Pourquoi ne se révoltent-ils pas ?

Il existe beaucoup de raisons de ne pas se révolter contre son oppresseur. On peut toutefois en imaginer d’autres pour contourner l’obstacle de la servitude.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Barrières et barbelés By: Frédéric BISSON - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi ne se révoltent-ils pas ?

Publié le 18 avril 2022
- A +

Par Robert E. Wright.

Vous entendez souvent cette question lors de réceptions et de dîners chics, chez le coiffeur et dans la salle de repos du bureau. Pourquoi les habitants de X ne se révoltent-ils pas tout simplement et ne remplacent-ils pas leur méchant ou « cupide » dirigeant Y ?

Pourquoi pas, en effet ? De toute évidence, malgré les exactions de Y, les coûts attendus de la rébellion doivent dépasser ses bénéfices attendus.

Un peuple n’a pas d’intérêts homogènes

Le peuple n’a nulle part des intérêts homogènes. Certains bénéficient du régime de Y, tandis que beaucoup d’autres croient que Y ne leur soutirera pas personnellement des coûts insupportables. Ces attentes peuvent sembler irrationnelles aux étrangers, mais elles peuvent refléter les connaissances locales, même si elles sont peut-être déformées par la propagande méprisante de Y.

Les populations opprimées peuvent également rester passives parce qu’elles s’attendent à moins souffrir sous Y que sous d’autres dirigeants probables, ou parce qu’elles craignent le chaos de vivre dans un État défaillant.

Les coûts de coordination et le parasitisme contribuent également à expliquer pourquoi les populations opprimées ne se rebellent pas. Même des populations complètement désarmées pourraient facilement prendre le dessus sur Y si seulement elles pouvaient se ruer en masse sur son service de sécurité. Mais même si une foule suffisante pouvait être rassemblée au bon moment et au bon endroit, chacun aurait intérêt à rester au milieu de la foule, là où c’est plus sûr, en attendant que d’autres prennent la tête de la charge vers les nids de mitrailleuses.

Les masses pourraient aussi se permettre de payer simplement la garde rapprochée de Y, mais à cause du problème du passager clandestin, elles ne peuvent pas s’engager de manière crédible à effectuer le paiement promis une fois l’acte accompli. Et elles ne peuvent pas payer d’avance, en raison du risque substantiel que Y et/ou le chef de la garde rapprochée l’exproprie tout simplement.

Comme personne ne peut obliger les membres de la foule à porter plainte ou à contribuer à la mise à prix de la tête de Y, une unité militaire quelconque prend généralement la tête du mouvement. Ainsi, au lieu d’une rébellion populaire, c’est un coup d’État qui se produit, et le méchant leader Z remplace Y. Dans certains endroits un peu plus civilisés, les bulletins de vote remplacent les balles dans les compétitions pour le leadership, mais les résultats sont souvent similaires, avec de nouveaux leaders et des copains tout aussi cupides que ceux qu’ils ont remplacés.

S’engager dans une rébellion violente ou une activité politique pacifique dont on s’attend à ce qu’elle se termine avec un dirigeant similaire ou pire ne semble pas rationnel pour la plupart des gens. Mais leurs attentes rationnelles peuvent être gérées dans certains cas.

L’exemple américain

Au XVIIIe siècle, par exemple, les colons de l’Amérique du Nord britannique continentale ont réussi à remplacer leurs dirigeants à Londres par un lot moins rapace et soumis à des contrôles constitutionnels plus stricts. Le miracle de la croissance économique de l’Amérique au XIXe siècle en a été le résultat direct.

Comment les colons ont-ils réussi ? Ils ont modifié l’analyse coûts-bénéfices habituelle prévue en établissant des institutions politiques parallèles avant le début de la bataille. Les colons n’entendaient donc pas mener une guerre coûteuse simplement pour remplacer le roi George par un autre roi, ou un Parlement lointain par un autre corps législatif dans lequel ils n’auraient pas non plus de représentation directe. Ils s’attendaient à remplacer le gouvernement britannique par quelque chose de semblable aux institutions politiques parallèles qu’ils avaient déjà créées. C’est en grande partie ce qu’ils ont obtenu, même après avoir fait des ajustements en 1787-88.

Les institutions politiques parallèles des colons comprenaient des forces paramilitaires (unités de milice), des ressources fiscales (lettres de crédit) et des organes représentatifs élus (impôts et autres lois obligatoires). Les détails étaient confus et complexes, mais même la Pennsylvanie pacifiste et politiquement conservatrice a fini par développer ces institutions nécessaires pour financer et poursuivre la révolte à grande échelle.

La Déclaration d’indépendance a émané d’un organe colonial extralégal qui s’est réuni à Philadelphie, le deuxième Congrès continental. Sans cette institution, la Déclaration n’aurait été considérée que comme un pamphlet politique de plus, nettement inférieur au « Sens Commun » de Thomas Paine. Mais après avoir été dûment adoptée par les délégués de cette législature quasi-juridique, la Déclaration a pris l’apparence d’une loi.

Institutions et contre-institutions

Bien qu’elles ne soient pas autorisées par la loi britannique, les structures politiques rebelles parallèles se sont révélées suffisamment légitimes pour fonctionner de manière suffisamment efficace pour poursuivre la guerre. L’argent émis par les législatures rebelles quasi-légales, composées de délégués élus lors d’élections rebelles quasi-légales, avait une certaine valeur car il était soutenu par des taxes rebelles quasi-légales et des confiscations de biens. La légitimité initiale des institutions rebelles augmentait suffisamment la probabilité de succès des rebelles pour attirer encore plus d’Américains dans la rébellion, ce qui augmentait encore la légitimité des nouvelles structures politiques.

Bien sûr, les Y du monde ne permettent pas aux institutions politiques parallèles de se former, et encore moins de s’épanouir. Ironiquement, ce n’est qu’aux États-Unis et dans quelques autres pays où il fait bon vivre que les gens conservent suffisamment de liberté pour développer des systèmes politiques alternatifs capables de remplacer les systèmes existants, si cela était nécessaire. Vous savez, dans le cas hautement improbable où des désastres de politique étrangère se combinent à des perturbations macroéconomiques massives et à des preuves indéniables de fraude et de corruption massives aux plus hauts niveaux de l’État.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • N’importe quoi, des révolutions réussies on en trouve pas mal dans l’histoire humaine et aucune n’a suivi ce schéma américain !

    -4
    • Des révolutions réussies oui bon c’est un point de vue qui se discute. Pour ma part une révolution ne débouche que partiellement voir pas du tout sur le(s) motif(s) révolutionnaires. Et pour cause elle est trop radicale et imprévisible.
      Du coup si « ils » ne se révoltent pas c’est parce que la majorité des personnes sont modérées et seuls les tempéraments radicaux sont (potentiellement) révolutionnaires.

    • Bonjour, avez-vous des exemples de révolutions réussies ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions.

Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme ?

J’ai déjà eu l’occasion, ici-même, de commenter quelques grands romans d’Ayn Rand, qui trouveraient toute leur place dans cette série. Je vais donc prolonger avec d’autres réal... Poursuivre la lecture

Au Canada, en Nouvelle Zélande, et ailleurs, les convois de la liberté sont un signe, peut-être le plus éloquent, non seulement d’un rejet spécifique d’une politique sanitaire arbitraire et injuste, mais plus généralement d’un nouvel autoritarisme en Occident.

Ces manifestations sont intéressantes car pour une fois ce sont des Anglosaxons qui ont pris l’initiative de se révolter contre les violations des libertés individuelles qu’ils subissent depuis deux ans. Cela est relativement inhabituel car ce sont des populations ayant tradition... Poursuivre la lecture

la liberté
0
Sauvegarder cet article

Vos enfants apprennent-ils des principes éthiques et politiques appropriés en classe ? Comment expliquer la liberté et l’oppression à un enfant de 7 ans ? Les parents sont souvent démunis pour assumer la charge d’éduquer leurs enfants et leur transmettre l’amour de la liberté.

Je voudrais vous parler d’un livre écrit par un Américain, en vente sur amazon.fr, et traduit par mes soins. Ce livre est dédié aux parents ou aux enseignants disposant de peu ou pas de matériel pédagogique pour parler aux enfants des concepts de droit, d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles