Leadership : comment remédier au manque de créativité

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Leadership : comment remédier au manque de créativité

Publié le 11 avril 2018
- A +

Par Alain Goetzmann.

George Land, Consultant-expert en développement de la créativité, avait mené, en 1968, une étude portant sur celle de 1600 élèves de 3 à 5 ans. Il s’agissait d’un test identique à celui qu’il avait conçu pour assister la NASA dans son programme de recrutement d’ingénieurs et de scientifiques, test suffisamment simple pour être étendu à des enfants. Il renouvela trois fois ce test à 5 ans d’intervalle, sur le même échantillon et aboutit aux résultats suivants :

  • À 5 ans, 98 % des élèves étaient considérés comme très créatifs
  • À 10 ans, 30 %
  • Et à 15 ans, 12 % !

Le même test, sur un échantillon de 280.000 adultes, donnait pour résultat que seuls 2 % d’entre eux pouvaient être considérés comme très créatifs.

L’école du conformisme

La conclusion de Georges Land fut donc que le manque de créativité n’était pas inné mais enseigné. Dans sa recherche de conformisme, l’école, en fait, sapait la créativité des enfants.

En extrapolant, et compte tenu des résultats ahurissants observés quant à la créativité des adultes, il faut reconnaître que le propre des organisations, entreprises, collectivités, groupes structurés, est la préservation de l’ordre établi au détriment de la créativité.

[related-post id=312898 mode=ModeSquare]

Pourtant, la créativité peut être enseignée ; elle peut aussi être stimulée.

L’enseignement d’abord : 70 études américaines sur le sujet ont conclu que des stages bien conçus sur la manière de développer sa créativité donnaient d’excellents résultats. Devenir créatif est donc possible en suivant un processus rigoureux de formation.

Une autre façon de devenir ou de redevenir créatif est d’adopter une discipline personnelle dans la façon de conduire sa vie familiale, sa vie sociale et sa vie professionnelle. Ces trois volets de notre vie doivent être harmonieusement équilibrés. Trop de dirigeants se laissent déborder par les exigences au jour le jour de leur fonction et négligent ce qui contribue le plus à leur équilibre.

Créativité et variété

La créativité se nourrissant de la variété, c’est en changeant constamment d’activités qu’on stimule son cerveau. Les déplacements professionnels et personnels y contribuent grandement. La lecture aussi ; il faut prendre le temps de lire, non seulement les revues professionnelles mais la grande littérature, la poésie, les biographies qui sont toujours des sources d’inspiration.

Entraîner sa mémoire ; il y a de multiples méthodes pour le faire. Mener une vie saine ; un bon sommeil est nécessaire à la récupération et à sa santé. Prendre le temps de se livrer à des activités physiques. Il est bon également de s’évader dans des divertissements qui libèrent. Enfin, il faut être capable de faire le vide, de temps en temps. Un certain nombre de chefs d’entreprise américains adoptent maintenant la journée hebdomadaire déconnectée : mobile en mode avion, PC et tablettes hors connexions. Ils en profitent pour se livrer à des activités n’exigeant pas Internet. Et elles sont nombreuses…

Vous n’avez pas le temps ? Bien sûr, on n’a jamais le temps. C’est pourquoi une bonne vie exige une discipline mentale et physique quotidienne. Un vrai leader sait ce qu’il faut faire. Générer de l’énergie, savoir se concentrer et adopter en toutes circonstances un mental de gagnant font partie de son quotidien. Imaginer l’avenir, c’est aussi être créatif.

C’est pourquoi les plus grands se focalisent sur leur hygiène de vie. « Men sana in corpore sano » était pour Juvénal, la seule prière pertinente à adresser aux Dieux. C’est aujourd’hui la règle de conduite de ceux qui se considèrent comme des leaders.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Pas compliqué, mettez au RSA pendant 5 ans, tous les Enarques et autres sortants de grandes écoles similaires, ensuite faire de même avec tous les élus après 10 années de mandat. Ou mieux encore, au montage en chaîne dans une usine bien que là, la grande difficulté sera de trouver suffisamment de places compte tenu de la pauvreté industrielle dans notre pays. Après cela, la créativité reviendra toute seule.

  • Où est le problème ? Seule une infime partie de la population est à même d’avoir une créativité utile ou agréable. Il faut apprendre aux autres à discipliner la leur, et mieux vaut trop que le pas assez actuel.

  • A 5 ans ils sont créatifs pour faire des dessins ou inventer des histoires impossibles.
    cette « baisse » de la créativité va en fait de paire avec la confrontation au réel avec ce qui est possible et ce qui ne l’est pas, y compris dans l’imaginaire !

  • excellent article et j’ajouterai la méditation et le yoga(mindfulness) qui aident beaucoup au développement de la créativité ..et il y a aussi les jeux, ( maze math, puzzles, mots croisés,), la musique brainwave , la marche etc..

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
un homme devant des batiments regardant vers le ciel les bras écartés
2
Sauvegarder cet article

Dans l’entreprise, surtout les grandes, mais aussi les autres, la réussite consiste à gravir les échelons, à être nommé à des postes de plus en plus élevés dans la hiérarchie toujours pyramidale de l’entreprise. Certains salariés passent leur vie à ce jeu, jusqu’à atteindre les sommets et à se demander ensuite ce qu’ils vont faire de leur vie.

Mais cette « réussite » acquise échelon par échelon, c’est aussi le meilleur moyen d’ancrer des croyances qui peuvent justement empêcher d’aller plus loin. C’est le sujet du livre, et la spéciali... Poursuivre la lecture

défense européenne
1
Sauvegarder cet article

Il est difficile de trouver quelqu'un qui a quelque chose de positif à dire sur 2022 : les réussites économiques, sociales, éthiques, politiques, géopolitiques ont été rares ; les souffrances et les revers ont été monnaie courante. Où était le leadership pour revendiquer le succès, pour inspirer et pour dépeindre le meilleur de l'humanité ?

Nos perspectives d'avenir se sont assombries et les attentes ont été tempérées à plusieurs reprises par l'affirmation que « ce n'était pas aussi grave que nous le craignions ». Le principal thème ré... Poursuivre la lecture

Une organisation sans processus ne peut pas fonctionner au-delà d’une certaine taille.

Pourtant, il arrive souvent que le développement de processus étouffe la créativité, c’est-à-dire la capacité de l’organisation à continuer de répondre aux défis de son environnement. Comment résoudre ce paradoxe ? La clé réside dans la conception que l’on a de ce qu’est un processus.

« Par lassitude devant l’effroyable multiplicité des problèmes, la complexité et les difficultés de la vie, la grande masse des homm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles