La formule du bonheur

Mo Gawdat est un spécialiste de l’Intelligence Artificielle, devenu chief business officer chez Google. Il vient d’en démissionner, pour se consacrer à sa « mission » de prosélyte du bonheur, et d’en convaincre un milliard d’humains.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La formule du bonheur

Publié le 1 août 2018
- A +

Par Gilles Martin.

Six grandes illusions entravent notre capacité à comprendre le monde, et nous font prendre la vie comme une lutte. Alors qu’il suffirait de voir clair dans ces illusions pour que notre vision se dégage et que le bonheur nous arrive.

Bigre !

Celui qui nous parle ainsi, c’est Mo Gawdat, dans son livre La formule de bonheur – Des résolutions pour être heureux. Un best-seller.

Mo Gawdat est un spécialiste de l’Intelligence Artificielle, devenu chief business officer chez Google. Il vient d’en démissionner, pour se consacrer à sa mission de prosélyte du bonheur, et d’en convaincre un milliard d’humains, grâce au mouvement qu’il a créé,  » onebillionhappy « .

La méthode en quelques chiffres

Des millions de gens sont devenus fans ; l’auteur fait des formations sur sa méthode dans de nombreuses entreprises (Google, mais aussi Mastercard, Salesforce).

La méthode tient en trois chiffres : 6 – 7 – 5

  • 6 grandes illusions qui sèment la confusion dans notre esprit et dont il faut se débarrasser : les pensées, l’ego, la connaissance, le temps, le contrôle, la peur ;
  • 7 angles morts qui leurrent notre jugement sur la réalité de l’existence : les souvenirs, les étiquettes, les émotions, les filtres, les suppositions, les prédictions, l’exagération ;
  • 5 grandes vérités auxquelles il nous faut se raccrocher : le présent, le changement, l’amour, la mort, le dessein.

Et la formule du bonheur est, comme une équation d’ingénieur, l’écart entre votre perception de la vie et vos attentes. Et si vous ne trouvez pas le bonheur, c’est à cause d’une mauvaise perception de la vie telle qu’elle est.

Tout ça a l’air un peu nunuche, genre New Age. Et il faut résister pour entrer dans le livre.

Le contrôle

On y trouve alors des bons principes qui peuvent aussi aider à débrouiller des situations personnelles ou professionnelles (Mo Gawdat ne fait pas la différence).

Prenez celle des illusions que Mo nomme le contrôle.

Qui n’a pas envie de sentir qu’il a les choses sous contrôle ? Préparer une intervention, une réunion, une décision, on aime bien se dire « j’ai tout prévu, c’est bon ! » Le contrôle est un besoin instinctif. Pourtant nous ne pouvons empêcher les événements imprévisibles de survenir, comme des cygnes noirs, tels que Nassim Nicholas Taleb l’évoque dans son livre  Le cygne noir : la puissance de l’imprévisible). En fait l’illusion, c’est de croire que le contrôle existe ; quoi que l’on fasse ou prépare, le conseil de Mo, c’est que « le contrôle est une illusion ». Et le bonheur ne vient pas d’une illusion de contrôle, mais de « notre capacité à appréhender la réalité en nous basant sur des faits et pas sur des illusions ». Car il n’y a, selon la méthode de Mo, que deux choses que nous contrôlons : nos actions et notre attitude.

Et pour cela, la pratique que nous transmet Mo, c’est « l’acceptation engagée ». Car ce qui produit les résultats, ce n’est pas l’attente de la réussite, mais les actions appliquées. l’acceptation engagée, consiste à s’efforcer d’agir de mon mieux, à chaque instant, dans toutes les situations, et d’accepter ce qui arrive. Et si je rate la cible, j’en tire les leçons, et je réessaye comme si rien n’avait été perdu. Je ne peux pas forcer le client à acheter mon service, mais je fais de mon mieux, sans exercer ni attendre un contrôle total. Voilà pour les actions.

Mais il y a aussi l’attitude, notamment face aux imprévus et aux problèmes. Souvent, quand les choses changent ou que l’imprévu se produit, on va essayer d’exercer davantage de contrôle. Erreur ! Il vaut mieux observer la situation avec un regard neuf et ouvert, et utiliser la nouvelle situation en notre faveur. Comme Jim Lovell, l’astronaute joué par Tom Hanks, dans  » Apollo 13″ avec sa célèbre répartie :  » Houston, we have a problem ». Alors que la situation est grave (désespérée ?), il a l’air de seulement remarquer qu’il a un pneu crevé. Et en analysant la situation avec calme, ils vont finir par revenir sur Terre.

La leçon, pleine de sagesse, est simple :  » Nous recevons tous des cartes  – certaines sont bonnes, d’autres sont mauvaises. Si vous vous focalisez sur les mauvaises, vous rejetterez la faute sur le jeu. Utilisez les bonnes cartes et les choses s’arrangeront : votre main change et vous avancez ».

 » Tout finira bien. Si ça ne va toujours pas bien, c’est que ce n’est pas fini ».

Cela a l’air facile finalement de trouver la formule du bonheur.

Enfin, presque facile.

Tout est dans l’exécution maintenant.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous vivons dans un monde marqué par une forte incertitude et ponctué d’importantes surprises qui remettent en question bon nombre de nos croyances. Cette remise en question peut être très anxiogène tant il semble que nous ne puissions plus nous appuyer sur rien de stable pour avancer dans la vie. C’est particulièrement vrai dans les entreprises : la situation peut aller jusqu’à une forme de paralysie, causée par le sentiment que quoique l’on entreprenne, un événement imprévu viendra tout remettre en question. D’où un risque de démotivation. ... Poursuivre la lecture

Il y a deux façons d’affronter une crise : l’une est de refuser de voir la réalité des indicateurs qui en signalent l’arrivée et, surpris, se retrouver en position de survie, mal préparé, dirigeant au réflexe et à la peur ; l’autre, au contraire, est de l’avoir anticipée et conduire la sortie de crise avec difficulté, certes, mais en confiance et dans la sérénité.

Ne parlons pas de la première hypothèse ; elle est généralement fatale. C’est pourquoi chaque entrepreneur doit être convaincu de la nécessité de maîtriser l’évolution de se... Poursuivre la lecture

Il y a des questions que l’on n’ose poser qu’à un consultant. Une que j’entends souvent, et encore cette semaine, c’est « Comment faire changer les comportements et la culture de l’entreprise » ?

Pour certains, la réponse est évidente : on ne change pas la culture d’une entreprise, on doit faire avec et, au contraire, s’en servir comme levier pour imaginer, construire, et exécuter les plans de changement.

Pour d’autres, même évidence : mais bien sûr qu’il faut pouvoir changer la culture. Passer d’une culture de confort et de bur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles