiviste, les députés se sont en effet trouvé tout d’un coup une passion débordante à défendre les intérêts particuliers au nom de l’intérêt général, une imagination prolifique à multiplier les cas individuels pour assurer l’égalité de tous devant la loi.

Au mieux : rien

Pour plein de raisons, cette loi fera flop. Comme a fait flop la loi Hadopi et comme ont fait flop avant elle toutes les tentatives de censure et de pensée unique. Soit elle fera flop tout de suite : l’inventivité humaine trouvera rapidement comment contourner l’interdit, si ce ne sont les GAFA eux-mêmes, ce seront des offres concurrentes (VPN, réseaux privés, applications de messagerie instantanées, messages cryptés etc.). Soit elle fera flop dans quelques temps quand la cocotte-minute explosera.

Combien faudra-t-il d’échecs pour que l’on comprenne un jour que la meilleure façon d’exacerber un comportement immoral consiste justement à l’interdire, que la transgression des règles est innée chez l’espèce humaine. Il n’y a pas de moteur plus puissant à la bêtise que celui qui consiste à obliger les gens à agir comme ils n’en ont pas envie. Ils ne croient que ce qu’ils ont envie de croire.

Combien faudra-t-il de lois contre-productives pour que l’on se rende compte que l’expression de la haine, sur Internet ou ailleurs, n’est en aucun cas une cause, mais une conséquence. Il faut bien plus que quelques mots pour décider du comportement humain.

Mais il est sans doute plus facile de taxer les GAFA que d’agir pour améliorer les causes qui génèrent cette haine : de diminuer la pression fiscale qui génère la haine de l’État, de transformer le système social qui génère la haine des étrangers, de modifier le système d’enseignement qui génère la haine des riches et la haine des pauvres, de permettre à nouveau la présence de réelles autorités morales et philosophiques en remplacement de cette religion d’État qui au lieu de superviser les religions a décidé de les réduire le plus possible puis de se substituer à elles pour imposer ses vues.

Mais sans doute le pire

Dès que l’on oblige par la force, par la loi ou par n’importe quel règlement un comportement moral, on infantilise les individus et on réduit leur capacité à juger de la gravité de leurs actes et à en répondre. Il ne reste alors que peu de choix :  franchir le pas de l’illégalité, reporter leurs frustrations ailleurs, déprimer, chercher des boucs émissaires, bâtir des théories du complot, se monter le bourrichon jusqu’à ce que la marmite explose. À terme, on ne génère que du conflit.

C’est pour cela qu’une autorité morale ne peut être opérée par l’État ou par n’importe quel pouvoir : parce qu’elle ne peut être ni obligatoire, ni unique et qu’elle se doit avant tout d’être à l’écoute.

Obliger chacun à faire ce qu’il ne souhaite pas, ce qu’il ne comprend pas ou ce qu’il trouve ridicule, c’est détruire le sens des choses, pousser à l’extrémisme, donner le sentiment d’être un paria uniquement parce qu’on n’a pas le droit d’être comme on est.

Bien plus que la haine ou la bêtise, la censure et la pensée unique mènent toujours à la violence.

 

Voir les commentaires (60)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (60)
  • Je suis très surpris que personne n’ait songé à pénaliser l’autophobie. Car si le mouvement des Gilets jaunes a une origine, c’est bien celle-ci !

  • Que Olivier Maurice se rassure : la haine de l’Etat n’est pas concernée par le projet Avia !

  • Macron, comme tout bon socialiste, va tout faire pour lutter contre la liberté d’expression et la propriété privée.

    Son but ultime avec cette loi est la mise au pas d’Internet, qui peut-être un merveilleux outil de propagande si il arrive à le controler.

    J’attends avec impatience le Ministère de la Vérité Vraie.

    Et comme le disait si bien une des idoles du socialisme, Dr. Joseph G (à ne pas confondre avec Joseph S, une autre idole des mêmes socialistes) :

    « C’est l’un des droits absolu de l’Etat de présider à la constitution de l’opinion publique. »

    • J’ai toujours pensé qu’internet sera le plus formidable outil d’oppression qui ai jamais existé et tout est en train de me donner raison. La chine à ouvert la voix et nos apprentis dictateurs s’engouffre dans la brèche, c’est trop tentant…Dans 5 ans tout au plus Internet sera aussi stérile que la sahara.

      • @laurent internet comme tout bon outil n’est que le bras armé de celui qui tient le manche. Le plus dangereux avec internet c’est sa mémoire. Tous nos futurs politiques seront tenus en laisse par tous les propos, photos, podcasts, partages qu’ils auront faits dans leur jeunesse. Un rêve pour les manipuler.

    • Et dans ce programme d’éradication de la liberté de penser, l’éducation nationale, à défaut d’apprendre le Français aux élèves, se doit de leur inculquer les « valeurs » permises et de lutter contre celles interdites. Cela rappelle des heures sombres de l’histoire…

    • Je partage totalement!! MACRON est un VRAI socialiste, si vous ne pensez pas comme lui ce n’est pas votre faute…
      C’est que vos valeurs sont mauvaises, il faut que vous en changiez… Il faut VOUS RE EDUQUER…
      Et évidemment vous empêcher de diffuser vos erreurs, issues de votre mauvaise éducation déviante…
      Pas besoin de GOULAG, la prison républicaine suffira, plus quelques coups de flash ball dans la tempe si besoin…
      Fuyons…
      Il ne reste plus que ça à faire… avant qu’ils ne nous en empêchent en bloquant nos avoirs au nom d’un patriotisme fiscal délirant…

    • Il est bien notre Adolf Macron ❗

  • « France bastion of liberty », il est gentil de Rand Paul mais ça c’est juste la mythologie Français, la france n’a JAMAIS été un bastion de la liberté, faut pas croire tout ce qui est écrit surtout quand c’est écrit pas l’état…

  •  » la France de macron est l’une des plus grandes menace mondiale pour la liberté d’expression … » Jonathan Turkley ,professeur de droit à l’université Georges Washington . ceci dis , le clan macron a surtout le trouillomètre à zéro face au rejet et au dégoût des citoyens à l’encontre de l’exécutif ; et on fait quoi quand on n’a peur ? on cherche à neutraliser  » l’ennemi « par tout les moyens …..ainsi réagissent les pleutres ….

    • Le problème est qu’à vouloir mettre un « méga couvercle hyper étanche » sur la casserole pleine d’eau sans agir pour éteindre le feu en dessous (faute même, d’ailleurs, de comprendre les raisons l’alimentant tant ils sont « hors-sol ») les conséquences devraient être bien pires… On a vu que la violence était juste en dessous de la protestation qualifiée de légitime (lire manifestations bien encadrées avec pancartes aux normes, à la calligraphie normée, sur un trajet bien défini etc…)
      « Ca va bien se passer » !

    • Je ne vois pas de peur. Je vois du mépris et un sentiment d’impunité dû à des institutions verrouillées. Je vois un projet autoritaire qui se cimente rapidement. Je vois une constitution mutilée au gré des caprices d’une bande de clowns, une assemblée fantoche, une police encore aux ordres malgré les suicides.
      CPEF et c’est vraiment dommage.

  • Cette Laëticia Avia est une dégénérée.

    • C’est de la grossophobie ça non ? 😉

    • La conophobie pourrait-elle nous proteger contre des AVIA ?

    • Ce genre de commentaire sera poursuivi demain (et vraiment demain au sens propre!!) et contrepoint devra le supprimer, fermer votre compte, transmettre votre IP aux forces de l’ordre si elles en font la demande (et soyez certain qu’elles en feront la demande) et si contrepoint ne le fait pas, il prendra des amendes monstrueuses et finira par fermer… Ce qui arrangera bien les énarques, qui désormais sont en place pour toujours…
      Puisque personne ne peut plus les contester…

  • Je crois qu’on va tous finir au Texas, parce que cela devient irrespirable en France.

  • C’est quoi cette haine qu’ils veulent combattre? le politiquement correct? Les lanceurs d’alerte? Les cathos? Les gilets jaunes? En tous cas pas les antifas, les gauchos ou bien la haine de la part des écolos.

    • Tous ceux qui ne sont pas d’accord avec d’autres et le disent, émettent de fait des critiques à leur encontre. Il suffira que les « victimes » se prétendent haïes pour réduire au silence leurs détracteurs.
      Cette loi est une loi de censure qui vise à donner un pouvoir exorbitant à toutes sortes de minorités. On voudrait achever la démocratie qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

  • La premiere question a se poser , suis je concerné ? Je ne crois pas ni les autres commentateurs ici..a moins que la censure fasse son job.

    • Nous sommes tous concernés! Vous sentez-vous libre de vos propos dans un troquet par exemple en présence de noirs, de femmes voilées, de personnes handicapées ou autres? Sur internet c’est pareil, on fait gaffe à ce qu’on écrit surtout avec des modérateurs très partiaux.

      • J’applique le principe de precaution , j’enveloppe mes propos d’un beau papier a fleurs..mais je ne vois pas ce que je pourrais dire de choquant et dans quel but en face des minorites que tu mentionnes avec malignite….femme voilee dans un troquet….un noir ,hooo malheur..je n’ai rien non plus contre les handicapes dans mon sac a vacheries !

        • Et oui, mais insulter un membre du gouvernement, ou une institution (l’ENA, la magistrature, la presse, le système…) c’est de la haine en ligne…
          Critiquer une politique migratoire, ben c’est du racisme et de la haine…
          Critiquer une politique sociale et ceux qui en bénéficient… ben c’est de la haine…
          Critiquer le féminisme revendicatif… ben c’est de la haine… Critiquer la GPA… Ben c’est de la haine…
          Bref ne pas être d’accord… ben c’est de la haine…

    • Moi oui. Mes commentaires sont systématiquement modérés a priori.

    • @reactitude

      « Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.
      Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n’ai rien dit, je n’étais pas social-démocrate.
      Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai rien dit, je n’étais pas syndicaliste.
      Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester. »
      Martin Niemöller

      Je ne crois pas que votre question soit adéquate…

  • Selon la dernière édition du Frazer Institute qui classe les pays selon leur degré de libertés économique, la France a encore perdu des places et se retrouve au 57ème rang sur plus de 160 pays. Elle occupait encore la 19ème place en 1990. On mesure la chute vertigineuse de notre pays qui a fait le choix du socialisme plutôt que du libéralisme.

  • Excellent article!
    Il faut dire et redire que, si la haine n’est pas une vertu, ce n’est pas un crime: cela relève du confessionnal davantage que du Code Pénal. Chacun est libre de ses pensées et de ses sentiments. Du moins dans une société où l’Etat ne confond pas la loi et la morale (cette confusion etant le propre des Etats totalitaires)
    C’est l’apanage de la civilisation que d’avoir fait en sorte que la haine, la colère, la jalousie (ou même l’amour!), ne se traduisent pas concrètement par des atteintes à autrui et des crimes.
    En légiférant contre la haine, l’Etat reconnaît-il que nous ne sommes plus vraiment une civilisation? Ou prend-il acte de son impuissance à punir et empêcher les crimes par la loi et une justice efficace et impartiale (ce qui, au passage est tout le contraire d’une justice à géométrie variable obsédée par les minorités que l’Etat a décidé de protéger, ce dont ce nouveau texte témoigne dans un inventaire à la Prévert )?
    La réflexion philosophique ayant depuis longtemps déserté les cerveaux des politiciens, je penche pour la deuxième explication…
    Le problème, c’est que cela va aggraver le mal que l’on prétend combattre.

    • A noter que L. Avia elle-même s’est distinguée en mordant un chauffeur de taxi dont les propos, semble-t-il, lui avaient déplu. Elle s’est donc comportée justement comme on le fait dans une société non civilisée.
      Ajoutons qu’il est détestable de profiter de sa position de législateur pour instrumenter la loi afin de régler des comptes personnels (car cette députée est souvent critiquée pour son action, ce qu’évidemment elle traduira en sexisme et racisme…)

    • cool la justice française c’est de la merde on voit ça tous les jours

  • et pourquoi notre dictateur en herbe cherche t il a comprimer la liberté d’expression ??????

  •  » Wenn der Haß feige wird, geht er maskiert und nennt sich Gerechtigkeit.  »
    Arthur Schnitzler, dramaturge autrichien, 1927

    (Quand la haine devient lâche, elle avance masquée et se fait appeler justice…)

  • on leur retournera leur truc dans le nez en interdisant d’évoquer le soi-disant réchauffement anthropique, fake nauséabond dont la teneur sera dévoilée au fur et à mesure que les prédictions et annonces délirantes se heurteront à la cruelle réalité…

  • Merci une nouvelle fois Monsieur Maurice pour cet excellent article.

    je m’attarde plus spécifiquement sur un des passages fort judicieux :
    « la meilleure façon d’exacerber un comportement immoral consiste justement à l’interdire, que la transgression des règles est innée chez l’espèce humaine. »
    sous ce respect et tout à fait particulièrement en France, j’ai encore quelques degrés de confiance en mes « co-nationaux » pour faire preuve d’une créativité florissante afin de faire le nécessaire pour contourner au mieux, le plus et le plus souvent possible ce type de loi bête, scélérate et insultante.

  • Si je dis A une personne monsieur ou madame vous avez un accent? c’est donc de la glottophobie. je n’irai jamais pensé .. la Haine de ce gouvernement a t-elle une loi? si oui, merci je suis coupable!!!

  • J’aime bien cet article… Ca me donne envie de rouler en grosse cylindrée qui émet plein de CO2, en insultant tout ce qui passe… Si on en arrive là, c’est que nos gouvernants font absolument tout leur possible pour dresser les Français les uns contre les autres… Alors que s’ils nous lachaient la grappe et s’occupaient du Régalien, on pourrait faire progresser le pays, avoir moins de chomeurs, plus de prospérité, et… moins de haine ?

    • Dire cela, c’est tomber déjà sous le coup de la loi…
      C’est de la haine… pire de l’apologie de la haine…
      méfiez vous, le Goulag n’est pas si loin…

  • Depuis le début du quinquennat Macron veut museler toutes oppositions et en particulier empêcher toutes oppositions par les médias ou internet. Il se prêtent démocrate mais à condition que les citoyens aillent dans son sens. Il porte en lui une forme de dictature et c’est très grave pour notre démocratie. En attendant les courtisans qui font des lois comme celles contre la haine ne connaissent rien à internet. En effet il est toujours possible d’utiliser le black-net qui ne leur permettra pas de retrouver les auteur des informations qu’ils voudraient censurer. Des pays bien plus liberticide n’y parviennent pas alors ne n’est certainement pas la France qui y parviendra seule et c’est heureux pour nos libertés Macron et ses sbires essayent de nous retirer par tous les moyens possibles et imaginables.

  • Je dois reconnaître être grosso modo d’accord. Mais avec des subtilités. Car je suis subtil.

  • Cette Avia…c’ est un tue l’ humour.

  • Dire que l’interprétation faite de Dieu par les musulmans est critiquable est interdit.
    Dire que l’interprétation faite du même Dieu par les chrétiens et les juifs est respectable est prohibée.
    Voila où la lâcheté et peut-être plus encore l’ignorance crasse de nos dirigeants pleutres et incultes nous mène.

  • je me sentais « de gauche » à une epoque eu égard à la défense de la liberté d’expression..mais on se rend vite compte que cet attachement n’était pas véritable.

  • excellente analyse, comme d’habitude! J’ai l’air fin avec mes conseils pour lire ou relire Aldous Huxley et son « MEILLEUR DES MONDES »…..! Olivier Maurice, que je ne connais pas, a su décrire ce qui est en train , non seulement d’arriver, MAIS ce qui va se passer dans quelques temps! Quel dommage que la majorité des français ne soit pas consciente de cet état de fait!Et surtout, par voie de conséquences, NE FASSE RIEN! (A question stupide réponse adéquate….N’est-ce pas?) Adieu élections réfléchies, adieu le fameux « droit de réponse », adieu les idées de ROUSSEAU, VOLTAIRE et autres philosophes avertis, Adieu beaucoup de bonnes choses qui faisaient de la FRANCE UN EXEMPLE PLANÉTAIRE!!!! Bonjour Staline, bonjour Pinochet, bonjour Somoza, car c’est vers cela que L’ON VEUT NOUS CONDUIRE!!!!!! LE MEILLEUR DES MONDES,QUOI!!!!!

  • Excellent article hélas…
    Ah la vie à Sion…

  • Et pendant ce temps là, les services vraiment utiles, comme la gendarmerie, n’ont même plus les moyens de travailler normalement. CPEF

  • Avec cette loi scélérate la France entre dans l’univers orwellien.
    Le ministère de la Vérité est là pour nous dire ce qui est vrai et donc permis de dire. Comme par ailleurs « Big brother is watching us », la boucle se boucle! Dommage que le libéralisme n’ait pas été considéré comme une minorité qu’il convient de protéger de la haine…mais peut-être le libéralisme est il considéré comme étant le macronisme…encore un effet de la novlangue.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Le port du masque est fortement recommandé ». La période électorale terminée, la vie hexagonale reprend son cours, et en particulier s’agissant des restrictions liées au covid.

En témoignent les messages reçus depuis quelques jours par de nombreux Français, dans leurs transports, leur travail ou leur supermarché.

Ce mardi, ce sont les Niçois qui ont été rappelés à la réalité. Chez nos confrères de CNews, le maire de Nice Christian Estrosi a déclaré envisager le rétablissement de l’obligation du port du masque dans les transpor... Poursuivre la lecture

Victorieuse à la présidentielle mais fortement contestée après les élections législatives, la Macronie va devoir transiger, négocier et réinvestir le champ parlementaire. Et ce n’est pas vraiment dans ses habitudes.

Le triomphe d’Emmanuel Macron en 2017 est aussi le triomphe de l’hyperprésidentialisation du régime. Porté en triomphe par les médias et bénéficiant d’une confortable majorité à l’Assemblée, le nouveau président peut s’imaginer Jupiter. Il s’entoure de technocrates chargés d’appliquer à la lettre ses consignes et exige l’ob... Poursuivre la lecture

casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles