Big data et innovation : c’est pour aujourd’hui ou pour demain ?

Quelle(s) innovation(s) se cache(nt) réellement derrière les données massives ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Big_Data_Prob By: KamiPhuc - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Big data et innovation : c’est pour aujourd’hui ou pour demain ?

Publié le 16 octobre 2018
- A +

Par Avner Bar-Hen et Gilles Garel.
Un article de The Conversation

Cet article est co-publié avec le blog du CNAM.


Dans le maelstrom du « big data-numérique-digital-IA » qui mélange buzz superficiel et réelles ruptures, il est important de s’interroger sur le caractère innovant des données massives. En effet, innovation et big data (données massives) sont deux termes à la mode, souvent associés et parés de nombreuses promesses, mais il ne suffit pas de parler d’innovation pour être innovant. Quelle(s) innovation(s) se cache(nt) réellement derrière les données massives ?

En mobilisant des tera, peta, exa, zetta ou des yotta données, les ordres de grandeur de la capture, du stockage, de la recherche, du partage, de l’analyse ou la visualisation des données sont bouleversés. De nouveaux outils se développent avec l’avènement de dimensions inconnues jusque-là, mais ceci ne dit que peu de choses des usages, des transformations positives dans la vie des citoyens ou des acteurs économiques.

Le secteur des services a été fortement transformé par l’arrivée des données massives. On peut penser à des services comme Uber, Deliveroo, aux recommandations d’Amazon, à l’assistance au diagnostic médical, à l’identification d’images, aux messages et échanges automatiques… La valeur ajoutée, la pertinence du service ou l’utilité sociale de ces nouveaux outils n’est pas nulle, mais il y a longtemps que l’on peut prendre un taxi, acheter un livre, cibler une campagne marketing ou identifier une personne. L’arrivée d’un ordinateur champion du monde de Go ne change pas vraiment la vie ou la motivation des joueurs de go, ni même des non-joueurs.

Lee Sedol contre Alpha Go.
Buster Benson/Flickr, CC BY

 

Les outils de traitement des données massives optimisent des paramètres connus : plus rapide, plus de variables, plus de variété, moins coûteux, plus de personnes, sans personne… Dans cette « compétition paramétrique » on accélère le connu, on remonte à la surface une abondance de données existantes, pas forcément connectées jusque-là. L’enjeu est aussi de tirer les données massives vers l’innovation, c’est-à-dire de passer de l’optimisation de propriétés connues à la conception de propriétés nouvelles dans une perspective de partage de la valeur et non de sa captation par quelques acteurs de la « nouvelle économie ».

Course à l’appropriation des données

Si le traitement des données massives peut être tiré par des start-up très dynamiques, seuls les grands groupes peuvent aujourd’hui valider un prototype de voiture autonome ou développer des programmes de traitement contre le cancer. Les traces numériques massivement disséminées modifient la manière d’appréhender nos individualités. La course à l’appropriation des données est lancée. Les directives européennes comme le RGPD (règlement général pour la protection des données européen) poussent vers un statut privé. Le rapport de Cédric Villani revendique clairement une intelligence artificielle pour l’humanité. Nos modes de consommation et nos interactions sociales se transforment grâce à l’omniprésence des ordinateurs et plus largement des machines.

Il est temps que les big data produisent un big bang. Il ne s’agit pas juste d’ouvrir les données, mis de s’en libérer pour leur associer des propriétés innovantes et ne pas rester fixés sur des améliorations, des accélérations et des approches strictement marchandes. Il faut que les citoyens s’approprient les données massives afin de donner ensemble un sens à cette avalanche d’informations mais aussi pour faciliter leur intégration au processus d’innovation et de décision au sein des organisations et des entreprises. Seule l’innovation permettra d’imaginer le citoyen de demain. Cet enjeu stratégique passe par une éducation et une formation aux outils numériques et à leurs usages.

Avner Bar-Hen, Professeur du Cnam, Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) et Gilles Garel, Professeur titulaire de la chaire de gestion de l’innovation, Conservatoire national des arts et métiers (CNAM)

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

The Conversation

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Comme toujours c’est l’échange qui crée la richesse, et au niveau de l’informatique cette révolution au déjà eu lieu depuis quelques années déjà.
    Il ne reste plus qu’à apprendre à l’exploiter.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’incertitude est anxiogène à de nombreux égards et souvent à juste titre.

Définie comme l’absence d’information au sujet d’un phénomène donné, elle signifie souvent qu’on ne sait pas à quoi s’attendre, laissant la porte ouverte aux mauvaises surprises – perte d’emploi, maladie, accident, guerre, etc. et nous laissant désemparés. Car la crainte principale liée à l’incertitude est celle de la perte de contrôle où on ne peut plus rien prévoir ni planifier. Mais cette crainte repose sur une croyance qui est que seule la prédiction permet ... Poursuivre la lecture

On pense souvent que pour innover, il faut faire table rase du passé et partir d’une feuille blanche. C’est oublier qu’aucun innovateur ne part jamais de zéro, et que tous sont « des nains sur des épaules de géants », comme le disait le philosophe Bernard de Chartres. Loin de refuser la réalité, et encore moins de la nier, les innovateurs commencent par l’accepter pour ensuite la transformer. Et s’il fallait être conservateur pour pouvoir innover ?

 Moins l’intelligence adhère au réel, plus elle rêve de ré... Poursuivre la lecture

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles