Fausse science : d’où vient le vrai danger ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Frédéric BISSON - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fausse science : d’où vient le vrai danger ?

Publié le 25 juillet 2018
- A +

Par André Heitz.

Un consortium de 23 médias menés par la Süddeutsche Zeitung, guère connue pour son objectivité dans l’information « environnementale », et le Norddeutsche Rundfunk (NDR) et incluant notamment Le Monde a découvert l’existence d’une fake science ou « fausse science » et de revues scientifiques « prédatrices ».

Cela a permis au Monde de couvrir quasiment deux pleines pages dans son édition papier datée du 20 juillet 2018 et de produire un éditorial au titre bien anxiogène, « La gangrène de la fausse science » dans l’édition papier et « Fausse science : il faut une prise de conscience mondiale » sur Internet.

En chapô de l’éditorial sur Internet,

« Le Monde », aux côtés d’une vingtaine de médias, a enquêté sur 10 000 revues dites « prédatrices » qui contribuent à tromper les administrations et le public.

C’est se donner beaucoup d’importance au sujet d’un problème qui est connu et a été largement exploré ; il est décrit dans le journal dit de référence de manière très biaisée.

Une supercherie qui n’est pas nouvelle

Pour épicer la livraison estivale, les journalistes allemands ont produit un article bidon, avec des auteurs imaginaires appartenant à des institutions fictives et des données fabriquées. Soumis au Journal of Integrative Oncology de la société OMICS International – siège social à Hyderabad, en Inde, 1.500 employés et 11,6 millions USD de revenus – l’article a été accepté et publié en moins de dix jours.

Ah, la belle affaire ! Mais ce n’est pas nouveau. Exemples…

En 1996, Alan Sokal, professeur de physique à l’Université de New York, fait publier un canular, « Transgressing the Boundaries: Towards a Transformative Hermeneutics of Quantum Gravity » (transgresser les frontières : vers une herméneutique transformative de la gravitation quantique), par Social Text, une revue d’études culturelles postmoderne, chef de file dans son domaine, publiée par l’Université Duke.

En 2013, John Bohannon se fait passer pour Ocorrafoo Cobange, du Wassee Institute of Medicine d’Asmara, en Érythrée, bien sûr inexistant. Son article sur une molécule possiblement anticancéreuse extraite d’un lichen est proposé à 304 revues. Il est accepté par 157 d’entre elles, en moyenne au bout de 40 jours, refusé par 98, en moyenne après 24 jours, les autres n’ayant pas (encore) répondu quand M. Bohannon/Cobange jugea que la plaisanterie avait assez duré.

Son article avait notamment été accepté par le Journal of Natural Pharmaceuticals, propriété de Medknow, basée en Inde et acheté en 2011 par Wolters Kluwer, un grand éditeur scientifique néerlandais. D’autres éditeurs réputés, comme Sage et Elsevier, avaient aussi mordu à l’hameçon.

L’éditeur allemand Springer s’est aussi fait prendre en 2014 par de fausses études scientifiques générées par informatique. Après les avoir publiées, il déclare : « Nous sommes en train de retirer tous les papiers, aussi vite que possible […] car il s’agit d’un tissu d’absurdités. » Des absurdités qui n’avaient pas été repérées avant la publication…

Citons encore la fameuse et hilarante étude « Star Trek », à savoir « Morphological Change Following Extreme Celerity » (modifications morphologiques à la suite d’une vitesse extrême – accessible à partir d’ici), acceptée et publiée en novembre 2017 par Austin Journal of Pharmacology and Therapeutics », revue d’un éditeur états-unien, ainsi que par l’American Research Journal of Biosciences.

Enfin, dans un autre registre, à l’automne 2015, une Polonaise du nom d’Anna O. Szust a écrit à des dizaines de revues pour se proposer comme éditrice, sans référencer dans son CV des articles publiés ou une expérience comme réviseuse ou éditrice. Près de 50 revues ont répondu avec une offre de poste. En polonais, « oszust » signifie « fraude »…

La guerre de l’édition scientifique

La situation actuelle est le fruit d’une convergence de plusieurs facteurs.

Du côté de la recherche, il y a le sempiternel « publish or perish » (publier ou périr), la montée en puissance de l’enseignement supérieur et de la recherche du fait des politiques publiques, de l’évolution démographique et des progrès de certains pays en développement. Et quand on est doctorant, il est bon de valoriser sa thèse dans son CV par une ligne sur un article de recherche.

Du côté de l’édition, les majors ont longtemps pratiqué une politique de prix très élevés dans un système « readers pay » qui met les finances des bibliothèques des universités et institutions de recherche à rude épreuve. Ils continuent de le faire. Combiné avec l’évolution technologique, cela a ouvert la voie à un système « authors pay » ou « pay for play » assorti d’un « open access », un accès libre, sur Internet.

Résultat : des maisons d’édition se sont créées et ont multiplié les revues publiées sur Internet. Certaines sérieuses, d’autres beaucoup moins, attirées par le profit facile. Ce sont les « revues prédatrices » dont le nombre est estimé à 11.000 par le documentaliste Jeffrey Beall, l’auteur le plus connu en la matière. Il y avait 860 éditeurs prédateurs en 2015.

Dans la forme la plus « aboutie », ces revues publient n’importe quel article pourvu que l’on ait payé les frais de publication ; les pires se présentent de façon outrageusement mensongère, par exemple en se réclamant faussement d’une affiliation à une organisation scientifique ou académique prestigieuse, en affichant un facteur d’impact bidon ou en prétendant soumettre les articles à une « peer review » (revue ou examen par des pairs) inexistante.

Bon nombre d’éditeurs historiques et « prestigieux » ont adopté des systèmes mixtes : des revues vendues au numéro ou sur abonnement, avec des articles que l’on peut « louer » (lire pendant un temps déterminé, restreint, sans possibilité de télécharger) ou acheter (très cher) à la pièce, et des revues en accès libre sur internet ; ou encore des revues du premier type mais avec possibilité d’y publier en « author pays » un article qui sera librement accessible sur Internet. Par voie de conséquence, ces éditeurs sont aussi soumis à la tentation de publier de la qualité inférieure… et certains y succombent.

Un coup de Jarnac ?

Le Monde insiste sur « des dizaines de maisons d’édition peu scrupuleuses comme Omics et Science Domain (Inde), Waset (Turquie) ou encore Scientific Research Publishing (Chine)  [qui] ont créé des centaines de revues en accès libre au nom ronflant, ayant toutes les atours de vraies revues savantes. » C’est dans « Alerte au business de la fausse science » (journal papier) ou « Alerte mondiale à la fausse science » (Internet).

Nous avons vu ci-dessus que le manque de sérieux sévit aussi chez les éditeurs des pays dits développés.

Alors pourquoi cibler la Chine, l’Inde et la Turquie ? Et pourquoi n’avoir proposé l’article bidon qu’à une seule revue ? Ne serait-ce pas une manœuvre destinée à favoriser les éditeurs « classiques » occidentaux… dont Springer en Allemagne ?

Springer Open, ce sont 160 revues… dont Environmental Sciences Europe, la revue qui a accueilli en 2014 l’« infameuse » étude sur les rats, un maïs GM et le glyphosate de l’équipe de M. Gilles-Éric Séralini après sa rétractation par Food and Chemical Toxicology, avec un article compagnon dont la nature scientifique prête à discussion. Cela en dit long sur la politique éditoriale… autant que cette brève analyse de M. Marcel Kuntz, reprise par Genetic Literacy Project.

En tout cas, la ministre allemande de la Recherche, Mme Anja Karliczek, n’a pas tardé à réagir : elle a réclamé un « examen approfondi ».

Objectif atteint… La belle théorie du complot que voilà ! Mais le rasoir d’Ockham nous propose une explication bien plus simple : la recherche par les médias concernés de « nouvelles » sensationnelles. Chacun se fera son opinion.

Est-ce un problème ?

Pour Le Monde :

De la diffusion de fausses informations à la promotion de médicaments en passant par l’activisme climatosceptique ou antivaccin, voire simplement une volonté de « gonfler » artificiellement un CV : les motivations [de publier dans des revues prédatrices] des chercheurs sont nombreuses.

Les publications par des entreprises pharmaceutiques et des climato-sceptiques sont aussi évoquées par le NDR dans « More than 5 000 German scientists have published papers in pseudo-scientific journals ».

Ah, la belle théorie du complot ! Les motivations inavouables – avec une référence au climato-scepticisme qui fleure bon l’intolérance doctrinaire – passent devant les ego et les considérations pragmatiques. Dans son éditorial, Le Monde poursuit :

Environ 10 000 revues dites « prédatrices » contribuent à construire une science « parallèle », susceptible de tromper les administrations publiques, les entreprises, et même parfois les institutions scientifiques elles-mêmes.

Mais pas de panique. Toujours selon Le Monde :

Cette production représente jusqu’à 2 % à 3 % de l’index de certaines grandes bases de données de la littérature savante. C’est six fois plus qu’il y a cinq ans.

Ce n’est pas énorme, mais cela oblige quand même à une analyse un peu plus pointue – et moins manichéenne – de la situation.

On trouve de tout dans les revues prédatrices ou potentiellement prédatrices. Le NDR, dans l’article cité plus haut, s’est lancé dans un début de chasse aux sorcières. Mais on peut penser que les professeurs d’université qui ont publié dans une de ces revues n’ont pas produit de la junk science, de la science poubelle.

À l’autre extrémité, nous avons trouvé un grossier plagiat d’un article de M. Gilles-Éric Séralini et de son équipe, lui-même publié sur un site pay-for-play d’une maison d’édition citée dans Le Monde comme « peu scrupuleuse […] ».

Pour autant, si l’on s’en tient aux seuls résultats et omet les réflexions teintées d’un militantisme fort capillotracté, « Glyphosate Exposure in a Farmer’s Family » (exposition au glyphosate d’une famille d’agriculteur) de Mesnage et al. ne répond pas à la notion de « fausse science ». Compte rendu d’une petite manip’ (sur quatre jours), il n’avait aucune chance d’être publié dans une revue de plus grande notoriété.

Selon l’interprétation, l’agriculteur (trait plein) excrète par les urines tout le glyphosate inhalé en 24 heures, avec un pic trois heures après le traitement herbicide ; puis, après 30 heures environ, celui qu’il aurait absorbé par la peau. Un des enfants (mais pas l’épouse ni les deux autres enfants) a excrété du glyphosate dans la miction de 48 heures. L’expérience s’arrête là pour lui…

Le vrai problème

Le Monde écrit aussi :

Accessibles librement sur le Web, ces articles sont aussi, parfois, indexés par les grandes bases de données de la littérature savante comme Web of Science, Scopus ou encore Google Scholar. Une situation plus que problématique, car ces bases de données sont utilisées par la communauté scientifique, les agences d’expertise, les administrations…

Ou encore :

« C’est un problème majeur et il ne montre pas de signes de ralentissement. Les conséquences les plus graves portent sur l’intégrité scientifique et sur le fait de baser des travaux de recherche sur des données fausses ou non vérifiées », estime de son côté une porte-parole de Clarivate Analytics, la société qui gère la base de données Web of Science.

Première question : quelle est la probabilité qu’un article de qualité médiocre, voire de science poubelle apparaisse sur les écrans des chercheurs et attire leur attention ? On peut aussi penser que la majorité des chercheurs dignes de ce nom, et aussi des administrations et des entreprises, sont capables de faire le tri, particulièrement lorsque l’identité de la revue constitue un signal d’alerte et de vigilance.

Le vrai problème se trouve ailleurs : dans la qualité de ce qui est publié, essentiellement dans les revues ayant pignon sur rue (et apposant le sceau de qualité issu de la revue par les pairs) ; dans la communication des institutions de recherche et des chercheurs ; dans l’exploitation tendancieuse, voire propagandiste, qu’en font les médias ; dans les dérives sur Internet et les réseaux sociaux.

Illustration : dans le « Cash Impact – Pesticides : notre santé en danger », du 28 février 2018, Mme Élise Lucet se livre à une gesticulation théâtrale devant M. Bruno Baranne, président de Syngenta France:

Ils  [des chercheurs de l’INSERM] ont fait une étude épidémiologique de très grande ampleur sur l’exposition des femmes à l’atrazine […] Cette étude, elle a prouvé que ces femmes avec un taux d’atrazine élevé dans leur urine avaient 70 % de risque supplémentaire d’avoir un bébé au périmètre crânien réduit, et un bébé au périmètre crânien réduit jusqu’à 40 millimètres… 40 millimètres, c’est 4 centimètres […] en gros, c’est énorme […]

Mme Lucet se réfère à « Urinary Biomarkers of Prenatal Atrazine Exposure and Adverse Birth Outcomes in the PELAGIE Birth Cohort » (biomarqueurs urinaires de l’exposition prénatale à l’atrazine et effets indésirables sur la naissance dans la cohorte PELAGIE) de Cécile Chevrier et al., publié dans Environmental Health Perspectives. Le résumé nous apprend ceci :

Nous avons trouvé des niveaux quantifiables d’atrazine ou de mercapturate d’atrazine dans les échantillons d’urine de 5,5 % de 579 femmes enceintes […] La présence vs. l’absence de niveaux quantifiables d’atrazine ou d’un métabolite spécifique de l’atrazine était associée à un retard de croissance intra-utérin [odds ratio (OR) = 1,5 ; intervalle de confiance à 95% (IC), 1,0-2,2] et une petite circonférence de la tête pour le sexe et l’âge gestationnel (OR = 1,7, IC à 95%, 1,0-2,7).

Interprétation : l’étude n’a pas été effectuée sur l’ensemble de la cohorte PELAGIE (3.421 femmes), mais sur 579 femmes, dont 32 ont livré un signal positif pour l’atrazine dans une prise d’urine unique. Le résumé donne des odds ratios sans préciser l’ampleur de l’effet observé (c’est courant dans les études épidémiologiques…). Il faut aller dans le texte, plus précisément le tableau 5, pour découvrir que ce fameux effet – tout juste au-dessus du seuil de signification à en croire l’intervalle de confiance (mais pas significatif selon la p-value de 0,10) – est en moyenne de… 0,39 cm. En gros 4 millimètres. Quant au « retard de croissance intra-utérin », il n’y a aucune précision dans le texte.

Ce scandale de 4 millimètres de Mme Élise Lucet repose non seulement sur sa bêtise, mais aussi sur une communication scientifique très contestable.

L’INSERM n’a pas cru bon de publier une mise au point… alimentant implicitement l’hypocondrie française.

« Fausse science » c. « science parallèle »

Marcel Kuntz, directeur de recherche au CNRS, nous propose ici une typologie et distingue la science (la vraie), les pseudo-sciences (astrologie, paranormal, médecines non-scientifiques…), l’alterscience (qui promeut des théories alternatives fumeuses et alimente notamment les activismes anti-vaccin, anti-pesticide, anti-OGM, et autres « prêcheurs d’apocalypse ») et la science parallèle (souvent au service d’un projet politique). Il écrit dans « Fausses sciences, idéologie et « société de la connaissance »» :

Celle-ci [la science parallèle] a ses « Centres de recherche et d’information (faussement) indépendants », ses journaux « scientifiques » […] et même, de plus en plus, ses publications hétérodoxes dans des vraies revues scientifiques. Ses allégations, même rejetées par le monde scientifique, ont droit à une large publicité sur internet et autres médias.

On lira aussi avec intérêt, sur le site de l’Association Française pour l’Information Scientifique, « Science contrôlée ou science parallèle : un nouveau phénomène de société » de M. Alain de Weck, d’une pertinence bien supérieure aux bricolages du consortium médiatique « fake science ».

Le vrai danger est dans la « science parallèle », celle qui est ouvertement et délibérément militante ; ainsi que dans les dérives de la « vraie science » – pour partie idéologiques et pour partie pragmatiques (il faut répondre aux attentes des pourvoyeurs de financements).

Et, s’agissant des publications, le vrai danger se loge certes dans les publications prédatrices, mais encore davantage dans celles qui ont pignon sur rue. Quand Nature publie une lettre militante des journalistes Stéphane Foucart et Stéphane Horel – les auteurs de news pour le moins douteuses sous le vocable « Monsanto Papers » –, on peut s’interroger sur l’étendue du noyautage de cette revue invariablement qualifiée de prestigieuse. Quand Nature refuse de publier une réponse, le doute n’est plus guère permis.

Une belle diversion… qui profite aux éditeurs historiques occidentaux

Le consortium Fake Science parviendra sans doute à faire établir des listes d’éditeurs à éviter ou à privilégier. Ce sera tout bénéfice pour les éditeurs historiques occidentaux, y compris ceux qui ne sont pas exemplaires.

Dans ce consortium, il y a un Monde qui ne répugne pas à répandre la bonne nouvelle d’une mauvaise nouvelle « scientifique », fût-elle de qualité scientifique douteuse. Les derniers exemples en date, avec le conditionnel journalistique de rigueur : « Diabète et obésité : les pesticides pourraient augmenter le risque pour la population » ; et « Les nitrates pourraient avoir une influence néfaste sur la santé mentale ».

Le premier n’est pas à l’abri de la critique. Mais ce sera pour un autre billet.

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • Stanislas Kowalski
    25 juillet 2018 at 5 h 42 min

    Le Monde qui parle de fake sciences, c’est l’hôpital qui se fout de la charité. A moins qu’il s’agisse du cave trop vexé d’avoir été si souvent floué par des escrocs.

    Quoi qu’il en soit, si j’ai besoin d’un article pour faire un exercice d’esprit critique, je n’ai pas besoin de chercher bien loin. La rubrique des décodeurs y pourvoira amplement.

    Tout le monde peut se tromper ou être trompé. C’est excusable. Embêtant mais excusable. Mais quand on veut se poser comme arbitre ou garant, il faut être un peu meilleur que ça.

  • Je ne voyais pas l’ampleur du phénomène et surtout l’ampleur de la contamination des éditions ‘sérieuses’ par ces ‘fake news’.

    Merci pour cet article, même si la prochaine fois que je lirai une avancée dans la lutte contre telle ou telle maladie, le doute s’insinuera plus que jamais…

    • « le doute s’insinuera plus que jamais… »
      Pas nécessairement.
      Outre l’analyse précise de la découverte elle-même ou de la méthdologie ayant permis de l’obtenir, le processus de l’évaluation et de la validation d’avancées scientifiques se fait naturellement par le travail d’autres chercheurs/laboratoires qui veulent approfondir ou simplement reproduire les résultats présentés.
      C’est comme cela que certaines « découvertes » ont été invalidées (mémoire de l’eau, fusion froide, étude Seralini…etc).
      Il faut simplement être un peu patient et ne pas se jeter sur n’importe quelle annonce. Ce qui est d’ailleurs toujours le fait de la presse générale (celle qui dénonce les Fakes News 🙂 ) voire de politiques en mal de visibilité.

      • La vérité finira par triompher, mais nous nous serons morts (surtout si nous avons justement besoin du traitement de la maladie étudiée). Le principe du peer-review était d’éliminer dès avant la publication toutes les fausses trouvailles, quitte même à en renvoyer quelques unes de vraies à ce principe de la vérité qui finirait bien par s’exhumer autrement. Il n’était pas mauvais. Cependant, il imposait que certains thésards ne soient jamais autorisés à défendre leur thèse, que certains labos dussent fermer faute de crédibilité, etc. Trop tentant alors pour des margoulins de venir sauver les mauvais chercheurs en péril moyennant une petite commission, à partir du moment où ceux qui ne sont en rien des « pairs » des savants ont gagné le pouvoir dans les attributions de financements et dans la vulgarisation.

  • Article intéressant. Merci.

  • La santé tut comme l’alimentation est devenue une affaire de FRIC au détriment de toute la population mondiale d’ailleurs. Faut-il pour cela incriminer les fabricants ou laboratoires ou tout simplement et une fois de plus la lâcheté de la mafia politique toutes étiquettes confondues qui n’en ont plus rien à faire de la population, seul compte les entrées d’argent dans les caisses de l’Etat, des collectivités, des partis politiques et de leur portefeuille.

  • une vraie fausse nouvelle scientifique, c’est affirmer que l’augmentation du CO2 va conduire à la perte de la planète. Alors qu’à l’époque du crétacé, il y avait trois plus de CO2 dans l’aire et la vie était exubérante, avec explosion de la végétation et une croissance démesurée des dinosaures et autres animaux. Donc l’augmentation du C02 est bon pour la vie

    • D’ailleurs les dinos sont de retour avec l’accroissement de CO2, ils s’échappent des parcs d’attraction et font plein de misère aux gens.

    • Il ne faut pas demander aux écolos, aux journalistes et aux politiciens d’avoir un minimum de culture scientifique pour savoir que les plantes ont besoin de CO2 pour vivre et pousser! L’ignorance et la bêtise sont les plaies de l’humanité!

      • « Le problème avec le monde, c’est que les gens intelligents sont pleins de doutes, alors que les imbéciles sont pleins de certitudes ».
        Charles Bukowski

    • Le seul problème du climat supposé se dérégler est l’arrogance de penser que le climat actuel est le meilleur pour la planète, et que ce climat qui permet le ski en hiver et la piscine l’été sous nos latitudes doit absolument être la norme.
      Et pour ce privilège même les écolos et organisations de tous poils sont prêts à confier les rênes du monde à une bande de bureaucrates chargés de répartir les ressources de la planète pour notre bien, bien entendu…

      On peut plaindre la condition des ours blancs du Spitzberg aujourd’hui, mais il ne faut jamais oublier que sous les pieds de ces ours se trouvent des millions de tonnes de charbon issus d’une végétation luxuriante conséquente à une chaleur tropicale et à une teneur record en CO2.
      L’histoire des hommes ne repasse pas les plats, celle de l’univers j’en suis moins sûr…

      • Pour les ours blancs du Spitzberg, la nourriture n’a jamais été aussi abondante : ils font, au sens propre, les poubelles des scientifiques toujours plus nombreux en mission là-bas !

  • Bravo ! Une véritable prouesse ! Un article sur la fausse science sans évoquer le réchauffement climatique et les OGM tout en soutenant la ligne éditoriale scientifique du Monde.
    C’est un gag ?

  • Il se passe tout ça, mais il y a pire.
    En complément à cet article: http://blog.mr-int.ch/?p=4632&lang=fr

  • Comme pour les fake news, on va maintenant faire la chasse à la « fake science », étant entendu évidemment qu’il existe, quelque part (on ne sait pas trop où) une autorité constituée de gens qui savent ce qui est « fake » et ce qui ne l’est pas, et qui pourra donc justifier une certaine censure.

    Or, les publications scientifiques dans leur ensemble sont remplies de stupidités, de résultats bidons, de biais de sélection, de données bidouillées pour faire un beau papier, etc. Ca n’a effectivement rien de nouveau, mais surtout ça touche absolument tout le monde, « prestige » ou pas. Il est inévitable que dans toute production humaine, il y ait quantités de déchets, surtout lorsque derrière prestige, argent ou carrières sont en jeu. Là encore rien de nouveau.

    Ce qui m’inquiète beaucoup plus, c’est cette idée qui reprend du terrain (et qui avait reculé dans les sociétés dites éclairées) qui voudrait qu’il existât une sorte de vérité officielle d’un côté, portée par des « gentils », et des comploteurs manipulateurs de l’autre, évidemment « méchants ». Et ce qui m’inquiète particulièrement, c’est cette tendance qui émerge à vouloir rétablir une sorte d’inquisition, c’est-à-dire à désigner des gens qui dans leur sagesse infinie, décréteront ce qui peut être dit et ce qui ne le peut pas. Autrement dit, la négation même de la démarche scientifique et de toute l’épistémologie poppérienne.

    • @BrunoJ: « Ce qui m’inquiète beaucoup plus, c’est cette idée qui reprend du terrain (et qui avait reculé dans les sociétés dites éclairées) qui … »

      Cette idée a bien débordée du terrain scientifique. Des 2 cotés de l’Atlantique, on entend les « libéraux » US ou les progressistes européens vouloir restreindre la liberté d’expression. L’alternative est simplement niée.

      Prenons le RCA et admettons l’hypothèse du CO2. Combien de solution sont supportées ? Une seule : la transition coûte que coûte aux EnR. Les autres ont-elles été écartées à la suite d’une discussion démocratique ? Non. Elles sont tout bonnement niée : nucléaire, adaptation progressive,… TINA !

      • Rassurez-vous, il n’y a pas qu’eux ! En Hongrie, Orban, qui n’est ni liberal ni progressiste veut taxer toute information jugée favorable à l’immigration !

  • Le vrai problème que ne voit pas le Monde, c’est le fait de couper court à certains débats scientifiques à coups d’arguments d’autorité relayés par des médias qui lui ressemblent.
    Le lyssenkisme est ancien, mais on aurait pu penser qu’en démocratie, il n’avait pas droit de cité. Il n’en est rien.

    • le simple fait qu’on reprenne l’expression fake news au lieu de dire une nouvelle fausse, ou une tromperie intentionnelle..n ‘est pas neutre… ainsi JAMAIS le monde n’mettra de fake news le monde commettra des erreurs…les fake news sont propres aux forces du mal. ça va de soi…

  • Le problème de s faux articles/revues tient à la méthode de financement pay to publish. L’éditeur a intérêt à accepter n’importe quoi pour empocher les frais de publication. Les payeurs sont des mauvais chercheurs qui sont désespérés pour publier. La seule règle est « ne jamais payer ». Quand aux grandes maisons d’edition Springer Elsevier, c’est aussi des prédateurs qui par accointances avec l’etat forcent les universités à payer les abonnement. L’avenir est plutôt du côté d’un arxiv avec peer review, gratuit pour tous. Enfin gratuit, je veux dire par là que le contribuable ne paye qu’une fois, le salaire du chercheur et non pas 3, le salaire l’abonnement et les frais de publications.

  • On ne peut pas comprendre le mensonge dans la science si on on n’a pas vu le mensonge dans la société !

    Les Renseignements Généraux , c’est pas des policiers , ce sont les militants du Parti Socialiste , qui font la police ou plutôt du flicage
    dans nos rues , sur nos routes , sur les terrasses des cafés , sur les places publics , le terrorisme qui se prend pour de la sécurité et qui
    essaye de persuader les autres qu’il est de la sécurité alors que c’est un parti politique !

    Est-ce que ça d’abord ! vous l’avez vu ?

    Si vous avez vu ça , vous avez tout vu !

    Le Parti Socialiste est-il toujours au pouvoir en France ?
    Le ministère de l’Intérieur socialiste utilise des tortionnaires du parti pour casser les pieds à des citoyens français qui ne veulent pas rentrer dans leur réseau d’esclaves tortionnaire
    franc Masson ou bien pour les déplacer sans arrêt (déportation , le mot NASI a été enlevé des dictionnaires) .
    Tout cela doit alimenter la traite des Noirs qu’il y a en Europe présentée comme du sauvetage de refugiés , en verité
    un échange de citoyens nés en France il y a 30 ou 40 ans , Français , (dont les PS essayent de se débarrasser) , contre des nouveaux arrivants , à qui le parti chante la chanson de
    l’immigration comme le PS l’a fait dans les années 80 en France .
    Ces tortionnaires du parti sont parachutés dans les habitations pour accomplir des persécutions et du harcèlements par signe (logements vides) . Il se passe la même chose en Allemagne !

    Deux femmes et un homme se livrent à ce genre de comportements sur la commune française de Sedan actuellement , quartier de l’horloge , derrière le bruit du football télévisé
    avec ses supporters bidon militants du parti qui essayent d’entrainer les autres .
    Quand j’éteins les lumières chez moi la nuit , ils allument les lumières de leur appartement et inversement , langage par signe de harcelement . Ils toussent sans arrêt .
    La voisine du dessous fume à la fenêtre pour casser les pieds au voisin du dessus et quand on se plaint auprès du propriétaire (lui même Franc MaSSon et collabo)
    il vous répond « oui on peut même attrapper le cancer de la gorge » .
    Comment se fait-il que le Parti Socialiste est Encore au pouvoir en France en 2018 après le départ de Français Hollande ? Sommes nous bien en démocratie ?
    ou bien le Parti Socialiste se maintient-il toujours le pouvoir simplement en changeant l’emballage ? Un tour de passe -passe au clin d’oeil maSSonique ON/ OFF
    Combien de candidats socialistes se sont-ils réellement présentés à l’élection présidentielle 2017 ? 1 ? , V ? , ou bien 3 ?
    Peut-on accepter une bande de bluffeurs pareils qui vident les caisses de l’Etat français et qui cherchent à récupérer de l’argent par tous les moyens ? L’avez vous remarqué ?
    RG=PS

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Elie Blanc.

Dans un récent article paru dans le journal Le Monde, le bitcoin était une nouvelle fois attaqué par Jean-Michel Servet et Nicolas Dufrêne. Malheureusement, si certaines critiques sont tout à fait audibles au sujet de la reine des cryptomonnaies, les reproches qui lui étaient adressés ici sont une fois de plus très discutables.

Reprenons donc quelques-unes de ces critiques pour montrer dans quelle mesure elles sont infondées.

Le bitcoin est une menace pour le système monétaire et financier et pour les citoyen... Poursuivre la lecture

Par Armand Paquereau.

Après le gel du printemps et les pluies diluviennes de l’été qui ont retardé, compliqué voire ruiné les récoltes de céréales et le mildiou qui a sévi dans les vignobles et les cultures de pommes de terre, la tavelure dans les vergers, il a bien compris que les agriculteurs avaient besoin que l’on s’occupe de leur moral.

Il a annoncé une enveloppe de 600 millions d’euros par an pour indemniser les agriculteurs victimes de catastrophes climatiques et les aider à s’assurer contre les risques moyens. Ces fonds... Poursuivre la lecture

Par André Heitz.

Le 30 juin 2021, l'Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) a organisé un colloque de restitution destiné à présenter un magnum opus de quelque 1000 pages, « Pesticides et effets sur la santé : Nouvelles données ».

https://twitter.com/ID_LinfoDurable/status/1410606639187513356

 

Contrairement à ce qui avait été annoncé, le document a été mis en ligne sans attendre le délai de six mois qui avait été prévu pour stimuler la vente de l'ouvrage papier. Il est disponible i... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles