La politique monétaire est – comme son nom l’indique – purement politique

Trump candidat pouvait encore dénoncer le système dirigiste (bien qu’il ait profité des taux bas pour bâtir son empire immobilier). Mais Trump président ne peut en aucun cas scier la branche sur laquelle il est assis.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Trump septembre 2015 by Michael Vadon(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La politique monétaire est – comme son nom l’indique – purement politique

Publié le 25 juillet 2018
- A +

Par Simone Wapler.

La politique monétaire n’est pas un instrument économique mais purement politique destiné à favoriser le pouvoir en place. La preuve par Trump.

Donald Trump candidat fustigeait la politique de taux bas pratiquée par la Fed et accusait Janet Yellen d’avoir forgé une économie Potemkine reposant sur une bulle.

Donald Trump, août 2016

« Si les taux montent, ce ne sera pas joli, vous allez voir. Tout n’est qu’une grosse bulle. » 

Moins d’un an plus tard, Donald Trump se déclare favorable à une politique de taux bas.

Donald Trump, avril 2017 au Wall Street Journal :

« J’apprécie vraiment une politique de taux bas, je dois être honnête avec vous. » (1)

Que s’est-il donc passé ?

C’est très simple : Trump a été élu. Ce qu’il dénonçait en tant que candidat, l’aide une fois arrivé au pouvoir.

Trump veut une politique monétaire qui le sert

Donald Trump n’est en rien différent de tous ses prédécesseurs depuis 1971. L’argent facile, la fausse monnaie, les dévaluations aident le pouvoir en place, le Deep State ou la Parasitocratie. Les États-Unis ne sont en rien différents des autres pays.

Depuis que les banques centrales sont au pouvoir, les taux baissent partout dans le monde. Le crédit toujours plus facile masque les problèmes et crée une consommation artificielle qui n’est soutenue par aucune véritable hausse du pouvoir d’achat.

L’immobilier augmente ? Aucune importance, le crédit hypothécaire baisse.

Les salaires stagnent ? Aucune importance, on peut acheter une voiture à crédit.

Les soins de santé coûtent de plus en plus cher ? Aucune importance, les États providence s’endettent pour les financer.

La durée des études nécessaire pour obtenir un salaire décent augmente ? Aucune importance, on peut contracter un prêt étudiant et débuter sa vie professionnelle endetté.

Mais si un jeune commence sa vie professionnelle chargé de dettes, comment pourra-t-il épargner ?

Aucune importance, l’épargne ne rapporte plus rien, elle est devenue inutile. La dette se substitue à tout.

Une économie qui favorise les marchands de dette

Les marchands de dette qui ont acheté leur privilège de création monétaire s’enrichissent. Les meilleurs salaires, les plus grosses fortunes se font dans la finance et la part de l’industrie financière dans l’activité économique ne cesse de s’élever.

Quelle est la différence entre un système de taux d’intérêt administré et un système où les taux d’intérêt dépendent de la quantité d’épargne disponible ?

Dans le système dirigiste, des planificateurs omniscients forcent les taux à la baisse pour faire survivre des zombies qui ne sont pas rentables. Dans le système libre, les taux d’intérêt s’établissent naturellement, les cycles économiques se régulent d’eux-mêmes, les activités non rentables font faillite, les lobbyistes partent à la pêche, les politiciens clientélistes ne sont pas réélus.

Dit autrement, le système naturel est très défavorable à la Parasitocratie.

Trump candidat pouvait encore dénoncer le système dirigiste (bien qu’il ait profité des taux bas pour bâtir son empire immobilier). Mais Trump président ne peut en aucun cas scier la branche sur laquelle il est assis.

C’est pourquoi il a récemment commencé à montrer les dents vis à vis de Powell.

« Les États-Unis ne devraient pas être pénalisés parce qu’il vont si bien. Le resserrement monétaire pénalise maintenant tout ce que nous avons fait. Les États-Unis devraient pouvoir se refaire de tout ce qui a été perdu en raison de manipulations monétaires illégales et de MAUVAIS accords commerciaux. Nous avons des échéances de dette à venir et nous augmentons les taux – Vraiment ? »

Dès cette annonce vendredi 20 juillet, le dollar a chuté et l’or – qui n’est la dette de personne – a rebondi de 1%.

Évidemment, dès que la bulle des marchés financiers donnera des signes de dégonflement, Powell se dégonflera aussi et nous verrons à nouveau les taux baisser. Mais cette fois, il aura très peu de marge de manoeuvre.

En 2000, on partait de 7%, en 2008 de 5%, là, Powell partira de plus bas…

Il faudra justifier de refaire plus de tout ce qui n’a déjà pas marché mais les gens ne seront plus dupes. À ce moment, le système dirigiste des banquiers centraux sera ridiculisé. L’heure des comptes viendra et une partie de ces comptes sera apurée en or. Car finalement, pourquoi les banques centrales conservent-elles encore de l’or ?Vous aussi, pensez à acheter maintenant un peu d’or, si ce n’est déjà fait.

Pour plus d’informations, c’est ici

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  •  » le système naturel est très défavorable à la Parasitocratie »
    Oui, mais en ce moment les parasites pullulent dans tous les domaines et pays, le climat leur est très favorable.
    Le réveil risque d’être douloureux…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles