Un Institut libre de Journalisme pour alimenter le pluralisme

L’Institut de Formation Politique (IFP) lance l’Institut Libre de Journalisme (ILDJ) : une formation aux techniques du journalisme en 6 week-ends. Alexandre Pesey, directeur de l’IFP, explique en quelques lignes les raisons de ce lancement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
micro journalistes credits audio luci store it (licence creative commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Un Institut libre de Journalisme pour alimenter le pluralisme

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 septembre 2018
- A +

Par Alexandre Pesey.

Le lancement de l’Institut Libre de Journalisme s’appuie sur un constat : depuis des années, de nombreux jeunes qui croient à la liberté et à la responsabilité se détournent des écoles de journalisme en raison du conformisme qui y règne sur de nombreuses thématiques comme l’économie. D’autres n’arrivent pas à entrer dans le métier du journalisme faute de réseau. Pourtant, depuis quelques années, de nombreux jeunes, conscients du monopole exercé dans l’espace médiatique par certains courants d’idées conformistes, aspirent à réinvestir ce terrain pour promouvoir le débat et apporter de la diversité dans l’analyse comme H16 le fait avec talent.

Institut Libre de Journalisme

Le moment de lancer notre formation nous semble particulièrement propice : certains médias, prenant conscience du décalage entre les convictions des journalistes et celles des Français, sont à la recherche de journalistes capables de développer une approche différente. Ils attendent par exemple des journalistes connaissant le monde de l’entreprise ou proposant une vision alternative au « tout État ». De même, l’émergence de nouveaux acteurs sur internet et les réseaux sociaux requiert des journalistes de terrains dénués d’idéologie et relatant ce qu’ils voient, ce qui est, et non ce qui devrait être.

Nous répondons à cette double demande des jeunes et des médias en proposant une formation au positionnement différent des écoles existantes. Nous souhaitons accompagner ces jeunes en les initiant aux techniques du journalisme et en leur faisant découvrir l’univers des médias. Une vingtaine de journalistes professionnels dispenseront nos enseignements. Nous faisons le choix d’une promotion restreinte d’une quinzaine d’élèves pour assurer à chacun un suivi personnalisé et les aider à percer dans les médias.

À notre échelle, nous voulons aider ceux qui veulent entrer dans le journalisme par une voie différente, et ainsi œuvrer à une plus grande liberté d’information.

La formation de l’ILDJ se déroule en 6 week-ends d’octobre 2018 à juin 2019. Site de l’Institut Libre de Journalisme : https://www.institutlibredejournalisme.fr/

Vous souhaitez vous lancer dans le journalisme et apporter votre renfort à des sites aux lignes éditoriales différentes comme Contrepoints ? Il est encore possible de postuler en envoyant un CV à contact@ildj.fr

 

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • La Liberté de la PRESSE .. commencera lorsqu ‘ elle sera Sans SUBVENTIONS ET SANS NICHE FISCAL .ou ils informeront les gens , le pour et le contre où l’individu ne sera pas formater , manipuler c’est le but de là PRESSE je crois …INFORMER …. INDEPENDANTE … est -elle Démocratique ??
    j’en Doute …??…MANIPULATRICE ..?..
    SERVILE ..??? Pour le POUVOIR en Place…
    Certainement ?? ils savent retourner leur veste !!

  • Rions un peu…
    extrait de la fiche wiki de l’IFP…

    « Selon Valeurs actuelles, l’IFP « prépare la relève à droite » et d’après La Vie, il est « une pépinière pour libéraux conservateurs et catholiques identitaires » qui « accueille toutes les chapelles de droite ».
    L’IFP a vu ses effectifs augmenter fortement lors de la mobilisation contre le mariage homosexuel en France, et il compte notamment parmi ses intervenants Béatrice Bourges, Ludovine de La Rochère et Jean-Marie Le Méné. »
    Chez ses auditeurs, on retrouve également certains cadres de La Manif pour tous ou du Printemps français, eux-mêmes parfois liés au syndicat étudiant l’Union nationale inter-universitaire (UNI).
    Le journal Le Monde relève la présence de certains intervenants comme Maxime Tandonnet, proche de Patrick Buisson et ancien conseiller immigration à l’Élysée, Jean-Yves Le Gallou et Yvan Blot, cofondateurs du Club de l’horloge et anciens députés européens du FN, ou Dominique Venner, cofondateur du Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne (GRECE) et figure du courant nationaliste révolutionnaire en France. »

  • je souhaite bien du courage aux futurs journalistes ….vu que la commission européenne annonce vouloir contrôler les médias  » pour décréter ce qui est acceptable  » ……l’UE veut renforcer massivement la censure de l’internet face à la montée en puissance de la contestation populaire ; ainsi en a décidé la commissaire de l’UE pour la justice Eva Jourova…..

    • @ véra
      Une commissaire d’un pays ne fait pas la pluie et le beau temps dans l’U.E., heureusement!
      Avez-vous une référence un brin plus explicite?

    • Il est évident que le système euro-mondialiste se sent menacé par internet. La censure se met en place peu à peu, et tous les pays de l’UE seront concernés. Quant à l’efficacité, ils se leurrent peut-être. D’ailleurs déjà trop de gens aujourd’hui sont parfaitement informés des buts réels de la construction européenne

  • C’est comme si on me racontait que le Vatican et le Pape vont créer une école pour promouvoir la Laïcité !!! ???
    Il ya des limites dans le foutage de Gueule, La c’est vraiment trop !
    La selle riposte accessible va se réduire a la violence.

  • Bonne nouvelle que l’ouverture d’une école pour promouvoir un journalisme plus ouvert et moins politiquement correct. Mais comment faire pour que ces journalistes puissent intégrer les médias français et notamment l’audiovisuel public où aucune place n’est faite à des journalistes ou intellectuels de droite?

  • Je trouve l’initiative intéressante. Même si cela semble venir d’une droite dont je suis désormais loin de partager les idées.
    Je suis pour une presse libre, sans subvention, concurrentes et toute initiative permettant cette diversité sans subside de l’etat, sans passer par les écoles officielles pour obtenir des compétences journalistiques ( de la technique et pas de l’ideologie ) sont les bienvenues.

    • Cette presse, auto-prétendue libre, n’est pas dégagée de toute idéologie. En clair, ce nouveau machin, c’est l’organe de presse de la Manif pour tous et de la droite identitaire. En tant que tel, cela ne me gêne pas.
      Ce qui me fait rire, c’est qu’elle se présente comme libre, sous entendu objective.
      Faut pas prendre le lecteur pour un imbécile !

      • Libre car refusant tout financement public, comme radio courtoisie ou CP le sont bien qu’étant assez éloignés idéologiquement. Il ne faut pas allez voir plus loin et seulement saluer l’initiative qui participe à la pluralité des organes de presses ou des think tank indépendants de financement public. Je ne rêve pas d’un monde où tout le monde pense comme moi. Je ne suis pas socialiste.

        Je ne suis pas non plus énormément certain qu être libre c est être objectif, ou neutre. Mais ça demanderait une très longue discussion. ?

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Si vous défendez en France le libéralisme classique vous êtes rapidement soumis à un exercice pénible. Face à l’ignorance de votre auditoire, vous êtes contraint d’expliquer les « droits naturels », de remonter à l’humanisme et à l’école de Salamanque, de justifier laborieusement que le libéralisme n’est pas que le marché et la concurrence loyale. Ni le capitalisme de connivence.

Définir facilement le libéralisme est si malaisé que beaucoup commencent par expliquer « ce qu’il n’est pas ».

Bref, en invoquant le libéralisme, vous ... Poursuivre la lecture

Il y a des jours où l’actualité se répond à elle-même. Une des informations qui tourne actuellement est que les Français veulent de moins en moins travailler et davantage se concentrer sur leur vie personnelle. Mais en même temps, circule aussi le fait que l’horloge de l’Apocalypse n’a jamais été aussi proche de la fin du monde. En apparence, deux informations distinctes mais qui peuvent se rejoindre.

Le discours apocalyptique sous toutes ses formes, reposant sur une dramatisation des problèmes de la société sape le moral de certains e... Poursuivre la lecture

Bombe médiatique contre Joe Biden : au 15 janvier on a trouvé quatre sites où il avait stocké des documents top-secret. Toutefois, l’intérêt dans cette histoire est plutôt son déroulement que les cachotteries des hautes sphères gouvernementales.

Tout d’abord, on raconte que les documents classifiés ont été découverts le 2 novembre, quelques jours avant l’élection. Ça a commencé au Penn-Biden Center à Washington, un centre de recherche inauguré en l’honneur du président en 2018. Dès l’annonce de sa création en 2017, des donateurs chinoi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles