Élections européennes : le généreux Macron contre le brutal Orban ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Viktor Orban EPP malta Congress 2017 by European People's Party (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élections européennes : le généreux Macron contre le brutal Orban ?

Publié le 29 octobre 2018
- A +

Par Philippe Bilger.

Les élections européennes qui auront lieu au mois de mai 2019 vont-elles opposer ces deux personnalités emblématiques et aux convictions apparemment si contradictoires ?

On est fondé à le croire tant notre président de la République a cherché systématiquement à instaurer un clivage entre nationalistes et progressistes, conservateurs et populistes, en ne cessant de se poser, avec une fierté ostensiblement revendiquée, comme le champion de la cause du progrès.

Macron, président du clivage ?

Apparemment il a réussi dans son entreprise d’opposition radicale puisqu’elle a été validée, mais à rebours, par le Premier ministre hongrois Viktor Orban – que Macron trouve « personnellement sympathique » – affirmant qu’il y a « actuellement deux camps en Europe. Macron est à la tête des forces politiques soutenant l’immigration. De l’autre côté, il y a nous qui voulons arrêter l’immigration illégale » (Le Figaro).

Le président de la République, sur sa lancée, en République tchèque et en Slovaquie, a traité « d’esprits fous » les contempteurs de l’Europe en Hongrie et en Pologne, leur reprochant de cracher sur ce dont ils avaient bénéficié. La charge est rude et sans doute maladroite.

Emmanuel Macron est passé d’une diplomatie de l’empathie dans les débuts de son quinquennat – avec Donald Trump et sans résultats tangibles – à une stratégie du parler vrai voire brutal qui peut donner l’impression d’insulter des gouvernants validés par leur peuple. Ils risquent, à force, de questionner Emmanuel Macron sur sa légitimité à les dénoncer au nom d’un Bien européen quand la France et lui-même ne peuvent en définitive invoquer que le verbe et les bonnes intentions présidentielles.

Trop de morale, pas assez de politique

Il me semble que l’alternative éthique privilégiée par le président en matière européenne – je suis moral et les autres ne le sont pas – est dangereuse parce que les élections de mai 2019 pourraient bien placer sa cause en minorité et ainsi entraîner un bouleversement radical : un gouffre aurait été délibérément annoncé entre les tenants d’une Europe humaniste et ceux d’une Europe réaliste. Entre deux philosophies de l’Europe. La défaite de celle qualifiée de généreuse aurait des conséquences redoutables. Parce qu’on aurait réussi à faire croire que le Bien serait le triomphe d’une Europe authentique alors que le Mal serait nécessairement son tombeau. Le cœur serait touché.

En revanche, si le débat en restait au registre politique, impliquant non pas une démarche de dénonciation et de mépris mais de compréhension et de dialogue, appréhendant les stratégies des États et leur rapport aux migrants comme leur droit à user de leur liberté et de leur indépendance, constituant l’Europe comme une matière vivante et non un article de foi, même avec un consensus imparfait la victoire d’un camp sur l’autre en 2019 ne serait pas une déroute pour l’essentiel de la cause européenne.

Il est évidemment confortable d’être généreux sur le dos des peuples étrangers et de donner des conseils à proportion, peu ou prou, de ses propres impuissances. Cette posture est délicieuse qui vise à persuader et à se convaincre que le réel et sa dureté sauront s’effacer face à notre sensibilité.

Face au généreux Macron, Orban le brutal n’a pas le beau rôle même si les médias devraient s’autoriser à être moins simplistes au sujet de ce dernier : la Hongrie est par exemple le pays qui accueille le plus d’étudiants étrangers en Europe.

On oublie l’histoire particulière de ces nations si longtemps opprimées sous le joug communiste et qui probablement en ont acquis aujourd’hui une conception plus stricte et exigeante de leur identité. Elle est discutable si on veut mais absolument pas honteuse. Et elle ne devrait pas faire rougir le front des démocraties classiques !

Durant son périple en Slovaquie et en République tchèque, Emmanuel Macron a pourtant déclaré qu’il ne fallait plus faire la morale mais combattre techniquement et politiquement. On attend toujours qu’il le fasse.

Il a, en rappelant les avancées du RN en France et sur le plan européen, mis en garde ses interlocuteurs contre le danger à venir : avec son clivage entre progressistes et populistes, il l’amplifie. Se méfier des peuples est la pire des solutions.

Sur le web

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • le fameux président , sa première action avant tout est de réduire la dépense du budget , apparament cela ne l’intéresse pas ,
    ou tout simplement il en est incapable !!!
    au lieu de faire le keke et de donner des lecons aux autres …. ce n’est pas encore la bonne personne … suite au prochain …
    lorsque vous perder 1000 euros annuel pour un couple et l’on vous certifie que le gouvernement vous donne du pouvoir d’achat
    là , l’illusion du changement pas par le haut ,
    ça se saurait !!! je ne vois pas comment il est possible de faire une politique en prenant d’une poche 1 et le redistribuer , les vases communicants., rien ne change , oh que si , la dépense du budget augmente !! et bien sur ils vont nous dire , nous savons …incapable !! effectivement nous sommes les champions avant une catastrophe financière .. nous allons devoir sortir nos fourches !!

    • les politiques sont en général élus en faisant des cadeaux à un groupe au détriment d’un autre mais aussi de la prospérité générale, alors au bout d’un moment il n’y a plus de cadeaux à faire.. et de façon assez amusante, c’est dans cette situation que les gens réclament des cadeaux le plus radicalement…il faut passer pas loin de la case faillite et parfois essayer les pires populistes pour en revenir à une économie libre.

      le pauvre macron essaye de détourner l’attention de l’économie avec l’écologie et la morale et comme cette écologie met aussi des bâtons dans les roues à la prospérité…

  • le généreux macron ( avec l’argent des autres ) n’a pas à donner de leçon ; il n’est même pas capable de prendre à bras le corps les problèmes de notre pays , incapable d’assurer la sécurité des citoyens , et que cela lui plaise ou non , les Français refusent l’arrivée massive de migrants ;

  • En fait il n’invente rien : ce n’est pas le sort de la France et des Français qui le préoccupe même si tout part à vau l’eau mais la poussée du RN face à sa propre perte de vitesse . Il suffit de revoir les chiffres de l’élection présidentielle de 2017 pour le comprendre : 66% de même pas la moitié des électeurs avec un nombre jamais atteint d’abstentions et de bulletins blancs ou nuls cela ne lui laisse pas beaucoup de marge . Voter non pour quelqu’un mais contre quelqu’un est un slogan que nous connaissons par cœur .Bientôt les chefs de gouvernement des pays visités lui feront aussi un doigt d’honneur .

  • le généreux Macron, avec l’argent gratuit des autres, il est toujours facile de donner des leçons de morale aux autres. Avant donc de s’occuper des pays de l’est, il devrait s’occuper de son pays, en ramenant le déficit à 0, et ceci sans taxes supplémentaires. Les signes de craquements sont là, tous les gens que je connais me font part de leurs observations douloureuses.

    Trop de morale, pas assez de politique Vu que la morale c’est de la politique, le seul moyen de ne plus faire de la morale aux autres, c’est qu’il y ait moins de polytocards.

    Le pays s’en portera mieux.

    • claude henry de chasne
      29 octobre 2018 at 9 h 28 min

      Vous vivez dans un pays socialiste qui se bloque.
      Les dépenses continuent , les salaires d la fonction publique augmentent mécaniquement a l’ancienneté, quel que soit la situation financière du pays.;
      On parle aujourd’hui « d’acheter les statuts » c’est dire le piège
      Les retraites sont une pyramide de ponzy aggravée par la retraite pour tous meme si ils n’ont pas cotisé..
      on importe 200 000 pauvres par an , payés par le contribuable, pour enrichir la grande distribution en soutenant une croissance parfaitement artificielle
      Le rêve socialiste a l’etat pur, le probleme c’est qu’économiquement ces rêves ne marchent pas; çà ne pourra pas continuer..
      A un moment viendra un effondrement du système( alimenté par l’emprunt ) lorsque les taux monteront
      Vous n’aimez pas les reformes? attendez celles qui viennent ne se résoudront pas en défilant avec des banderoles..
      elles nous seront imposées…
      Les français ont voté macron? Parce que Fillon a été dynamité par la Drauche? ?très bien qu’ils assument

      • « Les français ont voté macron? Parce que Fillon a été dynamité par la gauche? ?très bien qu’ils assument ».
        Ah bon ! les français doivent assumer les conséquences de la malhonnêteté de Fillon qui n’avait pas le caleçon propre pour grimper au cocotier ?
        Il s’est lui-même tiré une balle dans le pied en flinguant Sarkozy au 38 magnum : « Vous imaginez le Général de Gaulle mis en examen ? »
        Bah c’est sûr, le destin des français aurait été bien meilleur avec un personnage aussi intègre qui n’a jamais détourné un centime !
        Est-ce qu’un homme qui se laisse acheter pour une montre et deux costumes aurait eu l’envergure nécessaire pour résister aux sybdicats, auxlobbies et aux instances bruxelloises ?

        • Ah? Parce que l’équipe élue à la place de Fillon fait de la résistance?

        • claude henry de chasne
          29 octobre 2018 at 19 h 20 min

          Ceux qui n’ont pas voulu voir la manip cousue de fil blanc pour l’affaire fillon ,ont bien sur une responsabilité , celle de l’arrivée d macron et son cortège de mesures socialistes..
          maintenant personnellement je vote plus pour un programme que pour un individu..
          méfiez vous des personnages intègres, je prefere un truand roublard , qui est capable de dérouler un plan conforme a ce qu’il a proposé , qu’un parangon de vertu présupposé, qui foire les reformes qu’il s’était engagé a faire , en ripolinant en vert les murs qu’il ne sait pas abattre .;
          Les politiques intègres ne réussissent jamais a franchir les obstacles que les autres représentent , il ne dépassent jamais la condition de maire quand ils existent..
          les vertus de macron auront l’occasion de s’exprimer dans le fiasco intégral des Elections européennes, que j’attend avec gourmandise

        • Arrêtez avec cette histoire! Plus de 150 parlementaires employaient leur femme ou enfant comme attaché parlementaire, dont Bartolone, mais seul Fillon fut inquiété et poursuivi! Le Canard a refait le coup des diamants de Giscard pour éliminer celui qui allait gagner, et vous avez marché comme des jobards que vous êtes! Grâce à ça vous avez Macron, un budget en augmentation tous les ans et des taxes qui pleuvent.

          • Le jobard que je suis n’a pas envie de vivre dans une république bananière dirigée par des corrompus.
            Avec des arguments comme les vôtres tout devient permis ! Et surtout, plus la fonction est élevée, moins c’est grave aux yeux de gens comme vous !
            Je vous rappelle que des caissières de supermarché se sont fait virer vite fait pour avoir récupérer des coupons de réduction abandonnés négligemment par des clients !
            Enfin, il faut revenir sur terre. Qu’est-ce qui vous permet de penser que Fillon aurait fait mieux.
            Il a été 1er ministre pendant cinq ans, il a changé quoi à part un endettement record durant son passage à Matignon ?
            Et la petite phrase qui tue : « Vous imaginez le Général de Gaulle mis en examen ? » C’est une invention du Canard Enchaîné ?

      • Faire payer les autres, ou faire assumer les autres, il n’y a pas tant de différence que ça ! Vous auriez dû faire de la politique…

    • S’occuper de ses fesses, c’est bien ce que le premier ministre polonais lui avait dit il y a quelques mois. Comme cet ado attardé se prend pour le phare de l’humanité, il n’a cure des remarques des autres dirigeants.

  • Pour donner des leçons il faut d’abord donner le bon exemple, ce qui est très loin d’être le cas de ce petit escroc!

  • manifester ne sert a rien..il y a une chose a faire que chaque maison de nos élus soient occupés… jour et nuit pas assez de police gendarmerie pour les protéger… le peuple est souverain .. qu’ils dégagent..

  • Dans cet article Philippe Bilger nous livre son pressentiment sur l’argumentaire électoral qui sera développé par ceux que se revendiquent « en marche ».
    Donc, la mise en exergue du clivage entre les vilains égoïstes nationalistes et, les généreux bienfaiteurs progressistes au nombre desquels notre président entend se situer!
    De toute évidence, la question migratoire et les problèmes sécuritaires qui en découlent, vont être des éléments à considérer dans les choix politiques de nos compatriotes qui aspirent, de plus en plus, à une charité bien ordonnée…

  • Ce que M. Macron ne lardonne pas à Orban, c’est qu’il dise la vérité sur l’Europe.
    « Ceux qui dominent Bruxelles aujourd’hui sont ceux qui en lieu et place de l’alliance des Nations souhaitent un empire européen. Un empire européen dont les dirigeants ne seraient pas choisis par les peuples, mais qui serait dirigé par les bureaucrates bruxellois. Nous en sommes aujourd’hui au point que, dans de nombreux pays, les partisans de l’empire européen sont au pouvoir. Nous sommes en octobre et tout le monde en Europe pense à mai prochain. Les élections du Parlement européen au mois de mai décideront du sort de l’Europe. Les peuples européens vont devoir décider de leur avenir. Nous autres Hongrois.ne pouvons rester silencieux. Si le message n’est pas clair, il est alors impossible de se rassembler, même derrière la cause la plus importante et la plus juste.
    Il faut donc nous élancer en premier, et faire appel à ceux qui croient en l’Europe des Nations. Il faut faire voler haut le drapeau de l’Europe libre et forte. Choisissons l’indépendance et la coopération des Nations face au gouvernement mondial et à son contrôle. Rejetons l’idéologie mondialiste et soutenons à sa place la culture du patriotisme. Si l’univers bariolé des différentes nations peuple le monde, celui-ci en sera plus riche, et l’humanité pourrait être meilleure. » (V. Orban, le 23 octobre, commémoration de l’insurrection de la Hongrie contre l’Union Soviétique)
    Ce qui se cache derrière l’empire européen, c’est une dictature mondiale sous égide anglo-saxonne mercantiliste.

  • La petite bête Bonjour , vous avez bien résumé..j’ajouterai qu’il faut un référendum Européen , voté le même jour dans l’ensemble des nations qui la compose pour valider des changement de sociétés…
    Exemple l’immigration choisie ou clandestine imposés et que ce soit la même règle pour tous…. soit inscrit 0% déficit du budget de la dépense public…

    • claude henry de chasne
      29 octobre 2018 at 16 h 00 min

      aux européennes macron va changer le logo de son parti ce ne sera plus  » en marche  » mais  » en slip »

  • vous n’êtes pas le seul…

  • « notre président de la République »

    Ce n’est pas le mien en tout cas ni celui des 28 millions de Français qui ont voté pour son adversaire ou une partie de pêche.

  • demain nous aurons un président élu avec 1000 votants et il aura 51 % de voix pour etre élu ??? je crois qu’il faut changer les règles… Pour qu’un président doit être élu..il doit obtenir + de 50 % de voix de l ‘ensemble des électeurs en dehors de çà , il n’y a pas d’election d’un président idemme pour les élus…Il y a des gens qui crevent pour obtenir le droit de vote ..!!! avec 1 % de votants vous êtes élu…

  • Tous les ans le budget de l’état augmente en même temps que ses dépenses, et la dette s’envole!
    Et ils osent nous dire que le pouvoir d’achat augmente alors que c’est le prix du gaz qui l’a fait de 11% en 2 mois ?

  • @Gerard 27 , En règle générale ceux qui donnent des lecons d’honnêteté , méfiance.
    celui qui était glorifié d’être le plus intelligent de tous , ben , c’est un repris de justice défendu par fillon lors des primaire de la droite le maire de bordeaux !!! pour obtenir le pouvoir , il faut du Fric , être parrainé par des gens important enfin l’importance que l’on se donne … les minc , attali et consort !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles