La France « championne du monde de la rémunération des actionnaires »

Les entreprises françaises se retrouvent accusées (sic) d’être celles qui accordent la plus grande rémunération aux actionnaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
euros rémunération

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France « championne du monde de la rémunération des actionnaires »

Publié le 17 mai 2018
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Tous les journaux de la presse mainstream ont repris en cœur une dépêche de l’AFP vous annonçant que la France était « championne du monde de la rémunération des actionnaires ». N’en croyez pas un mot, c’est une fake news !

« Comment le Figaro peut il publier une telle c… » fut ma première réaction en lisant ce matin mon quotidien. En gros s’affichait le titre « La France championne des distributions de dividendes ». Les entreprises françaises se retrouvent accusées (sic) d’être celles qui accordent la plus grande rémunération des actionnaires.

Une réelle fake news

En fait, nous devrions y être habitués, Le Figaro n’a fait que reprendre une dépêche de l’AFP, comme d’ailleurs presque toute la presse mainstream : Challenges, BFM, Le Monde et ses déclinaisons, Ouest France et ses déclinaisons etc. Reprendre une dépêche in extenso, sans en vérifier le contenu, sans mise en perspective, sans explication. Bravo, le travail de journalisme ! Décidément Messieurs, vous n’avez aucune leçon à donner, vous êtes la source et la caisse de résonance de l’immense majorité des fausses informations qui circulent.

Mais revenons à notre dépêche. Eh bien l’AFP n’a en réalité pas écrit un article à partir des statistiques de l’INSEE, ni d’ Eurostat ni de quelque organisme que ce soit, mais simplement repris, elle aussi in extenso, un communiqué de presse d’une association militante du nom d’« oxfam » !

Qui est Oxfam ?

En théorie une association qui lutte contre la faim dans le monde. Mais pas que. La faim dans le monde est une couverture, il y a un vrai projet politique derrière Oxfam.

Cette « association » est financée par… l’Open society de Soros. Ce qui a fait le plus parler d’Oxfam dernièrement c’est la révélation de scandales sexuels d’une part importante de ses intervenants sur les théâtres mondiaux de la misère. Cela a commencé par Haïti, mais très vite, des révélations sont arrivées du Soudan, du Liberia, des Philippines, du Bangladesh, du Népal… en tout environ 90 cas avérés sur 27 destinations, et il en arrive régulièrement. La pratique était courante, devenue coutumière, chez les salariés d’Oxfam d’accorder des aides en échange de faveurs sexuelles.

C’est dans cette tourmente que la Direction générale d’Oxfam-France a été confiée le mois dernier à Cécile Duflot. Pas vraiment une pro de l’aide humanitaire, mais une politique « bon teint » avec un carnet d’adresses long comme le bras. On voit donc vers quoi penche l’association.

La dépêche concernant la rémunération des actionnaires des entreprises françaises

Ainsi donc, c’est un communiqué de presse émanant d’une association financée par Soros et dirigée en France par Cécile Duflot qui se transforme par magie en dépêche AFP !  Pas d’éclairage, pas de déconstruction, un pur tract idéologique blanchi en dépêche !

Sur quoi se base l’affirmation selon laquelle la rémunération des actionnaires est en France la plus élevée du monde ?

Sur une lecture « proportionnelle » des chiffres.

Il est dit dans cette dépêche que « la France est le pays au monde où les entreprises cotées en bourse reversent la plus grande part de leurs bénéfices en dividendes aux actionnaires ». Hormis le fait que l’on reconnait la prose, il est intéressant de déconstruire cette affirmation  : « la plus grande part de leurs bénéfices ». Je vous demande de bien retenir cet élément.

Tous les autres éléments sont assis sur la même logique proportionnelle : « les entreprises françaises ont reversé plus de deux tiers de leurs bénéfices à leurs actionnaires sous forme de dividendes depuis 2009 » ; « ne laissant que 27,3% au réinvestissement et 5,3% aux salariés » et le reste n’étant qu’affirmations politiques n’ayant bien évidemment rien à voir avec la lutte contre la faim dans le monde. « Les richesses n’ont jamais été aussi mal partagées depuis la crise au sein des grands groupes, qui choisissent délibérément une course aux résultats de court terme pour conforter les actionnaires et les grands patrons au détriment des salariés et de l’investissement » ou encore se permettant, tel un parti politique, d’appeler le gouvernement « à reprendre la main sur cette économie déboussolée avec des mesures de régulation ambitieuses », « en préservant la capacité d’investissement et en interdisant que la part des bénéfices reversée aux actionnaires dépasse celle qui est reversée aux salariés ».

Qu’en est-il vraiment de la rémunération des actionnaires ?

Considérer la rémunération des actionnaires en valeur relative est une aberration économique. Comparer la part revenant aux actionnaires et la part revenant aux salariés sur l’unique répartition des bénéfices est une aberration économique.

Comprenons tout d’abord que ce qui compte économiquement n’est pas le bénéfice, qui est un résultat comptable dépendant de bien des paramètres autres que ceux de la production de l’entreprise stricto sensu, mais la valeur ajoutée produite par cette entreprise. Les éléments de comparaison, si on veut comparer, doivent donc prendre en compte l’ensemble de la valeur ajoutée.

La part de Valeur Ajoutée attribuée au travail est la plus élevée du monde

Comprenons que la part du « coût de main d’oeuvre » est en France supérieure au reste du monde. Donc cette part ajoutée à la redistribution des « bénéfices » donne une répartition de la valeur ajoutée des entreprises françaises à destination des salariés plus importante que dans le reste du monde.

L’excédent brut d’exploitation des entreprises françaises est faible

Comprenons que le « coût de main d’oeuvre » et les frais de fonctionnement sont plus importants en France que dans les autres pays. C’est-à-dire que l’excédent brut d’exploitation (plus connu sous son acronyme anglo saxon EBITDA) rapporté au chiffre d’affaires réalisé est plus faible en France qu’ailleurs. Ajoutez à cela que la fiscalité est en France très lourde et vous comprenez que la marge bénéficiaire des entreprises françaises est, à chiffre d’affaires réalisé équivalent, bien moindre en France que dans les autres pays comparables.

L’actionnariat est mondial

Comprenons enfin que la rémunération du capital est mondialisée. L’État français essorant régulièrement toute poche de cash qui a le malheur de se créer, la part de détenteurs de capital (les actionnaires) étrangers dans les sociétés françaises augmente.

Croyez-vous sincèrement qu’un actionnaire va rester si une entreprise française rémunère moins bien sa participation qu’une société étrangère ? Lorsque les sociétés françaises rémunèrent une action au même niveau (en valeur absolue) que leurs concurrentes, cela représente une part plus importante du bénéfice, puisque celui-ci est moindre que chez ces mêmes concurrentes !

Appeler à diminuer la rémunération des actionnaires

Appeler à diminuer la rémunération des actionnaires est tout simplement appeler les entreprises françaises à faire fuir leur actionnariat. Donc à voir baisser leur cours boursier, donc à devenir des proies faciles pour les traiders… Est-ce vraiment étonnant d’entendre cet appel de la part de qui nous savons ?

Le vrai problème des entreprises françaises

Donc, les entreprises françaises ne rémunèrent pas mieux le capital que les autres, mais pareil. La part de valeur ajoutée qui revient au travail est plus importante en France qu’ailleurs… Alors, qui morfle ?

L’investissement, c’est-à-dire l’emploi de demain !

Mais ça, personne n’en a rien à faire. Nos élus vivent au rythme de leur réélection, les dirigeants salariés des grands groupes ont résolu le problème en instaurant le principe de croissance externe qui fait que la pratique aujourd’hui consiste à laisser se créer des start-up qu’on rachète au moment idoine. Mais ceci est une autre histoire…


Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Soros celui qui spécule sur les monnaies qui appauvrie les pays et qui donne des leçons de moralité en ayant une fondation pour se justifier.!!!!

  • Il y a un article intéressant sur ce sujet dans le point qui donne un autre éclairage.

  • Article qui meriterai d etre diffusé ailleurs car didactique.
    J y mettrai quelques bemols

    1) si le cours des actions francaises baissent, elles vont pas se faire racheter par des traders mais par un concurrent via une OPA. Un trader, comme son nom l indique ne fait que des achat/vente

    2) le fait que les societes francaises distribuent beaucoup de dividende est un signe que l economie francaise ne va pas bien. Une societe mature va generer beaucoup de benefice et a pas enormement d investissement, donc dividende. Une societe qui au contraire est sur un marche qui explose va utiliser tout son cash pour l investissement et donc 0 dividende. C est pas pour rien que Google ou Amazon ne versent pas de dividende. On voit alors qu avoir des societes versant beaucoup de dividende n est pas bon signe: on a des societes matures qui risquent un jour de se faire uberiser (ex carrefour vs Amazon)

    3) je suis pas sur que l allusion a Soros soit vraiment pertinente ici. Il finance pas mal d ONG et il est la tete de turc d Orban et co. donc si vous voulez que votre texte est une diffusion massive sans etre connote politiquement, il vaut mieux eviter des affirmations qui n apportent rien

    • Ne pas oublier non plus que certaines grosses entreprises françaises ont l’Etat français comme actionnaire majoritaire. Et que celui-ci est particulièrement gourmand en dividendes, même si ces derniers doivent mettre en jeu la capacité d’investissement de l’entreprise (on s’en fiche, les problèmes seront gérés par la prochaine équipe au pouvoir)

    • Ce qui est distribué en dividendes n’est pas perdu pour l’investissement. Bien au contraire cela permet à l’actionnaire d’investir avec dans des secteurs moins matures. A contrario les bénéfices non distribués d’une société mature ont toutes les chances de s’évaporer en investissements non rentables (mauvaise graisse de la société, immobilier de prestige…). Personnellement je pense qu’il faudrait distribuer 100% du bénéfice et laisser à l’actionnaire le choix de continuer à développer l’entreprise (en souscrivant à des augmentations de capital) ou mettre ses billes ailleurs.

    • Bonjour cdg,

      Je n’ai pas écrit « trader » mais « raiders ». Comme un faute de frappe est vite arrivée, j’ai vérifié sur l’article d’origine (http://maviemonargent.info/remuneration-des-actionnaires-fake-news/) et c’est bien « raiders ». Un « t » a été ajouté à l’insu de mon plein gré…

      Je suis d’accord avec vous sur le deuxième point de votre commentaire. C’est un angle d’attaque différent qui arrive au même résultat. Bien sûr que faire des bénéfices est le meilleur moyen d’augmenter sa valo et les actionnaires qui n’ont pas perçu de dividendes touche le jackpot à la revente. Bien souvent, être obligé de larguer une part importante de ses bénéf pour conserver son actionnariat est signe de mauvaise santé. Nous sommes d’accord.

      L’allusion à Soros est justement là pour mettre une image devant le débat international qui s’esquisse son le personnage. Il n’y a pas que dans son pays d’origine que le salopard est tricard, il est très fortement contesté aux USA. Son camouflage derrière de pseudo association caritatives, quand il peut être montré, et avec Oxfam c’est le cas, doit être montré. Cela donne du corps à des accusations qui sont fondées mais que la grande presse se garde bien d’illustrer, en faisant un débat théorique voire frôlant la mauvaise foi.

  • L’article mériterait un autre titre que la reprise, même avec des guillemets, du slogan bateau. Quelque chose comme « Les entreprises françaises contraintes de distribuer plus de dividendes que les autres ».

  • On peut aussi ajouter que ce qui intéresse l’actionnaire est le revenu net après impôt sur les dividendes qui est maintenant de 30 %.
    Plus le prélèvement est important, plus l’actionnaire souhaite un dividende élevé.

    • L’article devrait aussi dire, que le paiement d’un dividende n’enrichie pas l’actionnaire.

      Tout simplement parce que l’actionnaire est le propriétaire de la boite. Si la boite décroche un dividende, l’actionnaire se le paie a lui même. Il ne gagne rien.

      • Très juste. La preuve: lorsque le dividende est payé le cours de l’action baisse mécaniquement du même montant . C’est souvent masqué par les fluctuations du cours, mais c’est un fait que les traders doivent prendre en compte.

  • Quand bien même ce serait le cas, cela me semble normal de bien rémunérer les actionnaires. Sinon, il n’achèteraient pas d’actions!

  • Si un salarié veut participer aux bénéfices de l’entreprise qui l’emploie, rien ne l’empêche d’en devenir actionnaire.

  • FLenglet sur RTL a étonnement tenu sensiblement la même démonstration que vous l’autre matin

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bientôt la fin de l’année, et certains, tant les managers que les employés, sont parmi ceux qui vont se prêter à l’exercice de « revue de performance » annuel, qui va peut-être décider des augmentations et promotions.

Si vous êtes dans ce cas-là, méfiance : vous êtes peut-être en train de travailler dans une entreprise dépassée, voire complètement à côté de la plaque.

 

Les revues de performances à l'heure actuelle

Eh oui.

Car on constate aujourd’hui que de plus en plus d’organisations abandonnent ou vont aban... Poursuivre la lecture

La semaine dernière, le magazine Marianne nous a gratifiés d’une très jolie pièce d’anticapitalisme que je n’hésite pas une seconde à qualifier de légèrement primaire. Primaire dans sa méthode, primaire dans sa compréhension du rôle et du fonctionnement de l’entreprise, et finalement, primaire dans sa conclusion qui n’a d’autre objet, une fois de plus, que de scinder le monde économique entre les gentils travailleurs et les méchants capitalistes. Le tout bien médiatiquement enveloppé dans l’expression ô combien racoleuse de « jour du dépassem... Poursuivre la lecture

Martin Hirsch, directeur général de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris reconnaît enfin que l’Hôpital est en crise, ce que nous dénonçons et abordons depuis plus de 20 années années dans la revue des anciens internes des hôpitaux de Paris. Celle-ci est adressée chaque trimestre à l’AP-HP. Son directeur devrait s’en inspirer car 40 % d’entre nous sont encore en activité, les mains dans le cambouis et les autres ont participé à la réussite du système de soins qui avait hissé le pays au premier rang des pays de l'OCDE.

L’Internat de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles