Économie : pourquoi les États-Unis réussissent mieux que l’Europe

American and french flags — Pierre Augustin, CC-BY

Les 10 raisons qui expliquent pourquoi l’économie américaine se porte nettement mieux que l’économie européenne.

Par Martin Feldstein, depuis les États-Unis.

Dans une récente allocution, Martin Feldstein, professeur d’économie à l’Université Harvard a identifié les 10 avantages concurrentiels de l’économie américaine.

1- Une culture entrepreneuriale
Les Américains sont entreprenants et sont animés par le désir de lancer des entreprises et de les faire croître. Aux États-Unis, on jette rarement l’opprobre sur ceux qui échouent et recommencent.

2- Un système financier qui soutient l’entrepreneuriat
Les États-Unis ont un système de financement par capitaux propres plus développé que les pays d’Europe, comprenant des business angels prêts à financer des start-ups et un marché du capital-risque très actif qui permet de financer ces entreprises au fur et à mesure de leur croissance. Les États-Unis disposent également d’un vaste système bancaire décentralisé, avec plus de 7 000 petites banques qui octroient des prêts aux entrepreneurs.

3- Des centres de recherche de classe mondiale
Les universités fournissent une grande partie de la recherche fondamentale qui stimule l’entrepreneuriat dans les hautes technologies. Le corps professoral et les doctorants sont insérés dans le tissu local des start-ups, et la culture des universités et des entreprises encourage ce rapprochement. Les meilleurs centres de recherche universitaires attirent les meilleurs étudiants du monde entier, dont beaucoup finissent par rester aux États-Unis.

4- Des marchés du travail efficients
Les marchés du travail américains relient les travailleurs et les emplois, sans entraves des syndicats, des entreprises publiques et des réglementations du travail excessivement restrictives. Moins de 7 % de la main-d’œuvre du secteur privé américain est syndiquée et il n’y a pratiquement aucune entreprise publique. Même si les États-Unis réglementent les conditions de travail et l’embauche, les règles sont beaucoup moins contraignantes qu’en Europe. Par conséquent, les travailleurs ont de meilleures chances de trouver le bon emploi, les entreprises ont plus de facilité à innover et les nouvelles entreprises ont plus de facilité à se lancer et à croître.

5- Une population en croissance, notamment en raison de l’immigration, et géographiquement mobile à l’intérieur des frontières
La croissance démographique de l’Amérique se traduit par une main-d’œuvre plus jeune, donc plus apte à la formation et plus flexible. Bien qu’il y ait des restrictions à l’immigration aux États-Unis, il existe également des règles spéciales pour permettre l’accès à l’économie américaine et une voie vers la citoyenneté fondée sur le talent individuel et le parrainage industriel. Un système distinct de « loterie de cartes vertes » permet à ceux qui le souhaitent de s’installer aux États-Unis. La capacité du pays à attirer des immigrants qualifiés a été une raison importante de sa prospérité.

6- Une culture et un régime fiscal qui encouragent le travail acharné et les longues heures de travail
Le salarié moyen travaille 1 800 heures par an, soit nettement plus que les 1 500 heures travaillées en France et les 1 400 heures travaillées en Allemagne (mais pas autant que les 2 200 heures à Hong Kong, Singapour et en Corée du Sud). En général, travailler de plus longues heures signifie produire davantage et donc des revenus réels plus élevés.

7- Une source d’énergie qui rend l’Amérique du Nord indépendante sur le plan énergétique
La fragmentation du gaz naturel, en particulier, a fourni aux entreprises américaines une énergie abondante et relativement peu coûteuse.

8- Un environnement réglementaire favorable
Bien que les réglementations américaines soient loin d’être parfaites, elles sont moins contraignantes pour les entreprises que les réglementations imposées par les pays européens et l’Union européenne.

9- Un État moins lourd que dans les autres pays industrialisés
Selon l’OCDE, les dépenses publiques américaines aux niveaux fédéral, régional et local ont représenté 38 % du PIB, contre 44 % en Allemagne, 51 % en Italie et 57 % en France. Le niveau plus élevé des dépenses publiques dans d’autres pays implique non seulement une plus grande part des revenus sous forme d’impôts et de taxes, mais aussi des revenus de transfert plus élevés qui réduisent les incitations au travail.

10- Un système politique décentralisé dans lequel les États et les administrations locales sont en concurrence
La concurrence entre les États et les collectivités encourage l’esprit d’entreprise et le travail. Les États sont également en concurrence en matière de règles juridiques et de régimes fiscaux pour les entreprises et les résidents individuels. Certains États n’ont pas d’impôt sur le revenu et leur code du travail limite la syndicalisation. Les États-Unis sont peut-être uniques parmi les grands pays à revenus élevés en ce qui concerne leur degré de décentralisation politique.


Extrait d’une conférence de Martin Feldstein, traduit par Raphaël Marfaux pour Contrepoints.