La Première Guerre mondiale, début de l’interventionnisme

La Grande Guerre est l’événement fondateur de l’interventionnisme de l’État dans l’économie et l’appareil productif.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Soldats de la Grande Guerre by fidber(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Première Guerre mondiale, début de l’interventionnisme

Publié le 11 novembre 2018
- A +

Par Vladimir Vodarevski.

Le 11 novembre commémore l’armistice de la Première Guerre mondiale, aussi appelée la Grande Guerre. Cette guerre est réputée être la première guerre totale. Elle a été atroce pour les combattants, meurtrière, mutilante.

Je viens d’Arras, ligne de front de cette guerre, où se trouve un grand cimetière du Commonwealth. La campagne est parsemée de cimetières du Commonwealth. Des Allemands y ont également enterrés.

Une blessure morale générale

Cette guerre marque une cassure dans l’histoire de l’Europe. Son horreur a profondément marqué les esprits. Le personnage d’Arsène Lupin de Maurice Leblanc est devenu plus sombre après cette guerre. Gaston Leroux a imaginé une guerre sous-marine dans l’Atlantique (La bataille invisible). Il y a un avant et un après cette terrible guerre. Le pessimisme semble l’emporter, malgré la joie et la fierté de la victoire.

D’un point de vue démographique, la saignée a entraîné le recrutement d’étrangers, notamment de Polonais pour les mines du Nord et du Pas-de-Calais, dont mon grand-père. Une partie des hommes français dans la force de l’âge sont décédés. Cela a pu changer l’état d’esprit du pays.

La guerre financée par la planche à billets

D’un point de vue économique, cette guerre est également un événement important. Elle marque la fin du franc germinal, symbole d’une stabilité monétaire étonnante au cours du XIXe siècle. La Grande Guerre a été financée par la planche à billets, c’est-à-dire l’inflation.

Les États et les monarques avaient déjà l’habitude d’emprunter, et de ne pas forcément rembourser. Mais pour la première fois, l’État se finance à grande échelle via l’inflation. C’est à cause de la planche à billets que la Grande Guerre a pu durer aussi longtemps. C’est à cause de l’inflation qu’elle a pu avoir les moyens de causer tant d’horreurs.

Aujourd’hui, cette inflation paraît normale, une faible inflation étant souhaitée. On nous donne l’argument keynésien absurde que les gens se dépêchent de dépenser quand l’inflation augmente, ce qui soutiendrait la demande, en occultant le fait que le pouvoir d’achat diminue. En fait, l’inflation diminue les remboursements de la dette de l’État.

L’activisme monétaire provoque aujourd’hui des crises à répétition, conformément à la théorie des cycles économiques, ainsi que des inégalités. La Grande Guerre est l’événement fondateur de cette politique monétaire.

La Grande Guerre et le début de l’interventionnisme

La Grande Guerre a vu aussi l’État prendre le contrôle de l’appareil productif. C’était la guerre totale. Ce qui préfigure l’interventionnisme croissant de l’État dans l’économie par la suite. Ainsi, le président Herbert Hoover, qui a fait preuve d’un très grand interventionnisme pendant la crise de 1929, a-t-il joué un rôle dans l’administration américaine durant cette guerre.

Le cours de l’Histoire ne s’explique pas par un événement, fut-il aussi terrible que la Grande Guerre. Cependant, celle-ci peut représenter un symbole, une marche vers un état interventionniste financé par l’inflation. On peut aussi souligner qu’elle est le résultat de nationalismes exarcerbés par les dirigeants politiques.

Article initialement publié en novembre 2017.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Les politiciens sont les responsables de cette guerre et des massacres. Les politiciens sont donc la plaie de l’humanité! Ils font les guerres, ils volent, pillent et tuent.

    • @Virgile

      Si seulement.
      Que dire de la passivité, de la tacite acceptation, de l’ignorance lâche, du colportage décérébré des masses ? Les politiciens ont juste compris qu’il était facile de berner des enfants qui se croient adultes.

  • Derrière Pétain plus qu’a moitié gâteux, manipulé par toute une caste de politicard presque tous issus de la gauche du front popu…
    Pétain a été le premier à réaliser que le seul matériel irremplaçable de l’armée étayent les hommes…
    Ses prédécesseurs en étaient restés aux guerres de l’empire et à ses charges héroïques malheureusement abrégées par les mitrailleuses allemandes.
    Je tiens pour responsable principal de ces boucheries la général André, ministre de la guerre ,qui ,avec la complicité des francs maçons a désorganisé l’armée française, (Affaire des fiches), a négligé son équipement en mitrailleuses, en uniformes de campagne et surtout en artillerie moyenne et lourde, surtout que grâce à la ridicule affaire Dreyfus les allemand n’ignoraient rien de notre glorieux 75.
    La pudeur ne me fera qu’évoquer l’état sanitaire de l’armée, si le nom de « poilu » est un titre de noblesse à mes yeux, ce nom vient de l’état de saleté répugnante dans lequel les hommes étaient maintenus avec les conséquence fatales inéluctables en cas de blessures.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

Madame Lagarde, s’exprimant au nom de la BCE, a indiqué, en évoquant l’hypothèse d’un ralentissement économique : « Nous ne croyons pas que cette récession sera suffisante pour dompter l'inflation ». Fabio Panetta ajoute « Lors du calibrage » des décisions, « nous devons faire très attention à ne pas amplifier le risque d'une récession prolongée ou de provoquer une dislocation du marché ».

La BCE considère donc, d’une part, qu’un durcissement monétaire est nécessaire pour réduire l’inflation au-delà de l’effet du ralentissement de l’in... Poursuivre la lecture

Par Claudio Grass.

Pour beaucoup d'entre nous, quelle que soit notre connaissance de l'histoire, des affaires politiques ou des questions socio-économiques, les conditions actuelles en Occident, et en particulier en Europe, peuvent parfois ressembler à l'intrigue d'un mauvais film. On dit souvent que l'histoire ne se répète pas mais qu'elle rime et ce que nous voyons aujourd'hui en est un excellent exemple. Néanmoins, on aurait pu s'attendre à ce qu'au moins certains des responsables des « grandes décisions » aient appris quelque chose... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles