Des candidats libéraux aux européennes ?

European Parliament @ European district @ Strasbourg By: Guilhem Vellut - CC BY 2.0

Le parti libertarien français a décidé de soutenir une liste pour les élections européennes 2019. OPINION

Par Loïc Rousselle.

Si nous attendons des politiciens professionnels qui nous représentent qu’ils s’inspirent des idées que nous défendons pour constituer leurs programmes nous risquons d’attendre encore longtemps…

Le parti libertarien français a donc décidé de soutenir une liste pour les élections européennes 2019.

Cette initiative a pour objectif de rassembler les talents et les énergies parmi les libéraux français, pour les européennes 2019 et pour les échéances électorales suivantes…

L’éducation populaire réalisée par les nombreux think tank libéraux est capitale, mais nous pensons que ce ne sera pas suffisant pour que les Français se libèrent de l’État providence. Nous pensons qu’il faut une existence sur la scène politique afin de pouvoir toucher d’autres publics.

Porter la parole libérale

Nous pensons que le timing est exceptionnel pour porter la parole libérale.

L’idée générale est de s’inspirer du modèle suisse car son succès est indéniable. Ce modèle est très libéral par rapport au nôtre et il séduit beaucoup de nos concitoyens.

La liste s’intitule Démocratie directe.

Les organisations politiques suivent les évolutions technologiques, ainsi, la révolution industrielle a précédé les révolutions anglaise, américaine et française. Nous sommes passés de la monarchie à la démocratie représentative.

La révolution numérique est comparable à la révolution industrielle et un changement politique doit survenir. La démocratie représentative a un grave défaut : elle favorise l’émergence des entrepreneurs politiques qui utilisent leurs mandats non pas pour réaliser les aspirations de leurs électeurs mais pour satisfaire leurs intérêts personnels. La confiance est rompue, définitivement.

La révolution numérique ainsi que la cryptographie rendent techniquement possible et sécurisée une autre forme de gouvernance à base de referendums réguliers sur les sujets importants.

Nous proposons un État confédéral constitué d’un gouvernement central et de gouvernements régionaux.

La mission du gouvernement central est strictement bornée à la défense du droit naturel comme le stipule la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Ses missions seront donc limitées à garantir la propriété, la liberté, la sûreté et le droit naturel de résistance à l’oppression. C’est-à-dire qu’il n’est finalement qu’une entreprise de production de sécurité (police, justice, armée et affaires étrangères). Il est illégitime pour les autres missions qui doivent être rendues à la société civile ou aux gouvernements régionaux.

Les missions des gouvernements régionaux seront décidées par les citoyens qui les financent, les élus seront responsables sur leurs deniers personnels de leur bonne gestion (pas de déficit en temps de paix).

Le financement du gouvernement central comme celui des régions doit être assuré par tous les citoyens proportionnellement à leurs revenus comme le stipule notre contrat social (l’impôt progressif n’est ni juste ni efficace).

La fiscalité sera constituée d’une flat tax nationale, une flat tax régionale, un impôt sur les sociétés à taux faible ainsi qu’une TVA à taux unique.

Les régions seront en concurrence fiscale.

La fiscalité globale sera plafonnée à 40 % du PIB dès que possible et la cible à plus long terme sera 30 % du PIB.

Le principe de subsidiarité doit être appliqué chaque fois que cela est possible, c’est-à-dire que les décisions doivent être prises au niveau le plus local possible, parfois par referendum local.

Les monopoles autres que régaliens seront interdits afin d’augmenter la liberté de choix des citoyens.

Les citoyens toucheront leur salaire complet.

Les sujets complexes comme l’immigration doivent être traités en consultation avec les Français, nous aborderons ces sujets par referendum.

L’État providence n’est pas la mission de l’État, les transferts sociaux non consentis sont un vol.

L’État pourra être providentiel uniquement dans les cas de force majeure lorsque les citoyens sont vraiment dans l’incapacité de subvenir à leurs besoins (handicapés, etc.) mais tout doit être mis en place pour que la philanthropie prenne progressivement le relais de l’État providence.

L’Union européenne doit organiser le marché commun pour créer davantage de prospérité, toutes ses autres missions sont illégitimes et viennent en infraction du principe de subsidiarité.

Si vous souhaitez faire partie des 79 candidats de la liste que nous soutiendrons, nous vous invitons à nous envoyer votre nom, prénom, date de naissance, adresse postale, un descriptif de votre parcours personnel, ainsi que vos motivations de candidature à contact@partilibertarien.fr.

Nous encourageons particulièrement les femmes à candidater sans hésiter puisque la liste doit être paritaire.

Si vous souhaitez contribuer financièrement à cette campagne c’est ici

https://www.partilibertarien.fr/militer.

Vive la liberté.