Êtes-vous sérieux à propos de l’Empowerment de vos collaborateurs ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
CIMG0125 By: poolie - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Êtes-vous sérieux à propos de l’Empowerment de vos collaborateurs ?

Publié le 30 avril 2019
- A +

Par Philippe Silberzahn.

Parmi les nombreux remèdes proposés au désengagement des collaborateurs et au blocage des programmes de transformation, l’empowerment (ou subsidiarité en français) figure en bonne place. Il s’agit de donner davantage de pouvoir aux collaborateurs, et surtout au management, dans l’idée qu’un problème se règle plus facilement au niveau où il prend sa source qu’aux niveaux supérieurs.

L’empowerment semble très pertinent à une époque qui se veut plus entrepreneuriale et dans laquelle l’organisation prend conscience qu’elle a tout à gagner à permettre une large initiative à ses collaborateurs. Pourquoi les résultats ne sont-ils alors pas à la hauteur des espérances ? En grande partie parce que l’empowerment, à supposer qu’il traduise une intention sincère de la direction, n’est souvent qu’un slogan vide de sens décorrélé de la réalité de l’organisation et de son fonctionnement.

« Il faut que les collaborateurs prennent plus d’initiative ! » L’empowerment (subsidiarité) est très à la mode, mais il ne suffit pas de le décréter pour qu’il se produise. Ainsi, dans cette grosse PME, les managers sont insatisfaits depuis des années des KPI (indicateurs de performance) utilisés pour mesurer leur performance commerciale. La situation est arrivée à un blocage.

Le PDG, sensible à l’idée d’empowerment, décide de jouer cette carte et leur propose de redéfinir ces KPI eux-mêmes. Mais rien ne se passe. Le PDG est déçu ; alors que les managers se plaignent de leur manque de pouvoir, ils ne saisissent pas l’occasion qu’il leur offre ! Il conclut que l’empowerment ne marche pas, qu’il faut tout faire soi-même.

Si l’on interroge lesdits managers, ils vous diront qu’il est impossible de s’organiser pour travailler sur les KPI. C’est une tâche complexe, qui nécessite une expertise et la collaboration de plusieurs domaines ; leur agenda ne leur permet pas de dégager du temps pour cela, car ils sont surchargés de travail. Ils ont l’impression que le PDG cherche seulement à leur en ajouter. Ils estiment que c’est à lui de porter la cohérence de l’ensemble, alors qu’eux n’ont qu’une partie de l’équation. Ceci alors qu’en incertitude, le monde est tellement complexe que plus personne n’en a la totalité! Chacun n’en a qu’une partie.

Intention sincère contre modèles mentaux enfouis

Ce qui est demandé va à l’encontre des modèles mentaux collectifs de l’organisation (« C’est au PDG de porter la cohérence de l’ensemble » et/ou « C’est le travail du PDG. Nous demander cela est un manquement à ses responsabilités. »). Le contexte généré par les modèles mentaux ne permet pas à la subsidiarité de fonctionner.

Sans un contexte adéquat, et l’explicitation des modèles mentaux collectifs pour permettre leur discussion, l’empowerment n’est qu’un slogan. L’intention sincère s’écrase, comme toujours, sur la réalité identitaire de l’organisation, c’est-à-dire ses modèles mentaux, d’autant que ceux-ci sont bien enfouis et bien difficiles à identifier.

Plus généralement, l’utilisation même du mot empowerment traduit un modèle mental particulier, dans lequel la direction générale donne un certain pouvoir à ses managers et pense qu’ils seront en mesure de l’utiliser. Mais bien évidemment ce n’est pas comme cela qu’une organisation fonctionne. Dans empowerment, il y a power, c’est-à-dire pouvoir.

Or le pouvoir est forcément une dialectique. On ne peut pas donner du pouvoir comme on donne du grain aux poules. On ne peut pas imaginer que des collaborateurs tétanisés depuis des années se transforment soudainement en entrepreneurs ; d’une part parce que ceux qui en avaient la capacité sont partis depuis longtemps vers des structures plus propices à leur expression ; d’autre part parce que des années de passivité ne sont pas annulées par un coup de baguette magique ; et enfin et surtout parce que pour que ça marche il faut à la fois que la direction soit sincère et que les collaborateurs aient confiance en elle, ce qui après des années d’autoritarisme est rarement acquis.

L’approche actuelle d’empowerment revient à lâcher des enfants dans une piscine en espérant qu’ils vont nager du premier coup. Évidemment, ils se noient et on conclut « Ah vous voyez ils ne sont pas courageux ! »

Créer le contexte

C’est donc tout un contexte de confiance et de dialogue qu’il faut reconstruire, ce qui prend du temps et nécessite une méthode, et non pas s’imaginer qu’un mot d’ordre avec un slogan va tout résoudre.

Et pour que ce contexte se crée, il faut aider tous les collaborateurs à comprendre comment leur organisation fonctionne vraiment, c’est-à-dire à apprécier la dynamique des modèles mentaux, et leur fournir les moyens d’agir vraiment dessus. Pour qu’une transformation organisationnelle réussisse, l’exposition, le test et l’ajustement des modèles mentaux doit donc devenir une compétence managériale essentielle.

Sur le web

 

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Si l’on n’est pas un pur courtisan et si le PDG est connu pour n’en faire qu’à sa tête et à ne consulter que pour retenir ensuite que ce qu’il avait déjà en tête, mieux vaut s’abstenir. Une suggestion que le PDG n’avait pas envie d’entendre peut bien évidemment se retourner contre celui qui l’a émis.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comme toujours, la réponse à cette question passe nécessairement par un changement de modèle mental. Einstein ne disait d’ailleurs pas autre chose lorsqu’il affirmait :

« Le monde que nous avons créé est un produit de notre pensée. Nous ne pouvons pas le changer sans changer notre façon de penser. »

Nul besoin d’être un observateur aguerri pour comprendre la nécessité de changer le management. La presse nous inonde de ce sujet sous ses différentes facettes. Ras-le-bol du management tel que le pratiquent encore la plupart des ent... Poursuivre la lecture

La plupart des plans de transformation ne donnent pas grand-chose malgré l’importance des moyens mis en œuvre. L’une des raisons est qu’ils essaient d’aller trop vite. Cette volonté d’aller vite est guidée à la fois par la peur d’échouer et par une mauvaise compréhension de la nature profonde de la transformation, qui est un processus social.

Je n’ai qu’un vague souvenir du reportage, car c’était il y a longtemps, mais il m’a marqué. La scène filmée se passe dans un centre de formation d’apprentis en mécanique. Le professeur, vieux de ... Poursuivre la lecture

Vous souvenez-vous de la vie avant les smartphones ? Avant que de n’importe quel endroit vous soyez connectés, non seulement de la voix mais aussi sur Internet, pour lire les dernières informations, vos mails, la suite de votre programme quotidien ?

Comprendre la détresse des collaborateurs

Chacun de nous a déjà ressenti le vide sidéral qui suit le moment où nous nous rendons compte que nous venons d’oublier notre smartphone ou même que nous l’avons perdu. Ce n’est pas tant de l’avoir perdu qui nous panique mais de ne plus disposer de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles