Leadership : comment remédier au manque de créativité

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Leadership : comment remédier au manque de créativité

Publié le 11 avril 2018
- A +

Par Alain Goetzmann.

George Land, Consultant-expert en développement de la créativité, avait mené, en 1968, une étude portant sur celle de 1600 élèves de 3 à 5 ans. Il s’agissait d’un test identique à celui qu’il avait conçu pour assister la NASA dans son programme de recrutement d’ingénieurs et de scientifiques, test suffisamment simple pour être étendu à des enfants. Il renouvela trois fois ce test à 5 ans d’intervalle, sur le même échantillon et aboutit aux résultats suivants :

  • À 5 ans, 98 % des élèves étaient considérés comme très créatifs
  • À 10 ans, 30 %
  • Et à 15 ans, 12 % !

Le même test, sur un échantillon de 280.000 adultes, donnait pour résultat que seuls 2 % d’entre eux pouvaient être considérés comme très créatifs.

L’école du conformisme

La conclusion de Georges Land fut donc que le manque de créativité n’était pas inné mais enseigné. Dans sa recherche de conformisme, l’école, en fait, sapait la créativité des enfants.

En extrapolant, et compte tenu des résultats ahurissants observés quant à la créativité des adultes, il faut reconnaître que le propre des organisations, entreprises, collectivités, groupes structurés, est la préservation de l’ordre établi au détriment de la créativité.

[related-post id=312898 mode=ModeSquare]

Pourtant, la créativité peut être enseignée ; elle peut aussi être stimulée.

L’enseignement d’abord : 70 études américaines sur le sujet ont conclu que des stages bien conçus sur la manière de développer sa créativité donnaient d’excellents résultats. Devenir créatif est donc possible en suivant un processus rigoureux de formation.

Une autre façon de devenir ou de redevenir créatif est d’adopter une discipline personnelle dans la façon de conduire sa vie familiale, sa vie sociale et sa vie professionnelle. Ces trois volets de notre vie doivent être harmonieusement équilibrés. Trop de dirigeants se laissent déborder par les exigences au jour le jour de leur fonction et négligent ce qui contribue le plus à leur équilibre.

Créativité et variété

La créativité se nourrissant de la variété, c’est en changeant constamment d’activités qu’on stimule son cerveau. Les déplacements professionnels et personnels y contribuent grandement. La lecture aussi ; il faut prendre le temps de lire, non seulement les revues professionnelles mais la grande littérature, la poésie, les biographies qui sont toujours des sources d’inspiration.

Entraîner sa mémoire ; il y a de multiples méthodes pour le faire. Mener une vie saine ; un bon sommeil est nécessaire à la récupération et à sa santé. Prendre le temps de se livrer à des activités physiques. Il est bon également de s’évader dans des divertissements qui libèrent. Enfin, il faut être capable de faire le vide, de temps en temps. Un certain nombre de chefs d’entreprise américains adoptent maintenant la journée hebdomadaire déconnectée : mobile en mode avion, PC et tablettes hors connexions. Ils en profitent pour se livrer à des activités n’exigeant pas Internet. Et elles sont nombreuses…

Vous n’avez pas le temps ? Bien sûr, on n’a jamais le temps. C’est pourquoi une bonne vie exige une discipline mentale et physique quotidienne. Un vrai leader sait ce qu’il faut faire. Générer de l’énergie, savoir se concentrer et adopter en toutes circonstances un mental de gagnant font partie de son quotidien. Imaginer l’avenir, c’est aussi être créatif.

C’est pourquoi les plus grands se focalisent sur leur hygiène de vie. « Men sana in corpore sano » était pour Juvénal, la seule prière pertinente à adresser aux Dieux. C’est aujourd’hui la règle de conduite de ceux qui se considèrent comme des leaders.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Pas compliqué, mettez au RSA pendant 5 ans, tous les Enarques et autres sortants de grandes écoles similaires, ensuite faire de même avec tous les élus après 10 années de mandat. Ou mieux encore, au montage en chaîne dans une usine bien que là, la grande difficulté sera de trouver suffisamment de places compte tenu de la pauvreté industrielle dans notre pays. Après cela, la créativité reviendra toute seule.

  • Où est le problème ? Seule une infime partie de la population est à même d’avoir une créativité utile ou agréable. Il faut apprendre aux autres à discipliner la leur, et mieux vaut trop que le pas assez actuel.

  • A 5 ans ils sont créatifs pour faire des dessins ou inventer des histoires impossibles.
    cette « baisse » de la créativité va en fait de paire avec la confrontation au réel avec ce qui est possible et ce qui ne l’est pas, y compris dans l’imaginaire !

  • excellent article et j’ajouterai la méditation et le yoga(mindfulness) qui aident beaucoup au développement de la créativité ..et il y a aussi les jeux, ( maze math, puzzles, mots croisés,), la musique brainwave , la marche etc..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous vivons dans un monde marqué par une forte incertitude et ponctué d’importantes surprises qui remettent en question bon nombre de nos croyances. Cette remise en question peut être très anxiogène tant il semble que nous ne puissions plus nous appuyer sur rien de stable pour avancer dans la vie. C’est particulièrement vrai dans les entreprises : la situation peut aller jusqu’à une forme de paralysie, causée par le sentiment que quoique l’on entreprenne, un événement imprévu viendra tout remettre en question. D’où un risque de démotivation. ... Poursuivre la lecture

Il y a deux façons d’affronter une crise : l’une est de refuser de voir la réalité des indicateurs qui en signalent l’arrivée et, surpris, se retrouver en position de survie, mal préparé, dirigeant au réflexe et à la peur ; l’autre, au contraire, est de l’avoir anticipée et conduire la sortie de crise avec difficulté, certes, mais en confiance et dans la sérénité.

Ne parlons pas de la première hypothèse ; elle est généralement fatale. C’est pourquoi chaque entrepreneur doit être convaincu de la nécessité de maîtriser l’évolution de se... Poursuivre la lecture

Il y a des questions que l’on n’ose poser qu’à un consultant. Une que j’entends souvent, et encore cette semaine, c’est « Comment faire changer les comportements et la culture de l’entreprise » ?

Pour certains, la réponse est évidente : on ne change pas la culture d’une entreprise, on doit faire avec et, au contraire, s’en servir comme levier pour imaginer, construire, et exécuter les plans de changement.

Pour d’autres, même évidence : mais bien sûr qu’il faut pouvoir changer la culture. Passer d’une culture de confort et de bur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles