Venezuela : et si les sanctions n’étaient pas la solution ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nicolas Maduro le 4 décembre 2014 (Crédits : Presidencia de la República del Ecuador, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Venezuela : et si les sanctions n’étaient pas la solution ?

Publié le 2 juin 2018
- A +

Par Pablo Rosado.

Alors que le Venezuela est sous le coup de nouvelles sanctions de la part des États-Unis, il y a peu de chance que celles-ci remplissent leurs objectifs. Souvent inefficaces et contre-productives, les sanctions internationales devraient être abandonnées au profit d’une plus grande libéralisation.

De nouvelles sanctions, mais pour quoi faire ? Jugeant illégitime la réélection de Nicolas Maduro, le président américain, Donald Trump, vient d’annoncer une nouvelle série de sanctions unilatérales à l’encontre du Venezuela. Le décret interdit aux citoyens américains d’acquérir de la dette vénézuélienne, et réduit donc la capacité du régime de Caracas à vendre ses actifs. Ce nouveau train de sanctions américaines s’ajoute à celles déjà décidées l’été dernier, interdisant l’achat d’obligations émises par le gouvernement du Venezuela, ce qui restreint l’accès du régime aux capitaux étrangers, dont il a un besoin crucial.

Des sanctions inefficaces et contre-productives

Les États-Unis ont pris l’habitude de manier les sanctions internationales afin de faire pression sur les États qu’ils considèrent dévier du droit chemin libéral. Depuis 1966, 26 régimes différents de sanctions ont été votés par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Cuba est sous le coup d’un embargo américain depuis 1962, régulièrement allégé depuis les années 2000. L’Iran fait l’objet de sanctions depuis 2006, année depuis laquelle la Corée du Nord subit également des sanctions de la part de l’ONU, à la suite de son premier essai nucléaire.

Pourtant, les sanctions internationales sont rarement couronnées de succès. Que ce soit en Corée du Nord, en Iran ou en Russie, les sanctions américaines n’ont en rien infléchi les régimes en place ; au contraire. Elles offrent le plus souvent un prétexte aux gouvernements sanctionnés pour persévérer dans la même direction politique et pointer du doigt l’ingérence de l’ogre américain dans leurs affaires internes.

En Russie, les sanctions américaines décidées à la suite de l’annexion de la Crimée ont eu pour effet d’alimenter encore davantage la corruption, la prédation économique et la reprise en main des grandes entreprises nationales par quelques oligarques proches du pouvoir. Freinant la modernisation du pays, elles ont également participé au maintien du régime qu’elles étaient censées affaiblir et ralenti l’émergence d’une opposition digne de ce nom.

Les sanctions internationales ont surtout été utilisées par le Kremlin pour se dédouaner du ralentissement économique et alimenter la rhétorique d’un complot ourdi par l’étranger. Non seulement la population russe ne s’est pas retournée contre Vladimir Poutine pour qu’il prenne des décisions menant à lever les sanctions, mais les sanctions ont alimenté un nationalisme revanchard. Et n’ont en rien empêché le Kremlin d’agir en Ukraine ou de s’imposer comme un acteur incontournable du conflit syrien.

Pour le spécialiste des relations internationales Bertrand Badie,

l’efficacité des sanctions est quasiment nulle face à la Corée du Nord, à l’Iran ou à ce que l’on appelle les États voyous.

Même son de cloche chez Pierre Grosser, professeur à Science Po :

contre des pays autoritaires, les sanctions frappent plutôt les populations (que les dignitaires du régime visé).

Arnaud Dubien, directeur de l’Observatoire franco-russe explique :

le problème avec les sanctions, c’est que l’on assiste à une déconnexion entre leur mise en œuvre et les objectifs politiques qui leur sont liés […] Si l’objectif était d’infléchir la politique de Vladimir Poutine, alors elles ont échoué.

La libéralisation est la solution

Les États-Unis réussiront-ils au Venezuela là où ils ont échoué en Russie ? Rien n’est moins sûr. Si l’Oncle Sam entend favoriser un changement de régime à Caracas, il faudrait, au lieu de le sanctionner, l’entraîner vers une libéralisation progressive, et non l’encourager à s’enfermer encore davantage. Dans une situation où le Venezuela cherche avidement des capitaux pour éponger sa dette abyssale, lui tendre une main économique est plus efficace que de l’enfoncer.

Il existe en effet une corrélation évidente entre le niveau d’ouverture d’un pays, son degré de libéralisme et le respect des droits individuels, d’une part, et sa prospérité économique, de l’autre. La situation de l’Amérique du Nord ou de l’Europe parle d’elle-même. Plutôt que de cibler des dirigeants qui n’ont aucune intention de changer de méthode ni de politique, encourager l’ouverture d’un pays conduira sa population à goûter d’elle-même les bénéfices d’une société et d’une économie plus libérales. Aucun pays converti au libéralisme n’est jamais retourné à un système communiste ou autoritaire de lui-même. Si Donald Trump souhaite que le Venezuela change de direction, il faut qu’il l’amène à s’ouvrir au monde. Dit autrement, entre le bâton économique et la carotte libérale, c’est souvent la seconde qui passe le mieux…

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Le principal avantage des sanctions est d’être politiquement porteuses, en se donnant, à peu de frais, une posture morale appréciée de l’électorat. ( même si le pays qui les décrète se tire en général une balle dans le pied ).
    L’union européenne n’est bien sûr pas en reste, et je me souviens avoir vu en Birmanie / Myanmar, embargotée par l’UE, la main-mise par la Chine sur le commerce ( y compris la revente par la Chine au Myanmar de produits laitiers importés de l’UE), les effets délétères sur le peuple, dont une bonne partie vivait du tourisme, et le peu d’impact sur les militaires dirigeants qui, pour leurs trafics, s’entendaient très bien avec les pays voisins, qui ne s’en cachaient d’ailleurs pas )

  • Oui encourager un pays à l’ouverture à condition de veiller à le traiter d’égal à égal sinon c’est le rejet( et pas seulement par les dirigeants). Il faut impérativement laisser à ces pays le sentiment qu’ils existent par eux-mêmes. Or les puissants sont souvent débordés par leurs « bonnes intentions ».

  • L’article ne démontre rien même si il faut entendre ses arguments.
    Lucx a aussi raison en indiquant c’est aussi une posture morale.
    Cependant toutes les sanctions ne sont pas comparables dans leurs intentions affichées ou cachées et d’une même utilité ou efficacité en fonction du pays auquel elles s’adressent.
    Quand à l’argument  » lui tendre une main économique est plus efficace que de l’enfoncer » est clairement du wishfull thinking sans démonstration encore une fois.
    Il faut bien affirmer la supériorité morale des démocraties libérales d’une manière ou d’une autre sinon c’est s’enfermer dans le relativisme et l’esprit munichois.

  • En accord global avec l’article, je pense quand même que l’interdiction d’achat de dette vénézuélienne n’est pas la pire sanction, surtout sur le plan moral.

    De la dette étatique, c’est un peu de l’esclavage moderne: cela impose aux citoyens concernés un poids fiscal, voire du travail forcé (notamment au Vénézuela).

    Interdire est cependant trop fort. Il aurait été plus judicieux de dire clairement que le système judiciaire US ne sera pas disposinible pour poursuivre le recouvrement de la dette achetée en connaissance des risques.

    • L’interdiction d’achat de dette par l’état vénézuélien est l’action la plus charitable que l’on puisse faire pour le peuple de ce pays. Si seulement on pouvais faire le même chose pour la France…

  • Oui à la libéralisation, mais non à la naïveté : l’absence de sanctions ne fait que retarder la destitution des dictateurs, les sanctions peuvent les conduire à la table de négociations où ils feront des concessions.

  • Chez l’Homo œconomicus le seul endroit sensible c’est le porte-feuille.

  • Ce doit être un article rédigé par un membre du PC qui veut se convaincre en ecrivant ces sornettes des couleuvres qu’il veut faire avaler aux lecteurs.
    Les sanctions ont très bien réussi en Irak, en Corée du Nord, et à Cuba où le régime du dictateur Fidel Castro a été sauvé par le pétrole vénézuélien.
    La dictature mise en place par Maduro avec l’appui de l’armee et des services cubains devrait être asphyxiée par ces sanctions.
    Bien évidemment, comme toujours, la Nomenklatura au Pouvoir (Saddam, Kim, Castro) ne souffre pas autant que le peuple puisqu’elle s’arrange pour limiter l’impact de ces mesures sur leur vie.

    • Ces régimes pourris usent exactement des même techniques que nos pseudo démocratie : utiliser la dette pour renforcer leur pouvoir sans faire appel à l’impôt qu’ils savent impopulaire.

      • « sans faire appel à l’impôt », c’est vite dit, en tout cas pour notre pseudo démocratie à nous…

  • Ce que vous oubliez dans votre analyse, c’est que les vénézuéliens ont bien connu une ère de libéralisme (en tout cas plus développée qu’en Europe) et la regrettent amèrement. Ils n’ont nullement choisi le communisme car même Chavez lors de sa première élection ne s’est pas du tout présenté comme communiste. Il a ensuite subi l’influence de Castro pour rester au pouvoir et truquer les élections pendant 15 ans, ce que son successeur fait également. Il ne peuvent donc faire aucun « choix » car ils subissent une dictature qui truquent les élections (de manière assez grossière quand on connaît le pays) et s’appuient sur les médias internationaux gauchistes pour faire croire qu’ils sont « élus ». Donc à part une intervention armée (type Panama, ce que tous les vénézuéliens espèrent) il ne se passera rien.

  • Exact en ce qui concerne la Russie: les sanctions renforcent le pouvoir en place.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le libéralisme est rejeté en tant que doctrine économique, au motif qu'il favoriserait les riches et l'oppression des faibles. Sauf que le libéralisme n'est pas une doctrine économique. Les sources de réflexions des libéraux ne portent pas forcément  sur l'économie, que ce soit, par exemple, Étienne de la Boétie, Alexis de Tocqueville, ou Benjamin Constant. Et l'une des figures les plus célèbres du libéralisme, de par son prix Nobel, Friedrich August Hayek, est plus connue pour ses livres La route de la servitude et Droit, législation et libe... Poursuivre la lecture

Selon le média russe Kommersant, la Turquie aurait signé un contrat avec la Russie pour la fourniture du deuxième régiment de systèmes de missiles antiaériens S-400. Celui-ci prévoirait en outre la localisation de la production de composants individuels. Une coopération aussi bien commerciale que technique.

Ankara, quant à elle, nie l'existence d'un tel contrat, arguant que le deuxième régiment était prévu dans le contrat original signé des années auparavant.

Dans tous les cas, la coopération entre la Russie et la Turquie se mai... Poursuivre la lecture

Trump
0
Sauvegarder cet article

Depuis la présidentielle de 2016, il semble que l’establishment médiatique et Washington veulent la peau de Donald Trump coûte que coûte. Ça a lamentablement échoué durant sa présidence et même après avec la commission hyper-biaisée du 6 janvier.

Mais maintenant, le ton monte d’un cran. La semaine dernière, non seulement le FBI est arrivé sans crier gare à son manoir de Floride, mais l’État de New York l’a longuement questionné sur ses pratiques fiscales, soupçonnées frauduleuses.

Sur ce dernier point, il est demeuré muet comme ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles