Le capitalisme, cette richesse détestée des socialistes

Capitalism by Aschevogel (CC BY-NC-ND 2.0) — Aschevogel , CC-BY

Dans un système de liberté économique et de libre concurrence l’individu est motivé à continuer à travailler pour créer encore plus de richesse et l’échanger avec des pairs contre le fruit de leur travail.

Par John D. Waterman.
Un article de The Foundation for Economic Education

Ceux parmi nous qui soutiennent le capitalisme savent à quel point il est une source de richesse dans notre économie moderne. Ils savent aussi que les États ne créent pas de richesses mais ne font que prélever l’argent des gens suffisamment productifs pour générer un profit à partir de leurs efforts.

Beaucoup de ceux qui sont en désaccord avec nous pensent que le capitalisme n’est qu’un jeu à somme nulle anarchique qui offre aux riches la possibilité d’exploiter les pauvres et voler le fruit de leur travail. Qui vise juste dans ce débat controversé ?

La loi de la jungle

Pour nous aider, commençons par observer ce qui différencie, entre autres,  les hommes des animaux. Ces derniers vivent réellement en anarchie. Ce terme signifie « sans État », ce qui correspond bien à l’environnement dans lequel ils évoluent.

Les animaux doivent s’affronter pour survivre sous la loi de la jungle, là où le pouvoir fait le droit, où la fin justifie les moyens et où la violence est l’arbitre des conflits. Ils mettent œuvre des classements au sein de leurs meutes ou troupeaux. Tous s’affrontent pour la meilleure place et finissent ainsi par s’organiser en hiérarchies qui dictent le rôle de chacun dans leur société.

Les hommes, eux, ne sont pas obligés de vivre en anarchie et peuvent au contraire organiser différentes formes d’États pour décider du contrôle des membres de la société. Cela dit, ils forment aussi des hiérarchies ; simplement elles peuvent prendre des formes plus variées. Le chef dirige et les travailleurs, essentiellement, s’exécutent tout en essayant de se frayer une place pour un meilleur poste. Tous ceux qui ont déjà été employés ont pu observer ce genre de comportements sur leur lieu de travail.

Producteurs versus consommateurs

Comparons maintenant la concurrence au sein du monde animal primitif à la concurrence dans les sociétés humaines plus avancées. Imaginons un groupe de lions vivant dans le Delta d’Okavango au Botswana et se nourrissant d’un troupeau de buffles. Quand un lion tue un buffle, selon la hiérarchie établie dans la troupe, le chef sera le premier à se servir sur la carcasse. Une fois repu, les autres lions pourront se nourrir, toujours dans l’ordre hiérarchique.

Les lions sont à la merci de la nature qui leur offre une quantité limitée de nourriture : le troupeau de buffles. S’il y a une sécheresse, le troupeau déclinera, et les lions auront alors moins à manger. Si la météo et le débit de la rivière sont plus avantageux, le troupeau de buffles prospérera et par conséquent le groupe de lions aussi. Ils n’ont aucun moyen de gérer la santé et le bien-être des buffles, alors même qu’ils sont leur seule source de nourriture. Les animaux sont bloqués dans leur environnement naturel limité, sans aucun moyen d’améliorer leur mode de vie anarchique. D’un point de vue économique, les animaux sont consommateurs et n’ont aucun moyen de devenir producteurs.

Que fait l’Homme dans une telle situation ? Par exemple, ceux qui aiment les côtelettes d’agneau rassembleraient un troupeau de moutons dans un pâturage cerné par une clôture qu’ils édifieraient afin de le protéger des autres prédateurs. Ils procureraient aux moutons de quoi boire et manger, et un environnement propice à leur reproduction pour agrandir le troupeau. Ils remarqueraient que leurs moutons produisent de la laine pouvant être récoltée et transformée en étoffe pour confectionner des vêtements ou d’autres objets.

Celui qui découvre qu’il aime les pommes mettra de côté une partie de sa récolte effectuée sur le pommier trouvé dans la forêt, et plantera des graines pour créer un bosquet, puis un verger. Dès qu’il possèdera suffisamment de pommes pour sa propre consommation, il pourra utiliser l’excédent pour nourrir les moutons, ou bien le vendre à ceux qui le souhaitent.

La création de richesses

Par leur ingéniosité et leur travail, les individus créent de la richesse là où elle n’existait pas auparavant. Ils peuvent produire plus de côtelettes d’agneau et de compote de pommes qu’ils n’en ont besoin. Cette richesse devient un bénéfice pour la société. Les humains ont donc la capacité d’utiliser leur intelligence et leur travail pour faire prospérer leur espèce, là où le travail des lions dépend des ressources limitées fournies par mère Nature.

Dans un système de liberté économique et de libre concurrence où l’individu possède les moyens de production et la liberté de disposer de sa propriété comme bon lui semble (une définition viable du capitalisme), il est motivé à continuer à travailler pour créer encore plus de richesse et l’échanger avec des pairs contre le fruit de leur travail. Contrairement aux animaux, les hommes peuvent devenir des producteurs en plus d’être de consommateurs.

Le secret

Notez que les hommes et les femmes perdront leur motivation à travailler et créer de la richesse s’ils ne peuvent en tirer bénéfice. La personne qui crée un grand troupeau de moutons et un verger de pommiers et qui est ensuite lourdement taxée par l’État, pourrait estimer que son travail n’en vaut pas la peine. De même, si des bandes de voleurs errants volaient les fruits et les moutons, leur propriétaire réaffecterait une partie de son temps et de son travail à cacher sa richesse et sera dès lors moins productif.

Les socialistes aujourd’hui qui voudraient vous faire croire que la concurrence dans un environnement capitaliste n’est qu’une autre forme d’exploitation anarchique, n’appréhendent pas la réalité de la situation.

Voici maintenant divulguée l’origine du titre de cet essai : c’est une citation issue du livre de George Reisman Capitalism : A Treatise on Economics. Il résume le concept avec éloquence  :

« […] dans le capitalisme, la concurrence est diamétralement opposée à la loi de la jungle : c’est une concurrence entre producteurs pour produire des richesses, et non entre consommateurs pour consommer des richesses ». (chapitre 10, paragraphe 10)


Traduction pour Contrepoints de « Capitalism : Understanding Its Secret ».