Notre-Dame de Paris : le chantier de tous les dangers

Le chantier qui reconstruira la charpente de Notre-Dame de Paris promet toutes les démesures, dépassements et dérapages possibles...
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Notre-Dame de Paris By : Martie Swart - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Notre-Dame de Paris : le chantier de tous les dangers

Publié le 22 avril 2019
- A +

Prévoir ce qui va se passer en France revient souvent à prévoir le pire (tout en espérant le meilleur, qui arrive de plus en plus rarement). L’incendie de Notre-Dame de Paris en est une nouvelle illustration…

Dès mardi et alors que les cendres fumaient encore, j’évoquais les risques qui pesaient déjà sur l’avenir du monument en notant qu’il ne faudrait pas longtemps pour que la faune politique s’empare du sujet et tire rapidement la couverture à elle, au détriment de toute pudeur et de toute prise de recul qu’un tel événement devrait pourtant imposer.

Cela n’a évidemment pas loupé.

Il y a bien sûr eu la polémique, inévitable, sur les dons des grandes fortunes et des entreprises du CAC40. Pour tout ce que la France compte de gauchistes indécrottables, il ne faisait pas l’ombre d’un doute que les dons de ces personnes et de ces entreprises n’avaient qu’un but exclusivement fiscal. Et une fois qu’on a appris que ces dons ne seraient pas utilisés pour des opérations de réductions fiscales, une fois qu’il fut expliqué que les sommes n’ouvraient en réalité aucun abattement de taxes (les sociétés ayant déjà atteint le plafond), la même engeance, ne pouvant plus guère utiliser cet argument, trouva celui du buzz médiatique que ces dons étaient censés représenter : pas de doute, ils n’étaient qu’une opération de communication !

Gageons cependant qu’elle trouvera une autre raison d’exécrer les riches lorsque ceux-ci feront leurs prochains dons anonymement.

Pour d’autres encore, ce fut l’occasion de déverser quelques barils de moraline bien grasse à coup de « hiérarchisation des émotions ». On notera la performance de l’ex-footballeur Thuram qui, parallèlement, ne s’est pourtant jamais offusqué des transferts multimillionnaires de coéquipiers célèbres et des contrats juteux qu’il aura signés.

La cohérence globale de ces individus ayant toujours laissé à désirer, on ne s’étonnera pas plus de ceux – officiellement de gauche – qui ont émis de petits couinements sur le mode « on donne trop pour la Cathédrale et pas assez pour nos SDF », argument étonnamment proche d’un « on donne trop pour les migrants et pas assez pour nos SDF » d’autres couineurs – ouvertement de droite et qui montre que l’idée de faire ce qu’on veut de son propre argent est, en France, une idée absolument inouïe, alors même que les Français (ceux qui ne couinent pas) donnent, largement, et ce même alors que leurs impôts augmentent toujours…

Cette cacophonie n’a pourtant pas empêché la popularité du chef de l’État de progresser puisque selon un sondage, elle atteindrait à présent 32 % de bonnes opinions, ce qui, au passage, laisse 68 % de mécontents dont le sort ne préoccupe que très vaguement l’exécutif français. Il faut dire que pour une majorité de Français, le président Macron a « bien géré » l’incendie de Notre-Dame et a probablement gagné ces quelques points de popularité lorsqu’il a décrété que le chantier de reconstruction serait bouclé en 5 ans.

Après tout, un plan quinquennal dans un pays soviétique ne choque pas, et il sera d’autant plus facile à tenir qu’il sera financé avec l’argent des autres qui – ça tombe bien – coule à flots.

Du reste, les dons déboulent si vite et si fort que, toujours en conformité avec ce qu’on pouvait prévoir de pire, il n’a pas fallu longtemps pour que cette abondance se traduise par un désir renouvelé d’encadrement. Au prétexte d’une fraude pourtant toujours présente dans toutes les catastrophes où des appels aux dons sont lancés, le gouvernement a donc publié un décret visant à détailler ce qu’on allait faire des dons affluant pour restaurer la cathédrale.

Rassurez-vous : il semble en effet qu’une partie de ceux-ci pourraient bien être consacrés, éventuellement, à restaurer l’édifice. L’ensemble des sommes sera tout de même porté au « budget général de l’État » (celui-là même qui est en déficit depuis 40 ans, ce qui rassure tout de suite) et le ministère de la Culture pourrait donc voir ces dons débouler dans son budget propre, moyennant, cela va de soi, une petite loi pour encadrer tout ça ainsi qu’un Comité avec président et membres honoraires et, on le subodore, l’une ou l’autre commission avec des petits rapports annuels et autres joyeusetés qui seront rémunérées en prouts de licorne puisque, c’est Ed le ministre qui le dit, chaque euro destiné à la reconstruction de la cathédrale ira à cette réfection et rien d’autre.

On ne s’interrogera pas, même de façon fugace, sur le cadre légal des dons qui existe pourtant déjà, puisqu’on vous dit qu’il en faut un autre, plus solide, plus sûr, plus transparent. Ce sera l’occasion (inespérée, avouons-le) d’ajouter une surcouche de lois et de décrets dodus sur l’épaisse fiscalité granitée déjà présente dans les strates géologiques profondes et qui forme un tablier aussi solide qu’impénétrable pour toute fondation digne de ce nom.

On ne s’interrogera pas plus sur la pertinence de faire encadrer tout cela par les mêmes instances qui furent en charge de l’édifice jusqu’à présent, à commencer par le ministère de la Culture, ici probablement récompensé par cette excellente gestion qui a abouti à voir une toiture multicentenaire partir en fumée.

Non, décidément, ces interrogations sont inutiles puisque tout est déjà cadré et bien enquillé pour un nouveau succès de l’équipe gouvernementale en place qui pilote finement le pays vers de nouvelles vallées de miel et de lait. C’est décidé : il faudra bien 5 ans et un milliard d’euros pour venir à bout de cet immense chantier dont la réalisation nous laisse déjà deviner qu’on assistera à un feu d’artifice de bon goût, de pertinence et de progrès pour cet édifice religieux.

La Cathédrale avait besoin d’un miracle ; avec Macron et son équipe, elle y aura droit. Il n’y aura ni dérapage dans la durée des travaux, ni dépassement de budget. La reconstruction sera solide, réussie, dans le temps et le budget imparti, dans la plus grande transparence.

Un miracle, je vous dis.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Si l’argent part au budget général de l’Etat, ne donnez pas.

    • Passez par une fondation étrangère, basée de préférence dans un pays sans convention fiscale avec la France.

      • Oui, vous avez raison, il y en a une US, cela doit être plus sérieux que le puits sans fond de l’état.

      • Les entreprises qui travailleront sur ce chantier seront en contrat avec l’État et payées par ce dernier. Il faudra bien que l’argent passe par lui, d’où qu’il vienne.

        • « Il faudra bien que l’argent passe par lui, d’où qu’il vienne. »
          Bravo! Vive le communisme! Comme le dit H16 : Forcément, avec un nouveau plan quinquennal, ça va bien se passer.
          L’expérience nous a appris que dès que l’Etat fourre son groin quelque part, les prix sont doublés par rapport aux prévisions, les délais aussi, le nombre d’intervenants inutiles décuplé, le résultat tellement nul qu’il faudra le refaire cinq ans après.

  • Si l’état décrète 5 ans, et 1 milliard d’Euros, aucune chance que cela se passe bien. Ce sera la seconde catastrophe. Si en plus les dons partent dans le trou sans fond du budget de l’état, on ne peut que craindre que les réparations ne soient que de façade, au mieux de l’authentoc, alors que des démontages plus sérieux et profonds auraient été nécessaires.
    Du coup, je ne pense pas faire l’effort de donner, je me donne le temps.

  • Au delà de l’argent cette histoire montre le vide abyssal qui existe en France. Rien d’autre à raconter dans les médias. Pourtant c’est la France qui brûle.

  • 1 milliard d’euros en dons de particuliers redirigés vers le Saint-Office fiscal pour finir dans le trou noir des caisses de l’Etat, le tout encadré par une loi pondue et activée en moins d’une semaine…
    Y a pas ! c’est du racket. (Un prêtre veut qu’1% des dons soit utilisé pour rénover d’autres églises… Apparamment, l’Etat gère avec son Ministère de la Culture.)

    1 milliard pour Notre-Dame VS 7 milliards en dons au total l’année dernière… L’Etat a vu qu’il avait une marge : 8 milliards.
    F. Hollande a dit qu’il était intolérable d’être allégé de 80% de ses revenus. Donc qu’en dessous de 80% c’est tolérable.

  • C’est ironique que des riches payent encore alors même qu’ils sont traqués comme des malpropres. Ifi, isf, impôts à gogo. Et ton château noté Z en Dpe et co2 t’en fais quoi hein ? On crame tout !!! Youpi.

  • A part ça, des explosions dans des églises au Sri Lanka. La piste accidentelle est privilégiée..

  • il y en a déjà pour 12 à 18 mois pour analyser l’état exact de la cathédrale…
    Par ailleurs, c’est typiquement le genre de chantier où la rapidité n’est pas l’esprit de ceux qui ont bâti cette merveille.

    mais pour ne pas que le président soit pris en défaut, les architectes ne doivent pas communiquer hors des autorisations du ministère de la culture : https://www.liberation.fr/checknews/2019/04/19/notre-dame-le-gouvernement-a-t-il-interdit-aux-architectes-des-monuments-historiques-de-repondre-aux_1722369?fbclid=IwAR0L-oLI0uAfpj38R0zQaz5Qk5544-wYydMmu8h11F1ZvYRF94jZHz0WcIc

  • « Notre-Dame de Paris : le chantier de tous les dangers »
    C’est sur que les ascenseurs sur le chantier devront être a Pédales, c’est du moins ce qu’on dit a la mairie de Paris.

  • Je ne peux que saluer votre humour et la pertinence de votre article. Merci infiniment.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Arthur Gautier[1. Professeur, Directeur exécutif de la Chaire Philanthropie, ESSEC.] et Eléonore Delanoë[2. Chargée de recherche, ESSEC.]. Un article de The Conversation

L’année 2019 a été marquée par les catastrophes qui ont frappé deux fleurons du patrimoine européen, à sept mois d’intervalle : l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris du 15 avril et les inondations de Venise à partir du 12 novembre. Attirant respectivement 13 et 35 millions de touristes par an, Notre-Dame et Venise sont des symboles mondialement connus qui... Poursuivre la lecture

Par Christine Sourgins.

Pour la reconstruction du toit de Notre-Dame, beaucoup sont indifférents aux matériaux utilisés, « pourvu que l’apparence visuelle soit sauve », taxant leurs contradicteurs de « fétichistes ». S’il faut bien sûr tenir compte de la fragilité du monument sinistré, de nombreuses raisons, symboliques, culturelles, sociales, écologiques etc. montrent que le bois est préférable et doit être utilisé le plus possible. Une reconstruction à l’identique, outre qu’elle respecte l’histoire de l’Art, à savoir que Notre-Dame e... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Notre-Dame du Pas De Charge

Par h16.

Il y a un mois de cela, le toit de la cathédrale Notre-Dame de Paris s'envolait en fumée. Ce drame patrimonial au retentissement mondial avait alors déclenché un afflux de dons et l'assaut de politiciens volontaristes bien décidés à tout faire pour que l'édifice retrouve rapidement sinon son lustre d'antan, au moins une toiture digne de son rang.

Dans le paragraphe précédent, le mot de loin le plus important est "rapidement". Car comme je le prévoyais, le chantier qui n'a même pas encore commencé est déjà l'obje... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles