Énergie électrique : l’Europe a décidé de se suicider

Les transitions énergétiques non seulement fragiliseront le paysage électrique européen de manière critique mais constitueront un désastre économique et financier.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tourniquet by Frédéric Bisson (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Énergie électrique : l’Europe a décidé de se suicider

Publié le 28 janvier 2019
- A +

Par Jacques Henry.

Il aura fallu un peu moins de 9 années pour que les deux EPR chinois à Taishan soient successivement connectés au réseau électrique à quelques mois d’intervalle, le résultat d’une longue coopération de 35 années dans le domaine du nucléaire civil entre la France et la Chine datant du premier balbutiement du pays dans ce domaine pour la construction du réacteur nucléaire de Daya Bay de type 900 MWe par Framatome et EDF.

Le 29 juin 2018 restera donc une date symbolique tant pour la France que pour la Chine quand le premier EPR du monde a été connecté au réseau suivie du 13 décembre de la même année quand le statut commercial a été finalement accordé à cette installation industrielle après de multiples vérifications ultimes.

Pour ceux qui se posent des questions au sujet de cette coopération en profondeur entre EDF et le groupe China General Nuclear Power (CGN) il faut rappeler que plus de 200 ingénieurs français ont travaillé sur le site de Taishan et que 40 compagnies françaises ont été directement impliquées dans la construction de cette usine. Qu’en est-il des accords de transfert de technologie ? Il ne faut pas attendre de réponse de la part d’EDF ni du gouvernement français à ce sujet.

Toujours est-il que cette réalisation qui a nécessité plus de 15000 personnes sur le site est surtout le résultat de la préoccupation de la Chine de disposer d’une source d’énergie propre et disponible à bon marché 24/24 heures tout en évitant l’émission de carbone dans l’atmosphère à hauteur de 21 millions de tonnes par an et par réacteur ainsi qu’à l’acharnement au travail admirable du peuple chinois.

Énergie électrique des EPR

Il y a actuellement deux autres réacteurs EPR en cours de finalisation : Olkiluoto-3 en Finlande et Flamanville-3 en France, et sur le site d’Hinkley Point C le tout début de la construction de deux EPR. Pour ce qui concerne l’EPR d’Olkiluoto il se pourrait qu’en cette année 2019 on assiste à la conclusion de la plus longue saga de construction d’une centrale nucléaire en Europe.

C’est en 2002 que le gouvernement finlandais manifesta le désir de construire un nouvel équipement électro-nucléaire. Cette décision représentait un changement de politique puisque en 1993 les autorités avaient décidé de ne plus développer l’énergie nucléaire dans le pays.

Aujourd’hui avec plus de 7 ans de retard sur le programme initié en 2002 – cet EPR devait être raccordé au réseau en 2012 – le chargement en combustible devrait débuter dans quelques semaines et l’installation être opérationnelle au cours de l’année 2020. Le budget global de la construction de cette usine aura triplé par rapport aux estimations initiales.

Quant au réacteur EPR de Flamanville, bien que l’autorisation de fonctionnement ait été accordée par l’agence de sécurité nucléaire française (ASN), il est probable que le couvercle du réacteur soit changé au cours du premier arrêt pour rechargement de combustible puisqu’il présente des anomalies !

Avec l’entrée en service d’Olkiluoto-3 la Finlande pourra réduire substantiellement ses importations d’électricité en provenance de Suède et de Norvège mais pour l’EPR de Flamanville la situation est plus technique que politique, quoiqu’en disent les détracteurs de l’énergie nucléaire car cet installation sera la bienvenue dans un marché européen de l’électricité beaucoup trop volatile.

Volatilité du marché de l’électricité

Et cette volatilité va aller en s’aggravant dans les années à venir pour diverses raisons. Seulement en 2018 plus de 15 GW d’unités de production thermique conventionnelle ont été fermées et seuls 3 GW de production au gaz ont été installés tandis que des modifications significatives du réseau électrique européen ont rendu la Finlande, l’Italie, la Hongrie et la Lituanie encore plus dépendantes de leurs importations d’électricité.

De plus dans des conditions hivernales rigoureuses comme l’Europe en connaît actuellement l’Autriche, la Belgique, la Slovaquie et la Slovénie doivent aussi importer de l’électricité. Les politiques de transition énergétique décidées par plusieurs pays européens consistant à abandonner massivement le charbon mais aussi, quoique progressivement, le nucléaire vont au cours des années 2020 encore plus aggraver la situation énergétique de l’Europe.

Le bureau d’études Platts Analytics prévoit au cours de cette période des fermetures nettes de 65 GW de puissance installée en particulier pour le charbon dont l’abandon total est programmé pour 2022 en France, 2025 pour la Grande-Bretagne et 2030 pour les Pays-Bas.

Pour le nucléaire l’Allemagne fermera 10 GW de capacité d’ici 2022, la Belgique 6 GW d’ici 2025 et le Royaume-Uni 4,3 GW entre 2024 et 2026. Pour ces EPRs tant en France qu’en Grande-Bretagne il vaut mieux tard que jamais, même si Hinkley Point C ne permettra de pallier que partiellement à ces fermetures d’installations de production.

L’avenir électrique de l’Europe semble donc compromis car ce ne sont ni les éoliennes ni les panneaux solaires ni la biomasse devant conduire à une réduction de 50 % des émissions de carbone à l’horizon 2030 qui pourront remplacer toute la puissance installée en particulier nucléaire et quand on sait que la prolongation d’exploitation de certains types d’installations électro-nucléaires peut atteindre plus de 30 années il est évident que ces transitions énergétiques non seulement fragiliseront le paysage électrique européen de manière critique tant pour l’industrie que pour les populations mais constitueront un désastre économique et financier. Autant dire tout de suite que l’Europe a décidé de se suicider …

Sur le web

Voir les commentaires (48)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (48)
  • oui , l’eurpe est en train de se suicider

    • Non l’europe est en train de NOUS suicider!

      • Non, les écologistes sont en train de nous suicider. Ne perdez pas de vue qu’ils prêchent pour le retour à la nature et la déduction des populations. Et en matière énergétique, c’est à un véritable sabotage que les écolos se livrent depuis plusieurs années.

        • Il s’agit de suicide assisté, ou d’euthanasie diraient certains.
          Il caut s’intéresser à l’origine des mouvements écologistes qui ont promu en même temps la fumisterie du réchauffement climatique et l’arrêt du nucléaire. L’adoption par nos politiques de cette équation idiote signe leur compromission, leur incompétence et leur lâcheté (ne pas rayer les mentions inutiles…).
          Le tout sur fond de propagande médiatique.
          Pour comprendre un peu mieux ce qui est en jeu, bien au-delà de la politique énergétique, on peut lire « la super-classe mondiale contre les peuples » de Michel Geoffroy

  • Quand les defenseurs du nucléaire comprendront que s’appuyer sur les débilités écologistes autour du carbone est une impasse on aura fait un grand.pas en avant.

    Pour mémoire le CEA est l’un des principaux pourvoyeur de connerie ecologistes avec l’idée que le zéro carbone favoriserait le nucléaire. Ils n’ont été que les marionnettes des écologistes qui finalement demandent la fermeture de leurs centrales.

    Le pire c’est qu’ils n’ont toujours pas compris comme le montre l’argumentaire de l’auteur de cet article ou ceux de Gay qui font abondamment appelle à cette rethorique mortifère.

    • @gordon et donc que proposez vous comme rhétorique ? votre point n’est pas clair

      • Je ne sais pas et ce n’est pas à moi de défendre cette solution. Mais si les défenseurs de cette solution n’ont que le carbone comme argument je pense que je préfère alors une bonne centrale thermique classique.

        Mon point de vue reste néanmoins que le nucléaire a des qualités (coût, prédictibilité, abondance) qui en font une bonne solution. A plus long terme, je pense que l’énergie de la matière est ce qui nous permettra d’avoir 10, 100, 1000, …. fois plus d’énergie disponible qu’aujourd’hui. Avec 1000 fois plus d’énergie disponible beaucoup de problème seraient réglés même si d’autres apparaitraient surement … La quête de l’énergie est la marche de l’humanité depuis l’aube des temps et cela pour une bonne raison : l’énergie est la clé de tout.

        • L’énergie de la matière… voyons cela… E°=MC2 peut-être ?
          OK. Je vais me remettre du calva dans le café au ptit déj 😉

        • Pouvez-vous expliciter ce que vous appelez « énergie de la matière » ?
          Aujourd’hui, ce qui s’en approche le plus et qui est mature technologiquement, c’est le nucléaire. Pour demain, peut-être, la fusion thermonucléaire – dont nous profitons déjà en pratique, c’est quand-même la source d’énergie principale du Soleil…

          • Tous ce qui va chercher l’énergie extraordinaire qui fait tenir la matière ensemble. Oui fission, fusion et ce que pourront trouver les générations futures au gré des nouvelles découvertes.

            Dans la gamme des possibles, il ne me semble pas que le principe de cramer du carbone, quelle que soit sa forme, pour produire de l’énergie soit le plus probable à l’échelle du millénaires.

    • Je suis assez d’accord et je préférerais qu’on mette l’accent sur le fait que le nucléaire c’est zéro fumée de combustion, zéro particules fines dans l’atmosphère, zéro pipeline, zéro marée noire, zéro dépendance au gaz importé…

      D’un autre côté, j’aime bien l’idée de mettre les écolos face à leurs contradictions: puisque voulez réduire les émissions de CO2, faites donc du nucléaire!

      • Ne mélangez pas les écolos…
        il y a les écolos de l’écologie, et ceux de l’écologisme…

      • Ben oui c’est super sur le papier, sauf que cela ne marche pas sur les religions, nous en avons la preuve ici.

        A la sortie, vous n’aurez que renforcé la position sur le point qui vous sert à la mise en contradiction, ici « le carbone, c’est mal ». Et sur le reste, comme écolo = antinucléaire, vous l’aurez dans le cul mais plus gros vu que vous aurez renforcé votre ennemi par ailleurs.

        • « Par un principe physique dont je n’ai pas percé le mystère, moins un groupe de pression est important, plus la pression qu’il exerce est forte et plus épaisse est sa bêtise. De plus, force est de le constater, c’est un principe qui n’a pas de frontières et dont les effets s’exportent fort bien. » Marie Delarue.

          • Par un autre principe physique tout aussi mystérieux, le QI d’un groupe est inversement proportionnel au nombre de ses membres… Donc un petit groupe est plus malin et efficace … stratégie du commando <o)

  • Suicide , non, devenir totalement dépendant des usa et de la Russie, oui.

  • Et après, nos polytocards sont venir chialer avec des larmes de dinosaure qu’il y a des politiciens dit populistes. Si ces crétins avaient des politiques minimalistes, ce ne serait jamais le cas.

  • « quoiqu’en disent les détracteurs », non, « quoi qu’en disent les détracteurs », c’est mieux. Suicidons-nous, mais en français, au moins…

  • tant que les puissants ont du courant et qu’il y a des contribuables à ponctionner…

    • Mettons un compteur « intelligent » chez les hauts fonctionnaires, dès que le réseau approche d’une limite capacitaire, on coupe tout ce beau monde. Après on généralise aux élus, puis aux fonctionnaires, journalistes des titres ayant droit à une subvention du fait de l’absence de condamnation pour discours de haine, agents SNCF, etc.

      Les coupures en cas d’insuffisance de production se font dans l’ordre de financement direct ou de subventionnement décroissant.

      Ce qui permettra de pleinement rentabiliser le Linky.

      • L’idée en elle-même n’est pas mauvaise, mais elle devrait plutôt viser les écolos, tous ceux qui refuseraient le compteur en question perdant toute légitimité à soutenir la « cause »…

  • Le grand problème avec le nucléaire, c’est qu’en matière de gestion des déchets et du prix du démantèlement (pris en compte ou pas dans la facture).

    Je suis persuadé que la gestion des déchets sera plus efficace au fur et à mesure des progrès technologiques.
    Voir même que les déchets d’aujourd’hui seront les carburants de demain 😀

    • Exact, il y a des progrès fait par les scientifiques sur ce point !

    • Les déchets nucléaires ne sont plus un problème scientifique depuis des années, mais uniquement politique. En effet, l’activité radiative d’un produit de fission est inversement proportionnelle à sa période. Ce qui veut dire que plus il émet de rayonnements, plus rapidement il deviendra inactif. Et inversement.
      Les écolos et les médias nous font dresser les cheveux sur la tête en évoquant des déchets virulents durant des milliards d’années. Foutaises, seuls les uranides possèdent des périodes aussi longues, et donc avec une activité très faible, d’autant que ce sont des émetteurs Alpha dont les émissions sont absorbables par une feuille de papier.

      • Les métaux lourds toxiques n’ont pas de décroissance et pollueront les nappes pour toujours. Or ils ne sont pas traités avec autant de soin que les déchets radioactifs. Cherchez l’erreur! Que font donc les écolos?

    • si je ne m’abuse, c’est un des principes à la base de la surgénération (SuperPhénix, entre autres), dite aussi nucléaire de génération V (l’EPR est la génération IV) : pouvoir utiliser comme combustible ce qui était du déchet dans les générations précédentes.

      • Nous avons de grosses réserves de matière fertile qui nous permettront de produire de l’électricité pendant des milliers d’années. Qui plus est on pourra y « brûler » des déchets à vie longue, type actinides. La contrepartie est une complexification des usines de retraitement et de fabrication des combustibles. Techniquement on sait faire, l’enjeu sera de rendre le cycle le moins dosant possible pour les opérateurs.

    • Les démantèlements de centrale sont des travaux qu’il est nécessaire d’étaler sur des décennies pour des raisons de radiation. la même équipe peut travailler sur divers site l’un après l’autre aucune urgence. Les cout annoncés par les écolos ne sont que d’énormes intoxes.
      Quand un écolos ouvre sa bouche, il dégage du CO2, Il Faut absolument leur faire fermer.

      • Exact. C’est notamment vrai pour les réacteurs, contaminés en émetteurs bêta et gamma, de vie courte et moyenne (les produits de fission piégés dans quelques points bas de tuyauterie, les produits d’activation ancrés dans les parois de cuves irradiées en cours de fonctionnement). Dans ce cas on a intérêt à laisser décroître pour diminuer les doses reçues par les opérateurs. Pas trop longtemps tout de même pour ne pas perdre l’historique de l’installation (le personnel d’exploitation est utile, il connaît les contaminations incidentelles en cours d’exploitation…).
        En revanche le démantèlement d’installations manipulant des émetteurs alpha à vie longue (usine de fabrication de combustible, labo de recherche sur les transuraniens…) peut et doit se faire rapidement car il n’y a pas de décroissance à attendre.

  • Le socialisme vert n’a qu’un seul but, et certains de leurs membres ne s’en cachent pas,
    Réussir ce que leurs prédécesseurs ont raté, à savoir :
    Détruire l’Occident

  • Vu le retard pris pour livrer l’EPR de Finlande, je me demande si le renoncement français au nucléaire ne vient pas du fait que la France n’a plus les compétences nécessaires à la prise de responsabilités dans ce type d’industrie.

    Cette perte de compétences s’explique par le fonctionnement politico-mafieux d’un pays où les détenteurs des savoirs techniques nécessaires au développement des industries ont été tellement méprisés qu’ils ne se sont pas reproduits. Vous connaissez beaucoup d’ingénieurs dont les fils ont voulu être ingénieurs? J’en doute.

    En France, les pouvoirs publics ont détruit l’industrie physiquement et ils l’ont aussi détruite moralement dans les esprits.

    Il en résulte une population destinée à être techniquement déficiente pour laquelle il vaut mieux promouvoir l’énergie de moulins à vent que l’énergie nucléaire. Pour la bonne raison que, quand le zombie français ne sera même plus capable de faire fonctionner une éolienne, ce sera moins grave pour la sécurité de la planète d’avoir des éoliennes en déshérence que d’avoir des centrales nucléaires sous la responsabilité d’incapables.

    C’est ce que je crois comprendre de la vente de la partie stratégique de nos centrales nucléaires qui nous placent désormais sous la dépendance des Américains, y compris pour assurer ne serait-ce que la maintenance de nos centrales.

    Il en va des pays comme des humains : quand on devient incapable on est mis sous tutelle. Ensuite, les politicards-camelots habillent cela avec des motifs écolo pour continuer de bafouer une population de plus en plus hagarde tant elle est maintenue dans la confusion et le brouillard d’un climat de mensonges.

    C’est pas grave, les terres tempérées sont destinées à faire pousser du grain pour nourrir une volaille humaine entassée dans les « cages à poules » de villes de plus en plus densifiées. Certains types de populations par trop bafouées se suicideront et ce sera tout bénéfice pour de pouvoirs publics qui auront tout fait pour obtenir ce résultat.

    Nous assistons donc à la réalisation d’un crime parfait, car l’Europe ne se suicide pas, elle est suicidée par une minorité mafieuse dont nous ne savons toujours pas comment nous débarrasser.

    • Un exemple précis: les ateliers de Creusot Loire, Jeumont Schneider, etc n’ont plus de soudeurs qualifiés pour l’inox, on serait incapable de construire un Superphénix II. Pour construire ASTRID, le CEA est obligé de faire alliance avec le Japon…

    • Je pense c’est un peu tout l’inverse. EDF, Areva, sont des sociétés de droit privé qui agissent sur des marchés. S’ils étaient si rentables, ces sociétés feraient des profits et n’auraient pas besoin d’être sans arrêt renflouées au frais du contribuable, financeraient eux même la formation de leurs ingénieurs etc etc. Il n’y aurait jamais eu de nucléaire sans état, ses armées, ses universités.
      Le problème, et c’est aussi le cas dans le reste de l’industrie en France, est que les entreprises ne sont plus gouvernées par des gens du metier (patrons d’industrie, avec implication des syndicats et des banques comme en Allemagne), mais par une bande de branquignoles tous droits sorties de l’ena ou des écoles de commerce.
      Ceux là n’ont qu’une idée en tête, réduire leurs coûts salariaux et fiscaux, monter des stratégies financières foireuses, et de toute façon  » too big to fail  » comptent in fine sur l’état pour réparer les pots cassés.

  • Il n’est peut-être pas trop tard pour éviter le suicide. Si M. Macron persiste avec ses taxes sur la transition énergétique, il va quand même bien réaliser qu’une bonne partie des Français ne le soutient pas dans cette voie suicidaire! Du moins, on peut l’espérer.

  • Je viens d’aller sur le blog de l’auteur, ça pique un peu ! Le gars est entre autre complotiste fan de Thierry Meyssan qui selon lui « est peut-être le journaliste le plus extraordinaire sur la Terre aujourd’hui ».

    Il y a d’autres trucs qui tranpirent mais ce n’est pas aussi clair et je n’ai pas le temps de me farcir sa prose donc pas de certitude mais j’aime pas.

  • Il est singulier qu’un biologiste veuille baisser de 50% la production de CO2….Rappelons qu’après quelques dizaines de mères l’atmosphère est opaque aux longueurs d’onde d’absorption du CO2 et que donc le CO2 produit favorise et a favorisé le rendement végétal de la planète de ces 40 dernières années.

  • Sachant que l’hydroélectricité utilise les deux premières 😉

  • Il existe aussi des forces spirituelles (ou énergétiques de très haute fréquence) mais ceci dépasse le cadre de l’article.
    Sur le plan purement matériel, après le nucléaire la prochaine étape sera la manipulation de l’espace-temps, mais ceci dépasse aussi le cadre de l’article.

  • Jetez les résidus ultimes dans le soleil !

  • « …deux EPR chinois à Taishan soient successivement connectés au réseau électrique à quelques mois d’intervalle.. »
    je pense que ceci est faux seul Taishan 1 est en service à ma connaissance

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Suite à l’assaut russe sur la centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine dans la nuit du 3 au 4 février 2022, il peut être utile de rappeler que le risque d’accident nucléaire est quasiment nul (aucune fuite radioactive n’a été signalée) et que les réacteurs nucléaires, ainsi que les installations (stockage du combustible) situés sur les centrales électriques françaises et ukrainiennes, ne peuvent pas être utilisés comme menace de guerre.

De plus, il n'y a strictement rien à redouter des attaques russes visant à occuper les centrales ... Poursuivre la lecture

Depuis mi 2021, les prix de l’énergie battent record après record. En six mois le prix du baril de pétrole et de la tonne de charbon ont doublé tandis que sur les marchés européens les cours du gaz naturel ont été multipliés par 5. Par effet de ricochet, la tonne de carbone est passée en un an de 32 euros à 82 euros.

Enfin, étant donné la « règle du mérite » appliquée au mix électrique européen (alignement des prix sur la dernière source mise en œuvre c’est-à-dire la plus chère), le MWh a lui aussi atteint des niveaux stratosphériques ... Poursuivre la lecture

 

En ces moments de pénuries de vent et de soleil quand ils sont nécessaires, (l’intermittence n’étant pas gérable, même au niveau européen, n’en déplaise à certains), et en l’absence depuis plusieurs décennies de constructions de centrales nucléaires nouvelles aux émissions les plus faibles de gaz à effet de serre, à la suite du démantèlement de nombreuses centrales au charbon très polluantes, l’Europe s’est réveillée avec pour seul recours le gaz vendu à prix fort, en particulier par la Russie.

Une dépendance envers la Russi... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles