Internationalisons France Télévisions !

France Télévisions a ce qu’il faut pour conquérir des contrats à l’international. Le groupe regorge de talents, se frotter à cette dure concurrence les enrichira.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Paris - Siège de France Télévisions By: Fred Romero - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Internationalisons France Télévisions !

Publié le 24 avril 2019
- A +

Par Xavier Fontanet.

La fin de la redevance télé comme piste de sortie du débat ? Encore une fine suggestion ! Des voix s’élèvent du côté des syndicats (c’est leur rôle) arguant qu’il faut « lui substituer d’autres recettes pour garantir l’indépendance par rapport au pouvoir politique ». Chacun y va de son idée en allant chercher une autre ligne budgétaire. Pas difficile de prédire que ça va tourner court.

Le Français, si créatif par nature, n’arrive pas à sortir de la logique fiscale. Il y a une idée pourtant simple qui consiste à lancer France Télévisions à l’international en échange d’une réduction progressive et programmée des redevances que le Trésor public lui verse. Cette technique a été appliquée avec Egis, la société qui, pour le compte du ministère de l’Équipement, dessinait tous les projets de routes, de ports et de ponts.

L’exemple d’Egis

L’idée venait d’Albin Chalandon, alors ministre de Georges Pompidou qui l’a fermement soutenue. Nous avons donc du recul pour juger ses effets. Egis a fait un véritable tabac à l’international (il faut dire que nos ingénieurs des Ponts sont au top mondial). Ce succès lui a permis d’avoir des recettes extrêmement diversifiées. L’État, dans cette affaire, a fait lui aussi beaucoup d’économies. Cela a demandé aux équipes de sortir d’un certain confort, mais elles ont en échange goûté les émotions fortes de la conquête d’un leadership mondial.

France Télévisions a ce qu’il faut pour conquérir des contrats à l’international. Le groupe regorge de talents, se frotter à cette dure concurrence les enrichira (le meilleur tuteur est son concurrent). La France ne représente que 5 % du PIB mondial, les perspectives sont donc immenses. Ce sera la meilleure façon pour l’entreprise de démontrer qu’elle tient la route, elle ne peut pas refuser un tel challenge. L’étape suivante sera la privatisation, qui se fera d’autant plus facilement que l’internationalisation aura été réussie.

Il sera tout à fait légitime de permettre au personnel d’accéder au capital. Contre une délivrance généreuse de stock-options, on adaptera le contrat aux conditions du privé. Relever ce défi sera une façon élégante de contribuer activement à l’effort national et de développer l’image de notre pays à une époque où il faut que chacun y mette du sien !

Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  •  » Le groupe regorge de talents, » a l’aulne de ce que produit France Television pour le prix qu’elle coûte.. je crains fort que le seul talent qu’on puisse dégager de cette organisation c’est celui des jobs juteux entre amis..
    De là a exporter ce type de produit… c’est comme tous les systeme que le « mode entier nous envie » mais ne sont pas pressés d’adopter

    • Le monde entier attend notre ange gardien, nos flics vermoulus, et nos séries dont l’histoire compte moins que les messages a diffuser de la pensée unique. Regardez la BBC et vous jugerez du gouffre qui sépare nos dinosaures issus de l »age ORTF

    • Les syndicats (c’est leur rôle?) exigent qu’il faut « substituer d’autres recettes pour garantir l’indépendance de France télévisions et radios par rapport au pouvoir politique afin que le marxisme soit triomphant » ?

  • Cette article est un gag.

    • J’avais cru que c’était un second degré visant à exploiter la prise au mot de nos communicants politiquement corrects.

    • Tout à fait.

      Un service de télévision d’état ne devrait simplement pas exister.

      Il faut simplement supprimer la redevance et virer tous les fonctionnaires et les services publics de presse/radio/TV.

  • J’aime les stocks options d’une societe d’etat ..a moins de trouver un acheteur , la qatar par exemple,ils ont un pognon de dingues et une miss meteo en burka aurait un super look.

  • Vous avez décidément la mémoire courte !

    Le fleuron (à l’époque) de la télé publique, la 1ère chaîne, a été privatisée; voyez le résultat…

    Je ne défend pas la télé étatique, je dis juste l’avenir de toutes les télés sera de la daube indigeste à ingérer entre deux pubs.

  • Tout à fait d’accord. Le vent du large de la concurrence ne peut être que bénéfique pour cette entreprise.

  • La TV est de toute facon morte. Regardez les jeunes generations, qui regarde encore la TV ?
    l avenir est a la Video de type YouTube ou eventuellement Netflix. 2 choses que France television est incapable de produire (normal leur logiciel mental date de 1990 au mieux)

    donc ce qu il faut c est l euthanasie de FT, quitte a recreer quelque chose sur les decombres (bon je reconnais que ca va hurler dans les maisons de retraite si on supprime Drucker et plus belle la vie ;-))

    • Détrompez-vous, regardez Studio 4 créé et détenu par France TV. La qualité du contenu est très variable mais il y a de bonnes choses, le compteur de vues est juge en la matière.
      Donc dire qu’ils ne le font pas est aller un peu vite en besogne, mais il est clair que la rentabilité n’est pas au rendez-vous et que tout ça ne tient qu’à l’argent public.

  • Vous semblez ignorer l’existence de France24 qui va justement dans le sens de votre article.

  • je ne sais pas si le groupe « regorge de talents » mais je dois avouer que je ne l’ai pas vraiment constaté!

  • réveillez-vous…. La télévision est morte.
    Egis a été privatisée du temps de Pompidou donc avant le moindre budget en déficit à crédit !!!
    De plus, depuis le temps, il ne doit plus y exister le moindre dinosaure d’extrême gauche !

  • Vous leur demandez d’abandonner une sinécure pour aller se battre et mériter chaque euros de chiffre d’affaire…
    Au fil des années, une organisation comme France Télévision ne reposant que sur une douce sinécure régulière et tranquille, n’a pas attiré des profils cherchant un challenge sans cesse renouvelé dans la conquête de nouveaux marchés.

  • Et si FT pouvait faire librement de la publicité, contre une baisse de ses subvention ❓

  • La redevance télé était un archaïsme. Pas d’autres fiscalités.
    Je crains cependant, vu le contexte des 20 dernières années, une plus grande américanisation encore de la société française, telle que vendue par nos élites, déjà avec tous ces courants d’influence sectaires, c’est un désastre.
    Hier, TV5 Monde diffusait un reportage canadien sur le cannabis, en fait ouvertement une incitation à consommer produit par le lobby des producteurs libéraux canadiens qui cherchent des débouchés, vu la moindre population du Canada. Un vrai écœurement. Qui va décider des programmes et productions? Si c’est pour rincer le consommateur d’émissions pseudo-culturelles pour en fait vendre n’importe quoi qui peut rapporter ou d’émissions politiquement et multiculturellement correctes ….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bruno Le Maire a tout à fait raison de refuser l’indexation des salaires sur l’inflation. Le problème est de savoir s’il sera entendu par le gouvernement.

 

Un peu d'histoire récente

Afin de démontrer la nocivité de l’indexation des salaires sur l’inflation, il suffit de faire un retour aux années 1960-1980. En voici les conséquences.

En 1967, l’inflation en France était maîtrisée à 2,7 % mais a commencé à déraper l’année suivante pour atteindre 13,7 % en 1974.

Que s’est donc-t-il passé ?

Tout d’abord, ... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP. 

Après « Qu’est-ce que vous faites du pognon ? » dont la réponse est toute l’histoire de la France championne du monde des taxes et des dépenses publiques, autre question mystérieuse : « D’où vient l’argent ? » Là, je risque de décevoir : l’argent compris comme la richesse réelle ne pousse pas sur les arbres… Mais où, alors ?

Vous vous souvenez certainement de Jacline Mouraud. En novembre dernier, elle allumait la révolte fiscale des Gilets jaunes en lançant à Emmanuel Macron sa désormais célèbre – et judicieuse... Poursuivre la lecture

Par Ryan Bourne.

 

Cinquante jours seulement après avoir perdu contre Liz Truss lors d'une élection à la direction du parti conservateur, Rishi Sunak se retrouve tout de même Premier ministre du Royaume-Uni.

Le Parti conservateur avait initialement rejeté Sunak en raison de ses politiques fiscales en tant que chancelier de l'Échiquier et du rôle qu'il aurait joué dans la chute de l'ancien Premier ministre Boris Johnson. Mais après la tourmente financière qui a suivi le "mini-budget" de Truss, les députés conservateur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles