Médias : vers le degré zéro de l’information ?

L’information de masse ne contribue plus à faire progresser la connaissance mais à créer de pseudo-événements auxquels le public a l’impression de participer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
jade colbert by dave(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Médias : vers le degré zéro de l’information ?

Publié le 1 novembre 2017
- A +

Par Patrick Aulnas.

Le sport le plus pratiqué par les médias grand public consiste à relever tous les propos familiers du président Macron et à tenter de lancer une polémique. On obtient ainsi des articles médiocres, des échanges radiophoniques ou télévisuels assommants et bien entendu des kilomètres de messages vulgaires sur les réseaux sociaux.

Les médias nostalgiques de la langue de bois

Il y a pourtant « des fainéants et des cyniques » autour de chacun de nous, de même que des personnes qui n’ont d’autre ambition que de « foutre le bordel ». Qui pourrait prétendre n’en avoir jamais rencontrées ? Un président ne vient pas en Guyane pour distribuer des cadeaux mais pour prendre contact avec la population et ses élus locaux. En précisant qu’il n’est pas le père Noël, il ne fait qu’expliciter familièrement une conception particulièrement souhaitable de la gouvernance.

Rien de tout cela ne mérite le moindre débat. Il faut plutôt se réjouir de voir la langue de bois politicienne reléguée au grenier avec les ustensiles devenus obsolètes. Mais voilà ! Une bonne partie des professionnels des médias continue à ressasser les vieux schémas hors d’usage.

Il ne faudrait pas être « clivant », ni « arrogant », ni « condescendant ». Il conviendrait donc visiblement de se limiter aux propos insipides ou démagogiques dont nous abreuvent les politiciens professionnels.

Tout politicien expérimenté a en effet présente à l’esprit la phrase célèbre du cardinal de Retz : « On ne sort de l’ambigüité qu’à son détriment. » Parler pour ne rien dire mais en faisant illusion est devenu une constante du verbe des hauts dirigeants. Mais cette hypocrisie commence à lasser et à desservir ses adeptes. Le cardinal n’a sans doute pas toujours raison.

Les médias doivent-ils tirer le niveau vers le bas pour être entendus ?

Tout le bruit de fond médiatique, qui va du grognon au vulgaire, n’est pas vraiment nouveau. Sarkozy et Hollande en avaient également largement bénéficié, mais étant issus de la droite et de la gauche, les critiques journalistiques bas de gamme venaient du camp adverse. Pour Macron, qui n’appartient à aucun des clans politiciens, toute la presse peut se déchaîner sans retenue. Elle aura le soutien des vieux briscards de la politique, disposant toujours de nombreux mandats électifs.

Il est vrai aussi que la rude concurrence entre les médias tire beaucoup d’entre eux vers le bas. Le niveau culturel moyen étant ce qu’il est, il faut rester simpliste pour être suivi. Mieux vaut s’appesantir sur la forme, extraire quelques mots d’un long discours et gloser longuement et platement pour se mettre au niveau du vulgum pecus.

Il faut vendre et pour cela attirer des lecteurs, des auditeurs ou des spectateurs. Comme on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre, les sucreries bien écœurantes représentent un appât économiquement efficace.

Les réseaux sociaux et la convoitise haineuse

Si on peut lire dans les grands quotidiens nationaux des articles de qualité, ces organes de presse sont tellement noyés dans l’immense océan médiatique que la tendance racoleuse et triviale a le vent en poupe. L’effet d’amplification joué par internet, principalement par le biais des réseaux sociaux, constitue désormais un problème majeur.

Ceux qui ont fait l’expérience Facebook avec une capacité de jugement suffisante ont pu s’apercevoir que des « amis » tout à fait honorables se fourvoient parfois en relayant naïvement des images ou des écrits attisant la convoitise et propageant indirectement la haine.

Les rémunérations des dirigeants et le coût de leurs déplacements semblent fasciner une partie de la population. L’inculture ayant atteint des sommets, les comparaisons historiques ne sont pas à la portée de tout le monde. On se scandalise donc facilement du mode de vie des dirigeants politiques ou économiques en mettant en regard le niveau du SMIC ou des minimas sociaux. Mais au cours des siècles passés, ces différences étaient beaucoup plus considérables.

La misère ne consistait pas à avoir des difficultés à régler sa facture de smartphone mais à mourir de froid, de faim ou plus lentement de malnutrition ou de maladie non soignée. Quant aux riches, ils étaient riches tout simplement, cela n’a jamais changé. La misère est beaucoup moins profonde, la richesse et ses privilèges restent ce qu’ils ont toujours été. On devrait s’en réjouir mais on se complaît dans le registre de la lamentation parce qu’il est porteur commercialement et politiquement.

La convoitise, la jalousie, l’envie de confort matériel et de consommation à outrance se sont ainsi emparées des esprits par le biais d’informations parcellaires adressées à des personnes incapables de relativiser.

L’information de masse ne contribue plus à faire progresser la connaissance mais à créer de pseudo-événements auxquels le public a l’impression de participer. En relayant sur une page Facebook ou Twitter la satire d’un propos présidentiel, on obtient des réactions des amis virtuels ou des followers en deux lignes au grand maximum.

L’impression de participer à un événement est présente mais totalement factice : le choix du sujet est soit politique s’il vient d’un parti, soit commercial s’il vient de la presse. Les amis virtuels sont en réalité manipulés : ils contribuent puissamment à répercuter une polémique dépourvue d’intérêt.

Le culte de l’instantanéité

La réactivité quasi-immédiate est induite par la vitesse de la communication contemporaine : celle de la lumière. Il faut se manifester dans l’instant car demain, un autre sujet plus ou moins polémique sera à l’ordre du jour. Peu importe le contenu du propos s’il parvient à retenir l’attention quelques minutes ou quelques secondes. Chacun peut ainsi affirmer tout et son contraire, sans réflexion approfondie. La réflexion, c’est le zapping assuré.

Les grands écrivains ont toujours des intuitions fortes. Dans L’écume des jours (sorti en 1947), Boris Vian affirme par provocation que « l’essentiel est de porter sur tout des jugements a priori ». Nous y sommes.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Vu la quantité astronomique d’informations disponibles en permanence…..seul la petite phrase à une chance de ne pas passer inaperçue.il faut vous y faire la presse de grand papa n’existe plus ….mais dans mes souvenirs elle n’était pas moins désinvolte sur la vérité et quand il fallait trainer quelqu’un dans la boue , toujours présente.

  • l’enfumage de la population par les médias , ça arrange bien les politiques ; pendant ce temps , ladite populace ne regarde pas là ou il le faudrait ;

    • @ véra
      100% d’accord! Combien d’organes de presse mourraient sans subside: ils sont « achetés », pas plus: c’est malsain et ça ne rend pas « libres et indépendants »!

    • Idem, 100% d’accord,, la subvention des media est un problème a l’heure de se la sur-information, elle contribue discraitement a amplifier une « agit-prop », le refinancement permanent de l’organe de propagane communiste, l’humanité sur fond public est bien l’oeuvre de nos politiciens.

  • Ne vous inquiétez pad monsieur, les patrons de presse sauront les discipliner avant les prochaines élections et ils aimeront le jeune pitre terrien à nouveau autant que vous.
    La presse est naturellement plus à gauche que la seconde gauche de Macron, et le libéralisme se limite au code du travail et à s’en prendre aux petits-bourgeois. Logique pour Arnaud-Drahi-Niel-Pinault.

  • La langue de bois est toujours présente et, finalement, il suffit de compulser les journaux en choisissant les rubriques intéressantes pour ne pas se laisser emporter par les anecdotes ou polémiques stupides. Eviter les informations françaises, surtout à la télé, ne pas se laisser attirer par les réseaux sociaux, de vrais calamités. Cela fait ringard? Sans doute.

  • Cela n’est encore pas trop grave. Ce qui l’est par contre, c’est la désinformation systématique pratiquée par les media, comme sur les OGM ou le climat, et inversement leur promotion de l’escroquerie et du charlatanisme au sujet de la santé de la population en faisant la pub de l’homéopathie, des naturopathes, des huiles essentielles, etc… la liste est longue. Et on remarque que les nouvelles générations de journalistes sont d’une ignorance crasse en plus de ne savoir écrire correctement.

  • pour avoir une information juste sans parti pris..
    Supprimons les sudventions de la presse et surtout la niche fiscale des journalistes…
    ils vont peut etre devenir des journalistes..c’est le melange politique et journaliste …

  • pas tous les médias.. mais beaucoup de médias ont délégué une partie de leur « recherches » d’information à des ong…
    avez vous déjà entendu de questionnement sur ce que dit greenpeace?
    Il y a aussi une volonté de défendre le faible par rapport au fort..le pauvre par rapport au riche car le pauvre est gentil et le faible dit toujours la vérité.
    Informer objectivement et être populaire, c’est difficile, mieux vaut dire aux gens ce qu’ils veulent entendre la vérité est sémantiquement élastique jusqu’à un certain point celui où la réalité vous revient dans le figure.
    Les médias vendent de la pub pas de la vérité.

    • Les médias vendent à leurs clients. Leurs clients sont ceux qui les paient, donc les gouvernements et non les lecteurs et auditeurs. Ils privilégient les fournisseurs les moins chers, donc les ong, les agences de presse (lesquelles adorent les sujets tout prêts mâchés genre thèse universitaire farfelue), et les reportages ruraux avec des personnages pittoresques à défaut d’être cultivés. Ensuite, la pub se vend toute seule, entraînée par le reste.

      • c’est quand même la pub qui paye de fait les médias…et l’intérêt d’un publicitaire est l’audience.

        • L’impact, pas l’audience. Et l’impact est bien plus élevé sur un cerveau dénué de sens critique que sur cinq bien attentifs qui de plus vont pisser pendant la pub.

          • on pourrait le penser mais à vrai dire je n’en sais rien on a toujours tendance à penser qu’on est pas le con de l’histoire..mais la pub ça marche.

  • L’information n’est qu’un prétexte pour faire de la propagande.
    Les grand médias surjouent les information qui vont dans leur sens et ils occultent les autres.

  • La presse subsidiée est le fer de lance de la censure gauchiste qui n’a de cesse de promouvoir la colonistaion européenne par l’islam. Considérant cet état de fait internet est le dernier rempart contre le totalitarisme européen.

  • Que les medias de façon générale soient médiocres et s’adaptent, ou pas, avec plus ou moins de réussite aux changements techniques et sociétales, c’est une tendance mondiale. Disons que les medias français ne se voient plus, et depuis très longtemps, comme un produit culturel qui doit chercher, identifier, et combler son marché. A ce titre, les précieuses ridicules se sont occupées toutes seules longtemps avec un seul mot prononcé par notre énarque macaronique 2.0. Quel invraisemblable bordel effectivement. Concomitamment, le silence est de mise sur la baisse des dépenses militaires en période de guerre, ou la fin de tout espoir pour moi comme beaucoup d’autres « veaux » français. Et lorsque le précédent pantin peut lancer sans se faire contredire « c’est pas cher c’est l’état qui paie », le disconnect est total. Un journaliste, dans ce pays, a l’instar du banquier, est devenue une extension légitimiste de la dictature bureaucratique. Encore un autre truc gris sans intérêts qui ne sert a rien mais coute une blinde.

  • « Pour un journaliste de gauche, le devoir suprême est de servir non pas la vérité, mais la révolution. »
    Salvador Allende

    « Plus le mensonge est gros, plus il passe. »
    Joseph Goebbels

    Les deux commandements du bon journaliste national socialiste français

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
une personne en combinaison de prptection
2
Sauvegarder cet article

Commenter des images de France 24, la voix de son maître gouvernemental s’il en est, qui montre, à travers des images choquantes, les effets néfastes de la politique du zéro covid en Chine.

Pourquoi ?

Par exemple, la photo de droite montre le dos d’un travailleur qui escalade une clôture. Il s’agit du recadrage sur un travailleur d’un groupe de travailleurs de Foxconn, entreprise taïwanaise, filiale d’Apple, dont l’immense usine est située à Zhengzhou en Chine. Elle fabrique 70 % des iPhone de ce groupe (500 000 par jour). La lé... Poursuivre la lecture

Cyril Hanouna est très loin d'avoir la finesse d'un humoriste. Il serait plutôt du genre amuseur public, façon petit rigolo de la classe qui subjugue ses petits camarades par son aplomb et désespère son institutrice. Son truc, manifestement, ce sont les coquillettes versées dans le slip d'un chroniqueur, histoire de vérifier le proverbe "avoir le cul bordé de nouilles", le tout bien enveloppé dans un prêt-à-penser frappé au coin de la médiocrité, comme on a pu s'en rendre compte à l'époque des débats sur l'affaire Mila et les caricatures de C... Poursuivre la lecture

Émoi (encore un) dans l’hémicycle : un député Rassemblement National aurait dépassé les bornes des limites et se serait vautré avec emphase dans les heures les plus sombres de notre histoire politique avec de vrais morceaux de racisme dedans. Pour ajouter l’insulte à l’injure, la presse s’est jointe à la mêlée pour y ajouter une dose de propagande.

La petite phrase défraye la chronique paresseuse des folliculaires médiocres : alors que Carlos Martens Bilongo, député France Insoumise d’origine congolaise, évoquait la question des migran... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles