Gouvernement : une peur… jaune

La gestion des Gilets Jaunes par le gouvernement ne montre qu'une seule chose : de la peur. Et celle-ci ne pourra entraîner que des répliques.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Gilet jaune karl lagerfeld

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gouvernement : une peur… jaune

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 novembre 2018
- A +

Excellente nouvelle : en repassant sous le seuil des 60 dollars le baril, le prix du pétrole est maintenant au plus bas depuis un an. On devrait donc se réjouir de la forte baisse du prix des carburants à la pompe.

Qu’on attendra longtemps.

Le gouvernement, en plein milieu d’un mouvement populaire qu’on ne peut déjà plus qualifier d’anecdotique, vient en effet de confirmer une hausse des taxes sur les carburants dès janvier (dans un gros mois, donc) ; on se tâte encore pour savoir si cette nouvelle augmentation (en pleine baisse des prix du produit de base) s’inscrit dans la partie « démocratique » de la transition écologique, ou dans sa partie « acceptable ». En tout cas, on peut raisonnablement l’inscrire à la colonne « crédit » du foutage de gueule maintenant permanent qu’entretient ce même gouvernement au sujet de cette transition, alors même que la France est un des pays développés les moins contributeurs aux gaz à effets de serre.

Peut-être les Gilets Jaunes, apprenant cela, trouveront de nouvelles raisons pour continuer leur mobilisation, d’autant que les taxes, impôts et ponctions fiscales de tous ordres ne diminuent toujours pas.

En tout cas, ce mouvement s’est très concrètement traduit par des manifestations violentes sur les Champs-Élysées ce samedi.

On pourra sans aucun problème trouver dans ces violences les racines habituelles, à savoir les groupuscules gauchistes (brandissant les inévitables drapeaux révolutionnaires rouges) ainsi que les gangs routiniers des saccages en foule. Ces habitués n’expliqueront pas toutes les violences dont une part provient bel et bien des forces policières dont les ordres étaient très clairs.

Le gouvernement a, sans la moindre ambiguïté, choisi ouvertement l’usage de la coercition pour mater ce peuple venu impudemment le défier. Plutôt que laisser le mouvement prendre place dans la Capitale et montrer effectivement son ampleur, il a été choisi de l’éparpiller systématiquement.

Difficile de voir dans cette manœuvre un calcul politique très fin. Que le procédé ait été utilisé pour camoufler l’importance de la mobilisation ou qu’il n’ait servi qu’à rappeler à tous que la force restait non à la Loi, mais à l’État, peut importe puisqu’au final, cet usage de la force ne démontre qu’une seule chose de façon fort claire : très manifestement, le gouvernement a peur.

Pour bien en prendre la mesure, il n’est qu’à voir les déclarations du ministre de l’Intérieur, Castaner, tentant d’effaroucher la veuve, l’orphelin et le cadre moyen urbain métrosexuel qui adoube encore Macron de son approbation : le voilà qui nous joue la comédie sur l’air d’un foyer attaqué par les masses populeuses lorsque la réalité revêt un air décidément goguenard et pas réellement menaçant.

Aucun doute n’est possible : le pouvoir actuel ne contrôle absolument plus rien et le sentiment qui surnage très manifestement est celui de l’anxiété. Si les ministres, les députés et la classe jacassante ont une odeur, ce n’est plus à présent celle des crèmes de jour ou d’un after-shave luxueux, mais plutôt celle de la peur, celle qui pousse le gouvernemaman à courir les bras en l’air et demander à l’État-papa de gronder et réprimer.

C’est aussi ce même parfum de panique qu’on peut lire derrière les façades faussement calmes qui expliquent que, soudainement, le peuple remonté aurait tort. Eh non. Le peuple n’a ni tort, ni raison, par définition puisque c’est lui qui décide ; c’est lui qui fait la loi et non les députés qui n’en sont que des représentants congédiables ad nutum et qui semblent eux, comme les ministres, sénateurs et président tous confondus, avoir complètement oublié qu’ils sont à son service et non l’inverse.

Cette peur n’est pas sans raison puisque, comme beaucoup de peurs réflexives, elle est le résultat d’une perte de contrôle et d’une absence de compréhension.

Le gouvernement actuel se situe dans les deux cas.

D’une part, il ne peut contrôler ce mouvement qui n’a ni tête ni structure et peut donc, à tout moment, dégénérer en quelque chose qu’il lui sera impossible d’arrêter facilement avec les méthodes éprouvées qu’il pratique d’habitude.

D’autre part, il ne le comprend pas : le « sommet » est maintenant totalement hermétique à la souffrance de la « base », le peuple de ceux qui se lèvent le matin pour gagner une misère. Les ministres, les députés et les sénateurs n’ont pas à batailler pour 50 euros en fin de mois pour nourrir leurs enfants, et n’ont pas à s’occuper du plein de leur voiture, généralement conduite par un chauffeur rémunéré par la République.

Cela explique d’ailleurs fort bien l’avalanche de messages idiots, une communication consternante voire carrément de pure propagande, et par dessus tout, un agencement ridicule des priorités gouvernementales où le moment semble pertinent pour proposer un « Haut Conseil bidule machin climatique ».

En pratique, la Gauche-Kérosène se détache tous les jours de la France-diesel à la vitesse d’un Airbus en pleine ascension, ce qui empêche toute analyse correcte et, par voie de conséquence, toute prise de décision judicieuse.

Pire, et tout observateur extérieur pourra le confirmer : ces manifestations ne s’apparentent absolument pas à un mouvement en perte de vitesse mais bien à l’expression d’une pression qui s’accumule et que le pouvoir en place ne sait ni gérer ni ne veut laisser s’échapper ou s’exprimer. Les échauffourées des Champs ne sont pas anodines : elles sont un échec de toute voie moyenne qu’un gouvernement responsable aurait trouvée pour entendre, écouter et répondre aux angoisses de la foule.

En fait, tout ceci ne peut être résumé que par un seul mot : prémices.

Tout comme eut lieu, il y a cinq ans, le mouvement des Bonnets Rouges qui annonçait déjà la couleur, à savoir le ras-le-bol de la population de se faire taxer sans frein, et tout comme il y a des appels réguliers à en découdre sur les réseaux sociaux, il y aura vraisemblablement, dans les prochains mois, d’autres 24 novembre 2018. Il faudrait être naïf pour parier sur un essoufflement.

Il ne manque véritablement plus qu’une étincelle sur un bidon de diesel.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (100)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (100)
  • « Il ne manque véritablement plus qu’une étincelle sur un bidon de diesel »… le problème, c’est, qu’à température et pression ambiante, vous pouvez même jeter une allumette dans un bidon de diesel, rien ne se passera. Alors une étincelle…
    Sinon, je suis d’accord, le malaise est plus que profond. J’ai enfin vu des gens qui ne voulaient pas encore et toujours plus d’argent qui tombe du ciel mais qui voulaient simplement pouvoir vivre (et non survivre) avec leur salaire et organiser leur vie sans avoir à mendier en direction de l’Etat.

    • Pas besoin d’étincelle ni d’allumette: la chaleur suffit pour atteindre le point éclair..Et ça chauffe de plus en plus!

    • Oui, et des gens qui veulent simplement pouvoir vivre de leur travail, c’est assez nouveau dans les revendications. C’est pour cette raison que cela en rejoint d’autres, comme celle des libéraux qui demandent une baisse du périmètre de l’Etat, ou des économistes une baisse de la dépense publique. Et par-dessus tout, ce pouvoir de l’Etat est de plus en plus perçu comme s’exerçant contre la population, ce qui est le propre d’un totalitarisme.
      Maintenant, est-ce que le coté totalitaire va s’aggraver (violence, entraves de plus en plus musclées à la liberté d’expression et de manifestation…) ou Macron va-t-il dissoudre l’Assemblée ce qui serait pour lui une sortie honorable?

      • ce qui me fait peur c’est que les mesures annoncées mardi soir ( dont je n’attends absolument rien de positif) ne viennent encore plus énerver le mouvement qui va s’énerver encore plus …depuis le début c’est du foutage de gueule, du dénigrement et des tentatives désespérées du dit gouvernement pour faire envenimer les choses et diviser pour régner, malheureusement pour eux ça ne fonctionne pas.

        • Effectivement, ils sont tellement prévisibles qu’on peut presque présenter dès aujourd’hui les propositions de mardi.
          Puis, pourquoi « peur »? Pour leurs fesses? Elles ne valent pas la peine. Pour n’importe quoi d’autre? Bien sûr, mais on ne peut pas faire d’omelette sans casser des oeufs… Il va bien falloir avancer, à un moment ou un autre. Et comme les perdants ne vont probablement pas aimer perdre, il y aura clairement conflit.

      • Non je suis désolé mais « vouloir vivre de son travail », me pose problème… et l’air de rien c’est un poison…
        quand on ne vit pas d’un travail on essaye d’en changer ou de travailler davantage..

        le problème est le niveau de taxe donc que l’etat prenne trop sur .;votre travail..et utilise mal cet argent.

        • C’est vrai, les gens sont vraiment stupides. Alors qu’il y a plein de jobs bien payés, ces crétins s’obstinent dans leur emploi mal payé… alors qu’il suffit de traverser la rue ?

          • non…je ne dis pas ça… mal payé ne veut d’ailleurs pas dire insuffisant pour vivre…poser comme revendication , à qui d’ailleurs , à l’etat, de vouloir vivre de son travail est inepte. ..imagine toi seul sur une ile déserte..ou à deux..

            il n’y a aucune garantie de pouvoir vivre de son travail…jamais..il n’y a rien de garanti.

            mais d’ailleurs traduisons en pratique ça veut dire quoi? je veux 2000 euros pour faire un boulot que d’autre veulent faire pour 1500??
            ça veut dire qu’il y a des gens quelque part qui acceptent de travailler sans pouvoir vivre de leur travail?

            • Non, ceci est à mettre en perspective avec ceux qui vivent SANS travailler. Ou ceux qui, comme nombre d’élus, se goinfrent à mort (et jusqu’à la mort, d’ailleurs) suite à une petite opportunité saisie, sans avoir été plus méritants que le citoyen lambda.
              C’est une comparaison, pas une valeur absolue.
              Bien sûr qu’il n’y a pas de garantie, pas de certitude, sauf que, sur ce point aussi, il y en a qui sont plus égaux que les autres (les élus encore une fois, mais aussi la grande masse de fonctionnaires, par exemple).

      • « Macron va-t-il dissoudre l’Assemblée ce qui serait pour lui une sortie honorable? »
        Macron n’est pas Chirac. Il sait que sa majorité est inespérée, et qu’il n’a aucune chance de la retrouver en cas de nouvelles élections. Alors dissolution : mon œil.

    • Le français moyen, jaune ou pas, exige plus d’état et moins de prélèvements pour lui-même.
      Forcément, mathématiquement à un moment quelquepart ça va casser.

  • il est clair que le gouvernement et macrons n’ont rien compris..
    il n’y a qu »a voir les propositions qui sont présentées.;
    Les français des campagnes veulent conserver la liberté de circuler,
    ils en concluent qu’il faut augmenter les trains et les services publics.. ;)) atterrant
    les français n’ont pas voté la transition écologique, ils ont voté pour la reforme des administration publiques et la baisse des impots..
    mais , l’administration qui gouverne ,elle, ne peut se remettre en question
    donc la perestroïka de macron est morte dans l’œuf.. et les sponsors de LREM vont etre particulièrement sensibles a la baisse des achats de noël..sans compter ls rentrées de la TVA qui tombent en flèche..
    macron est foutu , il le sait

  • la solution la plus efficace est d’occuper le terrain face a la résidence de nos députés et sénateurs , sans violence jours et nuit serait très pertinent et insulte …quand nos élus comprendront-ils qu’un peuple ne peut vivre de son travail pendant que d’autres ( Elus) vivent de privilèges et d’un absentéisme a l’assemblée nationale et que des lois sont votés à peine de 10 % sur 577 , il y a des coups pieds au cul qui se perdent …
    Voir un ministre des finances dont ses études
    pour bosser au quai d’Orsay… nous expliquant tout est son contraire… même pas capable de réduire la dépense publique , d’augmenter taxes avoir des recettes d’impôts en augmentation , fait un budget , devra emprunter minimum 100 milliards d’euros !!! Supprimer toutes ces commissions qui ont un budget pour 2 réunions ou une et meme pas du tout mais budgeter ..Quand on veut faire une autre politique , il aurait été de mettre sur la table
    Recette , Dépense , Dette , Remboursement etc ect …Mais çà !!!! leur compétence est limité…

    • non il faut bloquer les zones commerciales , la faiblesse des rentrées de TVA ajoutées a la gueulante des sponsors de LREM
      feront le travail

  • Cet homme, le nain Micron, a été élu pour faire barrage à la béeuute immmondeuheuh.
    Il n’a jamais eu la mission de transformer le paysage énergétique du pays. Et encore moins à marche forcée.
    Il aurait du demander par référendum.
    Ce couard se prend pour Napoléon, mais il n’est qu’un nain. Nain polytocard. DEHORS ❗

  • Cela ne sert à rien de manifester. Ni en gilet jaune ni sur Internet. Ils continueront, point ! La République est forte ! Elle se protégera même si elle doit anéantir les 3/4 de la population. Ce que les gens ne comprennent pas c’est que l’Etat s’en cogne d’eux et de leurs problèmes. Le pouvoir est occupé, le pouvoir accroît son pouvoir. Le reste c’est secondaire. Voilà, bonnes fêtes, heureuse année 2019 qui promet d’être très sportive !

    • Quand les français auront compris que les politiciens n’en ont rien à fiche d’eux et du pays, on pourra changer les choses!

      • Le gros problème, c’est que dès lors que l’on commence à faire de la politikè (« science des affaires de la cité »), on devient un politicien. Hors, la défiance envers les politiciens est générale. Qui donc pour piloter le merdier ? Un homme politique qui n’aura aucun crédit ? Une assemblée populaire ? Bref, je ne suis pas optimiste.

    • bien sûr faut juste continuer à courber l »échine ……..puisqu’on sait que le combat est perdu d’avance….n’importe quoi.

    • oui, il continueront.
      jusqu’à ce que le peuple ait pendu 2 ou 3 ministres et 2 ou 3 dizaines de députés et préfets/sous préfets. là, les autres réfléchiront mieux.

  • Une explosion à venir, sans doute. Une sortie par le haut, au vu du discours fiscal des GJaunes, non.

  • Plus grave , il me semble que 100% de la classe politique est contre le peuple, droite gauche centre ,même combat garder ses privilèges et ils défendent l’homme fort du moment , Macron .
    L’étincelle ne sera donc pas la, les pompiers veillent.

  • À priori les gilets veulent plus d’Etat et que d’autres payent les taxes à leur place. L’Etat amalgame extrême droite aux gilets. Plus de taxes, plus d’Etat, des gens qui ne comprennent rien à l’économie. Quant aux élus leur culture économique est égale à zéro. Mais ils n’ont pas besoin d’être compétents puisque la logique est toujours la même. On augmente les dépenses puis les prélèvements. C’est à croire que ce beau pays peut chier du pognon à l’envie. Sauf que en même temps l’on impose la décroissance. C’est donc pas étonnant que le désordre vienne. Et ça va se gâter. Forcément. Et c’est pas avec les médias communistes ou le capitalisme de connivence que l’on va avancer. La conclusion sera toujours que l’on souffre de trop de libéralisme et qu’il faut donc plus d’Etat pour nous sauver.

  • Dernière chose. Que fait l’Etat ? Il réforme comment mieux ponctionner les impôts ! Pas de remise en question, rien. J’ai hâte d’y être. On va avoir des bons billets d’H fortement rigologènes. Pour les autres, ils ne comprendront toujours pas pourquoi leur assiette se vide pendant que l’Etat gonfle.

    • C’est parce que l’impôt a une assiette, mais ça n’explique pas pourquoi c’est toujours dans la notre qu’ils se goinfrent…

  • Quelques remarques:
    Je cite:
    « Eh non. Le peuple n’a ni tort, ni raison, par définition puisque c’est lui qui décide ; c’est lui qui fait la loi »
    1/ les gilets jaunes représentent ils le Peuple ? Mouvement sans doute le plus populaire que l’on ai vu depuis très longtemps, mais en quoi ce mouvement représente le Peuple ?
    2/ Certe, le Peuple décide (bouhouuuu le populisme, bouhouuuuu, c’est maaaaal !), mais dans le cas des gilets jaunes, il veut quoi ?

    • du pognon ! et du pognon il n’y en a plus.. conclusion ils vont tout casser

    • Les Gilets jaunes sont soutenus par 75 % des Français. Et aussi par une part non negligeable des sympathisants de LREM. Le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils sont plus représentatifs que la Macronie.
      Que veulent les Gilets jaunes ? D’abord la fin de l’oppression des automobilistes : le 80 km/h, le nouveau CT, les taxes sur les carburants reviennent fréquemment dans leurs propos.
      Ensuite, une fiscalité moins confiscatoire : le ras le bol des taxes est un phénomène qui, cantonné jusqu’à il y a quelques années à la droite conservatrice, s’est répandu dans toutes les sensibilités politiques.
      Enfin, une répartition plus juste : aujourd’hui ceux qui sont mis le plus à contribution sont aussi ceux qui en profitent le moins ; la TICPE (et la taxe carbone) frappe le rural, qui voit fermer un à un ses services publics et ses commerces tandis que dans la métropole on construit tramways, rues piétonnes à gogo et autres installations dernier cri ; pire la métropole tend à devenir une gated community d’ou sont chassés les gueux et leurs vieilles voitures. Sans la fronde des Gilets jaunes, on avait droit aux péages urbains.

    • 1/ pas moins que les 20% de français ayant élus ce pitre pitoyable.
      2/ la seule conclusion qui devrait venir à l’esprit : c’est moins d’état car cela amènera plus de stabilité sociale et économique.

    • Le peuple des Gilets jaunes veut simplement vivre décemment du fruit de son travail. Qu’on ne lui retire pas, par tout une panoplie de taxes, ce dont il a besoin pour couvrir ses besoins élémentaires.

  • @cernu, si j’en crois mes lectures nous sommes toujours dans un régime autoritaire où l’Etat s’est octroyé les pleins pouvoirs pour reconstruire le pays au travers du nationalisme. Cela dure depuis 1958 et l’on empile des plans les uns sur les autres pour essayer d’améliorer les choses. Un pouvoir aveugle et dirigiste avec un peuple sourd et ignorant. Vous voulez que cela termine où exactement ? Si l’on parle en statistiques je dirais que l’on a 1/100 de chance de sortir de ce merdier. Même avec un homme providentiel, juste, bon et ne voulant que le bien de son pays (chose très rare). Dans ce cas de toute façon nous aurions une guerre civile.

  • Tiens c’est marrant. Ici la casse des Champs est l’oeuvre exclusive des groupuscules gauchistes. Le gouvernement, lui, y voit l’oeuvre unique de l’extrême-droite.
    Rien de nouveau sous le soleil. A chacun ses obsessions. Cet aveuglement partiel nous renseigne en réalité plus sur le positionnement politique de celui qui cause que sur la réalité elle-même, décidément bonne poire…
    En vérité, d’après des observateurs objectifs, c’est l’ED qui a ouvert le bal et l’EG qui l’a refermé.

    • logique de la part du gouvernement de vouloir mettre ça sur le dos de la droite, c’est son, principal adversaire aux européennes.

      • Ca n’est pas de la logique, mais de la myopie. Le gouvernement n’a qu’un atout potentiel, celui de maintenir un état de droit face aux casseurs de quelque bord qu’ils soient. En désignant ses ennemis politiques comme les seuls casseurs, alors que tout le monde sait qu’il y en a de tous bords, il perd ce seul argument qui lui reste.

    • « Cet aveuglement partiel nous renseigne en réalité plus sur le positionnement politique de celui qui cause que sur la réalité elle-même »


      @Joe Bar : Très juste.

      • Si « celui qui cause » critique uniquement les groupuscules d’ultragauche, ou uniquement les groupuscules d’ultradroite, au lieu de critiquer les deux à la fois, « celui qui cause » fait partie du problème et non de la solution.

    • Objection, votre honneur ! Sur la liste était aussi le gouvernement lui-même. Et oublier ce « détail » fait perdre de vue l’image globale.
      Par ailleurs, je n’ai pas l’impression que la formule « les gangs routiniers des saccages en foule » puisse avoir une quelconque connotation politique. Pourquoi les excités du bulbe de l’extrême-droite ne pourraient pas rentrer dans cette catégorie ? Cela m’échappe…
      Cet aveuglement partiel…, n’est-ce pas ? 😉

      • H16 est loin d’être naïf. Il sait pertinement que, pour la plupart des lecteurs d’ici, la formule « les gangs routiniers des saccages en foule » évoquera tout sauf des « excités du bulde de l’extrême-droite. »

        • Vous croyez sincèrement que la couleur politique de ces gangs des barbares intéresse vraiment quelqu’un ?
          L’Etat est censé assurer la sécurité des personnes et des biens. Et ce qui s’est passé sur les Champs est (encore) une preuve flagrante qu’il s’en bat les (ou plutôt « la », pour reprendre un post ci-dessus) …

      • Si vous reprenez la totalité de la phrase : « On pourra sans aucun problème trouver dans ces violences les racines habituelles, à savoir les groupuscules gauchistes (brandissant les inévitables drapeaux révolutionnaires rouges) ainsi que les gangs routiniers des saccages en foule »…
        vous voyez bien que la « parité » n’est pas respectée ! …
        Sinon, d’accord avec vous sur l’existence d’un troisième larron… le gouvernement !

    • « En vérité, d’après des observateurs objectifs, c’est l’ED qui a ouvert le bal et l’EG qui l’a refermé. »
      Dément ! Il est maintenant possible pour des « observateurs objectifs » de reconnaitre la couleur politique des manifestants sans banderole ? C’est marqué sur leur front ? Il y a un dressing code ? Ils jettent les pavés soit de la main (extrême) gauche ou de la main (ultra) droite ?
      Ils sont trop forts ces observateurs avec de gros objectifs.

  • @dekkard c’est peut être un peu tard pour se réveiller. L’Etat possède bientôt la source de l’argent en plus du reste. Il faut désormais se considérer comme une source de vie et d’énergie pour l’Etat. A moins que vous ne soyez Néo, la Matrix est faite ainsi. La naissance, la vie, la mort, même vos organes ! Que voulez vous défendre ? Bonne chance.

  • @joe bar ED ou EG quelle importance ?? ce sont tous des étatistes convaincus aux antipodes des idées libérales. Pour les libéraux, pas grand chose ne les sépare.

    • « ED ou EG quelle importance ? »


      Mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde.
      Quand H16 attribue le bordel de samedi uniquement à l’EG, alors qu’il est clair que l’ED en est également responsable (ex : parmi les voyous certains scandaient des slogans d’ED), H16 nomme mal les choses, donc il ajoute au malheur du monde.
      Quand Macron et sa clique attribue le bordel de samedi uniquement à l’ED, alors qu’il est clair que l’EG en est également responsable (ex : parmi les voyous beaucoup taguaient des symboles anarcho-communistes), Macron et sa clique nomment mal les choses, donc ils ajoutent au malheur du monde.

  • Surtout que ED c’est effectivement plus du socialo-communisme. Donc nous devrions dire gauche pour simplifier. ED et EG c’est la même chose. Le quinoa en moins…et encore.

    • @Golum
      Bonsoir,
      ED EG sont des extrêmités du même corps (obèse): le socialisme (qu’on nomme gauchisme ; la gauche).
      L’ED c’est l’extrême-droite de la gauche. EG c’est l’extrême-gauche de la gauche.
      .

    • Il n’y a effectivement pas grande différence entre l’international-socialisme et le national-socialisme, mais ça ne les empêche pas de se taper sur la gueule, et c’est le but…

  • Non pas pessimiste, réaliste. Je connais d’autres pays, d’autres cultures. J’ai globalement foi dans l’humain. Il existe de la beauté et de l’amour. Du partage même. Mais pas en France. Et de moins en moins. Voilà voilà.

    • Comment ça il n’y a pas de partage en France ? Il est étatique, mais il existe. On en crève, même !

      • C’est audacieux de confondre partage et spoliation.

        • Si si. Partage (autoritaire) des dettes… On ne peut vous la spolier celle-là, elle est non volable, indestructible, personne ne songe à vous la chiper… Si bien que quand il n’y aura plus rien à taxer, il y aura encore à taxer …
          Vous verrez, ils sont trop forts…

  • « ce mouvement s’est très concrètement traduit par des manifestations violentes sur les Champs-Élysées ce samedi. On pourra sans aucun problème trouver dans ces violences les racines habituelles, à savoir les groupuscules gauchistes (brandissant les inévitables drapeaux révolutionnaires rouges) ainsi que les gangs routiniers des saccages en foule. Ces habitués n’expliqueront pas toutes les violences dont une part provient bel et bien des forces policières dont les ordres étaient très clairs. »


    En résumé : le bordel de samedi, c’est uniquement la faute aux « groupuscules gauchistes », aux « gangs routiniers des saccages en foule », et aux flics manipulés par le gouvernement. Si la manifestation avait été infiltrée par des c0nnards de l’ultradroite (en plus des habituels racailles de cité et antifa/c0nnards de l’ultragauche) il ne fait aucun doute que H16 l’aurait mentionné. H16 n’oublie jamais des précisions aussi importantes. Voilà voilà… Fin de la discussion.

    • Vous comprenez quoi de la citation que vous utilisez ? Est-ce que les, disons, « black blocs » peuvent être inscrits parmi lesdits « gangs » ? Si vous voulez, écrivez un article là-dessus, bien documenté. Je n’ai pas l’impression que c’était le message central de cet article.
      Par contre, que l’Etat ait agi de façon à encourager ces « c0nnards » à réaliser leurs exploits (déployer des masses importantes de forces de l’ordre, mais leur donner l’ordre de laisser faire, au moins dans un premier temps; laisser sur place du matériel adapté; etc), cela relève de la lapalissade, mais il ne semble pas vous toucher.

  • J’aimerais vous inviter à visionner le replay de l’interview politique de la dernière « on n’est pas couché » le samedi soir sur France 2.
    Je sais, c’est une torture. Mais POUR LA PREMIÈRE FOIS on y voit un journaliste se déclarer « libertarien » et critiquer un socialiste sur les dépenses publiques, et y mettre en comparaison la révolte des GiletsJaunes.
    Passez la séquence « Angot » et vous ne serez pas déçus. Merci M. Charles Consigny !

  • @cernu…oui 😉 je pensais juste au sourire. On peut partager beaucoup de choses. Ça va de la nourriture aux idées. L’argent on ne le partage pas on le donne ou on se le fait voler. On achète avec. C’est plus un échange.
    La France est terriblement triste. La presse étrangère s’en affole. Curieusement cela n’affecte personne. C’est une caractéristique des économies dite du trou noir. L’argent disparaît en premier puis l’humain se fait aspirer son âme. Le cri de Munch.

    • [i]La France est terriblement triste.[/i]Oui, stressée et dépressive aussi. Entre les cambriolages (les pays de l’est viennent faire leurs courses de noel), les agressions, les taxes, les insultes, rien qui fonctionne ( a part le taux de recouvrement des impôts)… Il y a de quoi.
      Sans compter que l’humour, a part se foutre des hommes blancs catholiques, est devenu quasiment interdit (cf Dieudonné, entre autre)…
      Quand aux autres pays qui partagent, entre ceux qui n’ont rien, et qui partagent (mmmouiiiiiii), et ceux qui te voient arriver avec ta bonne tète de touriste blanc plein de pognon (souvent), la spontanéité me laisse dubitatif…

  • Paroles de » Poulette »en civil sans brassard devant les grilles de la Préfecture de Tarbes le 24 novembre ( la préféte n’a pas daigné se montrer…) Nous avons mon épouse et moi « interpellé » cette poulette et par la même occasion révélé aux autres manifestants sa fonction ainsi que celle de ces 2 accompagnateurs dont un muni d’un appareil photo… Nous lui avons demandé le but de sa présence réponse: pour votre sécurité… nous avions mon épouse et moi un drapeau Français Bleu Blanc Rouge vous savez Nôtre drapeau que nous agitions ,elle a traité mon épouse de fasciste…..
    Je tiens à préciser que je n’avais jamais manifesté j’ai 63 ans , j’ai commencé le 17 novembre et maintenant je sais comment les Poulets pas de Loué se comportent Une honte! ils sont arrogants, provocateurs , dédaigneux, violents ( mon épouse s’est fait bousculer le 17 novembre par un commissaire en tenue bleue alors qu’elle était à proximité d’un gilet jaune pris à partie par ce commissaire) j’espére que vous publierai ce témoignage , je vous remercie Bruno

    • @Brunodemai
      Bonsoir,
      « nous avions, mon épouse et moi, un drapeau Français Bleu Blanc Rouge, vous savez, Notre drapeau, que nous agitions, elle a traité mon épouse de fasciste….. »
      Ce même drapeau ne flottait-il pas sur un mât sur la façade de cette Préfecture ? Il me semble que cela doit être le cas. Donc pour cette « poulette », elle est devant un bâtiment « fasciste ». Bâtiment qui représente l’Etat dans le département, Etat fasciste donc ; elle en est un agent, puisqu’en tant qu’agent de police, elle a une carte professionnelle arborant les trois couleurs, en plus du patch tricolore sur l’uniforme qu’elle ne portait pas, qu’elle clame, incarnant le fascisme.

  • Ce qui va se passer est que dans quelques années on fera un bilan de cette révolte des gilets jaunes qui n’aura finalement pas fait changer grand chose. Entre temps des élections auront eu lieu en mettant au pouvoir une fois de plus des politiciens qui perpétueront la même politique qui sclérose la France depuis plus de 40 ans.

    • pas sur… l’histoire bégaye rarement 16 millions de retraités ne voteront plus macron..

      • @claude henry de chasne
        Si les Retraités ont voté pour Macron c’est qu’ils sont vraiment « Cons » car ils étaient prévenus de son application de la CSG sur les revenus financiers. Alors qu’on ne dise pas « on savait pas ». On calcule d’abord et c’est ce que j’ai fait.

        • ils ont sans doute plus a perdre avec MLP et sa sortie de l’euro car là ils auraient perdu 40% de leur retraite par l’effet des dévaluations.;
          au 2 eme tour y avait il le choix?
          si macron existe c’st grâce a MLP

  • Petit calcul facétieux: notre bel Emmanuel a effectué 250 000 kms dans Air Sarko One depuis son élection. Il a donc dépensé (pour aller à des dizaines de conférences inutiles et des entretiens sans aucun intérêt) 1500 tonnes de kérosène. Et on ne compte pas les centaines de fonctionnaires (ministres inclus) qui se baladent de par le monde pour préparer ces voyages et precook les signatures, le protocole… Mais bon, comme le dit très bien H16, la gauche kérosène est le camp du bien, intouchable. C’est le travailleur avec son kangoo diesel qui pollue…

  • ce mouvement est nouveau, les travailleurs n’en peuvent plus des taxes.

  • Macron remplit les caisses de l’Etat au détriment des Contribuables Français. Le prix du pétrole n’a pas de justification dans sa vision du futur. Mais peut-on avoir une vision du futur quant on a besoin de fric.? La rencontre avec les Gilets jaunes ne sera qu’une mascarade de plus à son actif.

  • Les « gilets jaunes », c’est des idées diverses, parfois opposées parce que les citoyens sont divers et d’opinions différentes. Les résumer a un « c’est des gauchistes » ou « c’est pas des libéraux », c’est caricaturer le mouvement.
    Il y a une exaspération générale, cela est sur. Il y a une incapacité de la classe politique actuelle, et en particulier des bras cassés au pouvoir, de comprendre cette exaspération et de proposer des solutions concrètes et immédiates.
    A quoi cela va -t- il aboutir ?
    Je n’en sais rien ; mais j’ai beaucoup de sympathie pour ces révoltés qui ont enfin compris, après 50 ans de dirigeants médiocres et avides, qu’il fallait faire bouger les choses.
    De plus, j’observe qu’il y a des drapeaux français, et pas de drapeaux algériens ou marocains, dans ces manifs.

    • @Filouthai : Votre message était parfait et puis…. Vladadaaaaaaaam…vous avez tout gâché à la fin avec une seule phrase ! Cette unique phrase révèle le vrai propos du message et vous fait perdre beaucoup de crédibilité en tant que libéral. Elle illustre votre incapacité à ne pas faire preuve de deux poids deux mesures. Pour vous, c’est tolérable qu’une manif dégénère, c’est tolérable que des commerces soient saccagés, c’est tolérable que le tourisme dégringole à cause de toute cette violence, du moment qu’aucun manifestant/révolté n’arbore de « drapeaux algériens ou marocains. » Si tout le monde se met à penser comme vous alors dans ce cas H16 a raison : ce pays est foutu.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est un épisode de l’histoire, et même l’Histoire, que l’on commémore pour ses 150 ans, avec des controverses pour savoir si cet évènement doit être fêté ou oublié.

Il s’agit bien sûr de La Commune.

Rappelons les faits, pour ceux qui auraient oublié, ou ceux qui n’en auraient même pas entendu parler (il y en a), malgré l’abondante littérature.

1870, c’est la défaite de la France face à la Prusse. Napoléon III capitule le 2 septembre et est fait prisonnier des Prussiens. Le 4 septembre, une foule de Parisiens envahit le P... Poursuivre la lecture

L’intérêt pour Emmanuel Macron de choquer par ses propos sur les non-vaccinés est évident. Il en va même de sa survie politique. Profitant de la visibilité de sa fonction, il a provoqué un séisme politico-médiatique lui évitant que les résultats de son mandat s’invitent dans la campagne.

Difficile en effet de trouver quelque chose de positif dans son bilan. Certes, la suppression de l’ISF et le lent démarrage de la baisse des impôts des entreprises sont des mesures tout à fait bénéfiques, de nature libérale. Mais comment les considérer... Poursuivre la lecture

Par Samir Ayoub et Luc Meunier.

Le prix du carburant a atteint un niveau record à la pompe dépassant ainsi celui de 2018, qui avait déclenché le mouvement des gilets jaunes. Or, malgré les récents appels des leaders historiques pour reprendre le mouvement et une forte activité sur les réseaux sociaux, le bilan des premières mobilisations reste relativement mitigé.

Parallèlement, le gouvernement vient d’annoncer « une indemnité inflation » de 100 euros par personne gagnant moins de 2000 euros nets par mois.

Cette indemnité... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles