Loi mobilité : des taxis mais pas trop

Grâce à la nouvelle Loi mobilités, certaines collectivités territoriales pourront subventionner les particuliers pour faire le taxi. Mais attention : dans la régulation, la concertation, l'encadrement, la subvention et la saine absence de toute méchante concurrence, bien sûr.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Taxi parisien Credit Mathieu Fosse (Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Loi mobilité : des taxis mais pas trop

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 mai 2018
- A +

Quand il n’est pas activement occupé à protéger avec un succès évident ses citoyens contre des couteaux déséquilibrés, l’État français se charge de tout un tas d’autres aspects de la vie de son cheptel, depuis son éducation jusqu’à ses moyens de transports. Et à chaque fois qu’il le peut, l’État ajuste ses positions par une nouvelle loi, finement ciselée pour s’adapter aux modes du moment.

Ceci explique amplement pourquoi l’État se penche actuellement sur « les mobilités », terme vague recouvrant toutes les problématiques posées par les infrastructures routières, ferroviaires, les accès à celles-ci, la réforme de la SNCF et, au passage, l’épineux problème des zones rurales isolées dans lesquelles il est difficile de se déplacer.

Il s’agit ici de trouver une solution pratique au « problème » de déplacement de certaines populations dans ces zones rurales peu desservies par les transports en commun et pas assez riches ou pas assez denses pour justifier l’extension d’une ligne de train, le développement d’une compagnie de taxis ou le déploiement rapide d’un aéroport international de campagne avec son inévitable zone à défendre à base de potagers alternatifs et autres cabanes éco-conscientes.

C’est pourquoi cette prochaine loi sur les mobilités pourrait permettre aux collectivités situées dans ces zones rurales de rémunérer des particuliers pour faire chauffeur occasionnel.

Cette information est véritablement explosive puisqu’on sent tout de suite l’odeur de soufre qui l’accompagne, odeur caractéristique de la concurrence avec une corporation déjà établie. Et comme elle a déjà fuité dans Les Échos, le ministère des Transports s’est immédiatement fendu d’une explication afin de désamorcer tout risque de mauvaise interprétation :

On est en train de réfléchir à l’idée de donner la possibilité aux collectivités (…) d’autoriser des particuliers à transporter d’autres particuliers de façon très occasionnelle, évidemment très encadrée. (…) L’objectif est de ne pas créer de la concurrence [aux sociétés de taxis] mais d’apporter des réponses là où il n’y en a pas.

On appréciera la délicatesse de ce qui est proposé : point n’est besoin d’aller trop vite ! Notre ministère fait un premier pas, tout doucement, sur la pente ascendante d’une réflexion visant à donner la possibilité, un jour, peut-être et moyennant un encadrement bien strict, bien légal et bien bordé, d’autoriser des gens à transporter d’autres gens, tant que tout ceci est occasionnel et pas trop rémunérateur.

Dire aux gens de se débrouiller entre eux, et vogue la galère ? Ah, mais, parbleu, vous n’y pensez pas ! Malheureux, sans un cadre, ça va forcément mal se terminer ! Et imaginer que M. Durombier trimballerait simplement Mme Michu sur une base bi-hebdomadaire au marché local sans le moindre cerfa rempli, sans la moindre déclaration en triplicatas serrés à la sous-préfecture la plus proche, avec copie de la carte d’identité, de la carte grise, du permis de conduire et une facture récente d’EDF, c’est prendre le risque que tout ceci se termine avec des gens qui s’entraident tranquilou-bilou sans que la République, une, indivisible et jalouse, n’y puisse rien dire.

Insupportable !

Le plus beau étant « l’explication » avancée pour justifier la bordée d’articles inévitables que tout ceci va entraîner : si on écrit tout ça, c’est pour éviter toute vilaine, méchante concurrence turbo-libérale avec des taxis dont, au passage, on apprend qu’ils ne sont pas là de toute façon, et quand ils le sont, c’est surtout pour « des transports sanitaires » ce qui n’a rien à voir…

Pensez donc : créer de la concurrence là où il n’y en a pas, cela ne peut que créer des soucis, de même que libérer un marché et le laisser s’organiser par lui-même, ce n’est vraiment pas très bisous : il peut arriver tant de malheurs, depuis la baisse des prix qui entraîne le chômage comme l’ont amplement prouvé celle dans l’aérien, les télécoms, l’internet ou la nourriture, n’est-ce pas, jusqu’à l’apparition de solutions innovantes ou de services de proximité dont personne n’a rien à carrer, dois-je vous le rappeler ?

Décidément, s’il y a bien une chose que cette nouvelle loi nous montre avec insistance, c’est bien que nos élus ont un problème avec le marché libre, la concurrence et l’adaptation aux nouvelles technologies. Pays de luddites technocratiques dopés aux fonds publics, soigneusement entretenus par un solide corporatisme duquel rien ne peut sortir sans un contrôle méticuleux, la France semble avoir depuis très longtemps renoncé à laisser le citoyen s’exprimer, se débrouiller par lui-même, évitant le risque qu’il se découvre autonome.

Ainsi, le citoyen ne pourra trouver de solution au terrorisme que dans un État omniscient et omnipotent, qui lui accordera sa protection, sa sécurité et, le cas échéant, ses petits sparadraps (rapidement déclinés dans toutes les teintes de peau, #sparadrapgate oblige). De la même façon, il ne pourra trouver « une solution à ses problèmes de mobilité » (novlangue pompeuse pour dire « je n’ai pas de voiture ») que dans l’obtention d’une subvention pour s’en acheter une, ou une subvention pour se payer le permis, ou une subvention pour que son voisin le conduise.

Car oui, pompon de cette affaire : les collectivités territoriales, dans leur grande magnanimité, autoriseraient ces petites courses (à périmètre bien encadré, hein, ne poussons pas) moyennant rémunération sous « forme de petite subvention ». Vous la voyez, la nouvelle arnaque festivo-contribuablesque ?

Car il va de soi que cette subvention sera financée par une ponction plus ou moins douloureuse du contribuable, habilement calculée par quelques douzaines de ronds-de-cuir à Bercy après énième amendement d’une loi kilométrique votée une nuit de juillet. Et bien évidemment, c’est ce même contribuable qui, une fois ponctionné, n’aura plus l’argent pour se payer une voiture, passer le permis ou appeler un taxi. L’ironie de l’ensemble n’échappe qu’à ceux qui sont non imposables, apparemment.

radar poubelleDu reste, on peut raisonnablement imaginer que ceux qui n’auront pas le permis et devront utiliser le côté festif de cette loi ont aussi été précédemment les victimes du côté moins festif des mobilités modernes, par exemple en ayant perdu leur permis suite à de trop nombreux flashages par ces radars finement positionnés aux endroits où il n’existe qu’un seul danger, celui de se faire flasher…

Encore une fois, un problème dont l’une des causes est l’État trouvera une solution boiteuse avec l’État et sa nouvelle loi, qui amènera son nouveau lot de distorsion de marché, de motifs de plaintes de l’une ou l’autre catégorie de corporation qui se sentira flouée ici ou là, et qui s’accompagnera d’une nouvelle dépense publique elle-même financée par une nouvelle ponction.

On n’aura donc pas corrigé les causes du problème initial (l’État intervenant partout empêche un « marché de la mobilité » d’émerger dans ce genre de cas précis) mais on aura ajouté une nouvelle brochette de causes à d’intéressants sous-problèmes qui ne manqueront pas d’occuper la vaillante classe politique lorsqu’il s’agira de les « résoudre », probablement avec une nouvelle bordée de lois frétillantes de pertinence.

En attendant, on peut déjà parier que les beaux efforts ministériels, largement empêtrés par ces nouveaux alinéas, paragraphes et autres codicilles légaux, se traduiront par un résultat médiocre : les particuliers en zones rurales mal desservies en seront pour leurs frais.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • L’objectif est de ne pas créer de la concurrence [aux sociétés de taxis] mais d’apporter des réponses là où il n’y en a pas.

    Celle là elle est collector. Il n’y a pas de taxis, mais on ne veut pas leur faire de concurrence 😀

    • @fm06
      Bonjour,
      Pas de concurrence aux taxis, et surtout ne pas laisser à des contribuables l’opportunité potentielle d’arrondir ses fins de mois, voire de « s’enrichir », en répondant à un vide.
      Un cadre, des règles, des sanctions, particulièrement des sanctions.

  • « Tout pour l’Etat, tout par l’Etat, rien en dehors de l’Etat. »
    On y est bel et bien.
    En même temps, que feraient-ils si le pays tournait sainement, sans diarrhée législative, ni fièvre liberticide ?

  • vu le nombre croissant de radar,
    vu le nombre croissant de voiture banalisees destinees a pieger le bourgeois delinquant,
    vu le nombre de pandores equipes de jumelles
    vu le nombre de points de controles nouveaux dans le cadre du controle technique,
    je suis POUR le retour de la voiture a cheval
    -eco-compatible
    -eco-friendly
    -economique
    -anti rechauffiste (et encore avec le methane on sait jamais)
    et la reouverture consequente des bitarelles

  • Ben ouais, le truc que vous faites gratos pour votre voisine un peu âgée voulant aller au marché ou les enfants de celle qui travaille à dache pour aller au sport va désormais devenir payant. Il faudra bien entendu s’enregistrer comme voisin non plus bénévole mais « entrepreneur » et cotiser aussi sec aux URSAFF, RSI, etc… monter un site web avec RGPD obligatoire et acquérir le logiciel cetifié Bercy pour que les factures ne s’échappent pas. Déjà que les tracasseries sur les voitures deviennent kafkaïennes, la bonne nouvelle occase pour plomber encore plus la France profonde. Mais bon, il n’y a que les métropoles qui comptent.

  • Et s’ils utilisaient Blablacar comme ça sans rien dire à personne ???

    • Il me semble que tout ça vise justement à permettre à Bercy de mettre son nez dans Blablacar, et de faire payer à ceux qui se feraient transporter gratuitement ou en partageant les frais la même taxe que si le service leur avait été apporté par un taxi au tarif fort.

  • « une solution à ses problèmes de mobilité » (novlangue pompeuse pour dire « je n’ai pas de voiture ») »
    Objection votre honneur ! La traduction exacte de « problèmes de mobilité » pour l’Etat est « il y en marre des bagnoles, faisons tout pour faire iech les automobilistes »…
    Car rien n’est plus vrai qu’en matière de déplacements en France, moins l’Etat en fait, mieux on se porte !

  • De l’efficacité de l’état et de la DGFIP: recueilli sur le site « jedeclare.com »/
    [DAS2] La DGFiP n’est pas en mesure de nous transmettre de compte rendu pour les DAS2 envoyées depuis le 25 avril 2018. L’anomalie devrait être résolue en cours de semaine prochaine. [EDI-IR] Des difficultés techniques côté DGFiP ont retardé l’ouverture du flux au 2 mai. La date d’échéance est elle-même reportée du 5 juin au 12 juin 2018.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Yannick Harrel.

Le terme fait florès depuis quelques mois mais s’inscrit dans une réalité bien plus profonde et ancienne : il s’agit de la démobilité. Cette vision sociétale a déjà envahi notre espace public de diverses façons et fait distinctement opposition à la mobilité telle que nous la connaissons dans toutes ses variantes. Pis, elle entend régenter notre liberté de circuler encore davantage à l’avenir. À moins que…

Mobilité et démobilité

Par mobilité, nous entendons la capacité de se mouvoir en tout point d’un territoi... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

C’est dorénavant acté : depuis le 1er septembre, toute l’agglomération parisienne se traverse sous la chape des 30 kilomètres-heure et la vitesse sur le périphérique, ceignant icelle, sera ramenée à 50 kilomètres-heure pour 2024, voire même avant. Cette mesure, qui est la queue de toute une série de bien d’autres mesures ayant contribué à rendre la capitale française de moins en moins accessible aux classes moyennes et populaires ainsi qu’aux populations périphériques est hautement symbolique d’une mentalité, d’un é... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

Un des rares domaines où la France bat l’Allemagne « à plate couture » c’est bien dans l’émission de CO2.

Au niveau mondial nous émettons 2,4 fois moins de CO2 (0,9%) que l’Allemagne (2,2%) et surtout 9 fois moins pour la production d’électricité (23 millions de tonnes) contre 208 pour nos voisins allemands.

Une règle complétement absurde

Lors de la COP 21, nos hommes politiques ont accepté un programme totalement absurde, en effet chaque pays s’engage à réduire d’ici 2030 de 40% ses émissions de CO2 (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles