Oui, le capitalisme protège la nature ! (vidéo)

On accuse souvent la mondialisation capitaliste de porter atteinte à l’environnement. Retour sur une idée reçue.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Oui, le capitalisme protège la nature ! (vidéo)

Publié le 7 juillet 2019
- A +

Par Corentin de Salle.

On accuse souvent la mondialisation capitaliste de porter atteinte à l’environnement. Les usines occidentales, dit-on, se relocalisent dans le tiers monde où elles peuvent polluer en toute impunité. Toute cette analyse repose-t-elle vraiment sur des faits solides ? Corentin de Salle répond à la question avec Johan Norberg.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Je sais que je suis souvent banni pour avoir contredit (avec arguments et sources) les vidéos de M. de Salle, c’est dommage.. Lisez sereinement mes critiques, et dites moi si j’ai tort…
    « Le gros des investissements US et Europe vont dans des pays où les standards environnementaux sont les mêmes que les leurs » (à 58 secondes) : ça fait mal à entendre. Maroc, Tunisie, Turquie, Vietnam, Indonésie, Mexique, Bangladesh, Inde : vraiment les mêmes standards environnementaux ?
    Concernant la surface de la forêt : il dit à la 3ème minute : « 4,24 millions de km2 en 1950; 43 millions en 1994 ». 10 fois plus, vraiment ? Pourquoi la Banque Mondiale parle de 50 millions de km2 début du XXème siècle ?
    Et une gentille forêt européenne avec des arbres bien rangés n’a pas la même « valeur » écologique (utilité dans le système) que la même surface de forêt amazonienne, celle qui se fait défricher à grande vitesse actuellement.
    Il parle ensuite des « 40 milles espèces disparaissant chaque année « sans bases scientifiques » pour ensuite embrayer sur un formidable « le vrai chiffre tourne PROBABLEMENT autour de 1500 espèces par an ». J’admire comment il contredit un chiffre estimatif porté par la communauté scientifique avec un chiffre PROBABLE sorti de nulle part. Et il en rajoute une couche en disant que seulement 1000 espèces ont disparu scientifiquement en 400 ans…
    A 4:15, en citant l’exemple de la téléphonie en Chine, il dit que le prix du cuivre a chuté au dixième de sa valeur d’il y a 2 siècles; super… pour rappel, le brevet du téléphone, c’est 1876…
    Je parie que le cours du néodyme ou du dysprosium étaient très bas ya 2 siècles.. oooh mais je suis bête, ils n’avaient même pas été découvert. (Pour info, le cours du dysprosium était d’un peu plus de 10 euros le kilogramme en 2003, contre plus de 320 en 2011, ce serait bien pour le Pari Ehrlich-Simon…). Pour revenir au cuivre : la plus grand mine du monde, qui représente 13% des réservres mondiales (actuelles) s’est ouverte ya 2 siècles justement, et le prix du cuivre a été divisé par deux à la bourse de Londres en 1850. (et pour info, le cuivre était vers les 10.000 euros/T en 2011 contre 5400 euro la T actuellement).
    Quand il dit qu’un proprio de forêt a intérêt à replanter à mesure qu’il les abat : ben oui… sauf si sa terre vaut plus sans les arbres (pour faire de l’élevage ou de l’agriculture…), simple non ? Parce que en plus, un arbre, faut « quelques » années avant de pouvoir le vendre et avoir des sous… Un proprio préfère sans doute avoir 20 x 1 euro pendant 20 ans plutôt que 1 X 25 euro dans 20 ans… Enfin je suppose… sinon tous les agriculteurs revendent leurs tracteurs, plantent des arbres sur leurs champs et se reposent pendant 20 ans…
    Je ne suis d’accord avec les idées défendues par M. de Salle. Mais là, on ne parle pas d’idées, mais de faits…

    • vidéo de moins de sept minute en effet… et surtout c’est faux…
      le capitalisme ne protège en rien l’environnement;.

      les hommes dégradent l’environnement la problématique est donc comment dégrader l’environnement le moins possible…

      ce qui est au centre ..c’est la liberté de choisir comment on choisit de dégrader l’environnement. parce que sinon on va se farcir un wwf ou autre qui va nous expliquer comment faire… avec de la vraie science dedans…ben voyons..

      on peut s’en foutre complètement..
      on se fout de la pollution de l’air quand on crève de faim…c’est un fait, on se fout de la biodiversité quand on meurt de faim.

      on a pas toujours le loisir d’avoir des intérêts à long terme.

      une remarque donc..comment faire pour prétendre que l’humanité dans son ensemble a les m^me objectifs environnementaux donc les m^mes interets?
      c’est une foutaise sans nom.

      ce qu’il faut défendre est la liberté de dégrader l’environnement comme on le souhaite tant qu’on ne met pas en danger clair direct et immédiat une autre personne..
      la liberté économique donc..
      car c’est la position inverse celle de ceux qui prétendent savoir comment on doit faire qui est inacceptable.

  • Protege la nature…je bloque ,il est hors de question de laisser la nature a l’etat sauvage et c’est ce que permet le capitalisme ,faire le bon choix ,faire vivre et prosperer ce qui le merite et detruire le reste sans remords..je hai la nature ,j’aime mon jardin apres passage du round up de la tondeuse et du secateur et savoir que cette petasse de taupe c’est fait prendre.

  • Le fait est que le capitalisme ne protège pas spécialement l’environnement.
    La réalité est qu’un pays capitaliste peut avoir un système gouvernemental capitaliste qui protège la nature de façon coercitive.
    La Suisse, pays capitaliste par excellence, dont l’environnement est particulièrement chouchouté, avec tout un tas de mesures pour soutenir l’agriculture de montagne, nous en donne l’exemple.
    Il en est de même aux USA, où la plupart des parcs nationaux ont été créé alors que le capitalisme le plus ‘sauvage’ (Trump puissance 10) y régnait.
    Et là croyez moi, si vous vous écartez du chemin, les Rangers se font une joie de vous aligner.
    Ce n’est pas une idéologie qui protège l’environnement, mais un état déterminé (et avec des moyens, d’où la Suisse ou la Norvège)

  • Quelques (autres) petits commentaires sur le contenu de la vidéo – désolé, je ne cite pas texto ce qui est dit, mais il sera facile de retrouver la référence à laquelle je réagis :
    « la constitution d’une opinion publique libre est nécessaire pour qu’on commence à prendre en compte l’environnement »
    –> ce n’est pas le cas en Chine, où les autorités prennent de plus en plus en compte la qualité de vie… tout en ne lâchant pas la bride à l’opinion publique – pour le régime chinois il s’agit d’une condition de survie, malgré le niveau de contrôle mis en place il sait que s’il ne donne pas des gages à la population… il risque de « sauter », démocratie ou non.

    « Il faudrait importer en Europe du bétail sud-américain »
    –> ça serait vrai si l’Amérique du Sud était en mesure d’avoir des excédents de ce côté. Je suis allé en Argentine début 2010, à l’époque nos guides nous disaient que si l’Argentine était connue (à juste titre) pour la qualité de sa viande de bœuf, l’extension de la culture du soja à destination de l’Asie du Sud-Est entrait en concurrence avec l’élevage, suite à quoi la production de viande n’était même plus suffisante pour le marché intérieur. Dans ces conditions, elle serait bien incapable de nourir en plus l’Europe. Évidemment, ça ne concerne que l’Argentine.

  • c’est toujours une erreur de penser que la protection de l’environnement est quelque chose de défini.. en outre on dégrade toujours l’environnement en faisant quoique ce soit..

    par contre la façon de le dégrader fait partie des choix libres des gens.. parce que la protection de l’environnement a un coût … c’est pour ça qu’en général les pauvres font peu de cas de l’environnement..

    payer pour ses choix ne me pose pas de problèmes, les écolos veulent imposer l’idée qu’il existe un interet commun défini…comme un climat restant dans des milites défini ou un nombre d’animaux sauvages..pour imposer leur choix aux autres.

    • et arrêtez avec cette idée qu’il faille défendre l’environnement..!!! à la seconde où vous acceptez l’idée , on peut vous amener à penser que votre existence est néfaste..

  • n’importe quoi le titre de cet article ! le capitalisme se fout et contrefout de la nature …il faut vraiment ne s’etre jamais coltiné des capitalistes ( vous savez , les gros propriétaires des capitals , …) pour écrire ce genre d’anerie….. anerie car leur alpha et oméga c’est de faire pisser drument les profits , tout par ailleurs étant soumis a cet impératif , y compris la nature !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand on est jeune étudiant d'Agrotech Paris, filière de formation pour ingénieur dans l'agriculture et l'agroalimentaire, il n'est pas toujours simple de faire le buzz. Reconnaissons cependant une belle réussite à l'exercice mené par un petit groupe d'entre eux pour exprimer leurs soucis.

C'est une vidéo qui a largement fait parler d'elle ; c'est normal, elle a tous les bons ingrédients de la recette pratique pour une viralité d'actualité : tombée à un moment plutôt creux sur le plan politique (la campagne électorale n'intéresse perso... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore.

Le jour de la Terre, Wynn Alan Bruce, un écologiste et photographe du Colorado âgé de 50 ans s'est immolé devant la Cour suprême des États-Unis.

À la suite de sa mort, ses amis ont déclaré qu'il s'inquiétait du changement climatique. Kritee Kanko, la scientifique en chef de l'Environmental Defense Fund a déclaré :

« Ce gars était mon ami. Ce n'était pas un acte de suicide. C'est un acte de compassion profondément intrépide pour attirer l'attention sur la crise climatique. »

T... Poursuivre la lecture

Gimmick électoral, surenchère écolo-vertueuse pour attirer les électeurs de la France insoumise au second tour de l’élection présidentielle et faire barrage à Jean-Luc Mélenchon qui ambitionne de devenir Premier ministre de cohabitation à l’issue des législatives de juin ? À l’évidence. Après tout, c’est dans l’entre-deux tours et à Marseille, terre assez nettement mélenchonienne, qu’Emmanuel Macron a soudain repris le concept de « planification écologique » porté par le leader insoumis.

Et puis c’est tout à fait dans le style beaux di... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles