Presse française : le mode Full Propagande est activé

Une récente affaire américaine et ses rebondissements illustrent à quel point la presse française n'est plus qu'une production de propagande éhontée.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Presse française : le mode Full Propagande est activé

Publié le 23 janvier 2019
- A +

Il y a réellement quelque chose de pourri dans les médias français et chaque jour qui passe apporte une nouvelle preuve que les subventions et les budgets qui y sont déversées ne participent qu’à une chose : en favoriser la transformation en outils de propagande pure.

Dans ce cadre, ce billet sera l’occasion d’introduire une nouvelle Pignouferie de Presse d’un fort beau calibre. Même si, de nos jours, on a plutôt tendance à appeler ça Fake News, le résultat est le même en ce qu’il démontre qu’une quantité maintenant majoritaire de journalistes ne font tout simplement plus leur travail et, non contents de balancer des informations douteuses, s’empressent de ne surtout pas les corriger lorsque le pot-aux-roses est dévoilé.

Pour le cas qui nous occupe, l’affaire a commencé il y a quelques jours aux États-Unis. L’action se déroule au Lincoln Memorial à Washington où, régulièrement, des groupes plus ou moins importants de lycéens sont emmenés pour y découvrir les étapes importantes de la constitution de la nation américaine. C’est aussi un lieu traditionnel de manifestations de tous types, depuis les rassemblements de milliers de personnes jusqu’aux petits groupes de militants haranguant la foule de passage.

Cette fois-ci, plusieurs classes d’un lycée se sont trouvées emberlificotées dans une histoire qui a rapidement monopolisé les réseaux sociaux et, avec eux, les médias grand public américain. L’affaire est relativement simple puisqu’il s’agit, pour la brosser à gros traits, de la confrontation de ces classes d’un lycée catholique avec d’abord un quadruplet de Noirs américains, pro-nationalistes hébreux puis avec un vétéran amérindien de l’armée américaine.

Si l’on s’en tient aux premières histoires relatées par la presse américaine, les jeunes auraient pris à partie les Noirs présents à ce moment là. Le vétéran se serait ensuite interposé pour tenter de calmer le jeu, à la suite de quoi ces lycéens lui auraient globalement manqué de respect. De façon commode, l’ensemble des journaux américains, acquis à la défense du pauvre vétéran, s’est empressé de faire paraître une vidéo de l’incident…

Vidéo qui ne montre que trois ou quatre minutes des événements, sans justifier le découpage opéré. C’est dommage parce que, depuis, est apparue la vidéo complète de l’ensemble des incidents, qui dure deux heures et provient d’un flux direct diffusé sur Facebook (et donc difficilement montable et éditable à loisir). Cette vidéo, ironie du sort, est la prise de vue opérée par les Noirs nationalistes, et elle est maintenant disponible dans son intégralité en ligne :

Il suffit de la parcourir pour voir l’incroyable supercherie que les médias américains ont ainsi monté, volens nolens. On y découvre notamment que les lycéens n’ont absolument pas initié quelque agression que ce soit. On y entend nettement les adultes menacer de violence les adolescents (1:06:45), les insulter (incest babies 1:07:49, crackers 1:18:15, faggot child molester 1:21:27). On découvre que le vétéran s’est bien interposé (1:12:36), mais c’est bien lui qui se retourne vers les lycéens pour aller leur battre du tambour sous le nez et non eux qui sont venus le voir. Vers 1:15:25, on découvre que les Noirs accusent les Blancs d’être de futurs tueurs en série (school shooters) pour finir par leur expliquer qu’il n’y aura aucune paix tant qu’il n’y aura pas un bain de sang (1:27:00).

Bref, et comme le fait remarquer Reason qui a repris l’affaire en détaillant les tenants et les aboutissants, si l’on doit en conclure quelque chose, c’est plutôt sur un sang-froid exemplaire des lycéens présents que sur leur hypothétique tentative d’agression. Si agression il y a eu, ils en sont victimes et pas responsables.

Bien sûr, ici, on comprendra en voyant les casquettes de certains gamins que l’affaire était pliée dès le départ pour une certaine intelligentsia : arborant presque fièrement un soutien à Trump, il était garanti que les lycéens ne pourraient pas passer pour autre chose que pour d’abominables Blancs suprémacistes et tout l’habituel tralala qui accompagne ces qualificatifs.

Cependant, dans les 24 heures qui ont suivi, de nombreuses voix se sont élevées pour expliquer que cette presse américaine, si prompte à désigner les coupables (les mâles blancs catholiques), s’était bel et bien fourré le doigt dans l’œil. C’est donc sans mal que, même si on continue de voir l’absence totale de mea culpa pour certains journaux américains jadis prestigieux, on trouve de nombreux liens expliquant les erreurs commises. Deux jours plus tard, la polémique ne désenfle pas outre-Atlantique, mais au moins peut-on commencer à lire des explications en rapport avec les faits parallèlement aux interprétations hardies et à la propagande distribuée partout ailleurs.

Malheureusement, lorsque la nouvelle franchit l’Atlantique pour parvenir en France, c’est le désastre : aucun des articles nuançant l’histoire (comme on pourrait le lire dans The Guardian par exemple) n’a eu la force de se frayer un chemin jusqu’aux salles de rédactions parisiennes.

Pire : dans la presse française, c’est une parfaite unanimité qui règne, tant dans les journaux traditionnellement classés à gauche que dans ceux classés à droite. Même lorsque le journal est censé se tenir informé de la presse américaine, que ce soit par ligne éditoriale ou par son affiliation, aucune information sur la vidéo longue, sur les éléments factuels qu’on peut en tirer ne semblent parvenir à remonter.

Pour la presse française, aucun doute : le monde manichéen permet d’affirmer que les lycéens sont les méchants, le vétéran tambourineur un gentil, et les Noirs racistes d’aimables prêcheurs.

On est, purement et simplement, dans la plus pure propagande.

C’est plus qu’inquiétant puisque cette propagande touche maintenant tous les sujets : plus un n’échappe à ces biais à répétition au point d’alimenter sans mal plusieurs de mes chroniques (il suffira de relire la production correspondante pour s’en convaincre : ça n’arrête pas). Que ce soit sur le réchauffement —pardon le dérèglement, pardon la crise — climatique, la politique politicienne (est-il besoin de s’étendre sur l’affaire Benella ou le traitement des Gilets jaunes ?) ou, plus récemment, les abrutissants mensonges éhontés d’Élise Lucet sur le glyphosate (exemple parmi des douzaines d’autres), tous les médias français semblent avoir complètement oublié les bases mêmes de la déontologie et ne plus faire qu’une propagande parfaitement assumée, décontractée et aussi violente que possible à l’encontre de ceux qui ont le toupet de le leur faire remarquer.

Devant ce constat calamiteux, la prudence impose dorénavant de systématiquement douter des factoïdes que ces officines nous diffusent. Parallèlement, on devra aussi s’interroger sur la pertinence des réflexions portées par le peuple français, compte-tenu des « informations » qui lui sont fournies : que ce soit dans le cadre (ridicule) du Grand Débat ou dans les revendications portées de façon brouillonne par les Gilets jaunes, comment espérer qu’un peuple auquel on raconte des bobards du soir au matin puisse prendre des décisions éclairées ?

Pire encore : comme une partie non négligeable des ressources de ces officines de propagande provient des impôts et non de la confrontation avec le libre marché concurrentiel, comment espérer un jour disposer en France d’agences de presse de qualité ?


—-
Sur le web

Voir les commentaires (79)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (79)
  • On rentre dans un cycle mondial très mauvais. La France étant très bien placée ne devrait pas souffrir longtemps 😉
    Il n’y a pas beaucoup de scénarios possibles. En fait il ne reste que la solution (qui n’est plus un choix) de la faillite. Les médias sont en train de nous dire du bout des lèvres: on est dans la merde. Alors qu’il faut entendre au feu aux abris. Ceux qui ne lisent pas entre les lignes pourraient y perdre plus que leurs dents.

  • je dois regarder les même vidéos que H16..
    la seule question qui reste est les journalistes ont ils conscience de faire de la propagande?
    nous avons le choix les journalistes sont des personnes dénuées de logique ou bien ils sont des personnes odieuses.
    on ne peut pas TOUS les jours refuser de se regarder dans la glace.
    si il s’agissait de la première erreur
    pour la bonne cause dans un monde qui par ailleurs serait un enfer pour les vétérans d’origine indiennes qui seraient poursuivis par des bandes de nazis assoiffés de sang…

  • ce qui est impardonnable est le sourire narquois..il est absolument inacceptable de ne pas se conformer au politiquement correct et reconnaître les classes « victimes »

  • Bonjour
    C’est vrai, j’ai relu récemment le Monde et le journal m’est tombé des mains; c’est devenu un média militant, hors sol, qui martèle à longueur de pages la doxa du réchauffement et la petite musique égalitariste. Le Figaro le suit de peu, alors que ces journaux était de centre gauche et droite classique respectivement il y a 10-20 ans.
    CPEF

    • le Monde a changé de camp en 1981 pour le Figaro c’est plus récent, une dizaine d’années avec une forte accélération récemment

  • Les journalistes ne font pas de la propagande, ils éduquent ! Ils ont donc leur conscience pour eux.

    Et puis dans la mesure ou l’EN fait de la propagande au lieu d’éduquer, le jounaliste moyen n’est rien d’autre qu’un professeur pour adultes. (Mais que les gamins peuvent être chahuteurs avec leurs giltes !).

  • On y voit bien 4 allumés n’ayant pas ingéré leurs pilules, scandant des âneries, provoquant en permanence par des insultes, pas loin du niveau de DAESH (bon boulot…) ou Al Quaeda, les dingos Frankenstein créés par les USA.
    S’il y a scandale, il est là, pas dans l’attitude des jeunes.

  • Et bien sûr ces pauvres ados ne faisaient aucunement oeuvre de propagande ni acte d’agression avec leur casquette vissée sur la tête (ce qui en soi est déjà malpoli) et estampillée Trump, face à des Noirs et à un Amerindien…
    Que Trump ait cru malin d’en rajouter en prenant la défense de ses supporteurs en herbe n’a bien sûr pas plus compté dans la polémique…

    • La n’est pas le sujet… H16 parle des journalistes en général qui font plus souvent un travail de propagande que d’information…

    • Z’avez raison. Quand on est blanc, cis et mâle, on ne lève pas la tête et on n’affiche pas ses opinions politiques, car elles sont nécessairement immondes, esclavagistes et fascistes. Heureusement, un petit stage de rééducation à la diversité et au privilège blanc leur remettra les idées à l’endroit. A défaut, les rézos sociaux s’assureront de leur mise à l’écart définitive – l’élimination physique n’est pas encore au programme, Marx merci!

      • C’est pour ça que quand un journaleux s’en prend plein la G….
        Ben …Ça me laisse froid….Avec un léger sourire.

        • non, il y a une frontière, jouir de sa liberté d’expression et dire ses quatre vérités à un journaliste..ça me va, frapper un journaliste NON. de façon générale je désapprouve la violence, je comprends certainement plus le fait de frapper un policier ou les forces de l’ordre c’est une rébellion qui peut faire sens, il suffit juste d’en assumer les conséquences mais, frapper un journaliste c’est du défoulement.
          je comprends aussi la rage d’u parent d’un enfant n parent dont l’éducation est contrôlée par l’etat…

          je peux comprendre les raisons mais pour un journaliste elles ne sont pas, sauf exception, valables. On est libre de les ignorer.

          un député qui vote une loi liberticide est bien pire qu’un journaliste de la bien bien-pensance.
          les journalistes eux m^me sont soumis d’ailleurs aux restrictions de la liberté ‘expression!!

          sarol , a été condamné à un an de prison ferme pour des PROPOS ne constituant pas des menaces.. et ça ne suscite pas un débat..
          nous avons déjà franchi le point où une opinion peut être qualifiée de criminelle. avec un ministre de la justice qualifiant de crime le fait d’etre raciste..
          alors les journalistes dans un tel pays…

          alors certes nos gouvernants ne sont pas des monstres MAIS un méchant gouvernement n’aurait aucuns barrière à faire tomber ..les limites sont franchies.;

          • Cela me laisse aussi froid. Ce n’est pas pour autant que j’approuve.

            Quand on est journaliste, on est sensé être de l’élite, être critique un minimum et mesuré, pas des gens qui appellent à lyncher comme cela se fait maintenant.

            • Il y a des cas…précis où des journalistes devraient être punis pour avoir diffamé des gens…
              TOUS les jours les journalistes présentent l’agriculture non bio comme non saine…
              il y a des tours à la lucet qui manque de dignité…mais ce n’est pas le coup de poing dans la figure la bonne réaction..

              et une foule qui’ s’en prend à une personne ne me laisse jamais froid…

              • À force de voir ces choses, dont certaines bien plus graves dans d’autres pays, Yémen, autres, on se blinde, on réserve son émotion pour ces pays.
                On constate le désastre.

      • ca arrive, mais bon, les médias mainstream FR n’en parle pas, c’est pas PC:
        http://www.rfi.fr/europe/20190108-allemagne-depute-afd-parti-extreme-droite-violemment-agresse
        En même temps, c’est un fait divers, mais bon…

      • De nombreuses « stars » de CNN, de Hollyweird, et des démoncrats rêvent de leur casser la tronche ou de les couper en morceaux, hein.

        D’ailleurs il a été annoncé que les lois contre le terrorisme s’appliquent et que les extraditions seront demandées.

    • Intéressant concept, donc selon comment je décide de m’habiller, je risque d’agresser l’autre. Poursuivons votre raisonnement, fort intéressant.

      Donc, selon vous, ces jeunes ont agressé les autres personnes en portant des vêtements (casquette) évoquant leur soutien à D. Trump.

      Je retiens votre logique et je l’applique au cas suivant : une femme habillée avec une jupe va donc provoquer son agresseur ou encore, un cubain aurait le droit de se sentir agressé s’il croise quelqu’un portant un t-shirt à l’effigie du Che (dit le boucher dans certains milieux).

      Oui je suis volontairement dans l’excès pour montrer que votre raisonnement ne tient pas, il démontre uniquement une démagogie sans borne et une absence de liberté qui va limite à faire valider ses tenues vestimentaires.

      • @ Eric
        Non c’est simplement un manque de tolérance pour tout qui n’est pas identique à vous, alors que c’est bien ce qui est différent de moi qui m’intéresse surtout!

    • acte d’agression??? il m’est arrivé de troller ici pour rire un peu.. mais il faut y aller plus franco et dire qu’il s’agit bel et bien d’une agression digne des plus sombres moments de l’histoire..
      il portait une casquette maga devant un afro americain..
      pour moi c’est un meurtre.

      faire de la propagande n’est pas un crime, d’abord ça dépend pour quoi..

    • @ Jean Quille… déquillez-vous

    • Ça, il faut le démontrer. La vidéo ne montre pas ça.
      Être supporter de Trump (ce qui est logique pour des jeunes d’une école catho) ne fait pas de vous des racistes.

      • Évidemment que si ! Voyons, il faut revoir ses classiques 😉

        De la même manière, en France, si vous émettez un avis positif sur Marine Le Pen ou son partie, vous êtes un nazi qui s’ignore ! CQFD !

  • « les abrutissants mensonges éhontés d’Élise Lucet sur le glyphosate »

    Je confirme. Un désastre car tout le monde qui n’entend qu’un son de cloche y croit dur comme fer! Impossible de raisonner qui que ce soit sur cette affaire.

    • Je confirme, à l’occasion d’une discussion avec des potes, mais je manquais d’arguments. Il y a tellement de conneries qui sortent en permanence, difficile de garder le rythme !

      • et le seul vrai problème est qu’elle fasse cela dans une télévision d’état payé par l’argent des contribuables; qu’il n’existe, par contre, pas de réaction ou de dénonciation des errements de lucet est NOTRE faute..

        pays globalement con on a lucet..rein des cons…

  • Pas plus tard qu’hier, un journaliste au comble du désespoir constatait qu’un tiers de nos compatriotes s’informait désormais exclusivement par internet, délaissant les vecteurs classiques de l’information, journaux ou TV. Il se lamentait pour savoir comment à l’avenir nous pourrions dialoguer si ne partagions plus les mêmes sources d’information.

    Eh oui, qu’il est dur de dialoguer lorsque les interlocuteurs ne croient plus un mot des mensonges idéologiques proférés ad nauseam, au point qu’ils s’organisent volontairement pour ne plus avoir à les entendre.

    • voila la violence à leur faire et qui leur fout la trouille…

      la violence envers les journalistes permet de se victimiser .
      la remarque à faire aux journalistes est d’ailleurs de leur rappeler que eux m^me ont minimisé la violence envers des personnes et bien privés…et qu’ils ont participé à la montée de ce genre d’idée que frapper une personne qui vous déplaît ou vous a causé un tort est justifié…
      je me souviens de lucet je crois qui « approuvait l’acte héroïque de jeunes qui dégonflaient les roues de 4×4 en ville pour je ne sais quelle raison ..

      • Militantisme souterrain : le dégonflage
        Au début des années 2000, des groupes radicaux écologistes se sont attaqués aux véhicules 4 × 4 dans plusieurs grandes villes de France et de Belgique avec dégonflages de pneus ou maculage de boue. Ce sont les « Dégonflés » et les « Pffs » à Paris, les « Raplaplas » à Lyon, les « Mous de la roue » à Lille, et enfin les « Flagadas » à Bruxelles10,11.

        Ces actions ont choisi le 4 × 4 car c’est un véhicule facilement identifiable dans le milieu urbain contrairement aux berlines, bien plus nombreuses mais parfois bien plus polluantes que les SUV les plus couramment vendus[réf. nécessaire]. Ces actions sont illégales puisqu’il s’agit d’une atteinte au bien d’autrui. Il n’y a toutefois jamais eu de poursuites civiles ni pénales. Selon quelques avis[Lesquels ?], ces actions pourraient être néanmoins dangereuses, car la structure d’un pneu peut être irrémédiablement détruite par un dégonflage et induire ainsi un accident en cas de regonflage sans vérification des pneumatiques. Par ces actions, ces militants tentent de créer un débat sur le gaspillage des ressources naturelles et la surconsommation polluante de pétrole et ils cherchent à les faire considérer comme de la désobéissance civile.

        j’aimerais trouver l’archive du jt… je cherche

    • @ Cavaignac
      On peut très bien s’informer dans la presse quand on a bien identifié les tendances principales du journal qu’on a en main mais ce n’est effectivement plus indispensable et internet permet de lire plusieurs versions des mêmes événements, ce qui peut être démonstratif.
      Donc non, s’informer d’abord sur différentes sources sur internet, ça rend plus libre que la lecture quotidienne du Monde ou du Figaro, ce qui permet d’échapper à la dictature d’un point de vue isolé et non justifié.

      Les journalistes qui préfèrent non pas les informations objectives, mais leur façon d’envisager les faits et de les interpréter, ce n’est que remplacer de l’information par de l’opinion! Ça ne vaut rien! Faites-vous VOTRE idée!

  • encore ce matin sur LCI …on parle du sondage sur le débat owi 67% des gens sont pour le débat et 57% veulent qu’on revoie la fiscalité…pourtant bien avant le sondage parlait aussi du fait que pour 68% des gens ce débat ne servirait à rien et que macron ne reverra pas sa copie…mais il était 5h…vers 7h les gens se lèvent et hop une partie du sondage passe à la trappe..tout ce qui peut nuire au président c’est pas bon quand les gens prennent leur café..

  • Le 4e pouvoir est devenu le premier: il impose bien souvent ses décisions au pouvoir politique qui dès lors, fait semblant d’obéir à « l’opinion publique ». Font aussi martie de ce soft power les sondages, souvent biaisés, que ce soit par les questions posées ou par le choix de l’échantillon « représentatif ».
    Quand le mensonge est érigé en système, il faut en effet tout vérifier, ce qui prend un certain temps. D’où l’avantage d’internet qui permet une mise en commun et donc, peut constituer une contre-propagande efficace.
    Reste que la détention de la quasi-totalité des médias soit par des puissances économiques qui n’hésitent pas à y perdre de l’argent, soit par une puissance publique qui planque ses parti-pris idéologiques sous une fausse neutralité, ouvre un autre débat…

    • Oui, la presse ou les media n’informent pas : ils fabriquent l’opinion en amplifiant un message à l’infini.

      Le principe est simple : on fabrique un message qui carresse le lecteur dans le sens du poil. S’il achète, on lui en revend jusqu’à plus soif.

      Il y a bien sur des ratés : example les GJ. Ici, le message est parti de façon incontrolée et a été amplifié en couvrant la « bonne » propagande.

  • Merci pour l’article et les liens.
    Quelques remarques:
    libéral, en américain, c’est un peu l’équivalent chez nous du gauchiste bobo lobotomisé, avec du libéralisme (au sens fr) dedans (ouverture des frontières sans limite, en particulier) Le sujet serait très long a développer. N’oublions pas qu’en anglais, Liberté se traduit aussi par freedom. Bref, c’est vexant de se revendiquer « liberal » aux états-unis (enfin, moi ca me vexe)
    Après, les journalistes et la désinformation, immense sujet !
    Simplement,
    1/qu’ils ne s’étonnent pas de se faire bousculer dans les manifs de GJ. S’ils avaient un minimum d’honnêteté intellectuelle, il ne seraient quand même pas surpris…
    2/ Les EU restent une IMMENSE nation de liberté, et encore de liberté d’expression. Il y a encore, via en particulier Fox News, ET LE WEB, une vrai alternative à la mainmise gauchiste sur les médias. Trump a sonné le ralliement de la résistance au politiquement correcte, en disant ce qu’il pensait, ayant les moyens de se payer sa propre politique, sans quémander le soutien des médias en majorité gauchiste. DONC, trump est le méchant, forcément.
    De plus, la parole acceptée, même si insupportable, pour moi, des prêcheurs noirs, est une autre marque du respect et de la vigueur de la liberté d’expression aux EU. Si je ne suis pas d’accord, rien ne m’empêche, aux EU, de prendre mon micro, d’aller me planter en face d’eux, et de débiter le contraire de ce qu’ils disent, voir d’argumenter.
    Cette liberté et ce respect ont complètement disparu en France, ou alors, vont toujours dans le sens de la liberté et le respect des idées de gauche.

    Bref, malgré tout, la colère et la parole, surtout à notre époque de forum et de médias ouverts (n’importe qui peut prendre son téléphone et aller faire un reportage pour le mettre sur YT), trouvent un exutoire, et les médias traditionnels devraient comprendre que le monopole de connivence est terminé, malgré le soutien du GVT (loi sur les fake news…).
    Tellement de choses à dire, si peu de temps 🙂

    • ben c’est la raison pour laquelle la victoire de trump présente un « interet »…casser le politiquement correct.. mais de là à soutenir trump…
      il existe d’ailleurs des contre pouvoirs aux usa, un trump à la présidence en france..et on rigolerait ferme!!

      et je n’approuve pas la violence envers les journalistes..pas du tout…et j’ai pourtant du mépris pour beaucoup d’entre eux…et je ne me gênerais pas pour le dire…

      mais il ne vaut mieux pas être ambigu sur la violence acceptable…

      • Je soutien Trump de façon quasi inconditionnelle, il faudra qu’il en fasse beaucoup pour que je ne le soutienne plus. Et même s’il n’est que de façade, j’aimerai que nos hommes politiques aient le même dévouement pour LEUR peuple et pour LEUR pays, ainsi que la même paire de balloches. Ca nous changerait.
        Il y a violence physique, et violence intellectuelle. Il ne faut pas l’oublier. Le mépris, le mensonge, la désinformation, le harcèlement, les ragots, peuvent être particulièrement pervers et destructeurs…
        Et une théorie: une nation qui refuse la violence est condamnée à disparaitre.

        • euh je soutiens la constitution américaine…de façon quasi inconditionnelle…l’idée m^me de soutenir une personne plutôt que des idées me fait froid dans le dos.. Pour autant le traitement réservé à trump illustre bien que les médias dans leur immense majorité sont biaisés..

          je ne refuse pas la violence!!!! je suis aussi plutôt en faveur de la liberté de porter une arme…
          je suis pour la liberté de se défendre..contre l’oppression ..et ce que font les journalistes n’est certainement pas cela.

          il y a des tas de gens qui se sentent agressés par les propos de H16 ont ils le droit de lui casser la gueule?

          • « il y a des tas de gens qui se sentent agressés par les propos de H16 ont ils le droit de lui casser la gueule? »
            Vous parlez de ceux qui font de l’agression gratuite leur fond de commerce ? Si eux ils ont le droit de casser la gueule à H16 pour ce qu’il écrit d’eux, alors eux devraient être désintégrés directement, pour garder le principe de la proportionnalité de la réponse.

      • La violence acceptable est de refuser la présence de journalistes : sur un rond-point par des GJ ou dans une entreprise quand c’est la mère Lucet.

        Pour les autres types, ce sont simplement les risques du métier de « reporter de guerre ». On ne cautionne pas, mais on ne s’étonnera pas non plus que les casseurs ou les flics casseurs de casseurs n’aient pas envie d’être filmés.

        Si on enlève donc les gérémiades corporatistes et la manipulation médiatique, que reste-t’il ?

        • ah bon??? et si je refuse votre présence sur un rond point? pour y faire quoi d’ailleurs?
          et non la violence intellectuelle et physique ne sont pas la m^me chose.
          d’abord parce que la violence intellectuelle on ne sait pas où ça commence et c’est exactement ce que disent les gauchistes. et l’extrême droite ..
          et c’est en substance ce que tu penses et tu dis est une agression DONC j’ai le droit de te frapper…

          vous voulez faire mal aux journaliste devenez le… créez vos média…et dénoncez les…

          • Je n’ai jamais dit que l’on pouvait « faire mal aux journalistes », mais qu’on pouvait refuser leur présence – ce que bien sur tout journaliste contestera au nom de la « liberté de la presse ».

            Cependant je ne pense pas que la possession d’une carte de presse fait de quelqu’un un journaliste ni le contraire …

            • refuser la présence du’une personne sur l’espace public requiert de la violence…

              et occuper un rond point et interdire aux gens de passer n’est pas user de sa liberté d’expression mais un acte de violence qui se finit d’ailleurs en violence..

          • 1/ Je n’ai pas dit que les deux violences étaient la même chose, mais qu’elles existaient toutes deux, et pouvaient toutes deux être particulièrement destructrices. Combien d’hommes se suicident, dans des divorces mal foutus, a cause de violences psychologiques ? PERSONNE n’en parlera. Par contre, gifler une femme, et la moitié de la planète vous tombe sur le dos. Bref, tout autre sujet, mais la violence psychologique existe, et ne dois pas être oubliée.
            2/ Après, la sensibilité à la violence, est aussi un autre sujet, mais peut aussi être appliquée à la violence physique (« dur au mal »). Mais je conviens que la notion de sensibilité, de violence, est un vrai sujet. Pour prendre l’exemple des EU, et du TRIGERRING des SJW gauchistes américains.
            3/ Et franchement, à un moment, il faut arrêter de jouer les vierges effarouchées. Les « journalistes » mentent, déforment, tronquent, manipulent, insultent à longueur de journées, dans le sens qui les arrange, ben en retour, ils se prennent des beignes.
            Réponse du berger à la bergère.

            • bien sur que les mots peuvent blesser… on peut traumatiser avec des mots…mais c’est une personne précise qui vous harcèle..on peut même donner des circonstances atténuantes à un homme qui frappe une femme…sans pourtant l’excuser..on le comprend mais la vrai réponse au simple harcèlement psychologique n’est pas la violence.
              mais ça n’a rien à voir avec réduire un être humain à son métier de journaliste et le frapper ou lui faire violence pour des chose dont LUI n’est pas directement responsable.

              Non tous les journalistes ne mentent pas…certains le font, pas tous, beaucoup sont médiocres ne réfléchissent pas.

              c’est la réponse d’une meute de berger à une bergère parce que des bergères sont méchantes..

              • vous croyez que je sors d’où?

              • Ok, je préfère effectivement la pensée de Cavaignac, un peu plus haut, qui remarquait que les journalistes mainstream couinent parce que les gens se détournent d’eux. Ca vaut peut être mieux que la gifle. N’empêche, je maintiens qu’a force de mensonges et de manipulations éhontés, les journalistes mainstream ne doivent pas s’étonner de l’accueil qui leur est réservé. Et a par un seul cas, je crois (pas de lien, j’ai vu ca vite fait il y a quelques jours je sais plus ou) , j’attends encore une vrai introspection de la part des « journalistes », avec un genre de mea culpa du genre « pourquoi ces gens nous détestent ? Et si nos vues étaient complètement biaisées ? Et si on ne faisait pas de fact checking honnète ? Et si on rendait compte de ce qui se passe subjectivement, au lieu d’être le plus objectif possible ? Et si on faisait systématiquement du deux poids, deux mesures……..
                En tout cas, l’exemple que propose H16 sur les errements de la majorité journalistique (donc gauchiste), c’est aberrant et terrifiant. Une forme claire et évidente de dictature intellectuelle.

                • pas cette foule..
                  dans un cas précis…où un journaliste a ruiné la vie d’une personne ça arrivent , la violence ne me generait pas.de la part de cette personne ..m^me si je pense que il y a toujours mieux çà faire…

                  je pense à des gens qui ont été accusé de viol et que des journalistes ont chargé la barque pa r exemple https://www.youtube.com/watch?v=rov1wDoHw_U

      • @ Jacques lemiere
        C’est ce qui fait qu’en France, chacun peut exposer sa position sur un sujet, avec force détails; Par contre, pour ce qui est d’agir, là, on risque d’attendre longtemps. Paradoxal, n’est-il pas?

    • Un liberal en US est bien un gauchiste, et n’a rien de libéral. Il est plutôt SJW. A tel point que les libéraux s’appelle plutôt libertarien (Libertarian Party).
      L’amérique (USA) n’est pas libéral. Il suffit de voir Roosevelt et Obama qui ont tout du parfait collectiviste.. Mais les USA ont la chance d’avoir une constitution LIBERALE qui est sacrée chez eux (les pères fondateurs), mais qui , au désespoir des collectivistes, est un pur produit des lumières, propriété privé, résistance à l’oppression (II° amendement), séparation des pouvoir, état de droit etc..
      Comme les Suisses, qui sont un confédération, qui ont un président inconnu (désigné pour un an parmi le conseil fédéral) et n’ont des politiques qui « n’emmerdent pas les suisses » pour paraphraser Pompidou.

      • Vous dites : « Mais les USA ont la chance d’avoir une constitution LIBERALE qui est sacrée chez eux (les pères fondateurs), mais qui , au désespoir des collectivistes, est un pur produit des lumières, propriété privé, résistance à l’oppression (II° amendement), séparation des pouvoir, état de droit etc.. »
        La Constitution américaine est inspirée des principes bibliques auxquels croyaient un bon nombre de Pères fondateurs (pas tous, mais les agnostiques respectaient ces principes) et non des Lumières. Et le fondement de ces principes, c’est que l’homme a été créé à l’image de Dieu et possède donc une dignité d’où découlent tous les « droits » mais aussi des devoirs (souvent oubliés). Il n’y a aucun autre fondement rationnel pour le respect de l’homme et de la vie humaine – et cela dès la conception. De sorte que, logiquement, le rejet de Dieu comme Créateur entraîne le mépris de l’homme et ses conséquences dramatiques. Les Lumières, sacralisant l’homme et rejetant Dieu (« l’humanisme »), sont au contraire la source lointaine de l’aliénation de l’homme.

        • « Nous, le Peuple des États-Unis, en vue de former une Union plus parfaite, d’établir la justice, de faire régner la paix intérieure, de pourvoir à la défense commune, de développer le bien-être général et d’assurer les bienfaits de la liberté à nous-mêmes et à notre postérité, nous décrétons et établissons cette Constitution pour les États-Unis d’Amérique. »
          We, the people of the United States.

          Apres c’est sûr le fait religieux est important au USA, surtout par rapport à la laïcité militant (pathologique) de la France. Ne pas oublier le Mayflower et le Thanksgiving.

  • la Pravda à côté c’était du pipeau

    • Seulement parce qu’on savait à quoi s’attendre. Si vous l’aviez vécu de l’intérieur, vous seriez peut-être moins affirmatif.
      Vous connaissez les blagues Radio Erevan ?

  • Merci h16 de dire si bien ce qu’on pense. Pour nous c’est décidé, on quitte la France!

  • Arte diffuse en ce moment un de ces documentaires anti-trump dont ils ont le secret. Les méchants extrémistes religieux xénophobes conservateurs contre les gentils progressistes cultivés ouverts bienveillants.

    De la caricature inouïe dans une enquête à charge ?!? Même les criminels nazis ont été traités avec plus d’équités et dans un vrai procès. Nous considère-t’on incapable de nous faire une opinion et comprendre nous même les travers de Trump ? Ou bien la cause est-elle entendue et le tribunal n’est fait que pour donner l’exeample ?

    Cet acharnement chaque jour répété sur un sujet qui concerne surtout les américains ne peut s’expliquer qu comme une propagande pour le camp du bien et donc contre les français qui seraient tentés de s’exprimer en dehors du « prêt à penser » délivré par le camp du bien.

    Bien sur ceux qui sont visés sont, ceux qui s’opposent à l’immigration ou à l’écologie ou à la redistribution ou aux classes médiatiques pensantes et dirigeantes.

  • les éditions de la presse , ne peuvent être contre celui qui l’abreuve de subventions et de niche fiscale , qui plus est détenu par des groupes financiers et surtout de ne pas deplaire pour obtenir un max de publicité…
    Supprimons ces subventions D’ÉTAT et niche fiscale des journalistes !! est- ce que celà changera la propagande ? les journaliste s’accoquine , se melange , s’accouple , bref la perversion jusqu’à quand ?? lorsque plus personne ne les lira ??

  • Je sais bien que les lecteurs H16 ont perçu depuis longtemps les méfaits des journagandistes français (réchauffement anthropique, glyphosate, horreur du nucléaire, macronolâtrie, etc.), mais j’aimerais ajouter un problème qui ne vous concerne pas au premier chef : la permanente propagande anti-israélienne de la presse subventionnée. Via l’AFP (Agence France Propagande Palestinienne), que je rappelle être semi-gouvernementale, càd aux ordres des roquets d’Orsay.
    Et quand ce n’est pas l’AFP, c’est l’extrême gauchiste Haaretz, seul journal israélien que s’autorisent à lire les journagandistes français stipendiés qui sert de porte-voie à la haine de l’état hébreu.
    Et cela depuis 1967. Ce n’est, hélas, pas nouveau pour nous.

    • Dites donc, on va pas rajouter les juifs dans le tas non ? On a pas assez d’emmerdes comme ça ? Parce que les médias « showbiz » ne sont pas en immense partie controlés par les juifs ? J’ai beaucoup de respect pour les hébreux, ce qu’ils ont fait de l’état d’Israël, économiquement, socialement, scientifiquement, etc, est remarquable, en tout cas si on le compare aux autres « pays »de la région.
      MAIS comme victimes de tout, depuis la shoah, vous êtes quand même gratinés. Alors OK, ca a été monstrueux, mais le nettoyage ethnique des slaves a fait plus de victimes, et on en parle pas tout le temps.
      DONC effectivement, les médias gauchos français vous tapent sur la tronche, mais vous vous rattrapez bien aussi. Et au milieu, les français blancs chrétiens peuvent crever la gueule ouverte, tout le monde s’en tamponne.

    • La propagande est partout 🙁

  • Merci pour ce billet eclaire, je vis aux US et c’est exactement ce qui est en train de se reveler, par contre rien de la bonne presse subventionee francophone pour corriger. A propos, l’histoire devient encore plus croustillante car le brave « veteran de la guerre du Vietnam » n’en n’est pas vraiment un et a des antecedents pas trop glorieux: https://www.washingtonexaminer.com/politics/native-american-activist-nathan-phillips-has-violent-criminal-record-and-escaped-from-jail-as-teenager

    • Cet épisode de plus de délire des médias gauchistes américains (je pense en particulier a l’anti trumpisme qui vire au délire, à la nomination du juge Kavanaugh, et au « pamphlet » « it’s ok to be white ») est vraiment édifiant, mais aussi extrêmement révélateur. Mais je pense que ce genre d’outrances profite au final aux républicains, et que le mouvement #walkaway a de beaux jours devant lui.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Psycho (Copie d'écran, tous droits réservés)
7
Sauvegarder cet article

L'actualité est difficile à suivre en ce moment et la presse, ayant sombré dans un mode de propagande aussi totale que grotesque qui en devient particulièrement visible, n'aide pas à donner une image claire des directions prises par les uns et les autres.

Ainsi du côté du gouvernement, on ne peut que noter l'embarras dans lequel il se trouve de quelque côté qu'on le prenne.

Sur le plan politique, l'absence de majorité absolue pour la Renuisance du Président ou pour le groupe Ensemble à l'Assemblée provoque des difficultés manife... Poursuivre la lecture

l'histoire
0
Sauvegarder cet article

Harold Innis est sans doute le principal théoricien canadien de la communication même si son nom est moins connu de nos jours que celui de son compatriote Marshall McLuhan. La profondeur de ses analyses fait que sa réflexion sur les médias a traversé le temps pour garder toute son actualité.

Pouvoir et connaissance au cœur de la communication

Si McLuhan et Innis assument tous deux la centralité de la technologie de communication, ils en déduisent des implications différentes.

Alors que McLuhan considère que les technologies de l... Poursuivre la lecture

Nous avions déjà constaté lors d’un précédent billet que les reportages de Cash Investigation souffraient de biais idéologiques. Il s’agissait d’égalitarisme dans l’épisode concernant les inégalités salariales entre les hommes et les femmes. Ce nouvel épisode, consacré à l’entreprise McDonald's, baigne quant à lui dans un anticapitalisme primaire.

Valeurs nutritionnelles d’un Happy Meal

Cash Investigation s’attaque dans un premier temps à la valeur nutritionnelle d’un menu Happy Meal. Le reportage enfonce des portes ouvertes. Il est à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles