La France, pépinière de dictateurs

La France, pépinière de petits dictateurs en herbe ? C’est une longue tradition !

Par Frédéric Duval.

La France n’est pas encore devenue une dictature.

Évidemment, vous allez répondre que déjà pas mal de chemin a été fait dans cette funeste direction avec les lois sur la liberté d’expression.

Mais nous n’y sommes pas encore tout à fait.

Je ne vais pas dans cette lettre m’échiner à défendre les restes de valeurs démocratiques de notre pays. Je voudrais plutôt partager avec vous mon étonnement quant à l’attirance et la promotion des idées autoritaires en France. Plus particulièrement je me demande comment nous avons pu, par chance, éviter cela chez nous alors que la France est une pépinière à dictateurs !

Un camarade de promotion de Macron

Saviez-vous que l’un des membres les plus influents du régime chaviste (Venezuela) était un bon étudiant de l’ENA ? Plus ironique encore (ou logique dirons les mauvaises langues…), il est de la même promotion que Macron !

Temir Porras a soutenu sans sourciller :

  • les expropriations,
  • les nationalisations,
  • l’inflation monétaire,
  • le contrôle des prix,
  • et toutes les décisions économiques absurdes du régime de Chavez puis de Maduro.

Aujourd’hui, il est de retour en France, il a été accueilli à bras ouverts… Il est invité dans les media.

Nous formons les apparatchiks des dictatures du monde

La France, pépinière de petits dictateurs en herbe ? C’est une longue tradition ! Notre pays peut même se targuer d’avoir produit certains des pires monstres de l’humanité : des personnes instruites, éduquées, politisées chez nous, par nous !

Commençons par le pire : Pol Pot.

Le plus important massacre de l’histoire de l’humanité (en proportion de la population) a été perpétré, commandé et dirigé par un étudiant de l’école française de radioélectricité.

C’est d’ailleurs pendant ses années passés en France qu’il rencontre des étudiants militants et rejoint le Parti communiste français. Sa période parisienne est vue par ses biographes comme sa véritable initiation politique.

Il retournera ensuite dans son pays d’origine pour imposer le communisme par la force.

Son idée révolutionnaire est très simple :

  • suppression du pouvoir en place,
  • confiscation de tous les biens de la population pour les réaffecter au projet révolutionnaire,
  • déplacement de tous les citadins dans des fermes collectives,
  • chacun travaille « pour tout le monde » et ainsi il n’y a plus d’inégalités,
  • fin de l’histoire.

Tous les bourgeois, les intellectuels et les religieux sont traités comme des parias, car ce sont d’anciens « esclavagistes ».

La totalité de l’appareil productif du pays est anéantie et remplacée par des camps de travail où règne un « nouvel ordre social », où les enfants sont séparés de leurs parents et où les gens vivent les uns sur les autres dans des huttes collectives.

Des millions de personnes meurent de malnutrition, de maladie ou sont exécutées pour s’être opposées à cet idéal.

Un quart de la population du pays disparaît en quatre ans.

Le grand chef de ce mouvement était un jeune utopiste qui militait jadis avec de jeunes communistes français comme Jacques Vergès

Qu’avons-nous fait ?

La révolution islamique préparée en France

Continuons avec l’Ayatollah et guide spirituel de la révolution islamique en Iran. Il est parvenu à transformer l’une des sociétés les plus ouvertes d’Orient en une théocratie rigoureuse où la femme se retrouve réduite à l’état de citoyen de seconde zone.

S’il n’a pas fait ses écoles chez nous, il y a trouvé un foyer accueillant.

Chassé de son pays pour avoir critiqué le gouvernement du Shah (certes dirigé par les Américains), il se réfugie en France pendant plus de dix ans.

C’est dans notre pays qu’il montera minutieusement la révolution qui renversera le gouvernement en place en Iran. Il fut soutenu et très écouté par deux éminents intellectuels français : Jean-Paul Sartre et Michel Foucault. Sa spiritualité et ses visions sur la réorganisation sociale du pays excitaient visiblement ces élites françaises complètement aveuglées.

La France attirée par les idées radicales

Certains critiquent une France irréformable… D’autres rêvent d’un changement brutal de paradigme.

Il existe une passion française pour les grandes idées, les utopies, les réorganisations sociales radicales. Sur le territoire, ces idées s’affrontent et s’entrechoquent et aucune ne parvient, pour l’instant, à prendre le dessus.

Mais qu’est-ce qui vous dit qu’un tel basculement ne pourrait pas avoir lieu en France, et beaucoup plus rapidement que vous ne pourriez le croire ? Rien.

À mon sens il faut en tout cas :

  • envisager sérieusement toute éventualité.
  • se préparer en conséquence,
  • des mesures simples existent pour le faire.

Avoir des actifs l’étranger, de l’or, des cryptos, etc.

Si vous investissez dans des entreprises françaises, prenez garde à ce qu’elles soient actives dans le monde entier.

Quoique vous décidiez, protégez-vous et soyez prêts.

Sur le web

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.