Sauver le patrimoine historique grâce au financement privé ?

Le financement public ne peut suffire à l’entretien et à la valorisation du patrimoine architectural français, à l’heure de l’incendie de Notre-Dame de Paris. Quelles solutions peuvent être envisagées ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sauver le patrimoine historique grâce au financement privé ?

Publié le 16 avril 2019
- A +

Par Steven Zunz.

La polémique suscitée par la nomination du journaliste et présentateur Stéphane Bern à la tête d’une mission sur la préservation du patrimoine aura au moins eu le mérite de remettre le sujet à l’ordre du jour. La France, première destination touristique mondiale, est dotée d’un patrimoine architectural exceptionnel, qui représente à la fois une grande richesse, et un fardeau.

Le patrimoine, richesse ou fardeau ?

L’État et les collectivités ont la charge de plus de la moitié des quelque 44 000 monuments historiques existants, sans compter les nombreux lieux de culte dont ils sont propriétaires en application de la loi de 1905.

Derrière les locomotives que peuvent être le patrimoine parisien ou les châteaux de la Loire, ce sont des dizaines de milliers de bâtiments moins fréquentés, peu ou pas rentables, qu’il s’agit de préserver, avec, au total, un coût exorbitant : plus de dix milliards d’euros pour assurer leur entretien et leur restauration, selon un rapport parlementaire de 2007.

Parce que ce patrimoine présente une dimension historique et mémorielle, à laquelle les Français sont particulièrement attachés, l’équation ne peut évidemment se limiter à celle de leur rentabilité. Mais, en ces temps de disette budgétaire, d’autres recettes doivent être trouvées. Il s’agit donc d’établir le bon équilibre entre la préservation du patrimoine et sa valorisation.

Un énorme problème de budget

Les réponses traditionnelles ne suffisent plus. Le gouvernement s’est d’ores et déjà engagé en augmentant les crédits alloués à la préservation du patrimoine à un niveau jamais atteint depuis dix ans. Mais cet effort, louable et nécessaire, ne peut évidemment pas suffire à couvrir l’ensemble des besoins.

Les collectivités, auxquelles l’État est parfois tenté de céder certains biens, n’ont  plus de marge de manœuvre, et sont rétives à assumer la possession de monuments loin d’être les poules aux œufs d’or que l’on veut bien leur présenter. C’est d’autant plus dommageable qu’une gestion locale ancrée dans la réalité du terrain peut souvent se révéler plus vertueuse, comme le montre le succès du château du Haut-Koenigsbourg, dont la propriété échoit au département du Bas-Rhin en 2007.

Dans ces circonstances, les acteurs publics se résolvent à céder ces biens, voire à les détruire, espérant ainsi s’épargner le coût de leur entretien, et provoquant souvent l’émoi de la population.

Pour des raisons tant historiques qu’économiques, il est inacceptable de voir ces richesses ainsi bradées. Plutôt que de chercher à s’en débarrasser, l’État devrait chercher à les valoriser et à en tirer une source de revenus à même d’assurer leur pérennité. Pour beaucoup, cette valorisation est encore taboue.

Le patrimoine, dont le rôle est avant tout culturel et historique, devrait rester le plus possible vierge de toute utilisation commerciale susceptible de restreindre son accès au plus grand nombre. Cette position, qui peut se comprendre, est pourtant incapable d’apporter une réponse satisfaisante à la situation actuelle.

Les fonds privés pour sauver le patrimoine

En complément du financement public, doivent pouvoir s’ajouter des fonds privés. Une des propositions de Stéphane Bern semble déjà avoir le vent en poupe : la création d’un tirage spécial du Loto et d’un jeu de grattage dont les recettes iraient à un fond spécifique destiné au financement du patrimoine.

Il propose aussi que des mécènes financent la restauration de monuments où ils pourraient ensuite exposer leurs collections. Il est de même envisageable de confier la gestion des monuments au secteur privé, ce qui permet aux pouvoirs publics de se défaire des coûts d’entretien et de restauration, tout en restant le propriétaire ultime des lieux et donc le gardien d’une utilisation conforme à leur statut. Charge au locataire de faire fructifier son investissement.

De nombreux régimes juridiques existent, comme le bail emphytéotique administratif qui permet de confier la jouissance du bien à un bailleur privé pour une durée allant jusqu’à quatre-vingt-dix-neuf ans. Le château royal de Villers-Cotterêts, propriété de l’État, pourrait être le premier concerné avec un appel à projet lancé dès l’année prochaine.

Des projets prometteurs

Les modalités d’affectation de ces monuments, en effet, ne manquent pas. On peut y aménager des espaces de co-working, notamment pour les start-up, la pratique la plus prometteuse restant bien évidemment celle de l’hôtellerie. En Italie, certains biens sont gratuitement mis à disposition de jeunes entrepreneurs, auxquels il appartient ensuite de les rénover et de les transformer en infrastructures d’accueil pour touristes. En Espagne, cette solution est déjà expérimentée depuis près d’un siècle avec les paradores, qui proposent des hébergements hôteliers dans des monuments historiques. Le pays en compte près d’une centaine.

La France commence tout juste à s’inspirer de ses voisins, puisque le château de Versailles accueillera prochainement un hôtel de prestige d’une vingtaine de chambres et un restaurant gastronomique. Mais transformer ce type de biens en résidence hôtelière n’est pas sans poser de difficultés : réhabilitation de lieux souvent exigus qui doivent se conformer à la législation en vigueur, subtil équilibre à trouver entre l’intimité que les clients sont en droit d’attendre et l’accès au public…

Il n’y a pas de solution miracle, mais de nombreuses pistes à explorer. Garder au maximum la propriété des lieux pour s’assurer de leur accès à tous, tout en permettant, dès que possible, d’y proposer des activités créatrices de revenus : voilà la philosophie qui doit guider l’État pour préserver les trésors de notre patrimoine.

Cet article a été publié une première fois en 2018.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Bonjour

    L’état, les collectivités ne doivent pas être propriétaire de monuments historiques et ceux ci doivent retourner dans le privé pour être utilisés, entretenus, valorisés.
    En effet, combien de monuments sont à l’abandon, fermés au public, ou bien massacré avec l’installation de salles communales sans vies ?
    Un propriétaire privé aurait plus à coeur de protéger la valeur du bien.
    Quant aux églises, soit la population y tient et créé des fondations pour les entretenir, soit elles doivent disparaître si elles n’ont pas d’intérêt.

  • paradoxal , considérer qu’un machin fait partie du patrimoine commun suggère qu’un individu ne peut pas le posséder et en jouir à sa guise.

    la vraie question est de savoir si il existe un patrimoine commun « qui appartienne à tous » et qui en décide! c’est très politique en fait…on choisit les vestiges à préserver..

    Que ceux qui tirent profit du patrimoine le financent.

    • Il suffirait d’arrêter d’écraser d’impôts ceux qui tirent profit du patrimoine, et ils seraient très heureux de le financer.

      • personne n’est heureux de devoir payer 🙂 ,c’est juste plus responsable et juste. Et ça s’oppose à la fable d’un état qui sait ce qui est bon pour tous.

        • Ben si, on est très heureux de payer quand ça va rapporter 10% pendant les 20 ans suivants… Or 14 millions de touristes qui dépensent 1000 euros chacun en machins de luxe quand ils visitent Paris, ça peut motiver quand vous vendez des parfums, des fringues, du foie gras, de bonnes bouteilles, etc.

    • @ jacques lemiere
      « c’est très politique en fait »
      Effectivement si l’état gère le patrimoine national, c’est le fondement de la « politique ».
      Si la question se pose actuellement, c’est bien que « l’état » (trop) central et local n’a plus un cent en poche: vendre des « bijoux de famille » pour ne pas changer de gestion est le début de la ruine!

      Des châteaux ont été vendus pour l’€ symbolique parce que les autorités n’avaient pas le premier sou pour refaire la toiture!

      La question est de savoir si l’état, déjà très gourmand, a besoin de sources de revenus supplémentaires par la vente du patrimoine!
      C’est à dire que ceux qui vendront le patrimoine ne le financeront plus, pour répondre à votre dernière phrase.

      • la seule chose qui me pose problème est quand une idée qui est essentiellement arbitraire et politique finie par être a non discutée puis non discutable… Je n’ai aucune idée précise de ce qui relève du patrimoine…aussi je me méfie de tout ce qui me parle de sa conservation.. L’article me pose problème …il évite la question il ne questionne pas ce qu’est « le patrimoine »…

        donc voilà la philosophie qui doit guider l’État pour préserver les trésors de notre patrimoine. une façon de dire l’etat doit faire raisonnablement les choses …on s’en serait douté.. en pratique ça ne donne aucune clef.
        la question à débattre est la propriété privée.

  • Une petite ballade dans les chateaux de la Loire est particulièrement éclairante (à mon sens). Sur la petite dizaine de chateaux que j’ai visité, les mieux mis en valeur – et de très très loin – sont Cheverny et Chenonceau, qui sont tous les deux privés. Blois est un musée intéressant mais sans rien de spécial, Chambord est un espace superbe mais sans vie…

  • tien..;je n’entend pas se plaindre certains contre les riches sur ce coup là!
    curieux!! la jalousie a ses règles semble-t-il!

  • l’Etat n’a plus un sous pour entretenir le Patrimoine, parce qu’il ne cesse de le gaspiller dans l’idéologie : avec les milliards de France Télévision, on peut en refaire des cathédrales !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je ne veux pas dire que nous sommes riches en candidats de qualité. Je veux simplement faire allusion à une information livrée au grand public la semaine dernière : elle concernait le montant des milliers d’euros possédés par les candidats. Je dois dire tout de suite que cette information ne m’est pas très sympathique dans un pays où « le riche » est automatiquement soupçonné de corruption, de prévarication, ou de pur produit de la chance.

Jean Fourastié avait parlé du « jardin du voisin » : par envie beaucoup de gens voient toujours d... Poursuivre la lecture

Nombreuses sont les personnes dans le monde aimant la France. Elle a des atouts. Mais la France a également des points faibles, à commencer par sa situation économique qui est souvent mal évaluée. Il existe ainsi un préjugé très répandu selon lequel la France serait un pays d'égalité en raison de son généreux modèle social. Mais l'égalité, que beaucoup assimilent à une justice sociale, ne règne que partiellement en France.

Il est certes vrai qu'après redistribution, les revenus sont répartis de façon relativement uniforme[1. En 2017, l... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

Le présent texte raconte un périple de près de 2000 kilomètres parcourus en France. Une traversée effarante qui livre un pays sombrant inexorablement dans une politique d’enclavement des territoires, de naphtalinisation du patrimoine et de paupérisation des populations.

De l'Alsace à la Vendée, une France qui se vide

Prenant pour point de départ l’Alsace et pour point d’arrivée la Vendée avec un crochet par l’Auvergne, ce périple en automobile (et rendu uniquement possible par ce moyen de transport) permet de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles