Le syndrome Schiappa continue de s’étendre en Macronie

La France est encore une fois soumise au diktat des petits prurits médiatiques provoqués par l'égo surdimensionné de ministricules comme Schiappa, incapables de se taire et de prendre du recul.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le syndrome Schiappa continue de s’étendre en Macronie

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 16 février 2018
- A +

Qu’il est compliqué d’être ministre en République du Bisounoursland ! Et si c’était déjà vrai en Hollandie mollichonne, cela l’est encore plus en pleine Macronie pétillante où certaines ligues de vertu se sont développées et ont déjà remporté de nombreuses et tonitruantes victoires sur le patriarcat, le capitalisme destructeur et le bon sens raisonnable. J’en veux pour preuve les mésaventures de la pauvre Marlène Schiappa.

Marlène, au début, c’était le faire-valoir macronien et le prétexte frétillant à l’égalité homme-femme. Au début seulement… Alors qu’on demandait surtout à l’alibi féministe du président Macron d’occuper un peu le terrain certains jours de commémorations, voilà la secrétaire d’État qui décide de prendre la parole aussi souvent que possible : tant mieux s’écrieront certains, qui trouveront là une bonne occasion de montrer qu’on n’a pas nommé une potiche à cette place. Manque de chance ou poticherie avérée, les déclarations se multiplient et le constat se fait chaque jour plus accablant : c’est un véritable flot d’âneries qu’elle nous offre régulièrement.

On se souvient ainsi de la façon dont elle est partie en guerre, à la suite des révélations Weinstein, contre le harcèlement de rue, avec une cohérence douteuse et des propositions d’une applicabilité assez peu apte à friser l’opérationnel même de loin, d’autant qu’elle avait réussi, à force de surenchère, à transformer une demande somme toute légitime que certains harceleurs arrêtent leurs exactions en une espèce de soupe étrange destinée à ne stigmatiser personne, surtout pas ceux qui, pourtant, sont responsables des problèmes, parce que, comprenez-vous, « Le risque, c’est que ce soient toujours des hommes non blancs qui soient stigmatisés… »

Plus récemment, on se souvient aussi de ses déclarations consternantes sur une affaire criminelle en cours d’enquête, où elle s’était permise de commenter les éléments de défense de l’avocat du mari de la joggeuse Alexia Daval, retrouvée morte dans un bois.

Alors que l’avocat expliquait que le mari était aussi victime des violences de sa femme (violences qui l’auraient d’ailleurs poussé à la tuer), Schiappa était immédiatement montée au créneau avec la finesse d’un Hummer en plein burnout débridé pour fustiger ce discours de victim blaming que, malgré tout, l’avocat était parfaitement en droit de tenir pour la défense de son client. S’en était suivi, outre la consternation marquée de beaucoup de ténors du barreau et de ministres régaliens, des remarques plus ou moins fermes du reste du gouvernement comprenant que certaines limites venaient d’être franchies et pas dans le bon sens.

Depuis, la situation s’est encore embrouillée : Marlène, déjà largement au taquet pour analyser la situation et tenter de ne pas se faire déborder (malheureusement sans succès), se retrouve emberlificotée au milieu des affaires Darmanin et Hulot comme une mamie dans son tricot que le chat facétieux est venu déranger.

D’un côté, Gérald Darmanin est en effet accusé depuis quelques jours de viol et, plus récemment, d’abus de faiblesse, ce qui laisse planer comme un petit malaise bien compréhensible au sein de la majorité et du gouvernement qui se voulaient, comme d’habitude, aussi irréprochables que possible (c’est raté).

De l’autre, Nicolas Hulot vient lui aussi de voir une plainte pour viol, confirmée par le procureur de Saint-Malo et classée sans suite, divulguée par l’hebdomadaire Ebdo qui a développé son enquête sur plusieurs pages, s’attirant un buzz médiatique des plus virulents.

Que voilà deux belles affaires emblématiques de ces agressions et autres harcèlements sexuels que notre Marlène de combat s’employait, en septembre et octobre dernier, à pourfendre à coups de lois et de déclarations à l’emporte-pièce ! Pensez-donc ! Deux mâles blancs hétérosexuels, tout ce qu’il y a de plus typiques dans leur exercice de domination patriarcale, qui se sont fait serrer pour d’abjectes pratiques, voilà qui doit amplement mériter de belles salves acides de la part de notre vitupérant secrétaire d’État, non ?

Eh bien nope.

Pour le coup, Marlène est nettement descendue de ses grandes licornes.

Soudainement, la secrétaire d’État à l’égalité hommes-femmes se dit affligée qu’on retrouve ainsi dans la presse un déballage de la vie intime, « réelle ou supposée » de Gérald Darmanin et de la femme qui l’accuse de viol. Selon elle, ces accusations, pourtant détaillées par le magazine, le rendent malgré tout « irresponsable ». Ben voyons.

Tout aussi soudainement, Marlène n’est plus du tout virulente lorsqu’il s’agit de dénoncer les petits écarts de conduite, réels ou supposés, de Nicolas Hulot : le brave hélicoman a droit, lui aussi, à sa présomption d’innocence. Il a le droit à une vie privée et à la discrétion sur son cas, n’est-ce pas. Et mieux encore, il a le droit à voir affiché devant tous le soutien indéfectible de notre « féministre » parce que bon, il ne faudrait pas que ce qui fut d’application pour les uns soit subitement d’application pour les autres, surtout si les uns sont des quidams lambdas et les autres des ministres en vue…

L’évidence de la différence de traitement saute tellement aux yeux que même les éditorialistes du Camp du Bien ont dû se ranger à l’évidence : il est difficile de ruer dans les brancards un mois et de se la jouer sur du velours le mois suivant, sur le même sujet, sans passer pour, au mieux, une cynique, au pire une marionnette.

Ce qui en revanche semble moins clair pour la plupart des commentateurs est que les petits soucis de Marlène sont d’autant plus apparents qu’elle les a fabriqués toute seule, à la seule force de ses petits tweets idiots et de ses déclarations navrantes à l’emporte-pièce. Elle ne se trouverait pas dans cette situation ridicule si elle avait suivi le vœu initial du chef de l’État lors de son accession au Palais, à savoir de se faire aussi discret et à la parole aussi parcimonieuse que possible.

Mais voilà : la Macronie et, plus généralement, la République du Bisounoursland ne peuvent absolument pas se satisfaire du silence, celui qui entoure l’analyse studieuse et précède les actes pondérés qui marquent le pays et les générations à venir. Tout comme Macron qui ne fut absolument pas capable de résister à l’envie d’ouvrir le bec sur un peu tout et n’importe quoi, Schiappa a pratiqué la même prodigalité du discours sans disposer du même talent et là, bardaf, c’est l’embardée.

Oui, il est navrant qu’un ministre, qu’un secrétaire d’État, fut-il à l’égalité machin-truc, émette son avis sur tout et n’importe quoi. Certes, on sait qu’il leur est difficile de résister à l’attrait d’un gros micro propulsé sous leur nez, mais voilà : c’est exactement ce qu’il faudrait pourtant pour que la France et son gouvernement retrouvent un peu de sérénité.

Non, réagir sans arrêt à chaud à l’actualité n’est pas ce qu’on demande d’un gouvernement. Non, pondre des déclarations et autant de lois à chaque prurit médiatique n’est absolument pas ce dont la France a besoin et ce que les Français réclament, au contraire !

Les pénibleries de Marlène ne sont que la partie émergée d’un iceberg gigantesque de déclarations idiotes, impromptues et parfaitement dispensables de ministres, secrétaires, fifres et autres sous-fifres gouvernementaux dont l’avis ne vaut généralement rien et dont l’opinion alimente la chronique comme certaines canalisations alimentent nos égouts.

Oui, il est grand temps que nos ministres ferment leur clapet et émettent moins de bruit. Du reste, on n’écoute pas lorsqu’on parle tout le temps.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Enjoy the silence! Merci H16

    • @ tintincan
      Une fois de plus, un article aussi brillant dans le fond que dans la forme!

      C’est pourtant la même qualité d’expression nuancée et stylée qui sous sa forme « brève » de slogan, devient menteuse et caricaturale, même si la forme est particulièrement « frappante » mais trop raccourcie!

      Quand le Français servira-t-il l’explication de la réalité actuelle, très complexe, plutôt que servir des slogans primaires et sans nuance?

  • Un staff de 50 personnes, un immeuble classé dans le le 7e, tout ça pour écrire des tweets rigolos dont le niveau ne dépasse pas l’horizon mental de la cafétéria de la Sorbonne,
    ça fait chère le gag.

  • Pire lorsque un Ministre (Le Maire) s’avoue rétif à la délation il doit faire amende honorable et,deux heures, après déclarer que lui aussi « balancerait » publiquement à la moindre occasion.

  • Merci, dans le continuité de l’article sur l’entrepreneuse politique Caroline de Haas

  • bravo H16 ! Tout le monde connait maintenant la navrante Marlène Schiappa ! Qui connait le nom du Président de la Confédération Suisse, tout de même nettement plus important ?
    Les féministes, c’est 5% de la population et on n’entend qu’elles. J’aimerais qu’on nous parle de féminité !

  • darmanin et hulot font parti du clan macron ; je gage que si des personnalités politiques d’un autre parti étaient soupçonnés de harcèlement sexuels ou tentative de viol , la schiappa en aurait fait des gorges chaudes ;

  • (…)
    The noise of a fool in mock distress, Crashing and laughing and blindly going,
    Of ignorant feet and a swishing dress,
    And a Voice profaning the solitudes.
    The spell was broken, the key denied me
    And at length your flat clear voice beside me
    Mouthed cheerful clear flat platitudes.
    You came and quacked beside me in the wood.
    You said, “The view from here is very good!”
    You said, “It’s nice to be alone a bit!”
    And, “How the days are drawing out!” you said
    You said, “The sunset’s pretty, isn’t it?”
    By God! I wish—I wish that you were dead!
    (Rupert Brooke)

  • Ils ne font qu’imiter leur Duce!

    • @ Virgile

      Justement non: elle n’a pas pu fermer sa gu… quand il le fallait: c’est bien ce que l’article lui reproche: son trop-plein de communication!

      Le président que vous surnommez erronément « Duce », n’est pas atteint de cette logorrhée erratique, au contraire: il se tait bien plus!

      Mais vos a priori nostalgiques du système ridiculement binaire « gauche-droite » vous empêche d’y voir clair!

  • « Des fois, Il vaut mieux ne rien dire et passer pour un c.., que de l’ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet. » – Gustave Parking.

    « Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir. » – Pierre Dac.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nathalie MP Meyer.

Pourrons-nous un jour aborder sérieusement les questions politiques et économiques de fond dont dépend intimement l'avenir de la France ? Rien n'est moins sûr.

La campagne pour l'élection présidentielle de 2022 mobilise clairement toutes les attentions, on entend même de loin en loin quelques constats fort pertinents, mais la surenchère dans le coup médiatique reste hélas dominante dans le débat public, ainsi qu'en témoigne la passe d'armes Zemmour Schiappa qui s'est déroulée mercredi dernier dans la foulé... Poursuivre la lecture

par h16

Lorsque Marlène Schiappa n'est pas au téléphone à répondre fébrilement aux milliers d'appels de Franciliens désireux de lui parler, elle cornaque avec brio des opérations mettant à l'honneur "la multiplicité d'initiatives solidaires" nées chez les jeunes au cours de la crise sanitaire. Et les enseignements qu'on peut en tirer sont... fort édifiants.

L'article de journalimse total, pondu à ce sujet par le journal Le Figaro - un papelard officiellement de droite, rappelons-le - est totalement intéressant.

En quelque... Poursuivre la lecture

Par Louise Alméras.

C’est sur le plateau de TPMP, le 15 avril dernier, que Marlène Schiappa a expliqué sa trouvaille verbale, les « quartiers sans relous », censée limiter le fléau des importuns à grand renfort d’une cartographie des « zones rouges du harcèlement de rue », et ce dès le mois d’août 2021.

Elle se prend directement à témoin, comme première cible à sauver au micro de Cyril Hanouna :

J’ai été suivie par un homme en costume qui avait une mallette et un gobelet Starbucks à la main, et qui m’a suivie de façon trè... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles