Quel périmètre pour le service public dans une économie mondialisée ?

Dans une économie mondialisée, un pays peut-il caler sa dépense publique à un niveau très différent de ses voisins ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Quel périmètre pour le service public dans une économie mondialisée ?

Publié le 28 avril 2018
- A +

Par Xavier Fontanet.

Un rapport a été demandé à Nicole Notat et Jean-Dominique Senard sur l’entreprise objet d’intérêt collectif. La démarche montrant que celle-ci contribue à l’intérêt collectif quand elle est soucieuse des dimensions sociale et environnementale est une bonne chose. Peut-on suggérer néanmoins que, sur un sujet aussi central, on se donne du temps, en menant de front une réflexion sur la place du service public dans la société (car tout fait système), et que l’on collecte davantage de données sur la situation réelle de nos entreprises ?

Le souci premier exprimé dans le rapport est la financiarisation croissante de l’entreprise, mais la raison en est simple et les politiques publiques en sont la cause première ! Nous détenons aujourd’hui le record du monde des dépenses publiques en pourcentage du PIB (57 %). Est-ce conforme à l’intérêt collectif qu’une sphère publique atteigne cette taille ? Son coût entre dans les prix de revient des entreprises et les affaiblit dans la concurrence mondiale ; et surtout, la fiscalité induite est devenue tellement élevée que beaucoup de capitaux d’origine française ont fui, entraînant automatiquement la financiarisation de l’économie.

Les esprits changent

La question de fond est : « Dans une économie mondialisée, un pays peut-il caler sa dépense publique à un niveau très différent de ses voisins ? » De nombreuses entreprises sont en avance sur les sujets sociaux et environnementaux, et les choses évoluent naturellement dans un sens positif parce que les esprits changent.

Ces progrès ne sont pas connus du public comme ils le mériteraient parce que, pour un bon nombre de médias, l’actualité est constituée par du spectaculaire négatif : on ne parle que très rarement de ce qui marche. Peut-on suggérer aux députés de demander un rapport sur ce que font en ce moment les meilleures des entreprises, de regarder de très près ce que dit le Code civil de nos voisins et de suivre le vieil adage qui recommande de ne pas confondre vitesse et précipitation ?

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • il y a 2 sortes d’argent celui qui est investi dans l’entreprise et le spéculatif dont le « rendement » doit être maximal y compris au détriment d’une quelconque entreprise et des gens qui y sont. Certains font les deux !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Jadis, travailler à La Poste constituait un sacerdoce où le secret de la correspondance, la continuité territoriale et la probité se plaçaient au-dessus de toute considération de salaire, de confort ou même de carrière. Puis, dans les années 1980, il fut expliqué qu’il fallait « bouger avec La Poste »… Ce qui a probablement beaucoup fatigué la vénérable institution.

À partir de là, les choses se sont gâtées au point qu’on en vient à lire que La Poste perd des trouzaines de colis en toute décontraction, et qu’on en reste relativement pe... Poursuivre la lecture

Une traduction d'un article du Risk-Monger.

Pour lire les parties précédentes : partie 1, partie 2, partie 3, partie 4, partie 5, partie 6, partie 7.

Au cours de ma vie, les sociétés occidentales ont bénéficié d'innovations qui ont immensément amélioré la santé publique et la qualité de la vie ainsi que le progrès économique et social, la sécurité alimentaire et énergétique ; et aussi de technologies qui ont assuré une aisance bien au-delà de celle dont nos grands-parents auraient jamais rêvé. Et en dehors de l'Occident, le comm... Poursuivre la lecture

capitalisme stakeholder scientisme forum économique mondial
3
Sauvegarder cet article

Par Louis Anders.

Il faut « réinventer notre pays » car « nous sommes entrés dans une nouvelle ère ». Il faut assumer une « conversion ». En un mot, nous avons besoin d’une Révolution. C’est précisément le titre du petit livre électoral signé par Emmanuel Macron lors de sa première campagne présidentielle. Celui qui avait été repéré par Jacques Attali à 29 ans, puis propulsé au secrétariat général de l’Élysée après un passage à la banque d’affaires Rothschild, est devenu en 2017 le plus jeune président de la Vème République. Dans son l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles