L’effet de la « guerre commerciale » sur l’inflation et sur la bourse

La hausse des indices des prix commence à peine mais les entreprises citent les barrières douanières comme obstacles à la progression de leurs résultats.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’effet de la « guerre commerciale » sur l’inflation et sur la bourse

Publié le 19 juillet 2018
- A +

Par Simone Wapler. 

Comme vous le savez, Trump a déclaré la « guerre commerciale ». Comme toutes les guerres qui ne sont pas des réponses à une agression physique, cette guerre est stupide. Elle consiste à faire payer plus cher à une majorité les produits importés tout en prétendant défendre une minorité qui serait soumise à une concurrence déloyale.

Où en sommes-nous des dommages collatéraux, à savoir l’inflation importée par les États-Unis du fait des droits de douanes ? Eh bien, pour le moment pas de bobo car le dollar s’est renchéri du fait du changement de politique monétaire de la Réserve fédérale.

Donc même si les produits importés sont taxés, les Américains ne le ressentent pas encore puisque le pouvoir d’achat du dollar à l’étranger a augmenté.

Voici pour illustrer ces dires l’évolution des prix à l’importation aux États-Unis :

Source : The Wall Street Journal, Daily Shot du 16 juillet

À peine 4,3% d’évolution en rythme annuel, pas encore de quoi fouetter un chat. Trump serait-il vraiment un génie ?

Pas si vite…

De plus en plus souvent, les droits de douanes sont cités dans les commentaires des entreprises.

Donc, pour le moment, même s’il n’y pas trop d’incidence de ces taxes sur les prix à l’importation, les entreprises américaines commencent à émettre des réserves sur leurs résultats futurs et citent les droits de douanes comme un inconvénient.

Comme par ailleurs le dollar « fort » pénalise leurs exportations, si elles payent leurs importations ne serait-ce qu’un peu plus cher, cela ne va pas dans le bon sens.

Donald Trump s’était jusqu’à présent attribué le mérite de la hausse des marchés actions. Si cette histoire de « guerre commerciale » dont il est l’initiateur la remet en cause, ce n’est pas bon pour son matricule.

Comme l’analyse le rapport « In Gold We Trust », toute baisse des actifs financiers verra la Fed faire machine arrière sur sa politique monétaire de normalisation. Ce n’est qu’une question de temps.

La fausse monnaie comme les taxes à l’importation n’ont jamais propulsé l’économie d’un pays…

Pour plus d’informations, c’est ici

 

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • voir sur you tube les différentes analyses de G Gave expert financier international , il sait de quoi il parle , il est dans le vrai,, car lui ne joue pas au monopoly !
    son analyse de l’endettement des pays les plus endettés de l’UE est assez inquiétante!

    • @ duglimbule
      C’est évident! Quand une dette flirte avec 100% du PIB annuel, la moindre remontée du prix de l’argent (taux d’intérêt) devient vite catastrophique: corollaire, à taux 0 il est sain d’emprunter pour des infrastructures permettant de gagner plus ensuite, (pas pour payer des dépenses de fonctionnement!).
      Pour les USA, on sait que ce sont les autres pays qui payent leur déficit grâce au $ universellement utilisé. Il n’en est pas encore de même avec l’ €, même si ça progresse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Surprise ces derniers jours : l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont le but semble de se mêler de plus en plus de politique, a clairement pris position contre l'actuelle stratégie zéro covid actuellement déployée en Chine, rejoignant en cela les critiques déjà nombreuses de l'opinion internationale vis-à-vis de la politique interne de la Chine.

Eh oui : même pour une organisation ayant nettement tendance à préférer la centralisation et les mesures fortes (voire dictatoriales), ce qui est actuellement mis en place par les autor... Poursuivre la lecture

Il y a moins d’un an, en juillet 2021, le Secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) et président de la République populaire de Chine Xi Jinping avait toutes les raisons d’être heureux : non seulement c’est à lui qu’est revenu l’honneur de célébrer le centième anniversaire du PCC, mais surtout, c’est lui et aucun autre de ses prédécesseurs depuis Deng Xiaoping qui a réussi à impulser et incarner la troisième ère du glorieux socialisme chinois. Un socialisme « moderne », inspiré de Mao et de Deng malgré leurs contradictions et leurs ... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles