La courbe effrayante

L’endettement mondial est tel qu’il est impossible que les dettes soient honorées. Nous nous dirigeons donc vers un jubilé ou l’hyperinflation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La courbe effrayante

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 22 février 2018
- A +

Par Simone Wapler. 

Lorsque j’ai publié Pourquoi la France va faire faillite, en 2012, je n’avais pas imaginé une chose qui ralentirait cette issue fatale : les taux d’intérêt nuls ou négatifs.

Je pense que quiconque aurait écrit en 2012 que les taux d’intérêt pouvaient devenir négatifs aurait été interné en asile psychiatrique.

Évidemment, entre 2012 et maintenant, la situation des finances publiques de la France ne s’est pas améliorée, elle n’a fait que se dégrader. L’État contrôle 57% de l’économie de notre pays et l’État n’est pas un bon gestionnaire.

Ce sont les manoeuvres de la Banque centrale européenne qui ont protégé les gouvernements Sarkozy et Hollande de la faillite et nous ont conduit à ceci :

-1- Rendement de l’emprunt d’État français à 10 ans

-2- Dette de la France

Pendant que la dette publique gonflait, les taux d’intérêt baissaient.

Les épargnants se faisaient plumer mais l’État pouvait continuer à vivre sur un grand train (je ne parle pas que de la SNCF, évidemment).

Notez bien, cher lecteur, qu’à taux zéro, la dette peut être infinie !

En gros, l’endettement public de la France correspond à 96% de son économie.

L’endettement privé à 234%. Le tout fait donc 330%.

Supposons que les taux d’intérêt à 10 ans reviennent à 3%, comme en 2012. Il faut prélever 9,9% au PIB pour rembourser le stock de dette. C’est évidemment impossible sans causer une effrayante dépression. Notre croissance qui fait glousser d’aise les commentateurs est de 2,4%.

Pourtant, la situation de la France n’est pas exceptionnelle, elle est même « normale ». Voici la courbe qui devrait effrayer le monde… s’il n’était pas anesthésié par la fausse monnaie.

Comme vous le verrez sur ce graphique, le poids de la dette publique et privée dans le monde pèse trois fois le PIB mondial.

Dans l’ensemble du monde, la dette a grossi sans aucun rapport avec l’économie qui la soutient. Il est impensable de la rembourser avec des intérêts à des niveaux normaux sans prélever 10% du PIB.

Il y a donc deux solutions :

  • Le jubilé, l’effacement des dettes
  • L’hyperinflation

Si les banquiers centraux laissent monter les taux longs, nous aurons droit au jubilé présidé par le FMI.

S’ils reprennent les expérimentations monétaires, nous aurons droit à l’hyperinflation.

Pour plus d’informations, c’est ici

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Vous ne pouvez pas ajouter toutes les dettes. Au contraire il faudrait retirer la dette des états de celle des particuliers auprès des quels les états sont endettés

    • @Hautefeuille
      Bonjour,
      « il faudrait retirer la dette des états de celle des particuliers auprès desquels les états sont endettés »
      En voici une de dette d’Etat envers les particuliers :
      le nôtre d’Etat doit 10 milliards d’euro aux entreprises qu’il a illégitimement ponctionnées.

  • Aussi, le tour de passe passe 330% -> 9.9% du PIB nécessite que l’intégral du stock de dette à 10 ans passe subitement à 3%. Ce qui n’est pas raisonnable. Le taux à 10 ans auquel empreinte la France est actuellement de 1%.

  • Et comment une économie peut elle tourner sans faire de dettes ,je fais comment pour placer mes liquidités si personne n’emprunte ?

    • Etes vous réellement sérieux ? Ca n’est pas la dette comme idée qui est pointée du doigt, mais l’incurie de l’Etat et ses emprunts délétères.

      • Incurie dont les électeurs sont à l’origine.

        En 1914, l’Etat français avait un déjà endettement démentiel malgré des impôts faibles. Les gouvernants comptaient déjà sur l’épargne pour l’eponger. Ca ne vous rappelle rien ?

  • Tout plein d’entreprises s’endettent à cause des contrats passés avec les Etats.

  • L’endettement mondial a été multiplié par 17 entre 1980 et 2010 passant de $10.000 milliards à $170.000 milliards.
    Sur ces 170.000 milliards je voudrais bien savoir quelle est la part d’endettement des Etats.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La revue The Economist a publié le 22 février 2024, un intéressant article sur le Pérou comme modèle économique, que pourrait suivre l’Argentine. Cet article a étonné de nombreux Péruviens. Comment, avec la classe politique aussi minable que nous avons, pouvons-nous être un modèle ? (contrairement à l’élite française, l'élite péruvienne ne se prend pas au sérieux). Eh bien, The Economist a parfaitement raison, le Pérou est un pays bien géré sur le plan macroéconomique, grâce à une équipe basée à la Banque centrale du Pérou et au ministère des... Poursuivre la lecture

De nombreux commentateurs économiques pensent que l'augmentation de la quantité de monnaie peut relancer une économie. Ils se fondent sur l'idée qu'avec plus d'argent en poche, les gens dépenseront davantage, et les autres suivront, car ils considèrent que la monnaie est un simple moyen de paiement.

Article original paru sur Mises Institute.

Or, la monnaie n'est pas un moyen de paiement, mais un moyen d'échange. Elle permet seulement à un producteur d'échanger son produit contre le produit d'un autre producteur.

Selon Mur... Poursuivre la lecture

La masse monétaire augmente à nouveau et la persistance de l'inflation des prix n'est pas une surprise. L'inflation des prix se produit lorsque la quantité de monnaie augmente de manière significative au-delà de la demande du secteur privé. Pour les investisseurs, la pire des décisions dans ce contexte de destruction monétaire est d'investir dans des obligations souveraines et de conserver des liquidités. La destruction du pouvoir d'achat de la monnaie par le gouvernement est une politique, pas une coïncidence.

Article original paru su... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles