Quand Hidalgo coince ses bulles

Les pouvoirs publics sont incapables de prendre en charge les personnes en situation de précarité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand Hidalgo coince ses bulles

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 26 mars 2018
- A +

Par Serge Federbusch.

Tout à son agitation pré-pré-électorale et à ses tentatives pour faire oublier la crasse dans les rues parisiennes et la multiplication du nombre de sans-abris dans une ville censément parmi les plus riches du monde et en tout cas les plus chères à vivre, Hidalgo a eu une idée de génie : on va installer ces pauvres hères dans une centaine de bulles XXL.

Il faut espérer que les conditions d’hygiène, d’asepsie et la promiscuité ne seront pas propices à toutes les contaminations et violences que la concentration de populations précaires dans des espaces réduits et des structures légères produit généralement.
La bulle Hidalgo plus forte que la tente Decathlon : cette mairie est gonflée ! Pourquoi pas une Clochlib’, à emprunter sur un cintre, à monter vite fait et à remettre en place une fois le jour venu ?

Le premier problème est que les populations concernées sont largement composées de réfractaires à toute forme de regroupement plus ou moins forcé. La question des sans-abris est de plus en plus liée à celle des clandestins. La fragmentation en groupes linguistiques, nationaux, ethniques et religieux est un comportement spontané. On voit comment Afghans et Africains cohabitent à Calais ou sous le métro aérien de Barbès pour comprendre que leur coexistence n’a souvent rien de pacifique.

Aussi faudra-t-il bientôt ouvrir des bulles Hidalgo par religion et nationalité. Pour le sexe, ou plutôt le genre comme ils disent, le pas est déjà pris : un « bain-douche sera réservé aux femmes » par la mairie. Pour plus de quiétude, elles sont priées de venir voilées ?

Surtout, tout cela est cautère gonflable sur jambe de bois. Il suffit de se promener dans la plupart des grandes villes et capitales européennes pour constater que les SDF y sont nettement moins nombreux qu’à Paris, voire qu’ils y sont absents. C’est l’incapacité des pouvoirs publics à insérer les personnes en situation de précarité dans des parcours où ils retrouveront un travail et un logement qui est la cause profonde de cette situation. L’appareil social français, boursouflé et ruineux, nécessite pour son entretien des charges et cotisations qui rendent les petits boulots non rentables et envoient chaque année des dizaines de milliers d’individus dans la grande précarité. Une sorte de tonneau des Danaïdes de la misère.

Autre observation politiquement incorrecte : les surprotections dont bénéficient les locataires se retournent en fait contre eux car très nombreux sont les propriétaires qui ne veulent plus louer, surtout des petites surfaces à des individus ayant des revenus faibles ou précaires. La crainte de ne plus être payé et de ne pas pouvoir expulser conduit au refus de signer un bail.

Ce ne sont donc pas des bulles Hidalgo à forte dimension de communication politique qui règleront cette affaire. Elles risquent tôt ou tard d’apparaître comme de nouvelles pustules dans un paysage parisien déjà dégradé par la gestion municipale.

Quant aux observations faites par la Cour des comptes en 2011 :

De nombreuses mises à la rue pourraient être évitées par une politique de prévention plus efficace ; la politique de l’hébergement des personnes sans domicile a été élaborée par l’État sans que celui-ci se soit donné les moyens d’une meilleure connaissance des personnes concernées ; les acteurs demeurent trop nombreux et insuffisamment coordonnés, et les relations entre l’État et ses partenaires associatifs restent encore très largement perfectibles

elles n’ont malheureusement pas pris une ride.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Qu’en termes choisis, la Cour des Comptes s’exprime -t- elle pour dénoncer une évidence.

    L’Etat est incapable de se mêler de tout comme il entend le faire en France ; il s’est déchargé de son travail dans de nombreux domaines en s’en remettant à des Associations, pas plus compétentes que lui, et surtout désireuses de vivre de l’argent public si peu contrôlé .

  • On ne peut pas dépenser pour des rues pietonnes des plages de sable fin et loger les SDF , c’est un choix , c’est leur choix de préférer paraître et être généreux avec la bobosphere parisienne.

  • Les « fans » d’Hidalgo seront ravis d’apprendre qu’elle projette, avec ses amis écolos de « déclasser » le périph parisien. En clair, trouver un moyen d’en faire autre chose qu’une autoroute urbaine où des automobiles tracent furieusement à la vitesse exorbitante de 70 km/h !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Anne Hidalgo prétend verdir Paris, mais les riverains de la tour Eiffel ont comme un doute. Des dizaines d'arbres centenaires qui jouxtent le monument sont sous la menace d'être abattus par la mairie de Paris pour étendre les services liés à la vénérable vieille dame de fer. Au grand dam des Parisiens qui vivent aux alentours, l'îlot de nature perdu dans l'océan de béton pourrait laisser la place à une "bagagerie", c'est-à-dire des bâtiments essentiellement commerciaux.

Pourquoi faut-il absolument éviter les travau... Poursuivre la lecture

Aussi incroyable cela puisse paraître, Anne Hidalgo et Elon Musk ont un lien. Ténu, mais indiscutable.

Afin de contextualiser, rappelons pour les étourdis qui ne l'auraient pas noté que, suite aux dernières élections, Hidalgo s'est pris une taule absolument mémorable. Ces péripéties passées, elle va à présent pouvoir se consacrer entièrement à la mairie de Paris et aux douze ou treize électeurs qui l'ont placée là en attendant le désastre.

Oui, désastre : le mot n'est pas trop fort puisqu'on sait déjà qu'il y en aura plus d'un p... Poursuivre la lecture

C’est incompréhensible. À dix jours du premier tour de l’élection présidentielle 2022, la campagne électorale ne parviendrait pas à intéresser les Français ! D’après l’institut de sondage Ifop, seulement 56 % d’entre eux ont évoqué le sujet dans leurs conversations de la semaine dernière alors qu’en 2017, ils étaient 80 % à le faire à la même époque ! Ne dirait-on pas que les Français trouvent la campagne mortellement ennuyeuse ?

Alors permettez-moi de m’insurger. C’est trop injuste ! Trop injuste pour nos candidats, trop injuste pour ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles