Quel périmètre pour le service public dans une économie mondialisée ?

Dans une économie mondialisée, un pays peut-il caler sa dépense publique à un niveau très différent de ses voisins ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quel périmètre pour le service public dans une économie mondialisée ?

Publié le 28 avril 2018
- A +

Par Xavier Fontanet.

Un rapport a été demandé à Nicole Notat et Jean-Dominique Senard sur l’entreprise objet d’intérêt collectif. La démarche montrant que celle-ci contribue à l’intérêt collectif quand elle est soucieuse des dimensions sociale et environnementale est une bonne chose. Peut-on suggérer néanmoins que, sur un sujet aussi central, on se donne du temps, en menant de front une réflexion sur la place du service public dans la société (car tout fait système), et que l’on collecte davantage de données sur la situation réelle de nos entreprises ?

Le souci premier exprimé dans le rapport est la financiarisation croissante de l’entreprise, mais la raison en est simple et les politiques publiques en sont la cause première ! Nous détenons aujourd’hui le record du monde des dépenses publiques en pourcentage du PIB (57 %). Est-ce conforme à l’intérêt collectif qu’une sphère publique atteigne cette taille ? Son coût entre dans les prix de revient des entreprises et les affaiblit dans la concurrence mondiale ; et surtout, la fiscalité induite est devenue tellement élevée que beaucoup de capitaux d’origine française ont fui, entraînant automatiquement la financiarisation de l’économie.

Les esprits changent

La question de fond est : « Dans une économie mondialisée, un pays peut-il caler sa dépense publique à un niveau très différent de ses voisins ? » De nombreuses entreprises sont en avance sur les sujets sociaux et environnementaux, et les choses évoluent naturellement dans un sens positif parce que les esprits changent.

Ces progrès ne sont pas connus du public comme ils le mériteraient parce que, pour un bon nombre de médias, l’actualité est constituée par du spectaculaire négatif : on ne parle que très rarement de ce qui marche. Peut-on suggérer aux députés de demander un rapport sur ce que font en ce moment les meilleures des entreprises, de regarder de très près ce que dit le Code civil de nos voisins et de suivre le vieil adage qui recommande de ne pas confondre vitesse et précipitation ?

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • il y a 2 sortes d’argent celui qui est investi dans l’entreprise et le spéculatif dont le « rendement » doit être maximal y compris au détriment d’une quelconque entreprise et des gens qui y sont. Certains font les deux !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Avec le pouvoir d’achat, l’écologie et l’immigration, un autre clivage entre les candidats aura été la mondialisation. Marine Le Pen a plaidé le souverainisme français, Emmanuel Macron le souverainisme européen. Mais les réalités de la mondialisation ne se limitent pas au choix du souverainisme. Elles sont en apparence très complexes, et je crois nécessaire de mettre de l’ordre dans les concepts et dans les faits.

Deux types de mondialisation

Je soutiens qu’il existe deux types de mondialisation : une mondialisation politique et une mo... Poursuivre la lecture

localisme
0
Sauvegarder cet article

Par Diego Taboada. Un article de Liber-thé

Lors de la crise du Covid-19, beaucoup de critiques ont été émises sur le système économique actuel. Des appels à la lutte contre la surconsommation, au retour à la nature et à la mise en place d’un système plus local, en opposition à la mondialisation des échanges, se sont fait entendre. L’idéologie du localisme popularisée dans les années 1980 par les mouvements écologistes a ainsi été remise au goût du jour.

Bien que les libéraux soient souvent sceptiques envers ce projet de société ... Poursuivre la lecture

Le présent d’une illusion

La démondialisation que certains appellent encore de leurs vœux s’opère sous nos yeux et ce n’est pas une bonne nouvelle, contrairement à ce qu’avaient imaginé ses promoteurs. Dans leur esprit il s’agissait d’établir de nouvelles règles pour endiguer les effets du libre-échange, réputés néfastes par nature. Il fallait réhabiliter l’État et faire reculer le marché. Cela passait par la mise en place de taxes douanières et la reterritorialisation de la production, deux processus supposés vertueux par définition. Ils dev... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles