La France, pépinière de dictateurs

La France, pépinière de petits dictateurs en herbe ? C’est une longue tradition !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France, pépinière de dictateurs

Publié le 9 février 2019
- A +

Par Frédéric Duval.

La France n’est pas encore devenue une dictature.

Évidemment, vous allez répondre que déjà pas mal de chemin a été fait dans cette funeste direction avec les lois sur la liberté d’expression.

Mais nous n’y sommes pas encore tout à fait.

Je ne vais pas dans cette lettre m’échiner à défendre les restes de valeurs démocratiques de notre pays. Je voudrais plutôt partager avec vous mon étonnement quant à l’attirance et la promotion des idées autoritaires en France. Plus particulièrement je me demande comment nous avons pu, par chance, éviter cela chez nous alors que la France est une pépinière à dictateurs !

Un camarade de promotion de Macron

Saviez-vous que l’un des membres les plus influents du régime chaviste (Venezuela) était un bon étudiant de l’ENA ? Plus ironique encore (ou logique dirons les mauvaises langues…), il est de la même promotion que Macron !

Temir Porras a soutenu sans sourciller :

  • les expropriations,
  • les nationalisations,
  • l’inflation monétaire,
  • le contrôle des prix,
  • et toutes les décisions économiques absurdes du régime de Chavez puis de Maduro.

Aujourd’hui, il est de retour en France, il a été accueilli à bras ouverts… Il est invité dans les media.

Nous formons les apparatchiks des dictatures du monde

La France, pépinière de petits dictateurs en herbe ? C’est une longue tradition ! Notre pays peut même se targuer d’avoir produit certains des pires monstres de l’humanité : des personnes instruites, éduquées, politisées chez nous, par nous !

Commençons par le pire : Pol Pot.

Le plus important massacre de l’histoire de l’humanité (en proportion de la population) a été perpétré, commandé et dirigé par un étudiant de l’école française de radioélectricité.

C’est d’ailleurs pendant ses années passés en France qu’il rencontre des étudiants militants et rejoint le Parti communiste français. Sa période parisienne est vue par ses biographes comme sa véritable initiation politique.

Il retournera ensuite dans son pays d’origine pour imposer le communisme par la force.

Son idée révolutionnaire est très simple :

  • suppression du pouvoir en place,
  • confiscation de tous les biens de la population pour les réaffecter au projet révolutionnaire,
  • déplacement de tous les citadins dans des fermes collectives,
  • chacun travaille « pour tout le monde » et ainsi il n’y a plus d’inégalités,
  • fin de l’histoire.

Tous les bourgeois, les intellectuels et les religieux sont traités comme des parias, car ce sont d’anciens « esclavagistes ».

La totalité de l’appareil productif du pays est anéantie et remplacée par des camps de travail où règne un « nouvel ordre social », où les enfants sont séparés de leurs parents et où les gens vivent les uns sur les autres dans des huttes collectives.

Des millions de personnes meurent de malnutrition, de maladie ou sont exécutées pour s’être opposées à cet idéal.

Un quart de la population du pays disparaît en quatre ans.

Le grand chef de ce mouvement était un jeune utopiste qui militait jadis avec de jeunes communistes français comme Jacques Vergès

Qu’avons-nous fait ?

La révolution islamique préparée en France

Continuons avec l’Ayatollah et guide spirituel de la révolution islamique en Iran. Il est parvenu à transformer l’une des sociétés les plus ouvertes d’Orient en une théocratie rigoureuse où la femme se retrouve réduite à l’état de citoyen de seconde zone.

S’il n’a pas fait ses écoles chez nous, il y a trouvé un foyer accueillant.

Chassé de son pays pour avoir critiqué le gouvernement du Shah (certes dirigé par les Américains), il se réfugie en France pendant plus de dix ans.

C’est dans notre pays qu’il montera minutieusement la révolution qui renversera le gouvernement en place en Iran. Il fut soutenu et très écouté par deux éminents intellectuels français : Jean-Paul Sartre et Michel Foucault. Sa spiritualité et ses visions sur la réorganisation sociale du pays excitaient visiblement ces élites françaises complètement aveuglées.

La France attirée par les idées radicales

Certains critiquent une France irréformable… D’autres rêvent d’un changement brutal de paradigme.

Il existe une passion française pour les grandes idées, les utopies, les réorganisations sociales radicales. Sur le territoire, ces idées s’affrontent et s’entrechoquent et aucune ne parvient, pour l’instant, à prendre le dessus.

Mais qu’est-ce qui vous dit qu’un tel basculement ne pourrait pas avoir lieu en France, et beaucoup plus rapidement que vous ne pourriez le croire ? Rien.

À mon sens il faut en tout cas :

  • envisager sérieusement toute éventualité.
  • se préparer en conséquence,
  • des mesures simples existent pour le faire.

Avoir des actifs l’étranger, de l’or, des cryptos, etc.

Si vous investissez dans des entreprises françaises, prenez garde à ce qu’elles soient actives dans le monde entier.

Quoique vous décidiez, protégez-vous et soyez prêts.

Sur le web

Voir les commentaires (63)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (63)
  • la France , pépinières de résistants …..nos ancêtres ont décapités un roi , des gens ont risqué leur vie contre les nazis durant la 2em guerre mondiale , des jeunes ont envahi les rues en 68 …..ce n’est pas un macron ( qui dit être le fruit d’une forme de brutalité de l’histoire, le 13 février 2018 devant la presse présidentielle ) qui va faire plier les français d’un claquement de doigts ; si dictature il y a , elle sera combattu par les gaulois ;

    • La france pépinières de résistants. ?? Pour 5% des français oui. Les autres socialo/collabos votaient tranquillement les congés payés avec le front populaire au lieu d’aller défendre la pologne face à Hitler. Petite blague que racontent les anglos-saxons : Combien faut-il de soldats français pour défendre Paris . On ne sait pas, cela n’a jamais été fait. 😉

    • Les Gaulois en question ne sont pas capables de reconnaître une dictature d’un saule pleureur. Pour qu’ils combattent tous les dictateurs en devenir et non seulement le clown le plus évident, il faut que la sécu leur offre une deuxième paire … de lunettes !

      • C’est sans doute pourquoi tout bon despote, comme Polpot, commence par exécuter les porteurs de lunettes qui trahissent par cet accessoire coupable une probable capacité de penser.

    • @véra
      Sur les 3 exemples cités, 2 sont des aberrations qui ont résulté en l’affaiblissement de la France, la destruction de son tissu social et l’établissement de régimes répressifs durs (la Terreur) ou larvés (la crise d’adolescence des boomers accouchant du bordel actuel.)
      Alors bon, disons que la pépinière de résistants peut mieux faire.

    • Les résistants n’étaient que 90.000 sur une population de 45 millions. Les collabos étaient bien plus nombreux!

  • « La France n’est pas encore devenue une dictature. »

    D’un point de vue libéral, même en acceptant l’hypothèse que l’État est nécessaire, tout État qui n’est pas minimal (État limité à la police, justice, défense / État régalien aux pouvoirs contenus ) est une dictature.

    En France l’État est-il minimal ? Pour le savoir faisons la liste de ce dont l’État s’occupe (entièrement ou partiellement) :
    – police
    – justice
    – défense
    – enseignement
    – recherche
    – santé
    – sécurité sociale
    – radios
    – télévision
    – énergie
    – transports
    – gestion des infrastructures
    – environnement
    – services postaux
    – loisirs
    – culture
    – sport
    Ai-je besoin de continuer la liste ?

  • Combien également de responsables Africains et de pays Arabo-musulmans ayant été formés dans nos universités et imprégnés des droits de l’homme et du respect de la vie humaine , une fois dans leur pays deviennent des dictateurs. Faut-il incriminer la France pour cela ?

    • vous devriez vous documenter mieux, ceux que nous avons formés, nous les avons mis en place a notre botte et ils ont souvent pris le pouvoir ou s’y sont maintenu avec l’aide de l’armée française ou grâce a elle (ont a appelé ça intervention humanitaire, OPex ,etc ) mais le but était majoritairement le même, l’Afrique est un pays au sous sol riche et si nous avons mis en place ces dictateurs que nous les avons dégommés, ou fait dégommés sous prétexté de liberté c’est pour en mettre d’autres a la place qui ont été pire, mais a la botte , dans les rails c’est pour que de grandes compagnies puissent en toute impunité faire des affaires en or et gagner de l’argent et ça depuis De Gaulle. les enjeux financier étant colossaux mais chut !
      si vous désirez des détails je peux vous en donner , le UTU ou notre armée (des élites CM, RPIMa, ect) est quasiment restée l’arme au pied (en ayant reçu l’ordre) alors que des milliers de civils hommes femmes, enfants étaient massacrés .pour que le dirigeant reste en place et ne pas déstabiliser….certains intérêts dans les pays voisins.
      a kolwezi ou l’on a sauvé des civils bravo au 2eme REP , mais exemple les belges qui y étaient majoritaires dans la population européenne sur place ne sont intervenus q »une fois la cause entendu, mais ce pays est toujours un grand producteur de métaux qui permettent de sortir du chrome du nickel, etc
      centre Afrique et ses soubresauts et ses soulèvements perpétuels avec intervention de l’armée française, le mali ou les réserves pétrolières seraient très importantes, et ou faire tuer de soldats pour combattre les islamistes passe mieux que dire y aller pour défendre des intérêts pétroliers Nigeria avec ses mines d’uranium.
      ceci explique aussi pourquoi plutot que de faire développer leur richesse par les autochtones en les laissant chez eux en augmentant leur niveau de vie, on préfère les prendre chez nous pour que nos banquiers et autres rapaces s’en mettent plein les poches , ça dure depuis 1963.

      • On pourrait très bien, bien que ce ne soit pas le cas, intervenir dans les pays riches en ressources naturelles pour y faciliter et y garantir la liberté de faire du business. Ce serait un choix qui satisferait pleinement les besoins économiques, mais qui laisserait insatisfaits les désirs de pouvoir des politiciens. Ce ne sont pas les financiers qui poussent les politiciens à mettre en place et défendre leurs copains-coquins, les politiciens s’y précipitent d’eux-mêmes, seuls.

        • Je pense que vous n’êtes pas assez informé. Le mondialisme a sa source dans un groupe de banquiers internationaux qui ont petit à petit subverti les structures économiques, médiatiques et politiques

        • Au XIXème, les (presque) seuls anti-colonialistes étaient les libéraux. Les mœurs changent…

          • Pour vous « faciliter et garantir la liberté de faire du business », c’est du colonialisme ?… Il fut un temps où seuls les communistes détournaient le vocabulaire. A moins que…

            • Non, je parlais de ça : « intervenir dans les pays riches en ressources naturelles ». Je ne sais pas trop qui détourne…

              • Faciliter et garantir la liberté de faire du business, sans intervenir où que ce soit, ça se fait comment ?

                • Cela s’appelle trouver des accords, pas « intervenir ».
                  Mais c’est vrai que la négociation et le compromis ne sont plus à l’ordre du jour dans ce pays… Et on se demande encore pourquoi on est à la ramasse.
                  Je vous conseille d’écouter le discours de Trump devant le Congrès, le fameux State of the Union. Il parle aussi de ça… Et n’évoque aucune « intervention ».

              • Personnellement, j’interviens, par exemple en finançant la scolarisation d’enfants pour l’éducation, en cautionnant le capital de commerçants pour le business, en prêtant pour des équipements sanitaires pour la santé, … Si c’est du colonialisme, eh bien, je suis fier d’être colonialiste et j’assume !

      • il manque un . entre pétroliers et Nigéria vers la fin.
        mille excuses

    • Mais ils ne font que suivre l’exemple de la France!

  • Pol Pot permet de classer le PCF comme génocidaire suite au procès pénal international tenu à Phnom Penh. Le verdict est sans appel, le régime des khmers rouges a perpétré un génocide.
    Ainsi, le PCF est génocidaire au titre, a minima, du 3eme cercle.
    (Lire Vendée 1793-1794 – Jacques Villemain – Ed. cerf)
    Pour une responsabilité de 3eme cercle je prendrai un exemple :
    Je suis un jeune polonais en 1942 et je recherche un travail dans la région de Oświęcim qui possède un camp allemand. Je me présente et je suis employé à gérer le stock de Zyklon B qui sert à dépouiller les prisonniers. En 1945 à Nuremberg je suis reconnu coupable de génocide pour ma participation ou même ma présence à Auschwitz selon la jurisprudence actuelle des tribunaux pénaux internationaux. Certains juristes critiquent avec de bons arguments ce 3ème cercle de responsabilité mais il existe bel et bien. Comme le crime de génocide est imprescriptible, on arrête avec le drapeau rouge, la fête, la lutte finale euh, la faucille et le marteau, enfin tout symbole de cette organisation criminelle et traitre que représente le PCF.
    le sous-titre du bouquin de J. Villemain annonce vraiment la couleur : Crime de guerre ? Crime contre l’humanité ? Génocide ? Une étude juridique.

  • Il existe un autre pays pas triste du tout avec les tyrans jacobins et communistes : la SUISSE
    Rousseau, Lénine et toute la clique rouge

  • Il faut détruire l’ENA.
    Je ne cesse de le répéter.
    Delenda est ENA, disait déjà Caton.

  • @ Homo Orcus : pour Pol Pot, la seule condamnation pour génocide l’a été pour génocide de musulmans et d’un ethnie bien définie. En effet, depuis 1948 et sous la pression de l’URSS, la définition de génocide des Nations Unies ne comprend plus les massacres de population pour raison politique. Ni Mengistu, ni Staline, ni Lénine, ni Mao ne peuvent être, selon ce critère, considérés comme génocidaires.

  • « Il existe une passion française pour les grandes idées, les utopies, les réorganisations sociales radicales. »
    En effet, et c’est un terrain favorable dans la mesure où les grandes idées font trop souvent fi du réel.

  • Si on forme des dictateurs sans doute que nous sommes en dictature sans le savoir et pour cause .encore une brillante réussite de notre éducation nationale et il semblerait qu’elle n’a pas l’intention de changer d’objectif ,former des esclaves et des despotes dans des écoles adaptees genre ena ou sciences po et ne parlons pas de la justice ni des autres sbires de l’etat…..la lutte acharnée de l’état contre le peuple semble s’intensifier avec l’accroissement de la dette ! Souvenons nous du pseudo cabinet noir hollandais devenu chez Macron le bennala bar….

  • Lénine, Chou En Laï et Deng Xiaoping sont aussi venus se former idéologiquement en France.

    • Ho Chi Minh également il me semble.

    • Pour Deng, je doute que ce soit en France qu’il ait appris comment ressortir son pays de la mouise… Il me semble que le point de l’article est de dénoncer ceux qui prennent goût à des signes extérieurs de puissance beaufesque. Et c’est vrai, quand vous foncez avec une escorte tous gyrophares hurlants alors que votre seul titre de gloire est d’avoir pondu un ou deux rapports flatteurs pour ceux qui sont encore, pour l’instant, vos chefs, il y a quelque chose de pourri. Mais je ne crois pas que Lénine, Chou, ou Deng aient pris en France ce goût des attributs externes de la puissance, et il vaudrait sans doute mieux se préoccuper de ceux qui le prennent aujourd’hui et qui sont bien français, eux.

  • Et nos futurs dictateurs franco-français, pieds sur les starting blocks qui attendent avec impatience que le fruit soit mûr. Sauf erreur il y en a un qui soutient Maduro dans notre pays.

  • Il ne faut pas se faire d’illusion, respecter la liberté d’autrui surtout hors de son propre groupe n’est pas naturel.
    pour ne pas se noyer dans la dictature il faut continuellement battre des pieds et rappeler cette évidence si un jour vous vous laissez aller à accepter qu’on soit injuste avec une personne, vous serez le prochain sur la liste.La civilisation et les droits de l’homme ne sont pas notre état naturel..

    mais quand même..l’absence de réaction sur ce qu’on entend de la part du gouvernement ou de politiques est absolument inquiétant.. et ce d’autant plus que des polémiques se créent pour des raisons dérisoires par ailleurs..

    • Vous remarquerez qu’ils ne cessent de justifier leurs décision par la défense de la démocratie et de la liberté. Ceci explique sans doute cela…
      Comment faire comprendre qu’il faut arrêter de donner crédit à ce que disent les politiciens, mais qu’il est plus pertinent de constater ce qu’ils font?

      • eh oui…comme si la démocratie sans limite ne pouvait pas aboutir à une atteintes aux libertés élémentaires des individus…

  • Les 8 dernières lignes de ce papier sont à considérer comme essentielles!

  • Pourtant :
     » Là où les hommes échouent, ils en appellent à l’Homme.
    Le fascisme, qui existe partout sous un nouveau déguisement national, montre dans tous les pays ce trait commun:
    le désir ardent du dictateur.
    Les peuples paresseux veulent un cerveau qui pense pour eux, un dos qui porte pour eux…  »

    Carl von Ossietzky, Prix Nobel de la paix 1935
    (Réaction du monde – votre absurdité et sa signification, 1923)

  • « La France pépinière de dictateurs » est un article qui incite à la réflexion voir à l’introspection. Il est incontestable que la France, même dans son état actuel, constitue un environnement politico-économique qui continue à plaire à une majorité de français.
    Il est également incontestable que nos rouages politiques et économiques, ne sont pas prêts à évoluer vers une forme de libéralisme respectueuse des droits individuels de chacun. Je ne cesse de le répéter, la Suisse si proche nous montre l’exemple d’une organisation ayant permis une bonne répartition des richesses et, surtout, le plein emploi notamment des jeunes générations. Même si tout est perfectible en ce bas monde, pourquoi ne pas essayer de suivre cet exemple probant.
    Dans ce contexte, Frédéric Duval auteur de l’article nous parle d’une certaine « révolution islamique préparée en France » pour être ensuite propagée à l’Iran.
    Incontestablement, Frédéric Duval nous relate un fait historique mais, prenons garde, « la France attirée par les idées radicales » des populations d’origine halogène n’est elle pas en train de nous préparer – à quelques décennies près – une révolution islamique intérieur à notre pays.
    Dans une déclaration à la presse, Gérard Collomb ayant mis un terme à ses fonctions ministérielles, déclarait concernant les banlieues, je cite:
    « Aujourd’hui, les quartiers sont soumis à la loi du plus fort, qui n’est plus la notre ». « Nous vivons cote à cote, je crains que demain nous ne vivions face à face ».
    Alors Frédéric Duval, quid de la pépinière de dictateurs. Voilà le résultat de 40 années de trahison, 40 années de mensonge de nos élites qui ont livré une partie du pays à la loi des caïds et des barbus. Tel a été le message de Gérard Collomb que le pouvoir a tenté de minimiser et que la presse aux ordres a enterré…

  • Sans vouloir allez trop loin dans l’histoire; l’occident a toujours eu ses propres dictateurs en herbes. Je ne parle pas des Hitler, des Mussolini ou autres Franco qui sont une évidence. Mais je veux parler des individus lambda et leurs esprits totalitaires qui ont pris de l’ampleur avec les réseaux sociaux. L’écologie et surtout le réchauffement climatique sont leurs nouvelles armes pour exiger plus d’interdictions, d’obligations et de contraintes dont leur but finale est d’en finir avec le capitalisme sous couvert de vouloir sauver la planète.

    En Suisse ces esprits totalitaires lancent de plus en plus d’initiatives populaires liberticides souvent totalement délirantes. Heureusement jusqu’à maintenant, ils sont remis à leur place dans les urnes en se prenant des claques. Mais jusqu’à quand ils perdront?

    Même si je pense que les idéologies totalitaires n’ont jamais eu d’avenir et qu’elles ont toutes échouées. Il faut savoir aussi qu’elles ont toujours gagné la première manche. J’ai bien peur que le délire de l’écologisme politique et l’hystérie collective qui commencent à se manifester concernant le réchauffement climatique nous amènes tout droit à une dictature verte. Et que cette dictature échouera comme les autres mais seulement après avoir subit les dégâts qu’elle aura causé à l’économie. Récession, pauvreté, pénurie etc…

    • mais pour échouer, il faut essayer…
      les sociétés ont des tentations autoritaristes..pour autant les gens aiment leur liberté..

      on peut caricaturer et dire quand les gens sont pas contents ils penchent vers l’autoritarisme et quand ça va mieux ils penchent vers la liberté..
      hors une des raisons de mécontentement est vraiment l’inégalité de richesse qui est une conséquence naturelle de la liberté …
      si on tombe dans le collectivisme, et qu’on a pas de point d comparaison on peut y végéter longtemps.

  • Il y a plus de 30 ans que certaines universités américaines considèrent la France comme une « dictature administrative ».

    • est ce que le financement public des universités n’est pas à l’origine m^me des problèmes français en créant chez les gens éduqués un verrou dans leur esprit sur la notion d’intérêt collectif…????
      pour un professeur de fac mettre en cause la notion d’intérêt collectif signifie remettre en cause son propre gagne pain ..

  • Il suffit de voir la une du torche cul du PCF du 5 mars 1953 et se rappeler que la pourriture Thorez avait été à Moscou demander la mort pour Nagy pour comprendre que les cocos français sont les plus sectaires au monde.

  • La dictature arrive progressivement et l’EU ne peut rien y changer. Au contraire même puisque des technocrates votent des lois sans en avoir le pouvoir ni la légitimité. On va sur un monstre à plusieurs têtes. En principe l’on commence par assécher le pognon. C’est presque fait. On augmente le poids des lois. On referme petit à petit le collet. Ainsi la bête n’a pas peur. Elle reste. Enfin on coupe les banques. La bête est immobilisée . Elle n’a plus la force de bouger ni les moyens. Elle est à la merci du pouvoir. C’est bien là que nous en sommes. Les petits soubresauts des GJ sont presque mignons pour ne pas dire pathétiques. Le pouvoir a son plan. Il ne va pas se laisser emmerder par des sans dents. Bordel.

  • @jacques, les écoles dé-forment à partir de la maternelle. Le niveau au BAC est catastrophique. Les pauvres ne peuvent même plus suivre les études supérieures. À priori les filles vendent leur corps pour payer les études. Les garçons fument du shit pour s’occuper. En faute un système qui préfère vénérer Gaïa et Marx. Pire que la dictature c’est le déclin de l’humain lui même.

  • @Michel0, attention vous allez rentrer en concurrence avec l’Etat qui en théorie vole notre argent pour ça. Perso j’en suis à refuser de donner pour les restau du coeur. Quelque part l’on ne peut pas lutter au niveau individuel contre le gouffre abyssal que nous fabrique l’Etat. Si cela vous fait du bien par contre, continuez.

    • Je prête ou je cautionne. Contrairement à l’état, je ne donne à peu près jamais (sauf, si l’on veut, le montant des frais pour faire fonctionner le système). Il y a en anglais le terme « to empower », dont je ne trouve pas d’équivalent français, et qui correspond à ce que j’essaie de faire et qui me paraît compatible avec mes idées libérales. Un jeune a besoin d’argent pour s’offrir une bonne formation ? Je le lui prête. Une commerçante n’a pas assez de capital et doit aller tous les deux jours reconstituer son stock ? Je lui en prête. En gros, j’assume à leur place le risque que ça tourne mal, et qui, s’ils doivent passer par les canaux du libre marché, leur coûte trop cher pour être compétitifs. Et c’est une affaire de personne à personne qui implique des motivations pour me rembourser qui n’ont aucun équivalent dans les garanties étatiques. Les deux parties voient dans l’affaire l’intérêt des contrats volontaires d’individu à individu. Souvent, d’ailleurs, les emprunteurs les connaissent déjà via le principe assez répandu de la tontine. A terme, nous avons plus de commerçants compétitifs, et plus de jeunes formés, sensibles à l’intérêt du contrat volontaire. Sauront-ils défendre ces idées contre leur Etat ? La question reste ouverte, mais ça ne sera certainement pas pire que si je n’avais rien fait. A noter aussi que dans des pays où il y a un facteur 5 à 10 d’écart avec nous en parité de pouvoir d’achat et quand au final on ne couvre que le prix des intérêts et du risque, même avec relativement peu, on peut faire beaucoup.
      Si on est plus riche que moi, on peut aussi le faire dans des pays où il y a moins de différence. Et si ça peut vous rassurer, je ne donne jamais aux restau du coeur non plus…

  • « La France n’est pas encore devenue une dictature.  »
    A la lecture de cette phrase j’ai bondi sur ma chaise ! Nos libertés sont systématiques réduites à chaque loi pondue et votée par nos guignols de politicards ; la pensée unique est imposée insidieusement partout sous le prétexte sulfureux du « bien-être pour tous ; la politique « jupiterienne » n’étant autre que la mainmise dans tous les domaines : 1) par l’Education Nationale qui inculque, dès la tendre enfance, la « bonne pensée » (non-critique) ; 2) les médias grassement subventionnés ne sont que la voix de leur maître (pour éviter le mot propagande), les indépendants subissant l’intimidation d’une perquisition (plus ou moins légale) due à leur « arrogante » investigation (comment osent-t-ils ?) ; 3) les entreprises subissent des « encadrements  » ou des mises à contributions de tout genre pour palier à l’incompétence économique et politique de ces nullards qui nous gouvernent ; 4) des lois liberticides (loi anti-casseurs) sont dictées et votées dans la panique par les charlatans élyséens devant la colère du peuple, colère dont ils sont en parti responsable par le maintient de la politique socialo des 40 ans passés ; 5) l’arrogance, le mépris et les injures constantes du freluquet national (les « gens qui ne sont rien », les « gaulois réfractaires » , « les illettrés », « les alcooliques « … ) dénotent injure et mésestime des Français (sans parler de la grossièreté sans non), et justifie (en parti) aux yeux du « jupiter » de pacotille le diktat mis en place ; 6) le « grand débat nationale » (encore un semblant de démocratie) se déroulant avec des interlocuteurs triés sur le volet, n’est qu’une une immense mascarade, une supercherie, un foutage de gueule pour manipuler, flouer et enfumer… sans vouloir changer de cap !
    Ne vous en déplaise, nous sommes malheureusement dans une dictature, déguisée en démocratie. Elle est très clairement apparue par le matraquage médiatique, effectué un an avant les élection. Durant cette pré-campagne électorale, on voyait partout, à la une des médias, la tronche du futur « jupiter », le présentant comme le « Sauveur » (ou presque) de la France, vantant ses « qualités exceptionnelles » (lesquelles ?) manipulant ainsi le vote des Français. Ne parlons pas des micmac et manœuvres avant les élections !
    En plus, ce n’est pas l’emploi constant de l’expression nous sommes  » le pays des Droits de l’Homme » qui justifie le qualificatif démocratie pour notre dictature. Au contraire, ces termes abusivement employés voire galvaudés, sans réalité effective, n’est autre qu’un slogan publicitaire (un de plus) pour enfumer le pays… donnant l’apparence d’une démocratie !

  • La dictature est bien en marche. Petite phrase entendue sur BFM TV à l’heure du dîner : « l’homme a besoin d’un maître et c’est l’Etat.

    Quand j’entends cela, une alarme rouge s’allume : puisque les suppôts de la dictature en marche veulent faire passer l’État pour Dieu, il est temps de se souvenir que l’homme a déjà un maître et qu’il doit l’écouter pour se débarrasser de cette imposture, et ce maître, c’est sa conscience.

    • Ma blague habituelle: La France n’est pas un état de droit mais un droit de l’état …
      Pour le reste toujours revoir la théorie de la cuisson du homard .
      Bientôt dans toutes vos salle : last exit to liberty!

  • La France, les Français, son ethnocentrisme, son chauvinisme, l’Alpha et l’Oméga du Monde ! Gloire à la France ! Honte à la France.

  • Deng Xiaoping aurait également pu être pris comme exemple. En effet, ce petit vieux au visage sympathique a, au début des années 20, vécu et étudié quelques temps en France. Il est à l’origine de l’ouverture de la Chine au capitalisme après plus de deux décennies de désastre maoïste, et par conséquent, c’est à lui que l’on doit la Chine d’aujourd’hui. Cependant, Il est aussi à l’origine de la politique de l’enfant unique, qui conduira a des actes barbares (on ne peut d’ailleurs toujours pas connaitre le sexe d’un enfant avant sa naissance, légalement en Chine, afin d’éviter les avortements dans les familles « traditionnelles »), et c’est également lui, l’instigateur de la répression contre la révolution étudiante en 1989, plus tristement connue sous le nom de « massacre de Tiananmen ».

    • Oui bon la France pépinière de dictateurs, à côté de la Suisse elle fait cependant pâle figure (mussolini, kim jong, les despotes africains et sud américains…). C’est tout l’occident qui est alors une pépinière de despotes (bachar à Londres..).

      Une preuve de plus qu’on ne devient pas dictateur par apprentissage, on l’est par nature, ensuite il faut un environemment politique pour l’exprimer. En outre une instruction de qualité ne change pas vos traits de caractères.

      • Je vous rejoins totalement. La France a une très fâcheuse tendance à éclairer tous les problèmes et faits du monde à la lumière de soi-même et de sa pensée historique.

    • Deng était un despote à moitié éclairé. Mais au pays des aveugles, les borgnes sont rois. Je pense qu’un autre despote aurait fait pire, et qu’avec une situation où le gouvernement chinois aurait disparu après Tiananmen, la Chine serait toujours dans la famine et l’ultrapauvreté.

      • Je vous rejoins sur ce point, et ne nie absolument pas que l’ouverture de la Chine a été plus que bénéfique. J’y vis depuis plusieurs années et je préfère également cette forme, à ce que serait devenue la Chine avec un « développement » maoïste. M’enfin, force est de constater que le (petit) père du peuple actuel à de violents relents nostalgiques, ce qui inquiète pas mal de monde, y compris des locaux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dès qu’il s’agit de défendre « l’écologie » qui a souvent un chapeau trop large, alors le soutien aveugle, la défense hargneuse et les mensonges sont de rigueur. Toute critique sape la cause écologiste. Elle devient une trahison, un crime de lèse-écologie.

 

Le dogme écologiste

Il ne faut pas déranger le dogme écologiste. La certitude béate de « l’écologiste » pur et dur se moque bien des faits. Il veut des slogans et de beaux discours. Il ne veut qu’applaudir des idoles…

Les Verts manifestent une forme d’allergie à ... Poursuivre la lecture

Le précédent billet fut l’occasion de montrer que l’écologisme extrême que les politiciens s’obstinent à mettre en place en France va conduire à son suicide. Cependant, il serait naïf de croire que les effets très indésirables de ce suicide n’ont pas été pris en compte par la caste dirigeante.

Normalement, pour obtenir le pouvoir il vaut mieux promettre une goutte de miel plutôt qu’une pinte de fiel. Une fois ce pouvoir obtenu, il est toujours possible de distribuer la pinte de fiel en tentant de la faire passer pour du miel mais l’... Poursuivre la lecture

J'ai récemment eu l'occasion de relire le Manifeste communiste de Karl Marx. Près de vingt ans s'étaient écoulés depuis ma première lecture du texte à l'université et je ne me souvenais guère que des antagonismes de classe, du matérialisme de Marx et de l'exploitation du prolétariat.

Mais la crise actuelle au Venezuela m'a conduit à réfléchir une fois de plus à la philosophie socialiste et communiste qui se cache derrière la crise en cours.

 

Ce que j'ai trouvé

Avec ses 60 pages seulement, le Manifeste est étonnammen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles