Ces politiciens qui veulent votre bien (malgré vous)

Ce début d’année a montré que la bataille fait rage pour être celui qui distribue le plus de bisous au sein de notre gigantesque appareil d’État-nounou.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mounir Mahjoubi by Digitworld Summit (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ces politiciens qui veulent votre bien (malgré vous)

Publié le 1 avril 2019
- A +

Par Nicolas Perrin.

Le Président occupe bien sûr une place de choix mais l’un de ses lieutenants, lui aussi ancien socialiste, me semble en très bonne position pour mettre la barre encore plus haut.

Je découvre que je n’ai encore jamais eu l’occasion de vous parler de Mounir Mahjoubi. Commençons donc par quelques mots sur sa carrière, histoire de rapidement poser le personnage avant d’entrer dans le vif du sujet.

Agé de 35 ans, Mounir Mahjoubi a le mérite d’avoir une expérience entrepreneuriale puisqu’il est notamment le co-fondateur de La Ruche qui dit Oui ! Pour le reste, rien de très surprenant au palmarès de ce marcheur puisqu’il a participé en 2006 à la création du mouvement « Ségosphère », avant de quitter le monde de l’entreprise en 2012 pour rejoindre la campagne présidentielle de François Hollande. Fort de son expérience dans l’e-commerce, il est désormais secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances et du ministre de l’Action et des Comptes publics, chargé du Numérique – et, dans ce titre à rallonge, c’est surtout la fin qui compte.

Le postulat de Mounir Mahjoubi est double :

  1. le monde numérique est un endroit fort dangereux (un peu comme quand vous traversez un passage piéton) ;
  2. nous sommes tous de grands enfants ne sachant finalement pas trop ce qu’ils font et ayant par conséquent besoin d’être protégés.

Comme le secrétaire d’État n’est certes plus socialiste mais qu’il fait toujours partie du Camp du Bien, le cœur de son activité consiste à multiplier les idées de législations visant à nous protéger de nous-même et d’autrui, tout cela en piétinant bien sûr joyeusement les libertés individuelles, lesquelles ne sont somme toute pas très importantes, comme chacune des sorties de Mounir Mahjoubi est une nouvelle occasion de le vérifier.

Nous avons ainsi eu droit, dans un premier volet, à « Mounir veut nous protéger de l’addiction aux réseaux sociaux » (peut-être plus dangereuse que l’addiction aux sucreries, allez savoir).

Et comme l’addiction, ça commence parfois très tôt, cet épisode a bien sûr été suivi par « Mounir veut protéger les mineurs du porno sur internet »

… puis par « Mounir prêche la discrimination positive »…

… sans oublier que, comme le secrétaire d’État est avant tout membre de l’équipe exécutive, nous avons régulièrement droit à « l’équipe de Mounir a baissé les impôts ».

Au cas où vous auriez raté la bande-annonce, la prochaine aventure de notre bon secrétaire d’État s’intitulera « Mounir fait de l’internet une zone d’amour à l’aide de son gros bâton ».

Bref, face à chaque problème, en bon constructiviste social, le secrétaire d’État applique la même méthode :

Et lorsque la pièce tombe sur le côté « réglementation », les libertés fondamentales en prennent pour leur grade.

Ce qui est bizarre, c’est qu’au secrétariat d’État des Bisous, on semble avoir de moins en moins envie de travailler avec le patron. Depuis qu’il est en poste, Mounir Mahjoubi en est tout de même à son quatrième directeur de cabinet.

Bref, autant vous dire que lorsque je lis que Laurent Alexandre, qui se présente comme libéral et dont j’ai apprécié La Guerre des intelligences ainsi que la démarche (accepter de débattre avec des personnes dont presque tout le sépare), verrait d’un très bon oeil un épisode « Mounir devient Président, et c’est un beau symbole », j’avoue que j’ai du mal à suivre…

Sans compter que s’il y a bien quelque chose dont la France est en train de crever, c’est justement de la dictature des symboles.

Ce qui est certain en tout cas, c’est qu’Emmanuel Macron doit être pleinement satisfait du travail de son secrétaire d’État.

Ce président qui aime tellement l’information qu’il voudrait une vérité d’État

Au mois de février, on a donc eu Mounir Mahjoubi qui voulait faire d’internet un espace d’amour. Sans doute en vue de maximiser le taux de bisous sur la toile, Emmanuel Macron a quant à lui annoncé qu’il aimait « l’information neutre » tellement fort qu’il était prêt à payer les journalistes lui-même.

Plus précisément, il s’agirait de faire en sorte qu’outre les subventions que perçoivent les journaux qui les emploient, le taux réduit de TVA à 2,1 % et les avantages fiscaux afférents à la profession de journaliste, certains d’entre eux au sein de chaque rédaction deviennent une fois pour toutes des fonctionnaires en bonne et due forme.

Fin janvier, le président de la République a en effet reçu une tripotée de journalistes dans son bureau pour une conversation libre. Le journaliste du Point Emmanuel Berretta a participé à cette grande première. Voici comment il a restitué les propos d’Emmanuel Macron au sujet de sa vision de la presse – accrochez-vous, c’est du lourd :

« Le bien public, c’est l’information. Et peut-être que c’est ce que l’État doit financer. Le bien public, ce n’est pas le caméraman de France 3. Le bien public, c’est l’information sur BFM, sur LCI, sur TF1, et partout. Il faut s’assurer qu’elle est neutre, financer des structures qui assurent la neutralité. Que pour cette part-là, la vérification de l’information, il y ait une forme de subvention publique assumée, avec des garants qui soient des journalistes. Cette rémunération doit être dénouée de tout intérêt. Mais quelque part, cela doit aussi venir de la profession. »

J’endosse totalement le commentaire d’Étienne Gernelle, un autre journaliste du Point :

« Vous ne rêvez pas. Le président de la République propose que l’État rémunère certains journalistes dans les rédactions. Il envisage sans ciller ce qui ressemble à une nationalisation partielle de la presse. […]

L’essentiel est là : il s’agit tout simplement d’un programme de tutelle. Le président s’en rend-il compte ? […]

Le fantasme macronien de ce service d’information d’Etat délégué à des journalistes stipendiés à cet effet amusera certainement les amateurs d’histoire soviétique. Le rôle de la Pravda – ‘vérité’, en russe – était aussi de servir de référence aux autres journaux, qui reproduisaient d’ailleurs régulièrement ses éditoriaux… La France n’est, bien sûr, pas l’Union soviétique, mais il faut se souvenir qu’il n’est rien de tel qu’un journaliste pour contrôler d’autres journalistes. […]

Dans les propos présidentiels, rien que l’affirmation le bien public, c’est l’information vaut le détour. Nous pensions bêtement, nous, que le bien public, c’était la liberté d’expression, dont le pluralisme est la condition, et que le grand pari de la démocratie était précisément de miser sur l’intelligence des citoyens, non leur infantilisation. »

D’un autre côté, à quoi s’attendre de la part de quelqu’un qui a déclaré en décembre 2014, quatre mois après son arrivée au ministère de l’Économie, alors qu’il s’exprimait devant un parterre de dirigeants d’entreprises :

« J’ai bien compris que l’invitation qui m’avait été faite, c’était essentiellement de briser les tabous […]. Alors la première chose, c’était de dire ‘pourquoi je suis socialiste‘. Parce que ça, c’est un vrai tabou […]. Et pourquoi je crois que c’est utile d’être socialiste aujourd’hui. […] Moi je suis socialiste et je l’assume. Et être socialiste aujourd’hui me paraît une nécessité de bâtisseur, parce que c’est croire qu’à certains moments de notre histoire il y a une France qui se réveille, qui veut autre chose, et à qui il faut donner la place. »

Vive la République, vive le socialisme et vive la Правда !

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (36)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (36)
  • faut il que ce pays soit malade!

    • @claude +1 et ça fait longtemps … si longtemps que personne n’est assez vieux pour avoir connu autre chose

      • je fais parti des gens assez vieux pour avoir connu autre chose et m’en souvenir. Encore faut-il avoir de la mémoire… N’est-ce pas Voltaire qui à dit: La politique est un moyen donné à des gens sans scrupules de diriger de gens sans mémoire?

  • les socialistes , des batisseurs ??? non mais je cauchemarde là !!! il n’y a pas plus destructeur que cette engeance là ; ça casse , ça détruit , ça démoralise et il y a encore des cons pour croire en ces gens là ; ce pays est foutu ;

    • OUI!!!
      Pour mémoire, W. CHURCHILL avait dit: « Le socialisme est une philosophie de l’échec, un principe de l’ignorance et l’évangile de la jalousie », ou encore: « le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère ».

  • « J’aimerais que Mounir soit Président…. »
    Nous sommes le 1er avril !
    ou peut-être une blague au second degré

  • C’est parfait ! L’on voit bien que les autres pays de l’EU veulent plus de liberté (populisme ou capitalisme ???) contrairement à la France qui préfère s’enfoncer dans sa médiocrité. Un nouveau ministère « hack et propagande » est en cours de création. Il s’agira selon le cahier des charges de fabriquer des fakes news officielles et d’enfermer l’Internet dans une bulle. Le retour au minitel !!! Je peux dire avec certitude que ça va foirer. Les Français sont stupides dans un sens ou un autre. La propagande n’infuse plus. La vie reprendra un jour ses droits.

    • la nouvelle porte parole Sibet Ndiaye lui sera plus que fidèle : j’assume parfaitement de mentir pour protéger le président , s’est t’elle vanté…..pas futé la bonne femme because qui la croira quand elle aura la parole ? personne , même pas son clan et surement pas les citoyens dont la méfiance envers les politiques grandit comme une tache d’huile ;

      • vous n’avez pas le droit de dire ça pour deux raisons c’est une femme et issue d’une minorité opprimée depuis des années…marlène va vous tomber dessus…ce pays est vraiment foutu.

  • « Moi je suis socialiste et je l’assume. »

    Comme Petain dont il est le digne héritier.

    • A ma connaissance Petain n a jamais ete membre de la SFIO (le PS de l epoque).
      Ca aurait d ailleurs ete surprenant car les officiers avant 1914 (petain etait colonel et proche de la retraite a cette epoque) etaient tres tres rarement de cette orientation politique (en Theorie iles devaient etre neutre, en pratique monarchiste ou droite conservatrice)

      • Pétain n’a pas eu besoin d’être ancarté SFIO pour poser les bases de la collectivisation du pays à partir de 1940.

    • Peut-être pas Pétain, donc… Mais clairement Adolf H et Benito M étaient socialistes et l’assumaient.
      Et étrangement à l’époque aucun autre socialiste ne prétendaient le contraire. Ce n’est qu’après guerre que le Ministère de la Vérité soviétique a décrété que ces deux là étaient des méchants et donc que le monde entier aux ordres a répété jusqu’à s’en convaincre que ces méchants étaient de droite et anti-socialistes…

    • Au moins Pétain affirmait-il l’importance de la famille et de la patrie (même si cette dernière était peau de chagrin par son fait), quand Macron méprise la patrie et abhorre la famille au point de la détruite avec autant de méthode que son prédécesseur (taxes, règles, « alternatives » pour des exceptions qui n’ont d’autre effet que de nier la norme…)

  • Les Algériens vont peut-être réussir à se séparer de leur président momie, il faudrait que les français renvoient leur président adolescent sur les bancs de l’école avant qu’il ne mette en place une action étatique de plus en plus boulimique et impérialiste, tout ira bien, maman est là pour l’accompagner chaque matin…

  • 1 Avril ! C’est le jour de la France. Ce pays est une blague. Dans la course mondiale le petit mounir cours main dans la main avec chiapas. La France, seul pays où il pleut sans interruption (des taxes et des lois) se transforme en mud run. De ma TV taxée et confortablement installé avec un café j’observe dubitatif le spectacle. La plus gros question qui me vient est: ces élus qui marchent ont ils un cerveau. J’attends avec impatience la chute dans la boue. Au moins on rigolera un bon coup.

  • Est on vraiment certain que l’election a ete reguliere , ce n’est pas possible d’avoir elu un tel pitre et le’precedent n’etait pas mieux !

  • Scoop, nos élus ont une intelligence sélective. Grâce au big data et aux moyens puissants pour espionner les Français l’Etat connait le contenu de notre assiette et si on a fait nos courses avec du black. Ce qui est troublant est qu’ils n’arrivent pas à lire Contrepoints, IFRAP, ni même la cour des comptes. J’en conclu donc que nos élus ne sont pas stupides mais nous font une grosse blague qui dure depuis plus de 40 ans. Et SI ils arrêtaient juste de nous prendre pour des cons 1 seul jour ? Comme par exemple le 1 avril ? J’écoutais bfm ce matin. C’était sur le chômage. Franchement j’hésitais entre le poisson et sa queue. Finalement c’était la souris qui était chauve. Deviendra t’elle souris ? Deviendrons nous chauves ?

  • Les écolos gochos socialos sont la crème de ces abrutis qui croient connaitre ce que serait « Notre Bien ».
    Pol Pot l’a très bien expliqué,

  • J’en viens à la conclusion qu’un prisonnier en France a plus de droit qu’un citoyen (dit libre). La liberté surveillée impose de travailler, de consommer, de payer des taxes, de remplir des cerfa stupides, de s’arracher les cheveux sur la « dématérialisation du sévice public ». De trouver 5 fruits et legumes, de rouler en vélo, d’utiliser le minitel, de s’abreuver de propagande TV. Non, franchement, une cellule vétuste apporte paix et harmonie de l’esprit. Peut-on se faire enfermer en prison de son plein gré ?

    • Aux USA, un acteur assez célèbre a supplié le directeur d’une prison de le mettre en cellule pour ne pas avoir à payer une pension alimentaire. Sa requête a été refusée : il n’y avait plus de place disponible. 😀

  • «Le peuple ne sait pas ce qui est bon pour lui» (Lénine)
    On a beau dire, nos zélites ont été éduquées dans cette optique: une classe supérieure doit diriger le peuple. Qu’il soit d’accord ou pas.

    • Même idée dans le fascisme (le vrai, pas celui fantasmé par les gauchistes). Le peuple est mineur, il lui faut un guide, un Duce…

  • Une nouvelle loi : pas de nouvelle taxe le 1 avril … 😉

  • Mahjoubi, Macron &Co adorent la liberté. C’est pour ça qu’il ne peuvent pas la laisser en de mauvaises mains: les vôtres.

  • @pangzi, ah ! Des libéraux-puristes. Des néo-liberaux tendance marxo-fascistes ? Ça nous quoi ? Toi t’es pas libre mais moi si. Toi t’étais riche, et bah maintenant c’est bibi macron ! Je dis qu’il a trop consommé de poudre de perlimpinpin. Socialiste ne peut pas être libéral. Voler et voter contre la liberté des autres ne fait pas de vous un libéral. Un libéral cherche l’enrichissement personnel (en argent et en esprit) mais le fait en enrichissant son entourage. Macron rend pauvre. Il nous épuise. Macron est néo-communiste.

  • Des commissaires politiques dans les bureaux de la rédaction au pays des Bisouniais… Quelque chose doit m’échapper.

  • @did, c’etait pour dire (un poil confusément) que l’on peut aimer la liberté et la richesse et en même temps ne pas être libéral mais carrément socialiste. Macron représente cette élite Française qui copine et s’arrange son petit nid douillet. Ces gens détruisent l’image du libéralisme.

  • C’est la principal différence entre les gôchos et les libéraux. Les gochos rêvent d’un monde égalitaire ou règne la précarité physique et monétaire. Il y a absence de valeur intrinsèque dans l’humain. C’est la haine et la jalousie qui engendre la violence. Le libéralisme permet d’être riche ou pauvre pourvu que l’on ait des valeurs morales. Je ne vois pas de cela chez nos élus. C’est dommage car c’est en plus associé à de l’incompétence crasse. Macron est un parasite opportuniste de la même famille que mou Président. On change l’emballage mais le produit reste très écœurant.

  • Ha le fameux ministre du numerique. J’ai eu la curiosite d’aller voir son ex travail sur le net…c’est de e-escroquerie ,faut s’inscire pour voir dans quel piege on tombe….un petit niel une miniature de draghi, bref ,il ne vaut pas un clou et il est honteux d’en avoir fait un ministre !
    Et je suppose que la carte de visite des autres n’est pas meilleur.

  • Bon bah toute est dit .
    J’avais encore un soupçon d’espoir mais c’était le dernier.
    Adieu les libertés adieu belle France , ça me retourne .
    Mais ou est l’opposition par la droite pas la gauche pas les extrêmes , c’est incroyable de voir que toute opposition est à l’arrêt. Soit Contrepoint nous vend du fakenews soit ils sont tous lobotomisés, j’en reviens même pas c’est hallucinant ….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Pendant cinq ans le Président Emmanuel Macron a décidé seul de tout, avec une majorité de députés dociles. Il a été le Président Absolu de la République pour reprendre l'expression et le titre du dernier livre de Philippe Fabry.

Emmanuel Macron est donc le responsable au premier chef de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le pays et qui a été occultée par les épouvantails Zemmour puis Le Pen pendant la campagne des présidentielles.

Après cinq ans de surdité, il a prétendu mercredi soir avoir entendu les Français.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles