Européennes : une victoire sans KO du Rassemblement national

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marine Le Pen au Parlement Européen en juillet 2014 (Crédits : Claude TRUONG-NGOC, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Européennes : une victoire sans KO du Rassemblement national

Publié le 27 mai 2019
- A +

Par Ludovic Delory.

Les sondages avaient raison, sauf sur un point : la participation supérieure à 50 %. La plus haute depuis 1994. Pour le reste, la course à deux que se sont livrés le Rassemblement national et La République en Marche a bel et bien tourné à l’avantage du premier.

Selon les chiffres définitifs, le RN de Marine Le Pen, emmené par le néophyte Jordan Bardella, est crédité de 23,31 % des suffrages. Un score légèrement inférieur à celui du FN de 2014.

Derrière, Nathalie Loiseau et sa liste Renaissance pro-Macron décrochent 22,41 % des voix. Ce qui n’a pas empêché sa tête de liste d’évoquer « la solidité de la majorité présidentielle ».

Et, de fait, la victoire du RN ne s’est pas jouée sur un véritable KO, même si le score de la liste soutenue par Emmanuel Macron est inférieur au résultat obtenu par Emmanuel Macron au premier tour de la présidentielle de 2017.

Surprise : la liste Europe Écologie-Les Verts (EELV) emmenée par Yannick Jadot déjoue les pronostics, avec 13,47 % des suffrages, ce qui la place en troisième position.

La droite et la gauche au tapis

Catastrophe pour les deux partis traditionnels. 8,48 % pour les Républicains : c’est le pire résultat de l’histoire de la droite. Aux Européennes de 2014, l’UMP dépassait les 20 %.

À gauche, une débâcle aussi. Le pari perdu de Jean-Luc Mélenchon : 6,31 % pour La France Insoumise. Quant à ce qui reste du PS, là aussi, le score d’éligibilité est à peine franchi, avec 6,19 % pour la liste Parti Socialiste-Place Publique de Raphaël Glucksmann.

Toutes les autres listes (dont celles issues de Gilets jaunes, qui ont atteint moins de 1 % en score cumulé) repartent bredouilles. Dans un communiqué, Benoît Hamon et son mouvement (un peu plus de 3 % des voix) « constate(nt) l’échec de la gauche à apparaître lors de ce scrutin comme un débouché naturel à la demande de justice sociale, de transition écologique et de souveraineté démocratique des Français (sic). »

Vers la fin du bipartisme au Parlement européen

Les résultats, au niveau européen, ne sont pas encore officiels, mais divers enseignements peuvent être tirés. Tout d’abord, le PPE (chrétiens-démocrates) et le S&D (sociaux-démocrates) ne parviendront plus à obtenir une majorité à Bruxelles. Bien qu’ils restent les deux plus grands groupes, avec environ respectivement 180 et 150 sièges, c’en est fini du bipartisme.

(Source : https://resultats-elections.eu/)

Les grands profiteurs de ce scrutin sont à chercher du côté des nationalistes, des populistes, mais aussi chez les Verts et, surtout, chez les libéraux pro-européens.

La ALDE (Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l’Europe) arrive en troisième position avec une centaine de sièges, ce qui fait dire à son président Guy Verhofstadt (qu’)« aucune majorité solide ne sera possible sans notre groupe ». C’est au sein de la ALDE que siègeront les députés français emmenés par Nathalie Loiseau.

Quant aux Verts, ils peuvent aussi revendiquer un rôle grâce à un gain escompté d’une vingtaine de sièges (de 51 à 70, toujours selon les projections).

Les populistes en embuscade

Sans vraie surprise, la Ligue de Matteo Salvini et le Parti du Brexit de Nigel Farage trustent à eux seuls les plus gros scores au sein des formations nationales. Dans le premier cas, cela permettrait au groupe ENL (Europe des Nations et des Libertés) de passer de 36 à une soixantaine de sièges. Dans le second cas, le groupe populiste EFDD en gagnerait une douzaine (de 44 à 56).

Selon des estimations à confirmer, la Ligue de Matteo Salvini pourrait devenir le parti national ayant le plus de membres au Parlement européen, à moins que cela ne soit le Parti du Brexit du Britannique Nigel Farage. Les résultats définitifs le diront.

L’ENL, où siègent actuellement des députés RN et de la Ligue, passerait de 36 membres à une soixantaine dans le nouveau Parlement, selon des projections. Le groupe populiste EFDD (Europe of Freedom and Direct Democracy) gagnerait lui une douzaine de sièges (pour atteindre 56 membres).

Notons enfin le maintien du parti du Premier ministre hongrois Viktor Orban, en dépit de son combat anti-UE et de sa suspension du groupe PPE.

Le Parlement européen a tremblé, mais n’a pas vacillé. Les progressions des nationalistes, des europhobes et des populistes n’ont pas suffi à déstabiliser le camp des pro-européens, qui devraient obtenir une majorité suffisante parmi les 751 députés.

Les tractations débutent dès aujourd’hui avec, en point de mire, la composition d’une coalition stable et, surtout, la désignation du nouveau président de la Commission. La personne qui succèdera au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker devra obtenir l’aval non seulement des 28 chefs d’État et de gouvernement, mais aussi d’au moins 376 eurodéputés. Au lendemain du vote des citoyens, la course aux postes et aux mandats a commencé.

Retrouvez le dossier « élections européennes » de Contrepoints.

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • Le national socialisme et l’éco-fascisme en bonne position.

    C’est le triomphe d’idiocratie, et ça ne présage rien de bon pour les prochaines présidentielles

    • Les prochaines presidentielles sont tres loin , en attendant on va tous succomber sous l’ecologie punitive ,lerm va devoir accelerer sur le sujet pour avoir une chance de survie politique.

      • Macron a gagné son second mandat. Et effectivement on va se bouffer de l’écologisme à haute dose.

        2022 : le pen / macron, macron élu avec les voies verdâtres.

        • claude henry de chasne
          27 mai 2019 at 7 h 50 min

          çà c’est pas gagné

        • Il peut se passer encore beaucoup de choses d’ici à 2022. La France va continuer à décrocher du point de vue économique. Les dépenses publiques vont continuer à grimper. Les libertés individuelles vont régresser. La réelection de Macron est tout sauf certaine.

    • Ça ne presage surtout rien de bon pour nos vies.

    • Est-ce que l’idiocratie est responsable de l’idiotie de certains commentaires ?

    • L’écologie politique apparue il y a plus de 40 ans (1974 René Dumont) monte en puissance en particulier lors des élections européennes ou locales. De nombreuses avancées techniques et réglementaires sont à mettre à son crédit depuis cette époque : création des parcs naturels nationaux, loi littorale, Conservatoire du littoral, essence sans plomb, réduction des teneurs en soufre des carburants, prévention des marées noires, stations d’épuration des eaux usées, etc…
      Vous avez le droit d’être contre !

  • concernant lrem , sans le  » modem » et  » agir « derrière eux il ne serait pas à la 2em place ; le rn a gagné seul contre tous ;

  • Il va encore nous sortir que son parti est resté solide face à la débâcle annoncée . . . cet énarque sans envergure nous stupéfiera toujours !

    • La petite bête
      27 mai 2019 at 9 h 41 min

      La vérité c’est qu’un peu plus de 10% des électeurs s’est déplacé pour soutenir un président en difficulté.

  • jacques lemiere
    27 mai 2019 at 7 h 46 min

    ce sera rigolo quand la présidentielle se jouera entre deux partis aux orientations diamétralement opposées..

    Par exemple, on aura le choix entre immigration totalement libre ou totalement interdite…

    • Qu’est ce que ce sera rigolo ! On va se marrer, c’est sûr…

    • La petite bête
      27 mai 2019 at 9 h 44 min

      Ce n’est pas la même chose d’interdire toute immigration et de vouloir que l’arrivée de migrants soit décidée au niveau national.

    • Ou la belle entente pour rester au pouvoir :
      Macron premier sinistre de Jadot, un couple similaire à Putin-Medvedev ❗

    • ah bon, il y a un parti qui prone l’immigration totalement libre ? Dans les faits, n’en déplaise à la propagande de tout bord, on en est vraiment loin.

  • claude henry de chasne
    27 mai 2019 at 7 h 49 min

    23 contre 21 , c’est sans surprise le KO debout pour macron

    « L’ENL, où siègent actuellement des députés RN et de la Ligue, passerait de 36 membres à une soixantaine dans le nouveau Parlement, selon des projections »
    le nombre de députes double mais ce n’est pas une victoire..
    keskonsmarr

  • Je pense que Wauquiez est foutu et qu’il y en a un qui n’attendait que ça pour se présenter comme « le sauveur » : Sarko, le retour !

    • echo , ou hollande qui se mort les doigts de ne pas s’être représenté en 2017 …..on prend les mêmes et on recommence ?

  • Voila les sondeurs ne se sont pas trompês de bcp pour les deux en tete mais pour lr et les verts l’erreur est gigantesque, incomprehensible.
    M’enfin le suspense est a son comble ,lr va t il s’unir avec macron ,probable ,ou lepen.., la survie de ses leaders en depends ..ce parti…n’existe plus comme n’existe plus le ps.

  • Le petit prince
    27 mai 2019 at 8 h 48 min

    il serait quand même particulièrement honnête d’écrire que macron a été battu doublement puisqu’il avait parié sur sa liste en première position et surtout parce qu’il a perdu des voix par rapport à sa médiocre performance de 2017.
    Le journalisme implique une totale indépendance et non une inféodation .

    • Et aussi parce que avec son Grand débat il était en campagne et sûr de gagner.

    • Battu doublement ça ne veut rien dire,
      l’écrire serait stupide.
      On ne perd pas doublement quand on compte arriver premier et qu’on arrive deuxième. On est battu.
      Écrire des commentaires heureusement, n’implique pas d être honnête.

    • non Macron n’ pas été battu au contraire il a réussi son pari il a confirme son existence au centre et si nous avions une élection Presidentielle aujourd’hui il gagnerait encore.le fait qu’il ait 1% de moins est anecdotique. toute la gauche en ronchonnant voterait de nouveau contre lepen. Il faut donc tenir 3 ans en…….donnant des gages aux verts.La »Droite dite Gaulliste n’existe plus ;elle aura beau se verdir elle sera toujours moins que Macron et jadot …quant à durcir ses positions sur l’immigration impossible Lepen occupe le terrain…. la gauche communiste est morte depuis 1989 les socialistes ne savent plus ou ils sont, à part d’être anti capitalistes même trésvert, Jadot , la pastèque ,occupe le terrain

  • Après tout, si une majorité de Français veut voir son niveau de vie et de confort baisser pour sauver des petits oiseaux et des rongeurs à l’autre bout du monde…

  • La petite bête
    27 mai 2019 at 9 h 40 min

    Pour ma part, j’aurais préféré une déstabilisation du camp pro-européen: l’UERSS très peu pour moi!
    Quant à M. Jadot, il faut savoir qu’il fait partie des députés européens associés aux actions de l’Open Society.

    G. Soros a infiltré le Parlement européen.
    http://www.voltairenet.org/article198716.html

    Et le document en lien
    https://www.voltairenet.org/IMG/pdf/Reliable_allies_in_the_European_Parliament.pdf

    On peut être d’accord ou pas avec un monde sans frontières et sans enracinements, mais pourquoi avancer masqué en faisant comme si les mouvements migratoires massifs étaient spontanés?

  • Quelques constats ,les partis qui ont fait la France de l’après guerre n’existent plus; En cas d’élection avec un découpage non national et sans proportionnelle Lepen aurait aussi peu de députés que d habitude et enfin Macron a réussi son pari il a réussi là ou Giscard avait échoué .
    Enfin ce ne sont pas les 14% de Jadot qui sont inquiétants;(ils ont déjà fait plus) c’est l’infiltration verte des Etatistes de Gauche et de Droite qui pose problème. nous allons avaler du vert, Jadot ira toujours plus loin et Macron se construira une image de sauveur vis à vis de lui .Simplement l’histoire ne dit pas comment réagiront les futures victimes de la religion verte Il parait que le vieux au de la de 65 ans auraient voté Macron il n’ont rien compris à ce qui les attend fiscalement et aux tentations eugénistes des élus en Marche ( notre chance à nous les vieux c’est que la Presidente soit dans nos rangs)
    LOL

  • Esprit critique
    27 mai 2019 at 10 h 45 min

    Pour la France le résultat essentiel est le vote rejet de Macron qui se retrouve chez les verts.
    Pour fuir une prétendue « Ultra Drouaatte » l’électeur manipulé vote pour le Nazisme Vert.

    • Pas du tout ce sont les jeunes qui ont voté vert…Avant ils défilaient pour le « ché » et le communisme maintenant c’est pour sauver la planète et ne plus toucher aux animaux….Internet puérilise une jeunesse anidéique…ça craint..

  • a part ceux qui vont récupérer les mandats, je ne sais pas qui a gagné…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Depuis des mois, les annonces gouvernementales relatives à la pandémie de Covid-19 se suivent et se ressemblent. Elles sont alarmistes, forcément anxiogènes.

Après avoir fait miroiter la fin de l’épidémie grâce à la vaccination, le gouvernement se retrouve face à une recrudescence des cas qui le pousse à recommander une nouvelle injection. Faudra-t-il se refaire vacciner tous les six mois ? Combien de temps ce manège durera-t-il ?

À continuer ainsi dans la surenchère après avoir soulevé l’espoir d’un retour à la vie normale, le ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Alors que la campagne présidentielle débute et que tous les candidats s'efforcent de construire et de communiquer leur programme, notre Président continue de soutenir successivement tout et son contraire afin d'entretenir une confusion idéologique maximale sur ses intentions, ses priorités et son projet.

Cette confusion est voulue. Elle est au coeur de la tactique de communication et de positionnement de la macronie afin de couvrir son manque de vision et de plan pour le pays.

Frustrée de ne pas pouvoir élargir son influence (mê... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Nathalie MP Meyer.

Souvenir de mon adolescence. Je suis en classe de première. En cet automne 1977, notre ville est en pleine effervescence car la pièce de Victor Hugo Hernani va être créée au Centre d’action culturelle local avant de poursuivre sa carrière à Paris. Effervescence littéraire, bien sûr, pour la plupart des spectateurs, et aussi pour nous, les élèves, car notre géniale et adorable professeur de Français a eu l’heureuse idée de nous faire assister à une représentation.

La censure politique de la culture

Mais eff... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles