Des candidats libéraux aux européennes ?

Le parti libertarien français a décidé de soutenir une liste pour les élections européennes 2019. OPINION

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
European Parliament @ European district @ Strasbourg By: Guilhem Vellut - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des candidats libéraux aux européennes ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 décembre 2018
- A +

Par Loïc Rousselle.

Si nous attendons des politiciens professionnels qui nous représentent qu’ils s’inspirent des idées que nous défendons pour constituer leurs programmes nous risquons d’attendre encore longtemps…

Le parti libertarien français a donc décidé de soutenir une liste pour les élections européennes 2019.

Cette initiative a pour objectif de rassembler les talents et les énergies parmi les libéraux français, pour les européennes 2019 et pour les échéances électorales suivantes…

L’éducation populaire réalisée par les nombreux think tank libéraux est capitale, mais nous pensons que ce ne sera pas suffisant pour que les Français se libèrent de l’État providence. Nous pensons qu’il faut une existence sur la scène politique afin de pouvoir toucher d’autres publics.

Porter la parole libérale

Nous pensons que le timing est exceptionnel pour porter la parole libérale.

L’idée générale est de s’inspirer du modèle suisse car son succès est indéniable. Ce modèle est très libéral par rapport au nôtre et il séduit beaucoup de nos concitoyens.

La liste s’intitule Démocratie directe.

Les organisations politiques suivent les évolutions technologiques, ainsi, la révolution industrielle a précédé les révolutions anglaise, américaine et française. Nous sommes passés de la monarchie à la démocratie représentative.

La révolution numérique est comparable à la révolution industrielle et un changement politique doit survenir. La démocratie représentative a un grave défaut : elle favorise l’émergence des entrepreneurs politiques qui utilisent leurs mandats non pas pour réaliser les aspirations de leurs électeurs mais pour satisfaire leurs intérêts personnels. La confiance est rompue, définitivement.

La révolution numérique ainsi que la cryptographie rendent techniquement possible et sécurisée une autre forme de gouvernance à base de referendums réguliers sur les sujets importants.

Nous proposons un État confédéral constitué d’un gouvernement central et de gouvernements régionaux.

La mission du gouvernement central est strictement bornée à la défense du droit naturel comme le stipule la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789. Ses missions seront donc limitées à garantir la propriété, la liberté, la sûreté et le droit naturel de résistance à l’oppression. C’est-à-dire qu’il n’est finalement qu’une entreprise de production de sécurité (police, justice, armée et affaires étrangères). Il est illégitime pour les autres missions qui doivent être rendues à la société civile ou aux gouvernements régionaux.

Les missions des gouvernements régionaux seront décidées par les citoyens qui les financent, les élus seront responsables sur leurs deniers personnels de leur bonne gestion (pas de déficit en temps de paix).

Le financement du gouvernement central comme celui des régions doit être assuré par tous les citoyens proportionnellement à leurs revenus comme le stipule notre contrat social (l’impôt progressif n’est ni juste ni efficace).

La fiscalité sera constituée d’une flat tax nationale, une flat tax régionale, un impôt sur les sociétés à taux faible ainsi qu’une TVA à taux unique.

Les régions seront en concurrence fiscale.

La fiscalité globale sera plafonnée à 40 % du PIB dès que possible et la cible à plus long terme sera 30 % du PIB.

Le principe de subsidiarité doit être appliqué chaque fois que cela est possible, c’est-à-dire que les décisions doivent être prises au niveau le plus local possible, parfois par referendum local.

Les monopoles autres que régaliens seront interdits afin d’augmenter la liberté de choix des citoyens.

Les citoyens toucheront leur salaire complet.

Les sujets complexes comme l’immigration doivent être traités en consultation avec les Français, nous aborderons ces sujets par referendum.

L’État providence n’est pas la mission de l’État, les transferts sociaux non consentis sont un vol.

L’État pourra être providentiel uniquement dans les cas de force majeure lorsque les citoyens sont vraiment dans l’incapacité de subvenir à leurs besoins (handicapés, etc.) mais tout doit être mis en place pour que la philanthropie prenne progressivement le relais de l’État providence.

L’Union européenne doit organiser le marché commun pour créer davantage de prospérité, toutes ses autres missions sont illégitimes et viennent en infraction du principe de subsidiarité.

Si vous souhaitez faire partie des 79 candidats de la liste que nous soutiendrons, nous vous invitons à nous envoyer votre nom, prénom, date de naissance, adresse postale, un descriptif de votre parcours personnel, ainsi que vos motivations de candidature à contact@partilibertarien.fr.

Nous encourageons particulièrement les femmes à candidater sans hésiter puisque la liste doit être paritaire.

Si vous souhaitez contribuer financièrement à cette campagne c’est ici

https://www.partilibertarien.fr/militer.

Vive la liberté.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Pourvu que ça marche !
    Les GJ me font déprimer à un point…

    Ah ben zut ! Le jaune est la couleur du parti libertarien. J’envisage donc d’adhérer.

  • « Le financement du gouvernement central comme celui des régions doit être assuré par tous les citoyens proportionnellement à leurs revenus comme le stipule notre contrat social (l’impôt progressif n’est ni juste ni efficace).
    La fiscalité sera constituée d’une flat tax nationale, une flat tax régionale, un impôt sur les sociétés à taux faible ainsi qu’une TVA à taux unique. »

    Puisque vous vous réclamez de la DDHC de 1789, vous devriez savoir :
    1. que ce beau texte ne dit rien sur la nature de la fonction qui relie les revenus et l’impôt, elle peut donc être proportionnelle (flat tax) ou progressive (ce qui laisse une infinité de possibilités)
    2. qu’en revanche la TVA, en tant que contribution non liée aux revenus, doit disparaître !

  • Concrètement…
    Fin de l’obligation du port du casque à moto ?
    Libéralisation de toutes les drogues ?
    Autorisation de la GPA ?

  • Tout ceci est bel et bon, mais vous croyez sérieusement que l’eurogroupe et les fonctionnaires bruxellois vont vous laisser faire si vous ne remplissez pas les sacro-saints critères de Maastricht, ne respectez pas la trajectoire budgétaire qu’ils ont fixée, ni les centaines de milliers de pages de réglementation européenne allant de la spoliation de nos concitoyens pour « lutter contre le changement climatique » jusqu’au volume des chasses d’eau ? D’abord le frexit, ensuite le libéralisme, le vrai !

    • Je ne suis pas sûre, mais il me semble que la France pèse beaucoup dans l’UE. Cette dernière n’a pas intérêt à nous voir partir, d’une part ; d’autre part, c’est la France qui plombe l’UE et non l’inverse.

      Les « fonctionnaires bruxellois » sont ceux que la France a mis en place : c’est la France qui enquiquine l’Europe et non l’inverse !

      Pas besoin de sortir de l’UE pour dire NON à « la lutte contre le changement climatique ». Si on le veut, l’Europe suivra.

      Assez de reporter nos défauts sur l’UE !

      • A peu près ça. Il est temps que la France renoue avec sa longue tradition d’em… bêter le reste de l’Europe lorsque nos intérêts vitaux sont en jeu.

  • vous parlez beaucoup d’argent , de finances ,mais que préconisez vous contre l’insécurité galopante de notre pays ou ce sont des bandes qui font la loi ? ou les terroristes sont libres comme l’air ?un pays ne peut pas vivre librement si les citoyens sont pris en otage par une minorité qui est devenu ingérable via le laxisme de ses dirigeants ;

    • Un état plus limité et recentré sur ses missions régaliennes (police armée justice) serait plus efficace en terme de sécurité.

  • Je n’ai pas vu de proposition allant dans le sens du renforcement du droit à l’auto-défense et du réarmement des citoyens, qui me paraît plus que jamais d’actualité.

    100% d’accord avec l’espoir de la démocratie directe, encore que je pense que l’utilisation du vote physique et non informatique reste d’actualité (j’ai une confiance modérée en la sûreté informatique confiée à l’Etat…)

    Sinon je vous souhaite bonne chance, et selon les % d’intentions au premier tour je vous favoriserai aux élections – si et seulement si je n’ai pas l’impression qu’agir ainsi donne un avantage aux polypes de Lareumeu.

  • « Vaste programme » aurait dit un homme célèbre. Un seul petit pas dans cette direction serait déjà un énorme progrès…
    Mais je crains qu’il ne faille une révolution préalable pour modifier la structure de l’Etat et ne suis pas certain que cela puisse aboutir à l’améliorer.

    • @ Mecki
      Attendez! On parle d’élections pour le parlement européen, ce qui ne déplacera pas les foules françaises!
      Combien de députés le parti libertarien français peut-il espérer, à votre avis sur 79, en France (sur 705 à Bruxelles)? Entre 0 et 1?
      Selon un reportage, il faut +/- 18 mois pour comprendre le fonctionnement de l’Union Européenne.
      Il est évidemment illusoire de remettre en cause les décisions déjà prises et le fonctionnement de l’U.E., tel qu’il est actuellement établi.
      Bon! L’indemnité financière mensuelle n’est pas négligeable, c’est entendu, avec quelques facilités commerciales légales, j’entends bien.
      Bien sûr, d’autres pays envoient couramment des députés libéraux (soyons simples) au parlement européen, mais malheureusement, le pouvoir du conseil européen des chefs d’état et de gouvernement conserve, jusqu’à présent, une voix plutôt prépondérante dans les décisions de l’Union.
      Autrement dit, la France devrait d’abord posséder un parti libéral significatif et représenté (a.n. et sénat), à l’intérieur, avant d’ambitionner un siège à Bruxelles, surtout avec le programme lu ci-dessus! Ce serait un caillou jeté dans l’eau!

  • çà va etre dur … ;))

    • @ claude henry de chasne

      Mais non! Les élections européennes, les Français s’en fichent (à tort, évidemment), donc piètre participation d’électeurs ignorant les candidats. Donc, comme d »habitude, ils voteront LR ou PS ou France insoumise ou rassemblement national!

      • Savent-ils que près de 40% de leur législation s’est décidée, après multiples approbations françaises, au niveau de l’Union Européenne? J’ose supposer que non! Et c’est dommage!

  • Mon vote est déjà acquis à ‘Régions et Peuples Solidaires’, ma priorité étant la lutte contre l’état central et jacobin.

    Même si la position ‘centre gauchisant’ de la plupart des régionalistes ne me convient pas tout à fait, j’espère que l’attachement à la liberté que je perçois dans le discours entre militants prendra le dessus, en tous cas vous pouvez compter sur moi pour défendre nos idées…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monde francophone compte plusieurs centres de réflexions libéraux. L'un des principaux est l'Institut économique de Montréal, situé au Québec. Il est dirigé par Michel Kelly-Gagnon que nous avons l'honneur d'interviewer. Michel fut l’un des cofondateurs des Amis de la Liberté au milieu des années 1990 et a contribué à la relance de l’IEDM à partir de 1997, notamment grâce à ses talents de leveur de fonds. Après avoir dirigé l’IEDM de 1999 à 2006, il a été président du Conseil du patronat du Québec de mars 2006 à décembre 2008. Au début de ... Poursuivre la lecture

En France, nous serions tentés de dire Non, tant le battage médiatique incessant assimilant l’écologie à une posture étatiste, nécessitant de lourds sacrifices fiscaux et un contrôle renforcé de nos comportements et modes de vie est la norme.

 

Une autre écologie est possible

Et la bonne nouvelle, c’est qu’elle existe déjà… Malgré le silence des médias.

L’écologie véritable n’est pas particulièrement marquée politiquement. Étymologiquement, écologie signifie « économie de la maison »… Ce qui signifie tout simplement ... Poursuivre la lecture

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles