Économie française : nouveau record de l’emploi salarié en 2017

Selon un bilan provisoire de l’INSEE, au quatrième trimestre 2017, l’emploi salarié privé a connu une hausse de 0,3 %. Sur un an, plus de 250.000 postes ont ainsi été créés dans le secteur privé en 2017.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Offre d'emplois by Nina A.J.(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Économie française : nouveau record de l’emploi salarié en 2017

Publié le 22 février 2018
- A +

Par Vanessa Bastos.

Les voyants sont au vert pour l’économie française. L’année 2017 s’est conclue par 53.300 créations de postes, soit une hausse de +0,3 % au quatrième trimestre. Ce nouveau record de l’emploi salarié s’explique principalement par le dynamisme des services et de l’intérim.

Les services et l’intérim, des locomotives de l’emploi privé

D’un point de vue sectoriel, les services et l’intérim sont à l’origine du dynamisme de l’emploi privé. Fin 2017, 53.300 emplois ont été créés contre 49.600 sur le trimestre précédent. L’économie française a ainsi enregistré 253.500 postes salariés nets dans le secteur privé sur l’année 2017, selon une première estimation de l’INSEE. Ces chiffres traduisent une légère accélération du marché de l’emploi.

Dans le détail, le secteur tertiaire a créé 178.000 postes sur l’année hors intérim (+1,6 %). L’intérim en a créé 45.500 (+6,6 %) atteignant un record fin 2017. Autres secteurs dans le vert : la construction avec la création de 21.300 postes supplémentaires, et l’agriculture avec 5.800 postes supplémentaires.

Numérique, commerce, recherche : des secteurs qui recrutent

L’informatique numérique, le commerce, la recherche et le développement sont constamment à la recherche de nouveaux talents. Il faut également rappeler que seuls 17 % des métiers sont mixtes sur le marché du travail en France.

Le Centre d’information et de documentation jeunesse (CIDJ) constate dans son guide 2018 Ces secteurs qui recrutent que les femmes sont minoritaires dans plusieurs domaines comme le trading, l’informatique numérique ou encore la recherche et développement alors que les opportunités sont nombreuses. La fonction commerciale est également en tension.

En effet, l’Association pour l’emploi des cadres (APEC) recensait 20.000 projets de recrutement en 2017 dans le secteur du commerce. Plus de 200.000 postes seront à pourvoir dans ce secteur d’ici à 2022, dont 80.000 créations d’emplois. Inversement, il est observé que certains secteurs recrutent massivement des femmes, notamment celui de la santé et des services à la personne.

Il s’agit principalement de postes peu qualifiés, souvent occupés à temps partiel. Ces secteurs peinent à attirer alors qu’ils ont des besoins de recrutement importants en raison de nombreux départs à la retraite. Ces constats doivent interroger les entreprises sur leur stratégie de recrutement mais aussi les jeunes dans leurs choix d’orientation.

Vers une baisse « durable » du chômage

Si certains secteurs se portent bien, d’autres ne sont pas à la fête. Celui de l’industrie a perdu plus de 10.000 postes et n’a plus enregistré de création nette d’emplois depuis l’année 2000. On observe toutefois un ralentissement des destructions de postes.

Pour l’heure, il reste difficile de déterminer si ces chiffres permettront une baisse du chômage en 2018. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud s’est néanmoins révélée optimiste en tablant sur une baisse sensible et « durable » du taux de chômage d’ici la fin de l’année et surtout en 2019 grâce aux « réformes structurelles » mises en œuvre par le gouvernement.

La ministre met l’accent sur le plan d’investissement sur les « compétences » alors que Pôle emploi indiquait qu’en décembre 2017, entre 200.000 et 330.000 offres étaient restées non pourvues « faute de candidat ».  Au mois d’octobre dernier, Emmanuel Macron plaçait quant à lui cet horizon dans « un an et demi, deux ans ». En 2017, le chômage a reculé de 0,3 %, selon les chiffres de Pôle emploi.

Hausse des créations d’entreprises

L’autre bonne nouvelle récemment révélée par l’INSEE est l’augmentation des créations d’entreprises. Celles-ci ont connu un rebond de 3,6 % en janvier après avoir reculé de 1,5 % en décembre 2017. « En données brutes, le nombre cumulé d’entreprises créées au cours des douze derniers mois continue d’accélérer (+7,7 % après +6,7 % en décembre et +6,1 % en novembre) », précise l’INSEE.

La hausse des créations d’entreprises a été tirée par l’augmentation des immatriculations de micro-entrepreneurs de 9,1 % par rapport à décembre. En 2017, ce dynamisme profite essentiellement au secteur des transports et de l’entreposage, aux activités immobilières et de soutien aux entreprises.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • 250.000 de créés, mais combien de jeunes arrivent sur le marché tous les ans?

  • Unpetit calcul rapide sur un coin de table m’indique que cela ferait entre 100 et 200 milliards de PIB supplémentaire….pour des emplois entre 50k€ et 100k€ par an….donc , l’INSEE fait des stats dans le marc de café….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le pouvoir d’achat, qui a été au cœur de la campagne présidentielle, est-il un indicateur statistique fiable ? Deux auteurs, l’un plutôt inspiré par Marx et l’autre par Bastiat, se rejoignent pour critiquer la manière dont l’Insee calcule le niveau de vie des Français. Dans son essai sur la Lutte des classes en France au XXIe siècle Emmanuel Todd reprend la critique adressée par l’économiste libéral Philippe Herlin au mode de calcul du pouvoir d’achat des Français formulé par le célèbre institut étatique[1. Philippe Herlin, Pouvoir d’achat, L... Poursuivre la lecture

L’idée que les règles vont tout résoudre est très profondément ancrée dans la culture européenne, la pensée des citoyens et l’esprit des hommes politiques. Nouvelle illustration avec le Digital Markets Act.

Allons-nous pour autant créer des champions européens et contrôler notre avenir numérique ?

C’est la fiesta à la Commission européenne !

Un accord de principe a été donné par les États membres, le Parlement et la Commission concernant le fameux Digital Markets Act (DMA pour les initiés), en discussion depuis un peu plus d'un... Poursuivre la lecture

surveillance
0
Sauvegarder cet article

Il semble qu'aujourd’hui, avec une concurrence géopolitique, économique et technologique qui ne cesse de s'intensifier, nous assistions de plus en plus à l'émergence d'une lutte sur la scène internationale pour l'hégémonie mondiale entre deux camps concurrents : les démocraties et les autocraties.

Les prospectivistes anticipent qu’au cours de la prochaine décennie, une nouvelle guerre froide entre les démocraties, centrées sur le leadership des États-Unis, et les nations autoritaires, dirigées par la Chine et soutenues par la Russie, s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles