Pourquoi avons-nous le droit de renverser un gouvernement, selon John Locke ?

Dans cette vidéo de l’École de la Liberté, Corentin de Salle traite du fameux droit de la résistance à l’oppression chez Locke.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi avons-nous le droit de renverser un gouvernement, selon John Locke ?

Publié le 8 juillet 2018
- A +

Par Corentin de Salle.

Après avoir analysé la logique lockéenne du passage de l’état de nature à la société politique, qui est censée protéger mieux les propriétés et la liberté, Corentin de Salle traite du fameux droit de la résistance à l’oppression chez Locke. Car le risque de la société politique est de tomber sur des gouvernements qui nous oppressent.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • A notre époque , les révolutions ne sont possibles que si les gouvernements sont lâchés par l’armée ; le peuple , lui , n’a rien pour se défendre au cas ou l’état décide de le mater de toute les manières possibles ;

  • vivre est difficile…la majorité des gens protége
    leur famille .jusqu’à quand c’est supportable !!!!

  • Il me semble que c’est également dans la Constitution française? A vérifier!

  • Juste une question comme ça les amis : Que feriez-vous si Jl Méchancon devenait président en 2022 ? Partiriez-vous? Et que me conseilleriez-vous : je suis retraité 1400 euros/ mois , aucun patrimoine ( donc ce ne serait pas pour le sauvegarder que je partirais ) mais je refuse de vivre en dictature communiste , donc me conseilleriez-vous de partir et où ?

    • Sachant que l’Espagne et le Portugal sont socialistes …je ne sais pas si c là-bas qu’il faut aller…

    • Bof ! Melechon, comme tous les présidents présent et passés, pisserait là où la technocratie en place et inamovible lui dirait de pisser. Vous n’avez rien à craindre. Encore moins que pour l’election de Mitterrand en 81.
      Sinon, le Portugal, c’est cool. Pas d’impôt à payer pendant 10 ans et… on roule à 90.
      Oui finalement, je vous conseille le Portugal, dès maintenant.

    • @ JacquesPays de l’est. La Pologne est parfaite, un peu froid l’hiver, mais il n’y a pas de migrants, donc pas de voitures qui brûlent, pas d’agression dans les rues, pas d’insultes ni de harcèlement des femmes. Les femmes sont réputées pour leur beauté et les gens polis et hospitaliers!
      Ils sont forcément viscéralement anti-communistes!

  • Le peuple n’a qu’un ennemi : son gouvernement !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Droit naturel
3
Sauvegarder cet article

Par Raphaël Candé.

Lorsqu’un néophyte découvre la pensée libérale, il ne peut manquer de noter la diversité d’auteurs, de courants et d’idées l’esquissant. Toutefois, il retrouve trois principes communs à tous, à savoir la préservation de soi, la liberté (et son corollaire, la responsabilité) et la propriété privée. Les justifications de ces principes peuvent être regroupées selon trois grandes traditions. 

La plus récente de celles-ci est qualifiée d’utilitariste ou de conséquentialiste et défend le libéralisme pour ses bienfai... Poursuivre la lecture

droit des étrangers
1
Sauvegarder cet article

Par Robert E. Wright.

Vous entendez souvent cette question lors de réceptions et de dîners chics, chez le coiffeur et dans la salle de repos du bureau. Pourquoi les habitants de X ne se révoltent-ils pas tout simplement et ne remplacent-ils pas leur méchant ou "cupide" dirigeant Y ?

Pourquoi pas, en effet ? De toute évidence, malgré les exactions de Y, les coûts attendus de la rébellion doivent dépasser ses bénéfices attendus.

Un peuple n'a pas d'intérêts homogènes

Le peuple n'a nulle part des intérêts homogènes. Certains... Poursuivre la lecture

John Locke
3
Sauvegarder cet article

En dépit de certaines ressemblances formelles, comme la commune référence à l’état de nature et au contrat social, on imagine difficilement deux pensées aussi opposées que celles de Locke et de Hobbes. C’est qu’ils diffèrent fondamentalement sur leur conception de l’être humain.

Dans la tradition d’Aristote et Saint Thomas, John Locke (1632-1704) décrit un homme libre, rayonnant d’une dignité qu’il a en propre, et naturellement porté vers le respect des autres et la compréhension mutuelle.

Nulle convention sociale n’est à l’orig... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles