États-Unis : le marché du travail en pleine croissance

En plus de la réforme fiscale qui a profité aux ménages et aux entreprises, ce sont les déréglementations qui ont donné beaucoup d’air aux employeurs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

États-Unis : le marché du travail en pleine croissance

Publié le 9 janvier 2019
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

L’économie américaine a créé 312 000 emplois en décembre, beaucoup plus que les 176 000 qui étaient prévus. Le taux d’emploi est maintenant à 63,1 % de la population active. Le secteur manufacturier a créé 32 000 emplois en décembre et le nombre d’employés a augmenté de 2,3 % en 2018. Sous Obama, durant ses deux mandats, ce secteur a détruit 210 000 emplois. Sous Trump, 473 000 emplois ont été créés dans l’industrie manufacturière en seulement deux ans !

En même temps, les salaires augmentent régulièrement. Le salaire horaire moyen a augmenté de 3,2 % en 2018. C’est la hausse la plus importante depuis la crise de 2008. Et ce sont les salaires les plus bas qui ont le plus profité de la hausse : + 4,6 % dans le commerce et + 4,3 % dans les loisirs. Tous ces indicateurs, ainsi que les déclarations rassurantes du président de la Fed, permettent d’envisager une nouvelle année de croissance économique en Amérique dans le contexte d’un ralentissement de l’économie mondiale. À condition, bien entendu, de voir la fin des conflits commerciaux, en particulier avec la Chine.

La santé économique insolente des USA

Il serait utile de rappeler les principales raisons de l’excellent état de santé du marché du travail américain. En plus de la réforme fiscale qui a profité aux ménages et aux entreprises, ce sont les déréglementations qui ont donné beaucoup d’air aux employeurs. Plus de 150 initiatives de déréglementation ont été adoptées en mars 2017 par l’administration Trump dans les domaines de l’environnement, des télécommunications, de la finance, du logement, de la santé, de l’agriculture, du travail et de l’éducation. Elles sont finalisées ou en cours.

Le think tank Brookings Institution a fait un excellent travail en listant toutes ces déréglementations qui concernent autant la protection des crapauds que la flexibilité sur le marché du travail. Nos gouvernants devraient les regarder attentivement et comprendre que même de simples mesures peuvent inciter les entrepreneurs à reprendre confiance pour investir et créer des emplois.

Il reste que Trump devrait veiller à éteindre désormais la guerre commerciale qu’il a allumée et surtout revenir sur son protectionnisme populiste. À défaut, l’avenir de l’Amérique, et du monde avec elle, pourrait être moins rose.

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Article très intéressant, merci. Où peut-on consulter la liste des 150 initiatives de déréglementation adoptées en mars 2017 ?

  • Ah, si on pouvait se récupérer un TRUMP comme président…
    Prochaine échéance, le shutdown et le mur. Considérant la vision antigouvernementale de Trump et de ses partisans, ainsi que la volonté de Trump, et la bêtise et le programme anti trump des démorats, ca va surement exploser le record précédent ^^.

  • « Il reste que Trump devrait veiller à éteindre désormais la guerre commerciale qu’il a allumée et surtout revenir sur son protectionnisme populiste. À défaut, l’avenir de l’Amérique, et du monde avec elle, pourrait être moins rose. »

    Cela demanderait à être explicité. Surtout quand Nancy Pelosi explique qu’ils ne construiront pas un mur parce que « Ce n’est pas moral » ?!?

    Pour vous le protectionisme populiste est-il mauvais pour raison économique ou est-ce que « pas bien, caca » ?

    • Le protectionnisme ne profite qu’à un groupe restreint de privilégiés / d’amis du pouvoir au détriment des consommateurs, en l’occurence : des consommateurs américains. Le protectionnisme restreint voire supprime l’accès des consommateurs américains à des produits étrangers moins chers que les produits américains.

      • OK, mais l’auteur dit :

        « À défaut, l’avenir de l’Amérique, et du monde avec elle, pourrait être moins rose. »

        SI la seule catastrophe qui guette les américains est de payer un peu plus cher certains produits alors que leur salaire augmente et les taxes baissent, il rééliront Donald triomphalement (avec Riri, Fifi, Loulou).

      • Et pour le reste du monde … En France, on n’a pas de pétrole, plus d’argent et plus de travail, mais on a des éoliennes.

  • Merci pour cet article très intéressant que de nombreux media renâcleraient à publier!

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Une procédure antitrust est engagée contre le géant de la technologie au nom de la protection des consommateurs. Mais l'innovation pourrait bien être la véritable victime de cette affaire.

Nous connaissons tous cette personne qui semble toujours avoir le dernier gadget Apple. À bien des égards, les produits Apple sont devenus un symbole de statut social. Bien qu'il existe un groupe dévoué et loyal de fans d'Apple qui pensent qu'il n'existe pas d'autres options, et ceux qui considèrent ces produits comme un signal au monde qu'ils sont s... Poursuivre la lecture

Ce vendredi 2 février, les États membres ont unanimement approuvé le AI Act ou Loi sur l’IA, après une procédure longue et mouvementée. En tant que tout premier cadre législatif international et contraignant sur l’IA, le texte fait beaucoup parler de lui.

La commercialisation de l’IA générative a apporté son lot d’inquiétudes, notamment en matière d’atteintes aux droits fondamentaux.

Ainsi, une course à la règlementation de l’IA, dont l’issue pourrait réajuster certains rapports de force, fait rage. Parfois critiquée pour son ap... Poursuivre la lecture

Nicolas Tenzer est enseignant à Sciences Po Paris, non resident senior fellow au Center for European Policy Analysis (CEPA) et blogueur de politique internationale sur Tenzer Strategics. Son dernier livre Notre guerre. Le crime et l’oubli : pour une pensée stratégique, vient de sortir aux Éditions de l’Observatoire. Ce grand entretien a été publié pour la première fois dans nos colonnes le 29 janvier dernier. Nous le republions pour donner une lumière nouvelles aux déclarations du président Macron, lequel n’a « pas exclu » l’envoi de troupes ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles