Carlos Ghosn : le pouvoir est trop sérieux pour être confié à un seul homme

Opter pour l’application d’une Constitution dans son entreprise c’est choisir l’antidote à tous les despotes. OPINION

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Carlos Ghosn visiting Norway By: Norsk Elbilforening - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Carlos Ghosn : le pouvoir est trop sérieux pour être confié à un seul homme

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 6 décembre 2018
- A +

Par Bernard Marie Chiquet.

Carlos Ghosn est-il vraiment coupable de ce dont on l’accuse ou est-il la victime d’une cabale ? Tout cela n’est-il qu’un moyen pour certains, chez Nissan, de se débarrasser d’un capitaine d’industrie adulé par beaucoup et honnis par d’autres ? Considéré jusque-là comme celui qui a sauvé Nissan et Renault de la faillite, Carlos Ghosn serait devenu, en seulement quelques heures, cet homme dont le goût pour l’argent n’a d’égal que la soif de pouvoir.

Sans doute la justice fera-t-elle son travail. Mais ce que cette affaire révèle va bien au-delà du numéro 1 mondial de l’automobile Renault-Nissan-Mitsubishi et de Carlos Ghosn. Ce dernier est en effet la parfaite incarnation d’un management et d’une organisation qui démontrent leurs limites au XXIe siècle. Carlos Ghosn serait un despote éclairé, qui émane d’une entreprise concentrant les pouvoirs entre quelques mains, sans vrais contre-pouvoirs mais avec une séparation claire entre ceux qui décident et ceux — la très grande majorité — qui exécutent.

Il est temps que les entreprises et leurs patrons s’interrogent sur la meilleure manière de bâtir une organisation qui s’appuie sur des règles explicites et communes à toutes et à tous, gage de stabilité et de performance. Une organisation au service de l’entreprise plutôt qu’au service d’un homme ou de quelques-uns.

L’organisation hiérarchique, mère de tous les despotes

Incontestablement, Carlos Ghosn est un patron hors du commun. Il est celui qui, après avoir sorti Renault et Nissan de graves difficultés, en a fait le numéro 1 mondial de l’automobile. Jusque-là insensible aux critiques et autres pressions politiques en France et au Japon, l’homme tombe aujourd’hui pour une histoire affligeante si elle est avérée.

Au cours de ses années à la tête de l’entreprise automobile, il a su asseoir un pouvoir absolu bâti sur des qualités exceptionnelles de vision et d’exécution. Il a su aussi tirer le meilleur, à son profit, de l’organisation hiérarchique qui caractérise son entreprise comme nombre d’autres groupes industriels. Fort de son aura, il aurait rendu le groupe dépendant de sa personne, et mis l’organisation à son service. Car, comme dans la plupart des entreprises où l’organisation pyramidale continue de sévir, le patron et ses managers peuvent devenir tout-puissants. Même si les patrons ne peuvent pas tous se targuer d’avoir les qualités et l’aura d’un Carlos Ghosn.

Dès lors, il est assez clair que le système pyramidal agit comme un frein pour le développement de l’entreprise. Le collaborateur enfermé dans un rôle de simple exécutant ne peut saisir le sens de ses actions, se projeter ou s’engager pour l’entreprise ou ses collègues. Parallèlement, le patron et ses managers restent enfermés dans un modèle qui les écarte de leur vraie valeur ajoutée, les focalise sur leurs pouvoirs plutôt que sur l’entreprise et sa raison d’être. Pour sortir de cette impasse dans laquelle beaucoup d’entreprises se trouvent, il convient de mettre un terme au règne de ce « patron absolu », ou de ce « Roi-Soleil » et faire place à une organisation réinventée, construite sur des règles explicites, communes et vraiment appliquées par tous : une Constitution. Ce qu’écrivait déjà Thomas B. Macaulay au XIXe siècle, « A good Constitution is infinitely better than the best despot » (Une bonne Constitution est infiniment mieux que le meilleur des despotes).

La Constitution : un antidote contre les despotes

L’idée de la Constitution repose sur la volonté de réinventer son organisation et de la bâtir sur des règles partagées, une gouvernance qui s’applique à tous et d’abord au patron. Dans le cas de Carlos Ghosn, quelles sont les règles communes qui s’appliquaient à lui ? Sans doute aucune puisqu’il est le système, qu’il incarne l’entreprise au point, parfois, de se substituer à elle.

Mettre en place une Constitution, c’est mettre un cadre commun, qui positionne quoi qu’il arrive l’entreprise au premier plan. C’est éviter les excès au profit de certains. Rien d’illusoire là-dedans. L’entreprise et sa raison d’être priment sur tout le reste. La Constitution est la colonne vertébrale sur laquelle tout repose. Il ne s’agit pas de descendre un monarque absolu de son trône pour le remplacer par un despotisme inversé où le corps social serait à son tour dépositaire de tous les pouvoirs et de tous les droits. D’ailleurs, en ces temps agités qui ont vu certains enfiler leurs gilets jaunes, on saisit mieux l’importance de ces fameux corps intermédiaires qui font office de filtre, permettent à l’information de se diffuser et à chacun de prendre part à la conversation voire aux décisions.

Opter pour l’application d’une Constitution dans son entreprise c’est choisir l’antidote à tous les despotes. C’est choisir de déployer une organisation construite sur une gouvernance claire, distribuée et qui s’impose à tous, patron inclus. C’est prendre parti pour la plus totale transparence des processus de décision qui animent l’entreprise. C’est poser les bases d’une organisation décentralisée, construite sur des équipes et des collaborateurs vraiment autonomes et responsables. Pour utiliser une image, si l’organisation était un arbre, sa Constitution serait ses racines et sa raison d’être la sève. Avec une Constitution, l’organisation passe enfin de l’ère du despote, éclairé ou non, à celle d’un leadership distribué où chacun est en mesure d’exprimer ses talents et d’exercer une forme de souveraineté.

Loin de vouloir étouffer des talents exceptionnels comme ceux de Carlos Ghosn et d’autres chefs d’entreprises ou managers, la Constitution est bien au contraire l’opportunité pour eux, comme pour tous les autres, d’exprimer leurs talents, leurs aspirations, au service de l’entreprise et de tous ses collaborateurs. Ni plus, ni moins.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Il a peut-être vachement bien restructuré Renault, n’empêche qu’on y bosse n’importe comment. C’est facile de refiler la merde aux prestataires.

  • C’est évident ! Mettre en place une « bonne » Constitution, c’est mettre un cadre commun, qui positionne quoi qu’il arrive l’organisation au premier plan. Le despote remet l’ordre, le despote éclairé initie les réformes et une « bonne » constitution, cette dernière assure durablement une bonne vie à l’organisation.

    • @ indispensable
      Non! Un manager n’est pas, par nature, un démocrate dans une entreprise. Il doit pouvoir rationaliser et tout le monde sait que c’est mettre des gens au chômage! Quitte à acheter des robots à la place, sans état d’âme, sans besoins de sens, travaillant 24/24, 7/7, sans se plaindre! Et il reste 135 heures ( sur 168) dans la semaine pour faire autre chose, sans compter les congés et les jours chômés!
      Un businessman est là pour faire de l’argent, un maximum, sinon c’est tout le monde à la porte!
      Ne soyons pas angélique! Quand on s’intéresse à son boulot, on comprend vite le travail qu’on fait et pourquoi, en plus de gagner de l’argent pour vivre et nourrir sa famille!
      Une entreprise, ce n’est pas une république!

  • Le problème n’est pas là. L’état français a fait un achat d’action du groupe pour avoir le contrôle. Les voix gouvernementales valent double lors des votes en assemblée, alors Nissan s’est retrouvé sous contrôle. Les japonais et ben ils ont pas aimé, alors ils ont court-circuité les français. Subtilité japonaise , c’est de bonne guerre. Notre gouvernement n’a rien vu venir, trop drôle.

    • Et Renault, qui vous vend des »avancées technologiques » que ses concurrents proposaient il y a 10ans va disparaitre…
      Les routes vont être plus sures…

  • deux remarques :la bonne gouvernance doit refuser la concentration excessive du pouvoir, l’hyper pouvoir de Ghosn s’est traduit par le départ de Tavarès qui s’est refait une santé chez PSA (qui réussit mieux de Renault)
    IL y a dix ans Ghosn avait prédit que le marché de la voiture électrique atteindrait 10% du total avant 2020 : on en est loin (à peine 2% malgré des subventions massives) et voulait sauter l’évolution vers l’hybride jugeant non sans tort que Toyota notamment avait pris de l’avance sur cette technologie. Mais aujourd’hui se profile à l’horizon la voiture à hydrogène qui pourrait bien rendre l’électrique obsolète d’ici 10 ans

    • Vous avez raison, l’hydrogène c’est vraiment la réponse. Le solaire + de l’éolien sur des micro-centrales de production par électrolyse et stockage de HHO c’est mieux que des batteries. Et tout le monde peut le faire chez soi. Faire une recherche sur le net, en anglais, sur le HHO.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Saras Sarasvathy, à l’origine de la théorie entrepreneuriale de l’effectuation, vient de recevoir le prestigieux prix suédois « Global Award for Entrepreneurship Research ».

Organisé depuis 1996 par la Swedish Foundation for Small Business Research (FSF) et la Swedish Agency for Economic and Regional Growth, le prix récompense les chercheurs ayant apporté une contribution majeure à la recherche en entrepreneuriat. Elle rejoint ainsi de grands chercheurs comme Sidney Winter, Shaker Zahra, Kathleen Eisenhardt, Scott Shane, Israel Kirzner... Poursuivre la lecture

Nous vivons dans un monde marqué par une forte incertitude et ponctué d’importantes surprises qui remettent en question bon nombre de nos croyances. Cette remise en question peut être très anxiogène tant il semble que nous ne puissions plus nous appuyer sur rien de stable pour avancer dans la vie. C’est particulièrement vrai dans les entreprises : la situation peut aller jusqu’à une forme de paralysie, causée par le sentiment que quoique l’on entreprenne, un événement imprévu viendra tout remettre en question. D’où un risque de démotivation. ... Poursuivre la lecture

Il y a deux façons d’affronter une crise : l’une est de refuser de voir la réalité des indicateurs qui en signalent l’arrivée et, surpris, se retrouver en position de survie, mal préparé, dirigeant au réflexe et à la peur ; l’autre, au contraire, est de l’avoir anticipée et conduire la sortie de crise avec difficulté, certes, mais en confiance et dans la sérénité.

Ne parlons pas de la première hypothèse ; elle est généralement fatale. C’est pourquoi chaque entrepreneur doit être convaincu de la nécessité de maîtriser l’évolution de se... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles